Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 45 - n° 3Comptes rendusSandrine Lévêque, Les journaliste...

Comptes rendus

Sandrine Lévêque, Les journalistes sociaux. Histoire et sociologie d’une spécialité journalistique

Presses Universitaires de Rennes, coll. « ResPublica », Rennes, 2000, 234 p.
Éric Lagneau
p. 440-442
Référence(s) :

Sandrine Lévêque, Les journalistes sociaux. Histoire et sociologie d’une spécialité journalistique, Presses Universitaires de Rennes, coll. « ResPublica », Rennes, 2000, 234 p.

Texte intégral

1Dans un article ancien de Sociologie du travail (Padioleau, 1976) qui fait aujourd’hui référence, Jean-Gustave Padioleau avait ouvert la voie aux études sur les spécialisations journalistiques en s’intéressant aux rubricards des pages éducation. Mais, malgré la fécondité conceptuelle de ce travail (notamment la notion de rhétorique journalistique), la sociologie française du journalisme a tardé à imiter son exemple, avant d’y être contrainte par la nécessité de prendre en compte l’éclatement de la profession (Charon, 1993). Le livre de Sandrine Lévêque apporte une contribution précieuse à ce projet de cartographier avec davantage de précision « l’espace des journalismes » (Neveu, 2001).

2Le premier point fort de ce travail sur les journalistes sociaux est en effet de combiner avec succès l’approche historique et l’analyse sociologique pour interroger les processus de construction d’un groupe professionnel comme celui des journalistes et lier de façon heuristique les questions de la spécialisation et de la professionnalisation. Suivant le conseil du sociologue interactionniste Anselm Strauss, l’auteur aborde la profession journalistique par un de ses segments, en l’occurrence une spécialité dévalorisée, le journalisme social. À travers l’histoire et la sociologie du groupe qui s’en réclame et le fait exister, S. Lévêque montre comment les journalistes intéressés aux questions sociales ont mené simultanément « une double lutte : celle pour la reconnaissance et l’autonomie de leur rubrique et celle pour la définition du journaliste professionnel » (p. 10). Et elle décrit alors de manière fort convaincante la professionnalisation « non comme un processus homogène et linéaire mais comme le produit d’interactions et de rapport de forces entre des acteurs ayant des intérêts tantôt communs, tantôt antagonistes » (p. 18).

3L’auteur dresse ainsi le portrait du groupe des journalistes sociaux à trois étapes, trois moments clés de son histoire, pour mettre en exergue la victoire progressive du « journaliste technicien » sur le « journaliste militant » du début du siècle. C’est en effet dès cette époque que des journalistes se mobilisent et cherchent à faire exister, dans une profession en voie d’autonomisation, une rubrique sociale. En janvier 1905, réunis à la Bourse du travail, ils mettent en place le SGJP (Syndicat général des journalistes professionnels) qui devient en 1922 le SJMS (Syndicat des journalistes du mouvement social). Les membres fondateurs se caractérisent par une proximité sociale objective et revendiquée au monde ouvrier. Mais si les journalistes du mouvement social sont des journalistes engagés, ils ont su aussi, en mettant leur militantisme politique au service de la cause professionnelle, justifier leur appartenance au groupe des journalistes.

4Les transformations qui touchent tout à la fois la profession journalistique dans son ensemble et les journalistes spécialistes des questions sociales conduisent au tournant des années 1970 — c’est la deuxième étape — à une réorganisation du groupe avec la création en 1967 de l’Ajis (Association des journalistes de l’information sociale). Cette organisation de compromis s’efforce de faire coexister deux modes de légitimité journalistique : l’une reposant comme auparavant sur le militantisme (relations privilégiées avec le monde ouvrier, le carnet d’adresses), l’autre sur le diplôme et l’expérience professionnelle.

5C’est finalement le second qui va s’imposer progressivement au sein de l’Ajis, si bien qu’aujourd’hui — troisième et dernière étape — dans cette spécialité comme dans le reste de la profession, la victoire du journaliste technicien expert des questions qu’il traite semble consommée. Les journalistes sociaux sont-ils pour autant devenus des journalistes comme les autres ? La réponse de S. Levêque est en deux temps. Oui au niveau des caractéristiques objectives. Non au niveau de la réputation, produit d’une rémanence historique qui continue à faire sentir ses effets (d’où l’intérêt de la perspective historique adoptée par l’auteur). Les représentations internes et externes du groupe conduisent à penser aujourd’hui encore le journalisme social comme une spécialité dominée du champ journalistique, une spécialité bas de gamme. Ce stigmate conduit en réaction les journalistes sociaux à se présenter comme des journalistes idéaux et à revendiquer et mettre en œuvre des principes reconnus de l’excellence journalistique (rôle de vulgarisation, rigueur de l’information, capacité à s’adresser au plus grand nombre) pour compenser leur position marginale.

