Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Jean Lojkine, Jean-Luc Maletras, La guerre du temps. Le travail en quête de mesure

L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », Paris, 2002, 239 p. [Préface de Jean-Christophe Le Duigou]
Paul Bouffartigue
p. 560-562
Référence(s) :

Jean Lojkine et Jean-Luc Maletras, La guerre du temps. Le travail en quête de mesure, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », Paris, 2002, 239 p. [Préface de Jean-Christophe Le Duigou]

Texte intégral

1Dans le droit fil de ses recherches antérieures sur la « révolution informationnelle » d’une part, les relations entre syndicalisme et gestion des entreprises d’autre part, Jean Lojkine, ici associé à un militant syndical, publie un ouvrage centré sur la mise en place des « 35 heures » dans deux établissements relevant d’une même firme de l’électronique professionnelle, Elect. Il vise à montrer qu’au-delà des débats sur les modalités pertinentes de diminution du temps de travail des cadres, les limites et les contradictions de la réduction de la durée du travail s’ancrent dans la crise des outils traditionnels de mesure de la productivité du travail appliqué aux activités « informationnelles ». Et il appelle au déploiement des expérimentations syndicales sur le terrain des alternatives aux choix technologiques, organisationnels et gestionnaires inspirés par la logique du capitalisme financiarisé.

2Les auteurs résument d’abord la perspective théorique d’ensemble à partir de laquelle ils diagnostiquent « l’enjeu du travail informationnel ». Proche de celle de Philippe Zarifian — mais insistant sur le caractère plus « capitaliste » que « taylorien » de l’approche encore dominante de la productivité du travail — cette perspective souligne la montée de « temps nouveaux » comme ressorts de la performance des entreprises modernes, tels les temps de communication, de réflexion, de formation et d’apprentissage. Or ces temps échappent aux outils d’évaluation de la productivité fondés sur la productivité apparente du travail, ou encore sur une productivité de débit.

3Ils présentent ensuite les résultats de leur enquête, conduite donc sur deux sites distincts. Ces terrains ont été choisis à la fois parce qu’y domine le travail hautement qualifié de traitement complexe de l’information — les ingénieurs et cadres y sont devenus majoritaires (A, ingénierie informatique, 80 % de cadres ; B, conception et fabrication de radars, 55 % de cadres) — et parce que des accords de réduction du temps de travail très contrastés y ont été signés, à la suite de nombreux conflits sociaux : dans le premier, ce sont les feuilles de temps autodéclaratives qui ont été adoptées, dans le second la mise en place de la badgeuse. Or il apparaît très vite que, quel que soit l’instrument de mesure adopté, il ne peut jouer un rôle efficace d’évaluation et de régulation de la durée du travail, y compris dans le cas des techniciens et des administratives auxquelles les auteurs se sont également intéressés.

4Ils insistent en effet sur le caractère « mythique » d’une exceptionnalité des cadres. Tous les « acteurs de la chaîne informationnelle » sont concernés par la montée de l’autonomie et de l’implication subjective dans le travail qui rend obsolète l’identification de l’activité professionnelle au temps de présence dans les locaux de l’employeur. C’est d’ailleurs l’une des originalités de cette recherche, qui, bien que centrée sur les cadres, s’intéresse de près également aux techniciens et aux administratives. La distinction catégorielle ingénieur/technicien ne coïncide plus, dans bien des cas, avec les fonctions exercées, et l’une des clefs de la surcharge de travail des cadres réside dans la suppression massive des emplois supports d’assistance administrative. Chez les cadres prédomine le clivage subjectif entre une implication forte dans le travail — et souvent encore dans l’entreprise — et le souci de libérer du temps pour la vie personnelle et familiale, mais la modalité de contrôle de la durée de leur travail n’est pas essentielle à leurs yeux. Les techniciens sont plus attachés au pointage, même si ceux qui exercent des fonctions « nomades » sont davantage confrontés que les autres à la perte de pertinence de la pointeuse. Les administratives enfin sont l’objet d’un processus de déqualification/surqualification qui voit une partie d’entre elles adopter des comportements de cadres.

