Skip to navigation – Site map

HomeNumérosVol. 45 - n° 4Comptes rendusBruno Milly, Soigner en prison

Comptes rendus

Bruno Milly, Soigner en prison

Presses universitaires de France, coll. « Sociologies », Paris, 2001, VII–250 p.
Georges Benguigui
p. 578-580
Bibliographical reference

Bruno Milly, Soigner en prison, Presses universitaires de France, coll. « Sociologies », Paris, 2001, VII–250 p.

Full text

1Depuis les années 1980 la littérature sociologique en langue française sur la prison commence à rattraper son important retard sur la littérature en langue anglaise très abondante sur ce sujet. Cependant la production française est surtout orientée vers la relation détenus–surveillants. Le livre de Bruno Milly est de ce point de vue particulièrement original. Cet ouvrage est issu d’une thèse intitulée « Professions et prison. Soigner et enseigner en prison : un regard sociologique croisé sur le fonctionnement de la prison et sur les professions de la santé et de l’enseignement intervenant en prison dans ce milieu ». B. Milly a choisi ici de ne conserver que la partie santé. Ce faisant, son propos est plus cohérent quant aux questions qu’il pose.

2B. Milly regarde donc la prison au travers du prisme de la santé et des personnels de santé. Réciproquement il regarde la notion de profession au travers du prisme de la prison. En s’intéressant à la prison avec comme point d’entrée les soins, B. Milly n’a pas la naïveté de croire que c’est là une voie aussi importante que celle de l’analyse des relations détenus–surveillants qui sont au cœur du fonctionnement des prisons. Il affirme cependant, à juste titre, que cette approche décentrée peut apporter des lumières nouvelles sur la prison, notamment sur des sortes d’angles morts de celle-ci. Symétriquement, cette approche au travers des membres des professions de santé lui permet de revisiter la notion si controversée de profession.

3On se souvient que la très célèbre expression d’Erwing Goffman, « total institution », a été traduite, soit par « institution totale », soit par « institution totalitaire ». Cela permet à B. Milly de poser deux questions différentes : aujourd’hui, à quel degré la prison est-elle une institution totale et à quel degré est-elle une institution totalitaire ? Pour B. Milly, une institution est totale notamment lorsque les besoins assouvis le sont par elle ou par des intervenants extérieurs à qui aucune autonomie n’est accordée. Une institution est totalitaire dans la mesure où elle prive les reclus des droits qui ne leur sont pas retirés juridiquement. On notera que, d’une certaine manière, poser la question de l’autonomie des membres des métiers de santé en prison comme le fait B. Milly revient en fait à évaluer leur degré de professionnalisation. Pour répondre à ses questions B. Milly a mené un difficile travail de terrain quand on sait qu’en prison tout le monde se méfie de tout le monde. Il a eu des entretiens avec des médecins et des infirmiers, avec des détenus et enfin avec des représentants de l’administration pénitentiaire. Il a assisté à différentes réunions et fait de l’observation. Sa démarche a été celle de l’individualisme méthodologique. Il s’agissait donc de voir comment le poids des contraintes pénitentiaires a évolué et comment chaque acteur réagit face à ces contraintes.

4Du point de vue de l’évolution de ces contraintes, B. Milly fait un retour en arrière sur les soins en prison. Le point le plus important ici est la réforme de ces dernières années qui a transféré la responsabilité des soins à destination des détenus du ministère de la Justice (l’administration pénitentiaire) à celui de la Santé (les hôpitaux publics). Il est évident que ce transfert a renforcé, voire créé l’autonomie des membres des professions de santé. Le poids des contraintes pénitentiaires n’a évidemment pas disparu pour autant, mais du moins ce changement de statut des professionnels n’est pas sans importance quant à la question de la « détotalisation » de la prison. B. Milly montre bien alors que la prison n’est plus une institution absolument totale : les praticiens se sont vus reconnaître une réelle autonomie même si des difficultés subsistent encore, bien évidemment. Les choses sont un peu moins claires quant à l’aspect totalitaire de la prison. D’une part, on ne peut pas dire que les soins soient refusés aux détenus, le droit à la santé est reconnu par tous en prison (même si là aussi subsistent quelques difficultés). De ce point de vue, la prison n’est pas totalitaire. D’autre part, comparée à l’extérieur, la prison ne fournit pas le même accès aux soins. Il ne s’agit pas seulement d’une question de techniques ou de moyens mais aussi par exemple de secret médical. Alors qu’à l’extérieur le secret médical est garanti aux patients, il n’en est pas de même en prison. Autre exemple, les praticiens ont parfois à l’égard de détenus des comportements qu’ils s’interdisent face à d’autres patients : les praticiens en prison, qu’ils soient somaticiens ou psychiatres, ne connaissent que les maladies organiques et ils se refusent à traiter certains troubles classiques en prison tels que le « choc de l’incarcération », le « coup de cafard ». Ils refusent toute discussion qui n’a pas trait à un désordre organique. Ainsi les détenus ont certes droit à la santé, mais dans des conditions différentes de celles de l’extérieur.

5Le second volet du travail de B. Milly sur les professions de santé à la lueur de la prison est beaucoup moins convaincant. Les résultats auxquels il aboutit sont partiellement connus depuis Stauss. B. Milly montre que, sous une même étiquette, les actions et représentations des personnels de santé sont très variées. L’auteur construit une typologie et il nous fait voir alors que les priorités des uns sont incompréhensibles pour d’autres. C’est ainsi que les « organicistes » ont une vision techniciste du traitement des pathologies organiques et la déontologie a relativement peu d’importance pour eux, alors qu’au contraire pour les « puristes », cette déontologie est essentielle. De leur côté les « consensuels » cherchent surtout à éviter le conflit avec le personnel pénitentiaire tandis que les « spécialistes pénitentiaires » mettent en avant la spécificité des soins aux détenus. Mais ce sont surtout les difficultés sur le plan technique qui expliquent ces réticences. B. Milly a mené par exemple des entretiens avec vingt-trois professionnels de santé, médecins et infirmiers. Or il propose une typologie de médecins avec quatre types à partir de ces entretiens en nombre forcément inférieur à vingt-trois, sans nous dire d’ailleurs comment a été réellement réalisée cette typologie. Cela n’enlève cependant rien à la qualité de ces entretiens qu’il utilise avec une grande pertinence. De plus il faut lui savoir gré de restituer avec finesse les différentes situations d’interaction des professionnels de santé avec leur environnement. On comprend alors mieux la segmentation de la profession médicale en prison et ce qu’elle suppose comme stratégie et tactique de la part des différents acteurs.

6Malgré les réserves exprimées, ce livre nous apporte effectivement de nouvelles lumières sur la prison, il nous entraîne sur des sentiers peu connus. C’est là un grand mérite qu’il faut souligner tant les apports originaux sont peu fréquents.

Top of page

References

Bibliographical reference

Georges Benguigui, « Bruno Milly, Soigner en prison », Sociologie du travail, Vol. 45 - n° 4 | 2003, 578-580.

Electronic reference

Georges Benguigui, « Bruno Milly, Soigner en prison », Sociologie du travail [Online], Vol. 45 - n° 4 | Octobre-Décembre 2003, Online since 06 December 2003, connection on 20 September 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/32588

Top of page

About the author

Georges Benguigui

Laboratoire Travail et Mobilités, CNRS–université Paris X, 200, avenue de la République, 92000 Nanterre, France
bengui[at]u-paris10.fr

Top of page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search