Skip to navigation – Site map

HomeNumérosVol. 45 - n° 4ArticlesÀ propos de l’article de François...

Articles

À propos de l’article de François-Xavier de Vaujany, « Les figures de la gestion du changement sociotechnique »

On de Vaujany’s article, “Figures that manage sociotechnical change”
Alexandre Mallard
p. 509-513

Abstracts

The approach adopted by François Xavier de Vaujany draws from “structurationist” research in English-speaking social sciences, a current that shares with the sociology of technology a vision of the contextual and negotiated nature of the links between technical and organizational phenomena. Various trajectories in the way organizations use new information and communication technology can be compared; and the role, examined that specific mediators play in the appropriation process. This approach provides stimulating input in discussions about the impact of new technology on organizational change.

Top of page

Full text

1La sociologie du travail et des organisations s’est montrée traditionnellement prudente vis-à-vis des technologies de l’information et de la communication. Elle a souvent plaidé la retenue, face à la prolifération des travaux consacrés récemment au développement de la communication électronique, à l’essor du groupware ou des intranets (Neuville et Musselin, 2001). Plusieurs raisons auront pu motiver cette attitude. Centrer l’attention sur les transformations que les entreprises connaissent avec la diffusion de nouvelles technologies, n’est-ce pas de facto céder aux sirènes du déterminisme technologique, là où la sociologie met classiquement l’accent sur les structures et les régulations sociales dans le fonctionnement organisationnel ? La thématique de la « nouveauté », ressassée à l’envi comme une formule incantatoire ou utilisée comme simple convention de langage, aura pu également inciter les sociologues à la vigilance. Après tout, les « nouvelles technologies » circonscrivent-elles vraiment des phénomènes inédits, qui nécessiteraient un renouvellement des perspectives théoriques sur le changement organisationnel ? Le scepticisme n’en aura été que renforcé avec l’inflation — et désormais l’essoufflement — des discours sur la « nouvelle économie », que certains analystes associaient directement au boom des technologies de l’information.

  • 1 La place de la thématique des TIC (technologies de l’information et de la communication) dans le pr (...)
  • 2 Ce point vient sans doute du fait que la référence à la notion de structure bénéficiait d’autres an (...)

2La multiplication actuelle des travaux empiriques1 autour de ces questions suggère que l’attitude de retrait n’est plus de mise, et qu’il est temps de débattre plus avant de l’intégration des phénomènes observés dans les paradigmes sociologiques du changement organisationnel. On aurait tout intérêt ici à prendre en compte les apports d’autres recherches qui, du côté des sciences de l’information et des sciences de gestion, ont depuis plusieurs années posé quelques jalons. L’article de François-Xavier de Vaujany constitue une bonne entrée en matière pour une telle invitation à la réflexion interdisciplinaire. Au sein des travaux déjà nombreux et, finalement, relativement hétérogènes qui se sont consacrés à l’analyse de la pénétration des technologies de l’information dans les organisations (Benghozi et al., 2000 ; Cardon, 1997), il s’inscrit dans la lignée structurationniste qui est peu mobilisée en France mais qui représente un courant de recherche important dans la littérature anglo-saxonne2. On propose de donner ici quelques points de repère qui permettront de situer ce travail par rapport aux champs de la sociologie des technologies et des usages, et d’introduire la discussion sur ses apports pour la sociologie du travail.

  • 3 On pourra se reporter ici à W.J. Orlikowski (Orlikowski, 2000) pour une bonne présentation d’ensemb (...)

3Les approches structurationnistes s’appuient sur les travaux déjà anciens d’Anthony Giddens sur la structuration de la société (Giddens, 1984). Les thèses d’A. Giddens ont été largement réutilisées par une série de chercheurs investis dès le début des années 1990 dans l’analyse des usages organisationnels des systèmes d’information. Claudio U. Ciborra, Wanda J. Orlikowski, Marshall S. Poole, Gerardine Desanctis constituent quelques figures de ce courant de recherche qui a produit ses premiers résultats à partir d’une série d’enquêtes menées sur l’utilisation d’outils de travail coopératif, comme par exemple le logiciel Notes promu à l’époque par la firme Lotus. Ces travaux3 ont mobilisé sur le terrain de l’organisation une vision du rôle des technologies proche de celle développée en sociologie des technologies, dans la tradition du constructivisme social anglo-saxon (Bijker, 1995) ou du courant français issu des travaux de Madeleine Akrich et de Bruno Latour (Akrich, 1994 ; Latour, 1994).

4Les structurationnistes partagent avec la sociologie des technologies un accord sur le caractère contextuel et négocié des liens existant entre phénomènes techniques et phénomènes sociaux. Le débat en termes de causalités simples (« c’est l’informatisation qui transforme l’organisation » versus « c’est l’organisation qui détermine les formes de l’informatisation ») s’efface derrière la nécessité d’étudier de façon fine l’émergence de construits sociotechniques spécifiques dans les environnements de travail. Les perspectives divergent néanmoins sur deux points. La première divergence concerne l’idée d’une stabilisation de la dynamique innovatrice : contrairement aux schémas portés par la sociologie des techniques ou le constructivisme social, les travaux structurationnistes mettent l’accent sur le fait que la dynamique de changement ne s’arrête pas — en tout cas pas en général — après une phase donnée. Il est ainsi fréquent qu’un système d’information fasse l’objet d’innovations continues initiées par leurs usagers, bien après sa phase de déploiement dans l’organisation, et qu’on ne puisse pas vraiment identifier une phase particulière après laquelle les usages se stabiliseraient.

5La seconde divergence porte sur l’idée que les dispositifs techniques contribueraient à actualiser des structures sociales ou organisationnelles qui leur auraient été incorporées lors de la conception. D’une part conformément aux vues d’A. Giddens, les structures importent ici moins que le processus de structuration continu et récursif qui les produit et les reproduit. Toute séquence d’usage d’un dispositif repose sur une mobilisation de structures d’actions préexistantes (tout en les adaptant au contexte particulier de l’action, comme le souligne l’idée d’une « structuration adaptative » défendue par M.S. Poole et G. Desanctis) et en même temps contribue à renforcer et à reproduire ces structures. Mais d’autre part, les structures mobilisées ne sont pas uniquement portées par le dispositif innovateur : elles relèvent également de l’ensemble des pratiques déployées à un moment et dans un contexte organisationnel donnés, telle qu’elles sont inscrites par exemple dans les schèmes de l’action ordinaire, dans les routines institutionnelles ou dans l’usage d’autres technologies préexistantes.

6Cette perspective théorique est donc très sensible aux trajectoires d’usage, comme le montre l’analyse de F.‑X de Vaujany. Il repère trois états structurationnels possibles dans l’interaction technologie–organisation (la neutralité, la régénération, la perturbation) mais s’attache surtout à caractériser les trajectoires que composent différentes séquences possibles de ces états. Les situations dans lesquelles les sociologues des technologies voyaient un processus de stabilisation peuvent ainsi être décrites comme des trajectoires particulières, « de point d’équilibre », dans lesquelles la régénération ou la perturbation organisationnelle cèdent finalement la place à un retour à la neutralité. Ces situations doivent être resituées au côté d’autres trajectoires plus « improvisationnelles » (les usages organisationnels font l’objet d’un processus de production continu et réitéré) ou « catalytiques » (l’usage de la technologie va renforcer des processus de structuration de l’organisation qui sont exogènes à la seule dimension technologique).

7Cet objectif de formalisation des trajectoires appropriatives présente clairement un intérêt pour les spécialistes de l’organisation. Les dynamiques d’appropriation des nouvelles technologies ont été bien étudiées dans le cas des usages privés (Jouet, 2000) : insertion des dispositifs dans les univers et des systèmes de relations — familiales, amicales — qui préexistent mais qui vont par là même se trouver déplacés ; importance des généalogies d’usage par lesquelles les usagers transposent à certaines innovations des pratiques qui sont opératoires pour d’autres dispositifs. Ces analyses, qui pourraient d’ailleurs faire l’objet de lectures structurationnistes, n’ont pas vraiment d’équivalent du côté des usages organisationnels. Là aussi, l’approche de F.‑X. de Vaujany peut donc contribuer à stimuler le débat sur la modélisation des liens existant entre usages des technologies et changement organisationnel.

8De ce point de vue, l’auteur ne se positionne pas seulement du côté du descriptif, et il endosse l’exigence, commune dans les sciences de gestion, de formuler des propositions pour la conduite du changement. Cette exigence s’incarne dans deux démarches : modéliser les rôles que peuvent jouer les acteurs chargés de l’accompagnement, rechercher des indicateurs dont la surveillance pourra guider le processus opérationnel de cet accompagnement (les FCP, « facteurs critiques perçus »). Les postures proposées par F.‑X. de Vaujany entrent ici en correspondance directe avec les trois trajectoires appropriatives mises en évidence — ce qui constitue en soi un point qui mérite la discussion : canalisation (là où la dynamique d’usage envisagée est celle de la stabilisation), facilitation (lorsque l’on attend de l’interaction entre usagers et dispositifs une capacité à improviser et à régénérer le fonctionnement organisationnel), catalyse (là où le déploiement de l’innovation s’inscrit dans une perspective de changement plus globale).

9Comme on le voit, la problématique de l’accompagnement amène à réintroduire de façon plus visible dans l’analyse les différenciations qui organisent les collectifs de travail. Par-delà la dualité entre exécutants et encadrement, l’approche reconnaît le rôle d’autres acteurs qui interviennent comme médiateurs dans l’appropriation et y jouent un rôle précieux. Cette perspective permet-elle de saisir les jeux d’acteurs et les régulations qui se déploient dans ce contexte ? On pourra s’essayer à rapporter à ce cadre d’analyse des configurations qui ont été classiquement repérées par les sociologues dans l’informatisation des organisations. On dispose ici de ressources pour interpréter par exemple les différentes figures de la confrontation entre promoteurs du changement et innovateurs ordinaires (Alter, 2000), la mobilisation de nouveaux outils de gestion dans la modernisation du travail administratif (Jaeger et Linhart, 1998), l’implantation au travail de systèmes visant la gestion des connaissances (Terssac et Soubie, 1995), ou encore les vicissitudes du développement de systèmes d’informations structurant globalement l’activité des entreprises de service (Hochereau, 2001). Le débat est ouvert.

Top of page

Bibliography

Akrich, M., 1994. Comment sortir de la dichotomie technique/société. Présentation des diverses sociologies de la technique. In: Latour, B., Lemonnier, P. (Eds.), De la préhistoire aux missiles balistiques : l’intelligence sociale des techniques. La Découverte, Paris, pp. 104–130.

Alter, N., 2000. L’innovation ordinaire. Puf, Paris.

Benghozi, P.J., Flichy, P., et al. (Eds.), 2000. Internet en entreprise. Réseaux 104.

Bijker, W.E., 1995. Of Bicycles, Bakelites, and Bulbs: Toward a Theory of Socio-technical Change. MIT Press, Cambridge, Mass.

Cardon, D., 1997. Les sciences sociales et les machines à coopérer. Réseaux 85, 11–52.

Giddens, A., 1984. The Constitution of Society: Outline of a Theory of Structuration. California University Press.

Hochereau, F., 2001. Entre informatique et organisation : la construction sociotechnique de l’informatisation dans une grande entreprise. Thèse de l’ENS de Cachan.

Jaeger, C., Linhart, D., 1998. Une caisse d’allocations familiales en progrès : la gestion moderne de la misère. Réseaux 91, 31–66.

Jouet, J., 2000. Retour critique sur la sociologie des usages. Réseaux 100, 487–522.

Latour, B., 1994. Une sociologie sans objet ? Remarques sur l’interobjectivité. Sociologie du travail 36 (4), 587–607.

Neuville, J.P., Musselin, C. (Eds.), 2001. Nouvelles technologies de l’information et de la communication. Sociologie du travail 43 (3), 303–308.

Orlikowski, W.J., 2000. Using Technology and Constituting Structures: A Practice Lens for Studying Technology in Organizations. Organizsation Science 11 (4), 404–428.

Terssac, G. (de), Soubie, J.L., 1995. Systèmes à base de connaissances et organisations. Sociologie du travail 37 (1), 25–48.

Top of page

Notes

1 La place de la thématique des TIC (technologies de l’information et de la communication) dans le programme des journées de sociologie du travail 2003 en témoigne.

2 Ce point vient sans doute du fait que la référence à la notion de structure bénéficiait d’autres antécédents dans les sciences sociales françaises. Anthony Giddens fournit dans la traduction française de son ouvrage de 1984 (édité aux Puf en 1987) de nombreux éléments de positionnement de son approche par rapport aux traditions structuralistes.

3 On pourra se reporter ici à W.J. Orlikowski (Orlikowski, 2000) pour une bonne présentation d’ensemble.

Top of page

References

Bibliographical reference

Alexandre Mallard, « À propos de l’article de François-Xavier de Vaujany, « Les figures de la gestion du changement sociotechnique » », Sociologie du travail, Vol. 45 - n° 4 | 2003, 509-513.

Electronic reference

Alexandre Mallard, « À propos de l’article de François-Xavier de Vaujany, « Les figures de la gestion du changement sociotechnique » », Sociologie du travail [Online], Vol. 45 - n° 4 | Octobre-Décembre 2003, Online since 06 December 2003, connection on 29 September 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/32392 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.32392

Top of page

About the author

Alexandre Mallard

Laboratoire Usages, Créativité, Ergonomie, France Télécom Recherche & Développement, 38–40, rue du Général Leclerc, 92794 Issy-les-Moulineaux cedex 9, France
alexandre.mallard[at]francetelecom.com

By this author

Top of page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search