6Un autre grand mérite du travail de S. Lévêque est précisément son souci constant de faire tenir ensemble sociologie des producteurs et analyse de leur production journalistique en reliant la lutte des journalistes sociaux pour la reconnaissance de leur spécialité, leurs positions dans le champ journalistique et leurs caractéristiques sociologiques, et la mise en forme journalistique du « social » qui en résulte. Elle peut ainsi « rendre compte non seulement des mécanismes qui font advenir le social comme une catégorie à part entière de l’entendement journalistique, mais au-delà, définir le contenu et les contours de cette catégorie en usage dans cet espace » (p. 10). Elle montre alors comment le social journalistique a progressivement évolué, passant d’un intérêt presque exclusif pour les questions ouvrières et syndicales à un élargissement de « l’information sociale », en raison de la concurrence avec d’autres services (économie, société), à des objets sociaux diversifiés, au risque d’une dilution de sa spécificité (p. 194). On pourrait regretter d’ailleurs que l’auteur n’insiste pas davantage, dans une démarche il est vrai plus prospective, sur les menaces que font peser à terme sur cette spécialisation la fusion, devenue quasiment la règle dans les médias français, entre les services économiques et sociaux sous l’égide des premiers ou la part grandissante prise par la rubrique « société ». Il faudrait alors sans doute nuancer le propos suivant les types de journalisme (presse écrite, agence, radio, TV, internet), les entreprises de presse, mais aussi le contexte sociopolitique et l’actualité. S. Lévêque a d’ailleurs montré dans un autre travail (Lévêque, 1998) comment le conflit social de novembre-décembre 1995 avait pu apporter de façon passagère du sang neuf et une nouvelle légitimité au journalisme social.

7Dernier point fort de ce livre, l’auteur évite l’écueil du « médiacentrisme », dénoncé à juste titre par le sociologue britannique Philip Schlesinger (Schlesinger, 1991), en déplaçant la focale dans le dernier chapitre sur l’étude du fonctionnement du service de presse du ministère des Affaires sociales (Sicom) et sur les relations entre les journalistes sociaux et leurs sources (ici, les acteurs politiques et leurs conseillers). Rappelant ainsi utilement que « le discours journalistique est aussi tributaire des définitions alternatives de son domaine d’information » et que « le social est l’objet de multiples constructions dans des espaces différenciés mais interdépendants » (p. 14), cet exemple permet d’attirer l’attention sur les contraintes mais aussi les soutiens que les sources représentent pour les journalistes sociaux dans le processus de construction médiatique de cette catégorie du social.

8Bien plus qu’une simple monographie d’une spécialité thématique, l’ouvrage de S. Lévêque démontre l’importance de s’attaquer à l’Annapurna du journalisme par la voie détournée des spécialisations pour s’efforcer de penser tout à la fois son unité et sa diversité. Le processus de professionnalisation des journalistes apparaît alors comme le résultat jamais achevé de luttes et de compromis entre des groupes rivaux enrôlant pour les besoins de leur cause (ce qui ne veut pas dire sans y croire) des définitions concurrentes de l’excellence journalistique.

Haut de page

Bibliographie

Charon, J.M., 1993. Cartes de presse. Stock, Paris.

Lévêque, S., 1998. Crise sociale et crise dans le journalisme. Le traitement journalistique du mouvement de novembre-décembre 1995. In : Leneveu, C., Vakaloulis, M. (Eds.), Faire mouvement. Novembre-décembre 1995. Puf, Paris.

Neveu, E., 2001. Sociologie du journalisme. La Découverte, Paris.

Padioleau, J.G., 1976. Systèmes d’interaction et rhétoriques journalistiques. Sociologie du travail 18 (3), 252–282.

Schlesinger, P., 1991. Repenser la sociologie du journalisme. Les stratégies de la source d’information et les limites du médiacentrisme. Réseaux 51, 75–98.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Lagneau, « Sandrine Lévêque, Les journalistes sociaux. Histoire et sociologie d’une spécialité journalistique »Sociologie du travail, Vol. 45 - n° 3 | 2003, 440-442.

Référence électronique

Éric Lagneau, « Sandrine Lévêque, Les journalistes sociaux. Histoire et sociologie d’une spécialité journalistique »Sociologie du travail [En ligne], Vol. 45 - n° 3 | Juillet-Septembre 2003, mis en ligne le 18 novembre 2003, consulté le 15 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/sdt/32118 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.32118

Haut de page

Auteur

Éric Lagneau

Institut d’études politiques de Paris, 27, rue Saint-Guillaume, 75007 Paris, France
eric.lagneau[at]hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search