Skip to navigation – Site map

HomeNumérosVol. 45 - n° 4Comptes rendusAnne-Sophie Perriaux, Renault et ...

Comptes rendus

Anne-Sophie Perriaux, Renault et les sciences sociales

Arslan, Paris, 1998, 379 p.
Elsie Charron
p. 572-574
Bibliographical reference

Anne-Sophie Perriaux, Renault et les sciences sociales, Arslan, Paris, 1998, 379 p.

Full text

1Le livre d’Anne-Sophie Perriaux est une première. Il reconstitue l’histoire des recherches en sciences sociales menées sur quarante ans chez Renault. C’est l’occasion pour l’auteur d’analyser l’évolution des démarches et objets de ces recherches et l’utilisation faite par l’entreprise de leurs résultats. Le livre est organisé en trois parties. La première traite des services internes, des centres et réseaux de recherche externes ayant réalisé des enquêtes chez Renault de 1948 à 1991. La seconde concerne les démarches de recherche. La troisième est consacrée aux objets et champs de recherche, sur une période plus limitée, de 1983 à 1991.

2La recherche en sciences sociales a bénéficié très tôt d’une reconnaissance officielle avec la création en 1953 du service Études des problèmes du personnel, au sein de la Direction des relations sociales, à un moment où Renault était engagée dans une politique d’intense recrutement. Les études portant sur les catégories professionnelles et les conditions de vie du personnel ont été menées en interne. Cependant, dès 1948 Renault est un terrain privilégié pour des recherches indépendantes. Les travaux effectués à ce titre, entre 1953 et 1971, sont remarquables par leur diversité et par les chercheurs qui les ont dirigés ou réalisés. Parmi eux, Alain Touraine, Pierre Naville ou Claude Lévy-Leboyer. Peu de travaux ont été suscités par les syndicats, exceptée une grande enquête menée par le comité d’entreprise en 1968, et des études effectuées à titre individuel par des syndicalistes, par exemple Daniel Mothé. Les recherches sur contrat, réalisées par des chercheurs extérieurs et commandées par l’entreprise ou la puissance publique, ne commencent que dans les années 1960.

3Leur développement ne suit pas une évolution linéaire. 1968 marque un coup d’arrêt, moins quant au nombre d’études effectuées qu’à leur légitimité au sein de l’entreprise. Mais les grandes grèves d’OS, dans la première moitié des années 1970, amènent en France au premier plan la question de la dégradation des conditions de travail. Au sein de Renault, sont menées pour la première fois des « recherches action ». D’autres directions que la Direction du personnel et des affaires sociales commencent à financer des recherches en sciences sociales, en faisant appel, entre autres, au CRG (Centre de recherche en gestion) de l’École Polytechnique et plus tard au CGS (Centre de gestion scientifique) de l’École des Mines. L’introduction de la recherche en gestion marque un tournant dans l’histoire de la recherche en sciences sociales chez Renault et témoigne du doute grandissant de certains services quant à la pertinence de l’organisation du travail en place à l’époque et d’un développement d’un autre rapport à la recherche en entreprise, tant de la part des chercheurs que de la part de l’entreprise et des pouvoirs publics.

4Côté chercheurs, « l’entreprise » commence à devenir un thème de recherche en soi, sans se substituer pour autant au thème « travail ». Le réseau interdisciplinaire Gerpisa (Groupe d’étude et de recherche permanent sur l’industrie et les salariés de l’automobile) est créé en 1981 à leur initiative, dans le dessein de parvenir à une compréhension d’ensemble de l’évolution des constructeurs automobiles. Côté entreprise, Renault s’engage dans la « recherche en partenariat », en devenant un des adhérents du GIP Mutations industrielles dès sa création en 1985. Cette participation permettra l’apparition de nouvelles démarches de recherche et la réalisation de travaux sur d’autres secteurs que la fabrication, comme la conception ou les activités commerciales. La politique menée par le MRT (ministère de la Recherche et de la Technologie) au début des années 1980 et les programmes interdisciplinaires du CNRS, notamment le Pirttem, ont favorisé le développement des recherches en partenariat. Les débats que cette politique a suscités à l’époque sont évoqués dans le livre. Ils auraient mérité d’être analysés davantage étant données les conséquences qu’ils ont eues.

