Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 45 - n° 4Comptes rendusAnnie Thébaud-Mony, L’industrie n...

Comptes rendus

Annie Thébaud-Mony, L’industrie nucléaire. Sous-traitance et servitude

Inserm/EDK, Paris, 2000, 272 p.
Francis Chateauraynaud
p. 569-572
Référence(s) :

Annie Thébaud-Mony, L’industrie nucléaire. Sous-traitance et servitude, Inserm/EDK, Paris, 2000, 272 p.

Texte intégral

1Au cours de l’année 1997, un dossier, qui évoluait à bas bruit depuis de longues années, éclate dans l’espace politico-médiatique français : celui des travailleurs extérieurs des centrales nucléaires, affectés aux tâches de maintenance effectuées le plus souvent en zone radioactive. Les conditions dans lesquelles les opérateurs de la sous-traitance nucléaire subissent les contradictions d’un système reportant sur eux l’essentiel des expositions aux rayonnements sont publiquement dévoilées et font l’objet de débats intenses. De nouvelles normes, de nouveaux dispositifs de suivi et de protection sont alors exhibés par les autorités et par les exploitants, et le dossier est bien vite refermé, faute d’une mobilisation durable et soutenue des travailleurs DATR (directement affectés aux travaux sous rayonnements), acteurs faiblement organisés pour lutter collectivement et soumis à un dur régime de précarité et de concurrence.

2L’ouvrage publié sur le sujet par Annie Thébaud-Mony fait partie des recherches de fond qui aident à combattre un phénomène souvent constaté : l’oubli collectif d’un dossier qui a pourtant déjà fait l’objet de prises de parole et de débats publics. Certes, des médecins, des ergonomes, des syndicalistes maintiennent leur vigilance, mais on sait qu’une des clefs de l’aboutissement d’une cause réside dans la possibilité d’un déconfinement, d’une mobilisation plus large. Ce n’est pas par hasard que l’auteur a également étudié en profondeur un autre dossier, celui de l’amiante, dont elle était une des rares à poursuivre l’analyse pendant la fameuse période de silence des années 1980 (Thébaud-Mony, 1990). Le livre sur l’industrie nucléaire se présente en trois parties : la première déploie l’organisation de la maintenance des centrales nucléaires à partir d’une série d’entretiens approfondis, et répétés, avec des travailleurs extérieurs ; la deuxième partie analyse les procédés de légitimation de l’organisation de la sous-traitance, soumise à un triple impératif de compétitivité, de qualité et de sûreté ; la troisième s’attache aux conséquences de cette organisation sur la santé publique, en montrant comment la santé des travailleurs extérieurs rencontre l’enjeu, plus construit politiquement, de la protection des populations contre les risques d’accidents ou d’expositions durables aux rayonnements ionisants.

  • 1 L’importance donnée à l’expérience vécue dans le travail n’est bien sûr pas nouvelle et s’inscrit d (...)

3Loin de se limiter à l’analyse des conditions de travail et des risques sanitaires d’une population de travailleurs, cet ouvrage propose une analyse critique de l’ensemble de l’organisation sociale du secteur nucléaire. Son pari est en effet d’explorer les liens entre sous-traitance et santé au travail, en les inscrivant dans « l’ensemble des dimensions de l’organisation sociale du travail, des idéologies et des rapports sociaux qui la façonnent », et en se plaçant « au plus près de l’expérience vécue de l’activité des travailleurs « extérieurs » » (p. 13). Cette double exigence fait cohabiter, de manière particulièrement réussie, une démarche critique et une analyse compréhensive. Démarche critique, parce que la question que pose A. Thébaud-Mony est radicale : pourquoi une industrie qui fait de la maîtrise technique un enjeu décisif est-elle conduite à sous-traiter plus de 80 % des opérations de maintenance, décisives pour la sûreté des installations ? Approche compréhensive parce que l’expérience et la parole des travailleurs étudiés sont les véritables fils conducteurs de l’enquête1.

  • 2 Un des objectifs du film réalisé par C. Pozzo di Borgo, Les trimardeurs du nucléaire (1996), était (...)

4Une des difficultés de l’expression publique des modalités concrètes de réalisation des tâches, souvent réduites à l’opposition entre « travail prescrit » et « travail réel », réside dans la nature des récits et des descriptions que peuvent en faire les protagonistes : on ne s’intéresse que rarement aux mondes du travail dans lesquels sont plongés les autres. Et a fortiori des autres qui opèrent de manière invisible, à l’ombre des dispositifs de valorisation et de promotion développés par le management. Ce n’est pas pour rien qu’A. Thébaud-Mony parle si souvent de « part invisible » ou d’« occultation ». L’« invisibilité sociale » qui caractérise cet « envers » de la production nucléaire, est moins le produit d’une politique machiavélique que la somme d’une série de contraintes tant sociales que cognitives. Comment faire entendre, faire toucher du doigt, des contraintes et des expériences marquées précisément par leur invisibilité sociale — propriété qui, d’ailleurs, peut être généralisée à bien des opérations techniques sous-traitées en cascade ? Les formules de mobilisation syndicale ou politique usent de catégories et de procédés de généralisation évitant d’entrer dans les « détails ». Le plus souvent, ces derniers ne deviennent pertinents que lorsqu’il y a un drame, une catastrophe ou une affaire. En l’absence d’instruments de mobilisation constitués, la complexité des univers de travail, renforcée ici par les spécificités de l’énergie nucléaire, crée ainsi un fossé « communicationnel » qui peut être fatal à certains métiers, et, pour le moins, rendre difficile toute transformation d’envergure de l’organisation2. L’enquête sociologique peut contribuer à cette transformation, en sériant des enjeux qui ne parviennent pas à s’imposer dans l’ordre des représentations dominantes. Il s’agit moins de projeter un schème critique conçu a priori sur des pratiques, que de créer le dispositif de rassemblement d’une multiplicité d’expériences qui peinent à trouver leur espace de représentation. Pour y parvenir, A. Thébaud-Mony suit ses agents jusqu’au bout, qu’il s’agisse d’interventions sur une vanne, de discussions sur la conformité d’un circuit de régulation, d’évaluations contradictoires des doses reçues, de répartitions des travaux lors des arrêts de tranche, d’organisations de leur vie familiale. Elle montre le même souci du détail dans l’analyse des dispositifs institués, et notamment la surveillance médicale des travailleurs. Au-delà des apports considérables sur ce point névralgique de l’industrie nucléaire, l’ouvrage d’A. Thébaud-Mony parvient à se frayer une voie entre deux formes de sociologie séparées par les joutes académiques : une sociologie critique, soucieuse de saisir une organisation sociale dans son ensemble et d’en cerner les contradictions, et une sociologie pragmatique exigeant d’aller au plus près des acteurs et des dispositifs en jeu.

  • 3 J’ai moi-même éprouvé cette tension lors d’une étude des agents de conduite du nucléaire, menée, en (...)

5Quel que soit son angle d’approche, la sociologie du secteur nucléaire doit faire face à une séparation rigide entre l’intérieur et l’extérieur. Étudier les activités en interne suppose de composer avec des acteurs qui entendent garder le contrôle du discours et de l’analyse, en faisant valoir une forte asymétrie de compétences3 ; enquêter sur l’environnement extérieur, porte, inversement, à privilégier des rhétoriques, des représentations ou des formes de mobilisation hétérogènes qui éloignent de l’expérience concrète des dispositifs techniques (Touraine et al., 1981 ; Zonabend, 1989 ; Chateauraynaud et Torny, 1999 ; Barthe, 2000). La force de la longue enquête menée par A. Thébaud-Mony est de se placer aux points de jonction de l’interne et de l’externe, en montrant à la fois l’extrême vulnérabilité des personnes qui s’y trouvent engagées « de manière totale », et l’absence de dispositif d’expression collectif, de reconnaissance et de parole publique. Elle contribue ainsi à faire exister pleinement ces agents et à relier leur cause à des enjeux décisifs puisqu’à travers leurs expériences se joue la sûreté nucléaire. Le rôle de la maintenance dans la genèse des incidents nucléaires est connu depuis longtemps. Il manquait un point de vue sociologique précis sur les conditions d’exercice des métiers qu’elle convoque. Ce n’est pas jouer au « prophète de malheur » que de montrer, à partir d’un patient travail de description, que la menace d’une transformation d’un problème apparemment mineur de maintenance en accident majeur doit être prise très au sérieux, et qu’on ne peut le faire qu’en tenant compte de ceux qui sont au contact quotidien du danger. Les effets pervers cumulés du système de « gestion de l’emploi par la dose » et de l’absence d’espace de négociation et d’élaboration collectives des modalités du travail de maintenance, tendent à invalider les discours de maîtrise et de prévention. À défaut d’une meilleure prise en compte de ces travailleurs de l’ombre, conduits à jongler avec la dosimétrie, on risque fort d’en reparler à l’occasion d’un accident ou d’une catastrophe. Le livre d’A. Thébaud-Mony ne se présente pas comme une lecture fataliste ou déterministe. Il montre précisément comment, en la matière, il y a moyen d’agir avant qu’il ne soit trop tard.

Haut de page

Bibliographie

Barthe, Y., 2000. La mise en politique des déchets nucléaires. Thèse de l’École des Mines de Paris.

Bourrier, M., 1999. Le nucléaire à l’épreuve de l’organisation. Puf, Paris.

Chateauraynaud, F., 1997. Vigilance et transformation. Présence corporelle et responsabilité dans la conduite des dispositifs techniques. Réseaux 85, 101–127.

Chateauraynaud, F., Torny, D., 1999. Les sombres précurseurs. Éditions de l’EHESS, Paris.

Clot, Y., 1995. Le travail sans l’homme ? Pour une psychologie des milieux de travail et de vie. La Découverte, Paris.

Dodier, N., 1995. Les hommes et les machines. Métailié, Paris.

Llory, M., 1996. Accidents industriels : le coût du silence. Opérateurs privés de parole et cadres introuvables. L’Harmattan, Paris.

Thébaud-Mony, A., 1990. L’envers des sociétés industrielles. Approche comparative franco-brésilienne. L’Harmattan, Paris.

Touraine, A., et al., 1981. La prophétie antinucléaire. Seuil, Paris.

Zonabend, F., 1989. La presqu’île au nucléaire. Odile Jacob, Paris.

Haut de page

Notes

1 L’importance donnée à l’expérience vécue dans le travail n’est bien sûr pas nouvelle et s’inscrit dans une longue tradition, prolongée ici avec un grand souci de justesse descriptive, que l’on trouve récemment, sur des objets proches, chez d’autres auteurs (Clot, 1995 ; Dodier, 1995 ; Llory, 1996).

2 Un des objectifs du film réalisé par C. Pozzo di Borgo, Les trimardeurs du nucléaire (1996), était précisément de rendre tangible, par l’image, la condition de ces travailleurs nomades.

3 J’ai moi-même éprouvé cette tension lors d’une étude des agents de conduite du nucléaire, menée, en collaboration avec Bernard Conein, pour le groupe Facteur humain de la Direction de la production et du transport d’EDF en 1992 et 1993. Pour un propos plus général sur les agents de conduite, voir (Chateauraynaud, 1997 ; Bourrier, 1999).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francis Chateauraynaud, « Annie Thébaud-Mony, L’industrie nucléaire. Sous-traitance et servitude », Sociologie du travail, Vol. 45 - n° 4 | 2003, 569-572.

Référence électronique

Francis Chateauraynaud, « Annie Thébaud-Mony, L’industrie nucléaire. Sous-traitance et servitude », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 45 - n° 4 | Octobre-Décembre 2003, mis en ligne le 06 décembre 2003, consulté le 24 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/32557

Haut de page

Auteur

Francis Chateauraynaud

École des hautes études en sciences sociales, 131, boulevard Saint-Michel, 75005 Paris, France
château[at]msh-paris.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search