Skip to navigation – Site map

HomeNumérosVol. 58 - n° 1Comptes rendusGlobal Knowledge Production in th...

Comptes rendus

Global Knowledge Production in the Social Sciences. Made in Circulation, W. Keim, E. Çelik, C. Ersche, V. Wöhrer (Eds)

Ashgate, Dorchester (2014). 288 p.
Thibaud Boncourt
p. 80-81
Bibliographical reference

Wiebke Keim, Ercüment Çelik, Veronika Wöhrer & Christian Ersche (Eds), Global Knowledge Production in the Social Sciences. Made in Circulation, Ashgate, Dorchester, 2014, 288 p.

Full text

1L’ouvrage se présente comme une contribution à l’étude des circulations de savoirs en sciences sociales. Il revendique une approche originale prenant en compte les échanges Sud-Nord et Sud-Sud, jusqu’alors relativement peu étudiés au profit des dynamiques internes au monde nord-atlantique. Ses treize contributions sont regroupées en quatre parties, portant respectivement sur la conceptualisation des processus de circulation (partie 1), l’étude de réseaux de sciences sociales au Sud (partie 2), les perspectives théoriques alternatives développées au Sud (partie 3) et les implications des critiques postcoloniales et du refus de l’eurocentrisme pour l’épistémologie des sciences sociales (partie 4).

2L’introduction et le plan de l’ouvrage donnent à voir deux objectifs. Le premier consiste à enrichir l’étude empirique et la conceptualisation des processus de circulation (parties 1 et 2). Le second ambitionne de montrer comment la reconnaissance comme légitimes de savoirs produits au Sud impose de réinterroger les conceptualisations et les épistémologies dominantes (parties 3 et 4). Ces deux perspectives pourront intéresser des lectorats différents.

3Les chapitres rassemblés dans les parties 1 et 2 prennent pour objets des cas variés, parmi lesquels la circulation transatlantique de la théorie des relations internationales (Nicolas Guilhot), l’importation des travaux de Niklas Luhmann au Chili et au Mexique (Leandro Rodríguez Medina), les liens transnationaux tissés autour des études de genre en Amérique latine (Teresa Valdès) ou encore un réseau de recherche sur l’insécurité socioéconomique en Inde, au Brésil et en Afrique du Sud (Edward Webster). Ils diffèrent dans leurs ambitions analytiques : alors que certains s’attachent prioritairement à décrire la structure des réseaux transnationaux (T. Valdès), voire à en évaluer l’efficacité (E. Webster), d’autres montent en généralité pour mettre en évidence les implications des constats empiriques pour la conceptualisation des processus de circulation (N. Guilhot, L. Rodríguez Medina).

4C’est dans ces montées en généralité, articulées autour d’un chapitre synthétique de Wiebke Keim, que réside l’un des apports principaux de l’ouvrage. À partir d’une critique explicite de la conception bourdieusienne de la « circulation internationale des idées », les contributeurs avancent trois idées principales. Ils insistent, en premier lieu, sur le fait que les circulations de savoirs ne se résument pas à de simples transferts d’un champ national émetteur à un champ national récepteur. Les savoirs sont au contraire considérés comme produits au cours des interactions transnationales, et le niveau national n’est pas premier dans l’analyse. Les auteurs soulignent, en deuxième lieu, l’existence d’un effet propre des idées sur la structure des espaces qu’elles traversent. Les circulations ne se résument pas à des positions sociales et des stratégies, dans la mesure où « les idées ne se limitent pas à traverser les champs sociaux ; elles les restructurent au cours du processus » (N. Guilhot, p. 70). Enfin, les chapitres soulignent que les circulations s’inscrivent dans le cadre de rapports de pouvoir entre Nord(s) et Sud(s) et, plus largement, entre centres et périphéries. L. Rodríguez Medina démontre ainsi, à partir du cas de N. Luhmann, que les savoirs qui circulent des centres vers les périphéries agissent comme autant d’« objets de subordination [subordinating objects] capables de (re)structurer le champ périphérique en forçant les acteurs locaux à y réagir » (p. 42).

5Les contributions rassemblées dans les parties 3 et 4 constituent autant d’appels à réviser les prémisses dominantes des sciences sociales pour prendre en compte les savoirs produits au Sud. Elles appellent ainsi à un dépassement de la dichotomie classique entre universalisme et relativisme au profit d’une « dialectique kaléidoscopique » (Boike Rehbein), ou encore à l’élaboration d’une « sociologie globale postcoloniale » (Gurminder K. Bhambra). Ces déclarations d’intentions théoriques, qui composent la partie 4 de l’ouvrage, trouvent des traductions plus concrètes dans la partie 3, qui propose notamment des conceptualisations alternatives de la relation entre art et mouvements sociaux (Sumangala Damodaran) et de la notion de néolibéralisme (Nour Dados et Raewyn Connell). La contribution de N. Dados et R. Connell se distingue par sa volonté de pointer à la fois la portée et les limites de ce type de démarche. Tout en montrant l’apport de théoriciens des Suds à l’élaboration de conceptualisations alternatives du néolibéralisme (Samir Amin, Armando Boito), les auteurs insistent sur le fait qu’une révolution postcoloniale dans les sciences sociales ne peut « se produire simplement au niveau des idées », dans la mesure où « l’ensemble des conditions de production de la main d’œuvre des sciences sociales » devrait être remise à plat (p. 196). Ils se positionnent également contre la tentation d’opposer à l’hégémonie Northern une théorie Southern monolithique, préférant insister au contraire sur la pluralité des perspectives issues des sociétés colonisées et postcoloniales (p. 209).

6Au bout du compte, l’ouvrage constitue un apport original, utile et bienvenu à l’étude de processus de circulations qui ont, de plus en plus, le vent en poupe. Il peine néanmoins à convaincre de son unité thématique. En dépit en effet de l’attachement commun des auteurs à l’idée de circulations transnationales et à l’appréhension de ces circulations en termes de centres et de périphéries, il n’est pas certain que les enjeux sociologiques de l’étude des processus de diffusion d’idées recoupent les enjeux normatifs liés à l’élaboration de perspectives théoriques et épistémologiques incluant les Suds. Les contributions dialoguent en effet mieux entre elles au sein des différentes parties de l’ouvrage que d’une partie à l’autre : alors que, par exemple, les contributions réunies dans la quatrième partie font explicitement référence les unes aux autres pour débattre de la manière dont les sciences sociales devraient évoluer sur le plan épistémologique, elles ne prennent pas appui sur les conceptualisations des circulations proposées dans la première partie. Les conclusions des enquêtes présentées au début du livre n’informent ainsi pas directement les débats normatifs qui leur font suite.

Top of page

References

Bibliographical reference

Thibaud Boncourt, « Global Knowledge Production in the Social Sciences. Made in Circulation, W. Keim, E. Çelik, C. Ersche, V. Wöhrer (Eds) », Sociologie du travail, Vol. 58 - n° 1 | 2016, 80-81.

Electronic reference

Thibaud Boncourt, « Global Knowledge Production in the Social Sciences. Made in Circulation, W. Keim, E. Çelik, C. Ersche, V. Wöhrer (Eds) », Sociologie du travail [Online], Vol. 58 - n° 1 | Janvier-Mars 2016, Online since 29 January 2016, connection on 23 September 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/322

Top of page

About the author

Thibaud Boncourt

Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)
UMR 8209 CNRS, EHESS et Université de Paris-1
59, rue Pouchet, 75017 Paris, France
t.boncourt[at]gmail.com

Top of page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search