5Le lecteur ne retrouvera pas dans ce livre l’histoire des transformations que l’entreprise a connues, notamment dans l’organisation du travail, ni une analyse sociologique de l’évolution de la demande de recherche en sciences sociales. Tel n’était pas le but. A.‑S. Perriaux montre toutefois, que dès les années 1970, la demande de recherches en gestion, pour penser et tester des réorganisations possibles du travail va de pair avec la diversification des services commanditaires (direction du transport, méthodes, direction d’usines, etc.), et avec la diffusion de cette préoccupation dans l’entreprise. De même, dans les années 1980 et au début 1990, avec le soutien du MRT et le développement des recherches en partenariat, le « changement organisationnel » puis « l’innovation » deviennent des objets centraux de la demande de recherche, alors que l’entreprise procède à des réorientations stratégiques.

6Si la sociologie du travail et la gestion sont associées à l’image des recherches chez Renault, ce livre fait apparaître un tableau plus différencié. La psychologie, l’ergonomie, l’histoire ont été présentes dès les années 1950. Au fil du temps, des disciplines variées, les sciences politiques, la démographie, l’économie, la linguistique, la médecine, ainsi qu’un nombre croissant d’organismes de recherche, vont apporter leur contribution.

7L’histoire de la recherche et de ses usages chez Renault montre par ailleurs combien il est impossible d’évaluer l’utilité d’une recherche, son succès ou son échec, à l’aune de son utilisation immédiate par l’entreprise. La valorisation est un processus lent et discontinu rarement mesurable. Elle prend surtout des formes différentes selon les démarches de recherche adoptées.

8La deuxième partie du livre vise précisément à caractériser et à classer les recherches en sciences sociales menées chez Renault depuis 1948, selon les démarches qu’elles ont mises en œuvre. L’histoire de ces démarches est pour A.‑S. Perriaux « un bon site d’observation de la façon dont la pratique des sciences sociales modifie dans l’entreprise les attentes à leur égard et dont, réciproquement ces attentes participent à l’innovation méthodologique » (p. 185). Cette partie, une des plus intéressantes, peut être aussi la plus controversée. La classification qu’elle fait des recherches en trois catégories : « recherche–rapport », « recherche–action » et « recherche intégrée », ne parvient pas à rendre compte, nous semble-t-il, de la diversité des pratiques. L’auteur éprouve elle-même une difficulté à situer dans ce cadre des recherches mettant en œuvre des démarches qu’elle estime par ailleurs novatrices, telles les démarches de co-analyse des situations de travail avec les intéressés eux-mêmes, mises en œuvre entre 1986 et 1991 par le GIP MI. A.‑S. Perriaux reconnaît les limites de sa typologie.

9Dans la troisième partie du livre, elle montre l’évolution des objets et des champs de recherche vers le secteur commercial et l’importance croissante du thème de l’entreprise. C’est à cette occasion qu’apparaît, avec une acuité particulière, la part cachée de la production de la recherche en sciences sociales dans l’entreprise, celle qui revient aux services commanditaires et aux enjeux qui les traversent.

10Plusieurs chapitres analysent le déroulement concret de recherches. Ils pourraient justifier, à eux seuls, l’intérêt de cet ouvrage. Ce livre permet en effet des lectures différentes. Il constitue indiscutablement non seulement un apport important à l’histoire de Renault, mais également une contribution à l’histoire plus large de la recherche en sciences sociales et aux débats sur la valorisation. Il ne peut qu’intéresser les chercheurs travaillant sur le travail et l’entreprise, quelle que soit leur discipline. Que l’on partage ou non les points de vue exprimés par l’auteur, la lecture du livre d’A.‑S. Perriaux est stimulante pour la réflexion sur nos pratiques de recherche et sur ce qui les conditionne.

Top of page

References

Bibliographical reference

Elsie Charron, « Anne-Sophie Perriaux, Renault et les sciences sociales », Sociologie du travail, Vol. 45 - n° 4 | 2003, 572-574.

Electronic reference

Elsie Charron, « Anne-Sophie Perriaux, Renault et les sciences sociales », Sociologie du travail [Online], Vol. 45 - n° 4 | Octobre-Décembre 2003, Online since 06 December 2003, connection on 20 September 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/32566

Top of page

About the author

Elsie Charron

Cultures et sociétés urbaines (CSU), Iresco (CNRS), 59, rue Pouchet, 75017 Paris, France
elsie.charron[at]club-internet.fr

Top of page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search