Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 45 - n° 3Comptes rendusMichel Arliaud, Henri Eckert (dir...

Comptes rendus

Michel Arliaud, Henri Eckert (dir.), Quand les jeunes entrent dans l’emploi

La Dispute, Paris, 2002, 281 p.
Jacques Lautman
p. 421-424
Référence(s) :

Michel Arliaud et Henri Eckert (dir.), Quand les jeunes entrent dans l’emploi, La Dispute, Paris, 2002, 281 p.

Texte intégral

1Dix sept auteurs, économistes, sociologues et statisticiens ont travaillé sur les données de l’enquête Cereq Génération 92, que G. Simon présente dans un liminaire d’une clarté concise et exemplaire mais trop modeste, pour proposer un ouvrage qui apporte un ensemble de résultats neufs et enrichit des débats ouverts, comme le déclassement, les handicaps imposés aux femmes, ou les chances et facteurs de mobilité, ce dernier thème faisant l’objet du chapitre d’ouverture écrit par H. Eckert. On apprend beaucoup sur les premiers emplois des jeunes, les mutations des métiers, les changements de dénomination acceptés ou revendiqués, mais le titre ne laisse pas deviner l’effort de construction sociologique que le livre comporte. Or, deux des quatre parties au moins, la première (Énoncer des emplois, ébaucher des groupes professionnels) et la troisième (Catégories socioprofessionnelles en recomposition), vont bien au-delà de la description, et montrent la fragilité de nos catégories usuelles d’analyse.

2Nous savons bien que nos concepts sont souvent polysémiques et que nos catégories empruntent aux pratiques terminologiques indigènes. Ainsi 2744 enquêtés ont été classés « commerciaux » ; H. Eckert et D. Maillard analysent les termes par lesquels ils énoncent leur métier : ils en dénombrent 128, à quoi s’ajoute « l’ante », chef, adjoint, attaché, assistant, chargé de, conseiller, animateur(trice). La rhétorique professionnelle change. Après ce chapitre où l’accent a été porté sur l’autodésignation, le suivant, consacré à la galaxie des 800 000 secrétaires, interroge la partition habituelle, et trop fruste, en deux groupes, celui des employées et celui des professions intermédiaires pour les secrétaires de direction. Les trois auteurs, T. Couppié, P. Hallier et P. Liaroutzos, cernent deux sous-groupes parmi les secrétaires spécialisées, médicales d’un côté, commerciales de l’autre. Les chances de promotion dans le métier de secrétaire sont infimes et il n’apparaît pas que le mouvement de spécialisation soit de nature à changer beaucoup les choses, mais certaines secrétaires spécialisées changent de métier en devenant, par exemple, agents immobiliers. Bref aperçu sur des processus que les études de mobilité sociale n’ont pas beaucoup fouillés : on voit bien que le premier métier ne détermine pas nécessairement la suite de la carrière ; on peut même dire qu’aujourd’hui certains emplois sont spécifiquement des emplois d’entrée sur le marché du travail. C’est net, on le verra plus loin, pour une partie des jeunes ouvriers.

