Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Norbert Alter, L’innovation ordinaire | Norbert Alter (dir.), Les logiques de l’innovation. Approche pluridisciplinaire

Presses universitaires de France, coll. « Sociologies », Paris, 2001, 278 p. | La Découverte, coll. « Recherches », Paris, 2002, 275 p.
François Aballea
p. 555-557
Référence(s) :

Norbert Alter, L’innovation ordinaire, Presses universitaires de France, coll. « Sociologies », Paris, 2001, 278 p.

Norbert Alter (dir.), Les logiques de l’innovation. Approche pluridisciplinaire, La Découverte, coll. « Recherches », Paris, 2002, 275 p.

Texte intégral

1Norbert Alter poursuit à travers ces deux ouvrages une entreprise de démythification de l’innovation et de l’organisation et de mise en évidence de l’ambiguïté de leurs rapports. C’est cette entreprise qui est le point commun entre eux. Démythification, d’une part, parce qu’il nous montre que l’innovation est un processus ordinaire, suscité au quotidien par des acteurs modestes, qui affecte toutes les organisations, et non un moment exceptionnel, initié par quelque génie créateur ou quelque décideur particulièrement perspicace subjuguant, un peu à la façon dont Gabriel Tarde pensait le rapport entre invention et imitation, des émules dans des organisations focalisées sur le changement technique ou organisationnel. Démythification, d’autre part, parce qu’il fait voir que l’organisation n’est pas une forme établie, cohérente et rationnelle mais une trajectoire, un mouvement, jamais achevé et toujours un peu chaotique vers une rationalisation toujours problématique ; elle est, pour reprendre les termes de Michael Cohen, James G. March et Johan P. Olsen, « une anarchie organisée ». De ce point de vue, innovation et organisation entretiennent des rapports homothétiques et paradoxaux. Elles se caractérisent l’une et l’autre par la même essence — l’incertitude, l’inachèvement, le mouvement ou le processus — et par la même utopie — celle de la rationalité, du contrôle, de l’imposition, de l’institutionnalisation. Et ce que dit l’auteur de la décision d’innover vaut sans doute pour toute décision en entreprise. En ce sens, L’innovation ordinaire propose aussi une théorie générale de la décision.

2Mais si changement et organisation sont dans des positions homothétiques, ils entretiennent aussi des relations ambiguës. Car si l’innovation dérégularise encore davantage l’organisation et si l’organisation contraint l’innovation, thème déjà développé il y a une dizaine d’années par N. Alter, en même temps, la contrainte, notamment la contrainte organisationnelle, comme le montre Pierre Romelaer dans Les logiques de l’innovation, peut susciter l’innovation. N. Alter souligne lui-même, rejoint en cela par Dominique Desjeux, en référence aux travaux d’Howard S. Becker, que si l’innovation est toujours une transgression, « une inversion des normes dans un univers hiérarchisé » (Alter, 2001, p. 86), une déviance, c’est une déviance relative sinon contrôlée à l’intérieur d’un système ou d’une situation qu’elle ne remet pas fondamentalement en cause. Ce qui était déjà le point de vue de Robert K. Merton.

  • 1 Voir, par exemple : Michel Callon (dir.), La science et ses réseaux, La Découverte, coll. « Textes (...)

3N. Alter reprend ici les thèses qu’il avait déjà présentées mais en les approfondissant et en les référençant fortement aux « classiques » de la sociologie, Georg Simmel, Marcel Mauss, Vilfredo Pareto, etc. ou en s’appuyant sur des travaux plus récents, ceux d’Anthony Giddens par exemple. Il rappelle ainsi que l’innovation n’est pas le changement qu’il définit comme la comparaison de deux états, alors que l’innovation est fondamentalement un processus de construction du sens et d’appropriation du changement. De ce point de vue, et l’expression est également reprise par Françoise Cros, l’innovation est une socialisation réussie de l’invention. L’invention n’est pas non plus l’innovation, affirme-t-il, et tous les auteurs des Logiques de l’innovation semblent partager ce point de vue, contre toute une tendance de la sociologie de l’innovation qui considère la coupure entre invention et innovation comme non fondée1. L’invention n’est qu’un moment premier, qu’une incitation à innover. Incitation, cela signifie à la fois une possibilité et une offre de participation. Imposée, elle est plus destructrice que créatrice, pour reprendre les termes de Joseph A. Schumpeter. N. Alter introduit une distinction fondamentale entre injonction dogmatique à l’innovation, ou invention et innovation. La première suppose connues de la part du décideur à la fois les questions pertinentes et les réponses efficaces, quand la seconde se définit comme un lent travail de découverte, d’appropriation par les acteurs qui lui donnent sens en l’aménageant. De ce point de vue aussi, l’innovation ne se confond pas avec le changement, même si toute innovation produit un changement car le changement produit n’est pas nécessairement le changement recherché. L’innovation opère constamment une redéfinition des objectifs. On ne peut donc affirmer le caractère fonctionnel de l’innovation qu’ex-post. Durant son procès, elle est au contraire incertitude quant aux résultats et risque, notamment du point de vue de l’identité, pour ses acteurs. C’est cette gestion de l’incertitude et du risque qui fonde d’ailleurs leurs compétences. Les innovations, souligne de son côté Danièle Linhart à propos des tendances « actuelles » à l’individualisation de la gestion des ressources humaines par les entreprises, sont multivalentes, elles peuvent se diffuser dans des contextes différents et avec des objectifs différents de ceux qui ont présidé à leur conception. Si l’invention peut accoucher de l’innovation, le processus n’est sûrement pas linéaire, mais toujours instable, voire erratique, et jamais totalement prévisible. Danièle Blondel étudiant les rapports entre science ou recherche et innovation, et Maurice Casier à propos des relations entre recherche et industrie et du « nouveau » modèle du « chercheur entrepreneur », confirment cette approche. La raison tient, pour partie au moins, à ce que l’innovation n’est pas appréhendable seulement du point de vue de la rationalité instrumentale ou en termes économiques. Elle est fondamentalement sociale. Si elle n’est pas gratuite, l’échange qu’elle supporte s’apparente au « don contre don ». Si elle n’est pas dépourvue d’une recherche d’intérêt, elle relève aussi du désir (François Cros) et de la croyance (N. Alter). Elle n’est ni automatique ni la simple résultante de transformations structurelles ; elle suppose l’intervention, le développement de la réflexivité d’acteurs en position critique dont l’action répond à des logiques diverses et multiples, affectives, symboliques autant qu’économiques. Lesquels acteurs coopèrent tout en étant concurrents, s’inscrivent dans des réseaux d’alliés plus ou moins clandestins, plus ou moins publics, se mobilisent et se désengagent simultanément. Là encore, on retrouve l’ambiguïté constitutive de l’innovation et l’ambivalence de l’innovateur. Pour autant, il y a bien ainsi une logique de l’innovation, dont N. Alter précise les dimensions, qui s’opposent à la logique de l’organisation.

4C’est bien là la thèse centrale de L’innovation ordinaire et que, d’une certaine façon, discutent les différents auteurs des Logiques de l’innovation. Comment se développe le triptyque invention-innovation-organisation ou incitation-appropriation-institutionnalisation ? Les deux logiques sont-elles concurrentes ou sont-elles plutôt complémentaires, mais en tension ? L’institution, l’organisation, la routine, la contrainte, sont-elles une ressource stimulant la créativité, canalisant les énergies, orientant l’innovation, limitant ainsi le risque de dérégulation, voire de désarticulation de l’organisation, peu propice à la mobilisation des acteurs ? Ou bien sont-elles une entrave contrariant les initiatives et décourageant, « lassant » les innovateurs face à une hiérarchie jouant sur les concurrences, avivant les rivalités, et en dernier ressort, maître du jeu ? Ou alors, la question pertinente est celle que soulève Dominique Foray : comment rendre l’entreprise ou l’organisation innovante ? Ce qui suppose, selon lui, de maîtriser quatre grandes capacités d’innovation : créativité, résolution de problème, gestion de la connaissance, valorisation économique de l’innovation. En réalité, pour N. Alter, c’est moins l’organisation qui pourrait contrarier l’innovation que l’activité organisationnelle, c’est-à-dire la volonté de rationalisation et de contrôle, laquelle est d’autant plus forte que l’organisation est dérégulée et donc que l’innovation, par nature dérégulatrice, se développe. Mais, plus l’activité régulatrice se développe et plus, selon lui, diminue la capacité à structurer clairement l’organisation. C’est sans doute là que réside le paradoxe de l’innovation ordinaire. N. Alter, et les différents auteurs qu’il a réunis autour de lui, chacun avec sa discipline, en renouvellent incontestablement l’approche.

Haut de page

Notes

1 Voir, par exemple : Michel Callon (dir.), La science et ses réseaux, La Découverte, coll. « Textes à l’appui », Paris, 1989.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Aballea, « Norbert Alter, L’innovation ordinaire | Norbert Alter (dir.), Les logiques de l’innovation. Approche pluridisciplinaire », Sociologie du travail, Vol. 45 - n° 4 | 2003, 555-557.

Référence électronique

François Aballea, « Norbert Alter, L’innovation ordinaire | Norbert Alter (dir.), Les logiques de l’innovation. Approche pluridisciplinaire », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 45 - n° 4 | Octobre-Décembre 2003, mis en ligne le 06 décembre 2003, consulté le 14 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/32521

Haut de page

Auteur

François Aballea

Groupe de recherche innovations et sociétés, UFR de psychologie, sociologie et sciences de l’éducation, université de Rouen, rue Lavoisier, BP 108, 76134 Mont-Saint-Aignan cedex
aballea[at]wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals