Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 45 - n° 3Comptes rendusSalvatore Maugeri (Ed.), Délit de...

Comptes rendus

Salvatore Maugeri (Ed.), Délit de gestion

La Dispute, Paris, 2001, 247 p.
Thomas Reverdy
p. 446-449
Référence(s) :

Salvatore Maugeri (dir.), Délit de gestion, La Dispute, Paris, 2001, 247 p.

Texte intégral

1Difficile de ne pas adhérer au projet des auteurs de cet ouvrage collectif de fonder une « sociologie des dispositifs de gestion ». Personne ne peut douter de la fécondité de l’idée selon laquelle il faut redonner toute leur place aux dispositifs (composition d’instruments, de compétence, d’organisation) dans l’analyse de l’action organisée, pour comprendre comment émergent règles et significations. Le titre de l’ouvrage engage le débat : l’expression polémique de « délit de gestion » dénonce la duperie des instruments de gestion : il s’agit de dépasser l’apparente rationalité des instruments de gestion et des organisations, de les présenter comme des constructions sociales, où se cristallisent rapports de pouvoir et idéologies. Invoquant Pierre Bourdieu, Karl E. Weick et Anthony Giddens, Salvatore Maugeri nous invite à lire dans le rapport de l’homme au dispositif de gestion un double mouvement, d’appropriation de l’outil de gestion et d’attribution de significations d’une part, d’intériorisation des représentations véhiculées par l’outil d’autre part. Au service de ce projet d’une sociologie des dispositifs de gestion, cet ouvrage offre un ensemble un peu éclectique mais riche de la diversité des points de vue possibles : il comporte trois essais à portée générale et cinq chapitres proposant des illustrations empiriques détaillées.

2Commençons par les essais, ils partagent la même idée générale : les outils de gestion ont pour principal fondement l’idéologie libérale de marché, et visent à instaurer au sein de la firme des relations quasi « contractuelles » dans une perspective de marchandisation des relations de travail. Selon cette idéologie, nos organisations ne sont que la résultante des contrats explicites ou implicites que passent entre eux les individus. Jean-Louis Matrod explique que l’idéologie libérale véhiculée par les dispositifs de gestion n’est pas rejetée par les employés (hormis dans le secteur public) et est progressivement intériorisée par beaucoup. Pierre Tripier propose une explication sociétale de l’absence de rejet : les représentations de la vie sociale ont changé. Son argumentation, que l’on ne peut résumer en quelques mots, est fondée sur l’idée que nos représentations de la vie sociale, largement héritées des doctrines religieuses, font et défont la légitimité des formes d’organisation.

3Ainsi, la doctrine organiciste de saint Thomas d’Aquin fonde l’ordre social sur la différenciation des « états » des personnes, ordre social que l’on retrouve in fine dans la hiérarchisation des « statuts ». À l’opposé, la doctrine des théologiens protestants, propre aux petites communautés sectaires, valorise le mérite individuel et insiste sur la contribution de chacun au bien de la communauté. Cette seconde doctrine se retrouve dans les discours managériaux, et la première dans les discours des salariés des grandes entreprises publiques. L’idéologie du « tout contractuel », une simplification de la doctrine protestante matinée de théorie économique, fonde la plupart des outils de gestion (en particulier les outils informatiques de reporting) : ces outils visent effectivement à passer contrat, à contrôler leur bon respect et à pallier le caractère incomplet de tout contrat. Les instruments de gestion héritent donc d’une construction idéologique et leur caractère rationnel peut être discuté. On peut légitimement s’interroger sur leur efficacité, sur les coûts cachés qu’ils engendrent, et plus globalement sur la prétention du modèle contractuel à réguler les contributions et les relations.

4Dans sa conclusion, S. Maugeri dresse un tableau beaucoup plus critique. À l’issue d’une réflexion théorique très serrée, où sont mobilisées de nombreuses références, il montre que les outils de gestion ne visent pas la performance économique mais le contrôle des individus et leur adhésion aux objectifs de l’entreprise. Les salariés ne participent pas au bon fonctionnement de cette instrumentation parce qu’ils y sont contraints mais parce qu’ils adhèrent aux discours qui l’accompagnent. Les dispositifs de gestion, principaux véhicules des rapports de domination économique, seraient légitimités par une idéologie libérale issue des classes sociales dominantes. D’ailleurs, les discours des chercheurs en sciences sociales sur l’entreprise ont, en critiquant la bureaucratie, largement contribué à la victoire de cette idéologie.

5On pourrait s’attendre à ce que les chapitres empiriques alimentent cette thèse générale. Bien illustrés, ils offrent un point de vue décalé. Ce que montrent les différentes situations présentées, c’est tout d’abord que les dispositifs de gestion ne sont pas ces « machineries » contraignantes que l’on imagine a priori. Ils autorisent une adaptation importante voire sont complètement reconstruits dans leur appropriation. C’est le cas par exemple, des nouveaux dispositifs d’évaluation des emplois et des personnes à EDF-GDF sur le modèle de la « compétence », que présente Djouida Sehili. Au départ les dispositifs ressemblent plutôt à une coquille vide, avec quelques méthodes, portées par un discours de légitimation propre à toute nouvelle mode managériale (objectivité, nouveauté). Ils sont ensuite investis par les acteurs à tous niveaux qui enrichissent considérablement les méthodes avec leur idéologie et leur a priori, jusqu’à trahir les considérations égalitaires affirmées au départ.

6Dans le même sens, Valérie Boussard montre que les collectifs de travail font un tri entre les indicateurs de gestion (elle étudie les indicateurs de gestion utilisés dans les caisses d’allocation familiales). On y découvre que certains indicateurs ont davantage de sens que d’autres parce qu’ils correspondent mieux aux valeurs professionnelles du groupe et à sa définition de l’efficacité. Ainsi, le nombre de dossiers en retard est l’indicateur « prégnant » (s’il disparaît, on le réinvente) pour les membres des services administratifs « liquidateurs » (ceux qui épluchent les dossiers et calculent les prestations). Cet indicateur correspond à l’idée qu’ils se font de la qualité de service. De plus il peut nourrir en arguments les revendications. D’autres indicateurs, comme le coût moyen du traitement d’un dossier ou le taux d’erreur, n’auraient pas la même portée symbolique chez les personnes qui traitent les dossiers. Par contre, ils ont du sens pour d’autres acteurs avec lesquels le groupe est régulièrement en conflit. Enfin, la thèse de la coconstruction du dispositif, de son objet, de son usage et de l’organisation est défendue par Muriel Charlier-Kerbiguet à propos d’un dispositif de gestion du patrimoine naturel, un parc national. Si l’objet étudié n’est pas une organisation productive, la réflexion est aisément transférable. C’est un dispositif de gestion publique en mouvement qui s’expérimente, à la croisée de divers savoirs, scientifiques ou professionnels.

7Ainsi, les différents travaux empiriques montrent que les instruments de gestion sont inscrits dans une dynamique de coproduction. Ce constat empirique devrait nous conduire à mieux rendre compte des enjeux des acteurs, des formes de délibération, de production de compromis et d’échange… Il nous semble plus intéressant de replacer la dynamique de coproduction des outils de gestion dans celle de l’organisation dans son ensemble.

8La lecture des divers cas permet de proposer une seconde hypothèse, là encore en décalage avec la thèse générale défendue dans les essais : les présupposés idéologiques véhiculés par les outils de gestion ou superposés à des outils de gestion « transparents » sont d’une très grande diversité et ne se limitent pas à l’idéologie libérale contractuelle. Par exemple, Delphine Mercier (par son analyse de l’assurance qualité dans un centre de tri postal) explique que la culture scolaire est réactualisée par l’usage de l’écriture et oriente de façon implicite la mise en œuvre de l’assurance qualité, par exemple dans la propension à juger l’écart à la prescription comme une « faute ». Dans la même perspective, D. Sehili nous montre combien les dispositifs d’évaluation des personnes véhiculent toute une série d’« a priori » comme les représentations sociales des compétences féminines et masculines. De même, Marie Buscatto constate que l’évaluation par le manager de ses subordonnés (dans une société d’assurance), malgré des grilles d’évaluation assez riches, se résume le plus souvent à classer les individus dans deux profils psychologiques distincts, ceux qu’il estime posséder un potentiel d’évolution (rapidité, capacité à s’organiser, à rédiger…), et à qui le manager va confier, progressivement, des tâches de plus en plus variées et complexes, et les employés « sans avenir », à qui il confie des tâches répétitives et dont il surveillera la productivité. Cette pratique est légitimée par les managers par une idéologie « psychologisante », largement partagée, qui présente le travail comme le révélateur de la personnalité des individus. Enfin, avec l’exemple du parc national, on découvre que la construction de ce dispositif de gestion un peu atypique est soumise à une pluralité des définitions de la valeur du patrimoine naturel. Celles-ci se confrontent dans les « traductions » successives du projet, où chaque acteur essaie de mobiliser autour de sa définition.

9Ainsi le « phénomène » des outils de gestion montre une réalité plurielle qui échappe à une analyse univoque. Les situations présentent des outils parfois fortement contraignants, parfois beaucoup plus ouverts, voire coconstruits par leur usage. L’étude des dispositifs révèle la diversité des enjeux cognitifs et politiques des activités, les dynamiques d’apprentissage, la complexité des relations de pouvoir, la diversité des intérêts et des croyances en ce qui est efficace. Les salariés seraient-ils victimes d’une tromperie, ce que laisserait croire le titre de l’ouvrage ? Non, beaucoup d’entre eux reconnaissent facilement les insuffisances et les bricolages. En même temps, le maniement des utopies reste un exercice incontournable. Il fait partie du métier du manager, confronté à la nécessité d’agir, de prendre des décisions et de les justifier.

10Cet ouvrage, par la diversité des thèses qu’on y trouve (plus ou moins explicitement), ouvre donc un vaste débat sur les pratiques de gestion. Il montre que l’étude des dispositifs de gestion et leurs utilisations, au même titre que l’étude des règles formelles et informelles, est une entrée pertinente pour comprendre les dynamiques de régulation au sein des organisations. Cependant, il montre aussi que plusieurs orientations s’offrent aux chercheurs en sociologie : ils peuvent poursuivre dans la dénonciation et le dévoilement les relations de domination dissimulées dans les outils de gestion, ils peuvent aussi rendre compte à travers ces objets, des régulations à l’œuvre dans leur complexité et leur diversité, de la production de compromis et la recherche d’équilibre, des dynamiques d’apprentissages qui remodèlent les conflits d’intérêt et les rapports de pouvoir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Reverdy, « Salvatore Maugeri (Ed.), Délit de gestion », Sociologie du travail, Vol. 45 - n° 3 | 2003, 446-449.

Référence électronique

Thomas Reverdy, « Salvatore Maugeri (Ed.), Délit de gestion », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 45 - n° 3 | Juillet-Septembre 2003, mis en ligne le 18 novembre 2003, consulté le 04 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/32201 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.32201

Haut de page

Auteur

Thomas Reverdy

Cristo–UPMF, BP 47, 38040 Grenoble cedex 9, France
thomas.reverdy[at]upmf-grenoble.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search