3La mutation des métiers fait l’objet de la deuxième partie où trois études traitent successivement des intermédiaires du commerce, de la fonction maintenance et des informaticiens. P. Cam montre comment, dans le commerce, se constituent deux ensembles de métiers assez sexués, le plus traditionnel et le moins qualifié étant masculin. L’entrée de jeunes femmes de niveau de formation plus élevé est associée à une prise en compte plus forte des compétences relationnelles pour dessiner des services qui traitent le client autrement que comme un usager captif. Il suffit de comparer l’accueil du guichetier SNCF de 40 ans et celui de l’hôtesse de vente d’Air France pour comprendre. B. Cart et M.‑H. Toutin montrent, dans un des chapitres les mieux venus, qu’on ne peut pas comprendre la maintenance sans situer la place des normes et méthodes dans l’ensemble de la production industrielle. Ainsi l’agent de production est-il conduit à prendre en charge des tâches et des responsabilités qui, naguère encore, relevaient de l’agent de maintenance, voire du technicien. Quant aux emplois de maintenance, il y a aujourd’hui deux profils bien typés, d’un côté, le technicien de méthode, le plus souvent titulaire d’un BTS ou d’un DUT, de l’autre, le technicien d’intervention, éventuellement moins diplômé. Les simples agents de maintenance sont souvent recrutés avec un Bac professionnel, mais un tiers dans l’enquête ne sont que de niveau V.C. Turgon nous donne, sans grande surprise, une vision rassurante du sort des jeunes informaticiens, même si celui des diplômés de niveau III est moins favorable que celui des ingénieurs, MST et MIAGE. La féminisation est au centre de l’étude des jeunes cadres présentée par D. Epiphane. Globalement importante, l’évolution doit cependant être appréciée selon la partition privé/public, les grands groupes de métiers et les effectifs concernés. Les ingénieurs et cadres techniques hommes sont encore deux fois plus nombreux que leurs collègues femmes. Dans les métiers de la finance, les femmes sont rares. Si elles ont conquis une large place dans le secteur public et dans les fonctions commerciales et administratives des entreprises c’est, serait-on tenté de dire en inférant crûment du constat statistique un lien de causalité, au prix d’un niveau de diplôme supérieur à celui de leurs rivaux masculins et avec un certain atout d’origine sociale.

4S’intéressant aux effets de la qualification chez les jeunes ouvriers et employés, L. Coutrot montre, en faisant un travail fin, d’abord que les femmes ont quatre fois plus de chances d’être employées plutôt qu’ouvrières alors que les hommes en ont trois fois plus d’être ouvriers plutôt qu’employés. Diplôme et emploi qualifié ne vont pas nécessairement de pair, loin s’en faut. Parmi les jeunes ouvriers et ouvrières qualifiés, un bon quart n’ont pas le CAP. Chez les employé(e)s, le phénomène est plus rare, autour de 10 % cependant. Plus préoccupante est la situation inverse, et assez fréquente : 37 % des employées non qualifiées, 48 % des employés non qualifiés ont un Bac ou davantage. Chez les ouvriers, hommes ou femmes, le chiffre tourne autour de 30 %. Certains résultats sont plus inattendus. Ainsi, avec un bas niveau de diplôme (V ou moins) les jeunes hommes ont plus de chances d’accéder à un emploi qualifié que les jeunes femmes. Au niveau IV, c’est l’inverse, pour les employés tout au moins. Les femmes titulaires d’un Bac technique ou d’un Bac professionnel sont plus souvent engagées comme employées qualifiées que leurs homologues masculins. Prises dans leur globalité, les thèses du déclassement ou de la surqualification sont donc plus que fragiles, car les marchés du travail sont segmentés. L’avantage très fréquemment accordé à la formation n’est pas une règle absolue et connaît des variations d’intensité, dues, probablement au jeu combiné de plusieurs facteurs. Avec un plaisir coloré d’une pointe de perversité, on trouve, immédiatement après, dans le chapitre consacré aux jeunes ouvrier(e)s, des résultats qui enrichissent le tableau, alors même que l’auteur, H. Eckert, souhaiterait manifestement consolider l’hypothèse du déclassement. Ainsi les filles d’ouvriers ne sont guère ouvrières (une sur cinq tout au plus) alors que les deux tiers des fils d’ouvriers deviennent ouvriers. Le monde ouvrier devient masculin et est largement autoreproductif. Constatation mais non explication. Grâce aux données longitudinales, il peut montrer que, si les fils d’ouvriers ne sont pas seuls à avoir des premiers emplois comme ouvriers, ils demeurent tels bien plus souvent que les jeunes fils d’employés ou de professions intermédiaires pour qui la condition ouvrière est une manière d’entrer dans la vie active. En dépit des thèses de l’auteur pour identifier le processus multicausal qui maintient les fils d’ouvriers dans les métiers ouvriers, on peut penser que son élucidation réclame la mise en relation avec des données sur la façon dont les itinéraires individuels sont vécus.

5La quatrième partie intitulée « Itinéraires d’emploi et espaces de mobilité » propose d’abord deux études qui montrent comment certains métiers sont, au moins pour une part, des emplois de transition. À propos du monde composite des secrétaires, C. Béduwé en collaboration avec B. Fourcade propose une typologie des trajectoires qui complète l’étude plus transversale de la première partie. Sur les cinq ans de l’observation, quatre grands profils sont dégagés. Si 44 % de l’effectif se stabilise dans le métier, plus de la moitié des jeunes secrétaires de 1992 ont ensuite fait autre chose, allant de temps de chômage à promotion réussie vers un emploi classé professions intermédiaires (9 %), ou passage vers un emploi commercial. L’image reçue qui associe volontiers secrétaire à jeunesse n’est, on le voit, pas fausse mais il est bien probable que si certaines ont des stratégies de mobilité ascendante ou non, voire d’alternance entre emploi et inactivité, d’autres ont été contraintes à la mobilité par des employeurs qui ne voulaient, dans ces emplois, que des jeunes. P. Simula explore pour sa part le secteur de la sécurité privée. D’après les DADS, il passe environ deux fois plus de salariés dans le secteur qu’il n’y a de postes de travail et, pourtant, les emplois d’agent de sécurité privée ne constituent pas pour les jeunes une étape dans un parcours d’insertion professionnelle. Peu qualifiés, embauchés par des entreprises souvent incertaines et tributaires de leurs donneurs d’ordre dans des conditions aux limites de la légalité, ils se trouvent doublement précarisés. L’expansion du secteur n’en a nullement réduit la position marginale, peu visible, socialement peu valorisée. Le dernier chapitre écrit par D. Martinelli, bon spécialiste des cadres, est ici quelque peu décevant. La non-distinction entre secteur privé et secteur public dans ses traitements ne contribue pas à la clarté. Que l’origine sociale soit un bon prédicteur d’accès et, en même temps, que les chances d’accès soient peu différentes à partir du niveau Bac+3 sont choses connues, et on regrettera que la taille de l’enquête n’ait pas permis d’explorer mieux les carrières des jeunes devenus cadres au second ou au troisième emploi.

6De la conclusion, écrite comme l’introduction par les deux maîtres d’œuvre, on retiendra trois points. Tout d’abord une critique de ce que nos auteurs baptisent avec bonheur « la pensée ferroviaire » qui poursuit la chimère d’une adéquation entre formation et métier, ensuite une ouverture à méditer, mais trop peu développée, sur les liens incertains entre diffusion de la professionnalisation et baisse du rôle des marchés internes, enfin un retour sur le thème de la reproduction, comme s’il fallait absolument remplir le rite, alors même que les études ici rassemblées invitent, avant tout, à se garder des explications mécanistes et hâtivement globalistes. Surgi au pic de l’âge structuraliste, et dans une situation où les données empiriques étaient rares (la première enquête FQP était à peine disponible), le concept imagé, mais en fait peu clair, de reproduction a été un ferment heuristique dont il est permis de penser que les effets sont épuisés. Un des mérites de ce livre est de prouver que des économètres et des sociologues réunis, conjonction peu usuelle, peuvent faire progresser notre compréhension des processus sociaux liés à la vie économique, loin des psittacismes idéologiquement surdéterminés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Lautman, « Michel Arliaud, Henri Eckert (dir.), Quand les jeunes entrent dans l’emploi »Sociologie du travail, Vol. 45 - n° 3 | 2003, 421-424.

Référence électronique

Jacques Lautman, « Michel Arliaud, Henri Eckert (dir.), Quand les jeunes entrent dans l’emploi »Sociologie du travail [En ligne], Vol. 45 - n° 3 | Juillet-Septembre 2003, mis en ligne le 18 novembre 2003, consulté le 22 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/31988 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.31988

Haut de page

Auteur

Jacques Lautman

Université de Provence, MMSH, P.O. Box 647, 13094 Aix-en-Provence cedex, France
lautman[at]mmsh.univ-aix.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search