Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Thierry Wendling, Ethnologie des joueurs d’échecs

Presses universitaires de France, Paris, 2002, 256 p.
Lynda Sifer
p. 582-583
Référence(s) :

Thierry Wendling, Ethnologie des joueurs d’échecs, Presses universitaires de France, Paris, 2002, 256 p.

Texte intégral

1L’analyse de la pratique échiquéenne, d’un point de vue social, culturel et cognitif, est au cœur de l’ouvrage de Thierry Wendling. Joueur international, arbitre réputé, ancien membre du Comité directeur de la Fédération française des échecs, l’auteur invite le lecteur à comprendre comment les joueurs d’échecs construisent une culture ludique, tout en se prémunissant du « mythe » du jeu d’échecs comme exercice d’intelligence inaccessible au commun des mortels. Ayant eu accès, grâce à sa pratique et à un travail d’investigation de longue haleine, aux discours et aux pratiques des joueurs, des arbitres et des dirigeants fédéraux, l’auteur propose une lecture originale du monde des échecs. En ethnologue, il analyse avec finesse les interactions quotidiennes qui se tiennent autour de l’échiquier. L’étude présente une perspective originale sur le plan méthodologique : plaçant d’emblée « les grands maîtres » en marge de l’étude, il privilégie la compréhension de la pensée et des comportements de joueurs ordinaires. Renouvelant ainsi une vision quelque peu hiérarchique du monde des échecs, T. Wendling se fonde sur l’hypothèse selon laquelle les champions sont construits par des croyances véhiculées lors des tournois et par le mimétisme des joueurs ordinaires. Fort d’une connaissance acquise de l’intérieur, il cherche à saisir la pensée des joueurs, leurs croyances, leurs discours, ainsi que les pratiques concrètes permettant de caractériser ce milieu.

2Au-delà de la question des échecs, le livre ouvre de nouvelles questions sur le traitement des jeux en anthropologie. À partir du cas remarquable du jeu d’échecs, l’auteur propose en effet des voies d’analyse intéressantes. Une réflexion de portée générale sur le jeu est menée afin de comprendre l’absence, la rareté ou la dispersion des travaux portant spécifiquement sur le jeu, malgré l’importance sociale et culturelle du sujet. Trois perspectives sont mises à l’épreuve dans le but de comprendre le peu d’intérêt scientifique suscité par les jeux. Sont critiquées les approches mystiques du jeu, la tentative définitionnelle des jeux et finalement les conceptions qui font du jeu un reflet. Cette analyse critique, que l’on aurait aimé voir développée au terme de l’étude, débouche sur trois axes de recherche, utilisés par l’auteur pour questionner l’univers des échecs et pour plaider en faveur d’une approche permettant de penser la diversité et la complexité des jeux. La notion de règle suggère une première piste d’investigation. L’étude des réseaux de sociabilité, à travers l’analyse des clubs, des tournois ou de la trajectoire de joueurs ordinaires, permet ensuite de contextualiser les interactions. Enfin, la culture, entendue dans un sens général renvoyant aux anecdotes, savoirs, croyances ou techniques de jeu partagées, permet de rendre compte d’un ensemble cohérent construit par les joueurs.

3Pour atteindre son objectif, l’auteur nous entraîne avec précision dans l’univers des échecs en privilégiant deux lieux essentiels : les tournois et la vie en club. Sont décrits et analysés l’annonce du tournoi, le début d’une partie, les noms attribués aux ouvertures, les joutes verbales des parties semi-rapides, l’utilisation des pendules ou encore la fin d’une partie.

4L’auteur dégage ensuite plusieurs variantes échiquéennes ayant pour finalité d’apporter un éclairage nouveau sur des thèmes fondamentaux : usage de la parole et de l’écrit, de l’espace et du temps, qui sont autant d’enchevêtrements des dimensions culturelles, sociales et cognitives de la pratique échiquéenne. Toutefois, même si l’auteur souligne certaines faiblesses de son étude, comme le peu d’attention accordée aux motivations des « champions » en les plaçant en marge de son étude, on peut regretter l’absence d’analyse des usages de la triche et de ne pas voir mieux exploitées dans cette partie de l’ouvrage les notions suggérées par l’auteur pour interroger et caractériser le monde des échecs. L’utilisation de la notion de « culture » n’est-elle pas généralisante pour préciser les mécanismes par lesquels celle-ci est construite et ce qui la différencie radicalement des autres jeux, mais également ses articulations avec les notions de règles et de sociabilité ? Il reste que l’ouvrage a le mérite de présenter avec précision un univers qui conjugue pratique de masse et « affrontement » individuel, et d’exposer avec force la nécessité de renouveler le traitement des jeux et de la pratique ludique en sciences sociales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lynda Sifer, « Thierry Wendling, Ethnologie des joueurs d’échecs », Sociologie du travail, Vol. 45 - n° 4 | 2003, 582-583.

Référence électronique

Lynda Sifer, « Thierry Wendling, Ethnologie des joueurs d’échecs », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 45 - n° 4 | Octobre-Décembre 2003, mis en ligne le 06 décembre 2003, consulté le 14 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/32606

Haut de page

Auteur

Lynda Sifer

Centre de recherche, médecine, sciences, santé et société (Cermès), CNRS–INSERM–EHESS, 7, rue Guy Môquet, 94801 Villejuif, France
lynda.sifer[at]laposte.net

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals