Skip to navigation – Site map

HomeNumérosVol. 45 - n° 4Comptes rendusSabine Fortino, La mixité au travail

Comptes rendus

Sabine Fortino, La mixité au travail

La Dispute, coll. « Le genre du monde », Paris, 2002, 235 p.
Nicky Le Feuvre
p. 562-564
Bibliographical reference

Sabine Fortino, La mixité au travail, La Dispute, coll. « Le genre du monde », Paris, 2002, 235 p.

Full text

1À partir des principaux résultats tirés d’une solide enquête de terrain menée entre 1994 et 1998 au sein d’une administration de la Fonction publique d’État et d’une grande entreprise publique à vocation industrielle et commerciale, l’ouvrage de Sabine Fortino propose une analyse fine de la relation ambiguë qui existe entre la mixité sexuée (coprésence d’hommes et de femmes dans les mêmes activités professionnelles) et l’égalité des sexes.

2L’ouvrage est structuré autour de trois grands axes : une première partie livre un état des lieux synthétique des rapports hommes/femmes au travail ; une deuxième partie pose « l’introuvable lien » entre la mixité professionnelle et la réduction des inégalités de sexe au travail ; une troisième partie dessine le « nouvel horizon d’une mixité sans partage du travail ». Cette structure claire et cohérente permet à l’auteur de développer progressivement les principales lignes de sa thèse, selon laquelle l’arrivée progressive des femmes dans des espaces professionnels anciennement sous monopole masculin s’accompagne de « l’inégale répartition des activités professionnelles à forte valeur ajoutée » (p. 148) et de « la recréation d’espaces professionnels sexuellement ségrégués » (p. 187).

3À l’aide d’une synthèse des principales recherches menées sur le thème, la première partie de l’ouvrage décrit le processus historique de « mise au travail » des femmes françaises, avec un apport spécifique de connaissances sur la gestion sexuée de l’emploi dans le secteur public.

4Ce thème est repris au début de la deuxième partie, qui mobilise les résultats des différentes enquêtes de terrain, pour montrer comment le fonctionnement des concours de recrutement et le déroulement des promotions par cooptation concourent à la reproduction d’une hiérarchie sexuée et d’une division fonctionnelle du travail au sein du secteur public.

5La troisième partie s’inscrit dans la lignée de cette observation, tout en apportant une analyse complémentaire des représentations collectives de la « mixité » et des discours qu’elle suscite chez les différents acteurs des organismes publics étudiés. C’est ici qu’apparaissent des clivages importants entre, d’une part, les hommes et les femmes et, d’autre part, entre les femmes de statuts professionnels différents. La mixité est massivement plébiscitée par les femmes employées dans les activités tertiaires les plus fortement féminisées. Celles-ci reproduisent les représentations négatives les plus stéréotypées sur les collectifs féminins de travail (mesquinerie, jalousies, papotages, etc.) et adhèrent à l’idée d’une influence potentiellement « apaisante » des hommes dans ces espaces professionnels. Du côté des hommes, la mixité suscite bien plus de réserves et entre en contradiction avec « la volonté de préserver l’entre-soi des hommes » (p. 176). Enfin, chez les femmes cadres, S. Fortino remarque une forte identification avec les hommes du même statut, une certaine « a-sexuation » des identités professionnelles et une tendance à renvoyer l’ensemble des préjugés sexués négatifs sur les femmes des catégories inférieures. L’opposition à la « mixité » de la part des femmes les mieux placées dans la hiérarchie professionnelle interdit donc « la constitution d’un éventuel rapport de force dans l’entreprise » (p. 174).

6Alors que les données tendent à confirmer les processus de hiérarchisation qui s’opèrent entre les sexes au sein même de collectifs de travail devenus « mixtes », S. Fortino affirme en fin d’ouvrage que : « [...] la mixité participe pleinement de la transformation des rapports sociaux entre les sexes » (p. 223). Puisque cette affirmation semble avoir été démentie par les données d’enquête, il est regrettable que la notion même de « rapports sociaux de sexe » — et son articulation avec les deux termes de « mixité » et « d’égalité » — n’ait pas été davantage développée au cœur même du raisonnement.

7Sur ce point, l’analyse aurait sans doute bénéficié d’un apport plus systématique de données sur les trajectoires sexuées des enquêté(e)s en dehors de l’espace professionnel à proprement parler. Si la plasticité du genre existe, elle se manifeste sans doute à l’interface des espaces sociaux. On peut effectivement penser que l’entrée des femmes dans de nouveaux métiers ou statuts professionnels influe sur les rapports entre les groupes sexués dans d’autres espaces sociaux que le champ professionnel lui-même et ceci, même si les trajectoires de carrières féminines demeurent effectivement plus lentes ou saccadées que celles des hommes. On peut regretter que cette influence ne soit pas directement abordée au cours de l’ouvrage.

8Ces quelques commentaires illustrent la richesse des débats théoriques soulevés par l’ouvrage de S. Fortino et n’enlèvent rien aux qualités indéniables de ce travail, ni à son évidente utilité pédagogique.

Top of page

References

Bibliographical reference

Nicky Le Feuvre, « Sabine Fortino, La mixité au travail », Sociologie du travail, Vol. 45 - n° 4 | 2003, 562-564.

Electronic reference

Nicky Le Feuvre, « Sabine Fortino, La mixité au travail », Sociologie du travail [Online], Vol. 45 - n° 4 | Octobre-Décembre 2003, Online since 06 December 2003, connection on 19 September 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/32541

Top of page

About the author

Nicky Le Feuvre

Équipe Simone-Sagesse (EA 3053), Maison de la Recherche, université de Toulouse-Le Mirail, 5, allées Antonio Machado, 31058 Toulouse cedex 9, France
lefeuvre[at]univ-tlse2.fr

By this author

Top of page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search