Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Jean-Michel Chapoulie, La tradition sociologique de Chicago. 1892–1961

Seuil, Paris, 2001, 491 p.
Jean-Yves Trépos
p. 586-588
Référence(s) :

Jean-Michel Chapoulie, La tradition sociologique de Chicago. 1892–1961, Seuil, Paris, 2001, 491 p.

Texte intégral

  • 1 La traduction d’un recueil d’études d’Everett C. Hughes (Hughes, 1996), à l’initiative de J.‑M. Cha (...)
  • 2 On pense à l’emblématique Paysan polonais, proposé récemment en éditions partielles (Thomas et Znan (...)
  • 3 Malgré le succès contemporain de la notion de grounded theory, peu de travaux d’Anselm Strauss sont (...)

1L’incontestable regain d’intérêt, en France, pour un ensemble de travaux sociologiques américains longtemps ignorés1, fréquemment cités mais rarement lus2 ou encore très peu traduits3 et en tout cas souvent mobilisés sous l’étiquette « École de Chicago », rendait nécessaire une mise au point historique. C’est chose faite avec cet ouvrage, sans doute aussi important par ses choix méthodologiques que par les informations scientifiques qu’il livre. Jean-Michel Chapoulie parle, à juste titre, de « tradition sociologique », plutôt que d’« École ». Dans cette université où le pragmatisme a tant compté, ce qui s’est peu à peu constitué, c’est davantage un lieu commun (au sens aristotélicien de matrice de raisonnements) qu’un paradigme ou une école de pensée.

2La première partie présente, d’un point de vue chronologique, la constitution d’une « entreprise collective de recherche » en démêlant, avec une précision talentueuse, les conditions institutionnelles (en particulier les dispositifs d’emploi et de financement) et les opportunités individuelles qui semblent s’être combinées pour lui donner naissance et longévité. Les trois générations de sociologues qui s’y sont succédées (celle d’Albion Small et William I. Thomas, celle de Robert Park, d’Ernest E. Burgess et d’Ellsworth Faris et celle de Louis Wirth, Everett C. Hughes et Herbert Blumer) apparaissent alors sous un jour nouveau. Une deuxième partie développe les trois thématiques privilégiées par ces chercheurs (le travail, les institutions, le terrain ; la désorganisation sociale et l’étiquetage ; les relations des races et des cultures), sans majorer leur parenté, sans minorer leurs connexions : en atteste, a contrario, la présentation, à la fin, des œuvres de Nels Anderson et de Donald Roy, qui peuvent passer pour deux chercheurs marginaux par rapport à cet ensemble. L’ouvrage montre que les fils conducteurs de cette tradition ne sont pas seulement faits — on le subodorait, on le vérifie ici — de recherches publiées, mais aussi de cours, de démarches administratives opiniâtres et de capital social. Au passage, avec beaucoup d’humilité, J.‑M. Chapoulie défait quelques stéréotypes (par exemple, p. 117, sur l’attitude de R. Park quant aux statistiques), rapproche des sources disparates pour différencier des monographies (par exemple, pp. 154–160, la liste des thèses inspirées par R. Park et publiées aux Presses de l’Université de Chicago, lui permet de construire un tableau très suggestif), déploie une énergie considérable pour bâtir des biographies intellectuelles (ainsi, reconstitue-t-il, p. 124, la trajectoire de Scott Bedford, à partir de quatre témoignages, d’un examen des publications et du Who’s who). L’intérêt évident qu’il porte aux appellations lui permet également de nous faire comprendre ce que signifiaient « sociologie », « sciences sociales » ou « races », dans la conjoncture intellectuelle qu’il analyse : les rapports entre sociologie, travail social et journalisme semblent dès lors plus complexes que prévu.

3On n’en attendait pas moins de la rigueur intellectuelle de J.‑M. Chapoulie. Mais, c’est pourtant autre chose qu’il entend nous proposer : une méthode en acte pour contribuer à une histoire de la sociologie. Trop souvent, ce qui s’appelle ainsi sur les étals de nos libraires, comme dans les programmes de nos universités, puise assez peu à des ressources historiques dignes de ce nom. Tout ce livre est donc, pour reprendre la formule de J.‑M. Chapoulie lui-même, dans sa remarque méthodologique finale, « une réaction critique contre l’histoire des idées ». Un postulat fonde la démarche retenue par l’auteur : l’existence de « relations faibles » (i.e. non nécessaires) entre œuvres, chercheurs et contextes. On ne sera donc pas surpris de le voir privilégier une interprétation en termes de compromis, pour les relations entre financeurs, chercheurs et objets de recherche (pp. 146–152), ce qui lui permet de tenir à distance les deux interprétations univoques habituelles : le conditionnement par les finances ; l’autonomie des chercheurs par rapports aux financeurs. Pratiquant les sources indirectes, l’auteur montre les concurrences, les ambivalences, les alliances occasionnelles, les contraintes ordinaires de fonctionnement (voir par exemple, pp. 230–233, les effets de la concurrence entre E.C. Hughes et Talcott Parsons sur la sociologie du travail d’E.C. Hughes).

4D’aucuns, s’appuyant sur les pages du début consacrées à l’histoire des États-Unis et de Chicago, ne manqueront pas de souligner que la notion de « contexte » retenue par J.‑M. Chapoulie, n’est pas à la hauteur d’une telle ambition historique. Ce serait injuste, car on construit un contexte en fonction d’objectifs de recherche (Lahire, 1996) : celui qui importe à l’auteur de cet ouvrage s’apparente à celui que pratique la microhistoire (voir les excellents passages, pp. 177–200, sur la postérité de R. Park et sur le contexte local). L’histoire de la sociologie a aussi besoin de contextes à cette échelle.

Haut de page

Bibliographie

Grafmeyer, Y., Joseph, I., 1979. L’École de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine. Aubier, Paris.

Hughes, E.C., 1996. Le regard sociologique. Éditions de l’EHESS, Paris.

Lahire, B., 1996. La variation des contextes dans les sciences sociales. Remarques épistémologiques. Annales 2, 381–407.

Sociétés contemporaines, 1997. Autour d’Everett C. Hughes, 27.

Strauss, A.L., 1992a. La trame de la négociation. L’Harmattan, Paris.

Strauss, A.L., 1992b. Miroirs et masques. Métailié, Paris.

Thomas, W.I., Znaniecki, F., 1998. Le paysan polonais en Europe et en Amérique. Récit de vie d’un migrant. Nathan, Paris. Préface de Pierre Tripier.

Thomas, W.I., Znaniecki, F., 2000. Fondation de la sociologie américaine. Morceaux choisis. L’Harmattan, Paris. Préface de Suzie Guth.

Haut de page

Notes

1 La traduction d’un recueil d’études d’Everett C. Hughes (Hughes, 1996), à l’initiative de J.‑M. Chapoulie, ne date que de 1996 ; le numéro spécial de Sociétés contemporaines, intitulé « Autour d’Everett C. Hughes » a été publié en juillet 1997 (Sociétés contemporaines, 1997). L’oubli persiste pour Robert E. Park, malgré l’édition d’Yves Grafmeyer et Isaac Joseph (Grafmeyer et Joseph, 1979).

2 On pense à l’emblématique Paysan polonais, proposé récemment en éditions partielles (Thomas et Znaniecki, 1998 ; Thomas et Znaniecki, 2000).

3 Malgré le succès contemporain de la notion de grounded theory, peu de travaux d’Anselm Strauss sont disponibles (Strauss, 1992a ; Strauss, 1992b).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Yves Trépos, « Jean-Michel Chapoulie, La tradition sociologique de Chicago. 1892–1961 », Sociologie du travail, Vol. 45 - n° 4 | 2003, 586-588.

Référence électronique

Jean-Yves Trépos, « Jean-Michel Chapoulie, La tradition sociologique de Chicago. 1892–1961 », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 45 - n° 4 | Octobre-Décembre 2003, mis en ligne le 06 décembre 2003, consulté le 14 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/32626

Haut de page

Auteur

Jean-Yves Trépos

Équipe de recherche en anthropologie et sociologie de l’expertise (Erase), université de Metz, Île du Saulcy, 57045 Metz cedex 01, France
trepos[at]zeus.univ-metz.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals