Skip to navigation – Site map

HomeNumérosVol. 45 - n° 4Comptes rendusRenaud Sainsaulieu, Des sociétés ...

Comptes rendus

Renaud Sainsaulieu, Des sociétés en mouvement. La ressource des institutions intermédiaires

Desclée de Brouwer, Paris, 2001, 224 p.
Valérie Boussard
p. 557-560
Bibliographical reference

Renaud Sainsaulieu, Des sociétés en mouvement. La ressource des institutions intermédiaires, Desclée de Brouwer, Paris, 2001, 224 p.

Full text

1Le dernier ouvrage présenté par Renaud Sainsaulieu se veut un essai. Il est en fait bien plus que cela. Appuyées sur une carrière sociologique de presque quarante ans, écrites à une période où R. Sainsaulieu se savait condamné par la maladie, les lignes qu’il nous livre se transforment en testament. Plus que des résultats de recherche organisés, plus qu’une thèse dévoilée, cet ouvrage est un credo. On y reconnaît d’ailleurs toute la personne de R. Sainsaulieu, impliquée au-delà du travail scientifique par l’action de transformation sur la société qui l’entoure. À cet égard, l’ouvrage défend une posture d’intervention, humaniste et optimiste, pour aider et accompagner les transformations sociales vers un monde plus juste et plus solidaire. Et au cœur de cette possibilité de changement positif se trouve ce qui fut pour R. Sainsaulieu l’objet d’une investigation majeure, ininterrompue et plurielle : les organisations productives.

2Le problème auquel R. Sainsaulieu cherche à répondre est celui de l’instabilité des sociétés modernes, libérales et mondialisées. Dans ces dernières, le mouvement est permanent, les incertitudes sont habitudes et les mutations nécessaires. Les institutions doivent évoluer, s’adapter et les hommes inventer leur futur et de nouvelles modalités de régulation sociale de la vie collective. Pour R. Sainsaulieu, cette invention passe par les organisations productives, entreprises, associations, administrations qu’il nomme « institutions intermédiaires », car elles se situent entre le niveau institutionnel de l’éducation et des familles, et celui de l’État.

3C’est en brossant sa propre carrière de chercheur, avec ses découvertes et ses positionnements, que R. Sainsaulieu nous amène à croire avec lui, à l’œuvre de socialisation identitaire et culturelle, portée, à côté de leur projet économique ou de production, par les institutions intermédiaires.

4Ce sont ensuite les processus sociaux qui permettent de sortir des crises qui sont examinés. L’auteur nous montre que là où des blocages importants étaient en jeu, les institutions intermédiaires ont permis l’avènement de structures légitimes nouvelles. Au-delà de la volonté publique, ou de la socialisation primaire, le changement aboutit parce que les institutions intermédiaires portent une capacité d’invention, de construction de lien social, plus clair, plus solidaire, plus juste.

  • 1 R. Sainsaulieu, L’identité au travail, Presses de la FNSP, Paris, 1977.

5C’est le chapitre suivant qui permet d’expliciter cette capacité de l’intermédiarité. Si dans les organisations productives on peut découvrir le principe d’une légitimité institutionnelle, c’est que cette situation d’entre-deux apporte des ressources pour vivre le passage d’une société à l’autre. Ces ressources reposent sur trois processus : la reconnaissance, la reliance et la réflexivité. L’institution intermédiaire permet d’être accueilli, considéré, toléré pour soi, en bref c’est de reconnaissance d’identité dont il s’agit. On trouve à ce stade l’influence des travaux de R. Sainsaulieu sur la place centrale des processus identitaires au travail1. L’intermédiarité apporte aussi l’expérience de la reliance, comme dynamique de rapprochement, de reliaison entre des pôles séparés par leurs différences. L’organisation est le lieu d’interactions socialisatrices intenses où l’on peut apprendre l’échange au sein de collectifs riches en complémentarité. Enfin, la réflexivité est une manière de construire une vision du futur, un projet d’avenir sans occulter les résultats du passé. Ces trois processus présents dans les institutions intermédiaires permettent d’y vivre des rapports sociaux d’échange et d’équilibre dans des structures capables d’évolution et d’attention aux individus.

6L’auteur énumère alors les mondes sociaux d’entreprise dans lesquels reconnaissance, reliance et réflexivité parviennent à intégrer les acteurs dans des collectifs et produisent des dynamiques collectives. Ces dernières doivent être capables de reconstituer la logique d’action d’institutions ébranlées par les tensions, les incohérences et les désordres de toute période de grande transformation. De la même manière, il repère les conditions pour qu’associations et administrations puissent devenir légitimes.

7Dans la logique de R. Sainsaulieu, le sociologue a un rôle à jouer pour aider les ensembles sociaux à devenir des institutions intermédiaires légitimes. En connaissant la diversité et la complexité des dynamiques organisationnelles, le sociologue peut intervenir pour aider à produire des régulations sociales légitimes.

8À la lecture de ces lignes, on comprend alors que les institutions intermédiaires, si elles sont porteuses de légitimité, n’en sont pas toutes à ce stade. La précision est de taille et nous y reviendrons. La question de R. Sainsaulieu se porte alors sur les autres institutions, normatives et politiques de la société. Comment ces dernières évoluent-elles ? Quelles sont les conditions pour qu’elles soient elles aussi légitimes ? En passant en revue l’éducation, le service public, les syndicats, l’action dirigeante et d’autres, l’auteur montre encore une fois que les trois processus, reconnaissance, reliance et réflexivité, sont essentiels pour faire advenir la légitimité.

9En conclusion, R. Sainsaulieu souligne que l’invention d’autres modalités de régulation sociale de la vie collective trouve ses sources dans les pratiques d’acteurs constamment confrontés aux exigences de la production. Le lieu de production, de bien, de service ou de solidarité devient ainsi le lieu d’invention d’une nouvelle société, meilleure, plus humaine, plus démocratique. Et ceci, en remplacement de la régulation étatique ou éducative qui ne peut suffire à accompagner les changements massifs de la mondialisation libérale.

  • 2 R. Sainsaulieu (dir.), L’entreprise, une affaire de société, Presses de la FNSP, Paris, 1990.

10L’intérêt de cet ouvrage est multiple. Il présente d’abord un récit interne et personnel du développement d’une des branches de la sociologie du travail. Pour tous les plus jeunes, c’est un formidable éclairage sur l’histoire, et même la petite histoire, qui a façonné les positionnements des uns et des autres. Et ces positionnements, on le sent, ne sont pas anodins. R. Sainsaulieu livre dans cet ouvrage un dernier combat pour les démontrer. Travail et intervention, telles sont les deux clefs que nous laisse l’auteur. Travail, parce que ce dernier est au centre de processus de socialisation, parce qu’il s’y passe des dynamiques qui font retour sur la société. L’entreprise–institution n’est pas loin2. Intervention, parce que le sociologue, par son savoir, peut participer à l’invention d’une nouvelle société, en écoutant, formant, accompagnant les acteurs de celle-ci. Parce que R. Sainsaulieu en est bien conscient, si les institutions intermédiaires sont porteuses de changements positifs, il y a des conditions à réunir, des processus tels la reconnaissance, la reliance et la réflexivité à faire émerger. Le sociologue est en quelque sorte invité à se transformer en accoucheur.

  • 3 On renvoie ici au débat sur la centralité du travail illustré par la polémique autour de l’ouvrage (...)

11Au cœur de la carrière de R. Sainsaulieu, ces positionnements réitérés ici avec force conviction ne permettent pas de clore un débat largement ouvert. Si l’œuvre socialisatrice du travail n’est pas contestée, ses effets bénéfiques, ses potentialités de création d’acteurs et d’échanges plus justes et plus équilibrés sont loin de faire l’unanimité3. Certains objecteront que les organisations productives sont tout autant des lieux de reconnaissance que de déni, de reliance que d’exclusion, de réflexivité que d’inertie. L’ambivalence du travail est inhérente à la structure socio-économique qui l’abrite, alors que R. Sainsaulieu fait du travail un acte détaché de ses conditions d’exercice : le rapprochement qu’il fait entre les trois types d’organisations productives, entreprises, administrations et associations en est la preuve. On pourrait en effet discuter de leurs similitudes. Si l’acte productif les réunit, ce dernier n’a pas pour autant le même sens, ne porte pas les mêmes tensions. Ainsi, si reconnaissance, reliance et réflexivité sont inévitablement les conditions de l’invention de nouvelles formes de sociabilité, l’institution intermédiaire en est-elle le premier et seul lieu d’existence ? Autre point de débat, le rôle d’intervention du sociologue. Celui-ci ne manque pas d’être ambigu dès lors qu’il touche aux organisations productives dans lesquelles se jouent des rapports salariaux. La question du « pourquoi intervenir ? » se double ici d’un « pour qui » ? Elle ne reçoit pas la même réponse selon l’institution intermédiaire concernée, ou selon la demande. Le sociologue n’est jamais sûr que cette dernière porte uniquement sur l’invention de solidarité et de justice.

12On peut néanmoins penser que les contradicteurs de R. Sainsaulieu sauront voir à quel point la profession de foi qu’il nous fait partager est fondée sur une croyance dans une nature humaine positive. Qu’elle postule pour la sociologie un rôle humaniste, dont l’auteur ne cesse de nous rappeler qu’il renoue avec les principes durkheimiens : retrouver grâce aux institutions l’harmonie sociale. À une époque où les institutions générales ne remplissent plus cette mission, elle se reporte pour R. Sainsaulieu sur les institutions intermédiaires.

Top of page

Notes

1 R. Sainsaulieu, L’identité au travail, Presses de la FNSP, Paris, 1977.

2 R. Sainsaulieu (dir.), L’entreprise, une affaire de société, Presses de la FNSP, Paris, 1990.

3 On renvoie ici au débat sur la centralité du travail illustré par la polémique autour de l’ouvrage de Dominique Méda, Le travail, une valeur en voie de disparition, Aubier, Paris, 1995.

Top of page

References

Bibliographical reference

Valérie Boussard, « Renaud Sainsaulieu, Des sociétés en mouvement. La ressource des institutions intermédiaires », Sociologie du travail, Vol. 45 - n° 4 | 2003, 557-560.

Electronic reference

Valérie Boussard, « Renaud Sainsaulieu, Des sociétés en mouvement. La ressource des institutions intermédiaires », Sociologie du travail [Online], Vol. 45 - n° 4 | Octobre-Décembre 2003, Online since 06 December 2003, connection on 30 September 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/32526

Top of page

About the author

Valérie Boussard

Laboratoire Printemps, CNRS–université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, 47, boulevard Vauban, 78047 Guyancourt, France
valerie.boussard[at]wanadoo.fr

By this author

Top of page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search