Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Bernard Lehmann, L’orchestre dans tous ses éclats. Ethnographie des formations symphoniques

La Découverte, coll. « Textes à l’appui », Paris, 2002, 262 p.
Pierre François
p. 580-582
Référence(s) :

Bernard Lehmann, L’orchestre dans tous ses éclats. Ethnographie des formations symphoniques, La Découverte, coll. « Textes à l’appui », Paris, 2002, 262 p.

Texte intégral

1L’ouvrage que Bernard Lehmann consacre à l’étude des formations symphoniques présente un double intérêt, empirique et théorique. Son étude se lit à la fois comme une présentation d’un certain nombre d’éléments factuels sur les orchestres spécialisés dans l’interprétation de la musique sérieuse et comme une tentative de mobilisation des hypothèses et des outils issus des travaux de Pierre Bourdieu pour analyser le fonctionnement d’une organisation économique, en l’occurrence d’une organisation artistique. En s’appuyant sur l’ensemble des méthodes dont dispose le sociologue (observations ethnographiques de concerts et de répétitions, entretiens, exploitation statistiques d’archives), l’auteur entend remettre en cause les représentations de sens commun sur le travail orchestral, victime selon lui d’une double illusion. D’une part, le travail de l’orchestre serait un travail exclusivement musical : contre cette représentation, B. Lehmann entend montrer que le travail orchestral est un travail collectif impossible à comprendre si l’on néglige les interactions et les négociations constantes qui le sous-tendent. D’autre part, l’orchestre serait par excellence le lieu de l’harmonie où les efforts de chacun seraient entièrement tendus vers la production d’une interprétation commune — pour l’auteur, l’orchestre est au contraire une organisation traversée de conflits, composée de membres d’origines, de statuts et d’intérêts divers, et « l’harmonie » dont l’orchestre peut faire preuve, loin d’être une évidence, doit être produite socialement en occultant l’ensemble de ces fractures et de ces tensions.

2Pour rendre compte de l’organisation orchestrale et de la trajectoire de ceux qui la composent, il faut, selon l’auteur, tenir compte en permanence de deux dimensions et des tensions qui peuvent naître de leur articulation. La première dimension qui vient structurer le travail et la vie de l’orchestre lui est assez largement extérieure : elle renvoie à la trajectoire sociale de ses membres. L’orchestre fait en effet coexister des agents issus de milieu sociaux extrêmement hétérogènes. De ce point de vue, la césure principale passe entre les fils de musiciens et les autres, les premiers bénéficiant de la compréhension intuitive de leur milieu professionnel qui est le propre des héritiers, quand les autres éprouvent beaucoup plus souvent le décalage entre les dispositions issues de leur position sociale initiale et leur activité au sein de l’orchestre. La seconde dimension est celle de l’orchestre à proprement parler : l’orchestre est en effet une organisation fortement structurée, symboliquement (instruments nobles (cordes) vs instruments populaires (vents)), économiquement et statutairement (l’opposition tuttiste/soliste se traduisant par de sensibles différences de revenus). Or, et c’est là l’un des nœuds argumentatifs de l’ouvrage, ces deux dimensions définissent des positions contradictoires : les cordes, souvent issues des classes dominantes sont, au sein de l’orchestre, majoritairement condamnées aux positions de tuttistes ; les vents, majoritairement issus des classes dominées (en particulier pour les cuivres), occupent au contraire les positions statutairement et économiquement dominantes au sein de l’orchestre. C’est ainsi l’ensemble de la trajectoire des musiciens et de la vie de l’orchestre qui est analysé par le prisme de cette tension entre l’origine sociale des musiciens et leur position au sein de l’orchestre : la distribution des activités musicales hors de l’orchestre, les points de vue sur les segmentations internes du milieu professionnel, l’attitude lors des répétitions, en un mot les pratiques et les points de vue sur ces pratiques s’expliquent quand on les rapporte non pas à la seule position de l’orchestre, mais à la tension entre cette position et la trajectoire des musiciens. L’orchestre apparaît donc comme une entité contrastée et conflictuelle : l’essentiel du travail de répétition et des rituels du concert sert par conséquent à produire de l’harmonie (musicale à moins d’être sociale) et de l’unité à partir de cette hétérogénéité et de ces tensions.

3Les constats avancés par B. Lehmann surprendront finalement assez peu les familiers du monde de l’orchestre, ce qui n’est pas un mince paradoxe pour une sociologie qui entend éclairer les points aveugles des visions indigènes. Le mérite de l’ouvrage, cependant, est de les étayer rigoureusement par une enquête de terrain qui n’avait jusqu’ici, en langue française, pas d’équivalent et dont l’enquête ethnographique et les entretiens sont notamment très réussis. On peut regretter, cependant, que cette enquête ne concerne que des formations parisiennes, limitant ainsi la portée des constats avancés. Par exemple, comme l’auteur le remarque dans une note de bas de page (note 11, p. 95), le rôle du CNSM (Conservatoire national supérieur de musique) de Paris, dont il montre toute l’importance dans le cas des phalanges parisiennes, est beaucoup moins structurant pour les formations de province. On peut enfin s’interroger sur la pertinence des données statistiques que l’auteur utilise pour étayer certains de ses constats. Certes, ces données font encore aujourd’hui cruellement défaut à la connaissance du monde des musiciens professionnels français, mais peut-on sans difficulté, comme le fait B. Lehmann, se fonder sur la population d’une institution d’enseignement (en l’occurrence, le CNSM de Paris) pour esquisser une sociographie du personnel des orchestres ? De même, peut-on proposer une analyse quantitative de la population des orchestres, même uniquement parisiens, en se fondant sur l’analyse des seuls effectifs de l’orchestre de l’Opéra de Paris qui, compte tenu de sa mission (orchestre de fosse) et de son niveau de recrutement, est en général considéré comme profondément singulier dans le monde des orchestres français ? Son exemplarité aurait, à tout le moins, mérité d’être discutée et démontrée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre François, « Bernard Lehmann, L’orchestre dans tous ses éclats. Ethnographie des formations symphoniques », Sociologie du travail, Vol. 45 - n° 4 | 2003, 580-582.

Référence électronique

Pierre François, « Bernard Lehmann, L’orchestre dans tous ses éclats. Ethnographie des formations symphoniques », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 45 - n° 4 | Octobre-Décembre 2003, mis en ligne le 06 décembre 2003, consulté le 14 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/32596

Haut de page

Auteur

Pierre François

Centre de sociologie des organisations (CSO–FNSP/CNRS), 19, rue Amélie, 75007 Paris, France
p.francois[at]cso.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals