Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 45 - n° 4Comptes rendusJean-Gustave Padioleau, Le réform...

Comptes rendus

Jean-Gustave Padioleau, Le réformisme pervers : le cas des sapeurs-pompiers

Presses universitaires de France, coll. « Sociologies », Paris, 2002, 232 p.
Gilles Jeannot
p. 567-569
Référence(s) :

Jean-Gustave Padioleau, Le réformisme pervers : le cas des sapeurs-pompiers, Presses universitaires de France, coll. « Sociologies », Paris, 2002, 232 p.

Texte intégral

1Il y a beaucoup de choses dans cet ouvrage de Jean-Gustave Padioleau. Le style est alerte. La vivacité de ton est renforcée par la manière dont l’auteur se déplace à la machette dans la forêt des arguments de ses collègues, tranchant ici ou là sur un ton incisif, sans toujours, il est vrai, rendre compte de toutes les nuances des théories qu’il accroche au passage. Les arguments de fond sont en outre toujours illustrés de situations pratiques à travers la discussion de la réforme de départementalisation des services d’incendie et de secours. Mais tout ceci n’en fait pas pour autant un livre facile. L’auteur, qui fait l’éloge de l’exploration dans l’action publique, semble appliquer ici ce même principe en ouvrant simultanément plusieurs voies de réflexion. Le lecteur devra alors, lui aussi, rechercher son propre chemin. Balisons quelques pistes.

2Le réformisme. Le titre peut être trompeur : il ne s’agit pas ici d’une critique de la réforme, bien au contraire. Derrière la critique du réformisme pervers, il y a la quête d’une bonne réforme. Et c’est là un des aspects les plus originaux de la démarche que l’auteur a ouvert depuis quelques années en introduisant en France les discussions autour du design institutionnel. Réformer c’est changer des paramètres clés (droits de propriété, statut des acteurs), l’architecture des systèmes d’action collective ou les contextes dans lesquels ces derniers évoluent (marchés, monopoles). Une privatisation, le changement de statut de personnels sont par exemple des éléments de réforme. Cet appel à la réforme fait contraste en France avec un courant qui a privilégié des transformations des manières de faire (management, bonnes pratiques, conditions de travail, écoute des usagers) plutôt que des contextes d’action. Il fait aussi contraste, dans le milieu académique, avec un éloge récurrent du changement incrémental et du pragmatisme. Par-delà le plaidoyer, J.‑G. Padioleau s’efforce aussi d’épaissir notre approche de la réforme, il discute en particulier, à la suite de John March, la différence entre un réformisme d’exploitation et un réformisme d’exploration. Alors que le premier circule entre des diagnostics partagés et des listes de solutions connues, le second reste ouvert, s’interroge en particulier sur les objectifs et les fondements de l’action et se permet de tester des instruments moins maîtrisés. L’auteur montre alors, à travers le cas de la réforme des services incendie, comment le premier modèle s’impose sur le second et comment au passage se trouve bousculée une dimension importante de ces services : le républicanisme.

3Le républicanisme. Ce terme n’a pas eu l’heur d’apparaître dans le titre, il en est cependant un des termes centraux. De quoi s’agit-il ? Un signe patent du républicanisme est l’engagement des pompiers volontaires en vue d’un bien commun sans attente de réponses utilitaires directes. Mais ce n’est qu’un signe. Le républicanisme inclut aussi un certain localisme, une relation avec le politique local (les citoyens sont soumis à l’autorité d’un gouvernement représentatif, participent à certaines décisions et consomment des biens collectifs coproduits), ainsi qu’une diffusion dans toute la société, les habitants ne se comportant pas vis-à-vis de ces pompiers en usagers consuméristes. L’approche est stimulante, mais on peut regretter ici de ne pas avoir une caractérisation plus précise de ce fait. La coproduction des services d’incendies peut-elle être rapprochée de celle qui s’opère dans le domaine du logement des SDF (Emmaüs), du sida (Aides) ou de l’économie sociale ? Quels liens y a-t-il avec d’autres notions comme celle de « community » qu’ont en tête plusieurs auteurs anglais ou américains qu’il cite ?

4Le réformisme pervers. La perversité dont il est question ici trouve son origine dans le décalage entre l’organisation et l’institution. De même que naît un malaise lorsque l’on plaque du mécanique sur du vivant, le réformisme bute sur la difficulté de plaquer de l’organisation sur de l’institution. En abordant le service d’incendie avec la grille de lecture de l’organisation (économie, efficience, efficacité) les promoteurs de la départementalisation minent l’institution qu’ils déclarent vouloir préserver. Plus encore, à travers ce détournement, les objectifs affichés d’économie qui justifient toutes ces transformations ne sont même pas atteints, bien au contraire. En effet, la logique de rationalisation est aussi une logique de dépense (mise à niveau des différents services, logiques consuméristes). Et les réformateurs oublient que le modèle républicain, « modérantiste » inclut aussi une conception certaine de l’économie.

5Et les pompiers ? Il est possible aussi, ne l’oublions pas, de lire dans cet ouvrage, indépendamment de ces considérations, une analyse tout à fait documentée des conditions de définition et d’application des lois du 3 mai 1996, sur les services d’incendie et de secours. L’analyse de facture assez classique est très bien documentée, aussi bien au niveau des débats qui ont accompagné cette loi qu’à travers des observations menées sur plusieurs années dans quatre départements.

6On l’aura compris, l’ouvrage de J.‑G. Padioleau, plongé dans l’actualité, ouvre des perspectives plus qu’il ne les referme. Il mérite le débat.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Jeannot, « Jean-Gustave Padioleau, Le réformisme pervers : le cas des sapeurs-pompiers », Sociologie du travail, Vol. 45 - n° 4 | 2003, 567-569.

Référence électronique

Gilles Jeannot, « Jean-Gustave Padioleau, Le réformisme pervers : le cas des sapeurs-pompiers », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 45 - n° 4 | Octobre-Décembre 2003, mis en ligne le 06 décembre 2003, consulté le 24 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/32548

Haut de page

Auteur

Gilles Jeannot

Laboratoire techniques, territoires et sociétés (Latts), École nationale des ponts et chaussées, 6–8, avenue Blaise Pascal, Cité Descartes, 77455 Marne-la-Vallée cedex 2, France
jeannot[at]latts.enpc.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search