5À l’image de ce qu’enseignent les premières études extensives sur le « vécu » des 35 heures, se dégage donc des entretiens un « paradoxe » opposant une appréciation positive de leurs incidences sur la qualité de vie et un jugement négatif eu égard à une charge de travail alourdie. Les auteurs examinent de près les bases organisationnelles et gestionnaires de cette ambivalence chez Elect. Alors que la durée de réalisation des logiciels n’est pas strictement prévisible compte tenu des aléas techniques nombreux dont elle fait l’objet, la logique commerciale amène à négocier au plus juste prix et délais. Malgré les innovations méthodologiques, technologiques et organisationnelles visant à capitaliser les savoirs et, in fine, à raccourcir les temps de développement, c’est l’échec. Les documentations informatiques sont « bâclées » et des procédures de contrôle qualité fastidieuses sont imposées, en réponse notamment à l’externalisation de toutes les activités que le nouveau management juge périphériques au « métier cœur » de l’entreprise. J. Lojkine et Jean-Luc Maletras, mettent en cause les instruments et critères de gestion utilisés, tels le Taux horaire moyen et le Coût de production prévisionnel. Le premier amène en particulier à réduire les emplois des salariés dits « indirects », et le second à sous-estimer en permanence les coûts réels.

6Les auteurs poursuivent en étudiant les contradictions générées par la mise en place de nouvelles structures organisationnelles — décentralisées, en réseau, centrées sur « l’affaire » et associées à l’émergence de nombreuses nouvelles fonctions de coordination — dans un contexte où s’accentue l’encadrement strict de l’activité par des objectifs définis de manière centralisée. Ils y voient la cause majeure d’une crise de confiance généralisée, non seulement entre les salariés et la direction de la firme, mais également au sein du collectif salarié dans lequel se développent des comportements utilitaristes ou fondés sur des solidarités courtes. J. Lojkine et J.‑L. Maletras évoquent enfin quelques expériences initiées au sein de la CGT du groupe Elect qui pourraient annoncer l’émergence d’un syndicalisme de nouvelle génération, d’inspiration autogestionnaire et travaillant en réseau, apte à faire face aux nouveaux défis de la firme néolibérale.

7Le principal mérite du livre est d’étayer, au travers d’une enquête de terrain approfondie, des thèses qui cherchent à aller aux sources techno-économiques de ce que beaucoup analysent comme simples dysfonctionnements organisationnels. Et, par là même, de nourrir des perspectives alternatives. Il avance des arguments convaincants sur le fait qu’au-delà de changements dans l’organisation du travail, une réduction effective du temps de travail suppose une critique radicale des outils de gestion encore massivement utilisés aujourd’hui. Il pêche parfois par généralisation hâtive, comme à propos de ce qui est défini comme le « mythe » de l’exceptionnalité des cadres : ce qui est en voie de disparition dans des sites où ils sont majoritaires est-il également valable dans la plupart des entreprises, où ils demeurent tout de même très minoritaires ? On regrettera que la comparaison entre les deux sites étudiés ne soit pas mieux valorisée, et que l’échantillon des interviewés ne soit pas présenté de manière plus complète. Et on souhaitera surtout qu’une confrontation beaucoup plus systématique avec d’autres travaux conduits dans des perspectives proches — on pense par exemple aussi bien aux recherches pionnières de William Grossin sur le temps de travail qu’au dernier livre de Pierre Veltz (Veltz, 2000) — soit prochainement poussée dans de nouvelles publications.

Haut de page

Bibliographie

Veltz, P., 2000. Le nouveau monde industriel. Gallimard, Paris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Bouffartigue, « Jean Lojkine, Jean-Luc Maletras, La guerre du temps. Le travail en quête de mesure », Sociologie du travail, Vol. 45 - n° 4 | 2003, 560-562.

Référence électronique

Paul Bouffartigue, « Jean Lojkine, Jean-Luc Maletras, La guerre du temps. Le travail en quête de mesure », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 45 - n° 4 | Octobre-Décembre 2003, mis en ligne le 06 décembre 2003, consulté le 14 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/32527

Haut de page

Auteur

Paul Bouffartigue

Laboratoire d’économie et de sociologie du travail (Lest), 35, avenue Jules-Ferry, 13626 Aix-en-Provence cedex, France
bouffart[at]univ-aix.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals