Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Jean-Claude Kaufmann, Ego. Pour une sociologie de l’individu

Nathan, Paris, 2001, 288 p.
Danilo Martuccelli
p. 588-590
Référence(s) :

Jean-Claude Kaufmann, Ego. Pour une sociologie de l’individu, Nathan, Paris, 2001, 288 p.

Texte intégral

1Se proposant de fonder une sociologie de l’individu, Jean-Claude Kaufmann travaille tout au long de son ouvrage sur un double registre : d’une part, celui de la critique permanente de la représentation de l’individu « autonome » et d’autre part, et de manière plus programmatique, celui de l’analyse des rouages de sa fabrication.

2Une volonté critique parcourt tout le livre. Se réclamant souvent de Norbert Élias, J.‑C. Kaufmann critique l’idéologie qui tend à oublier, à la différence de ce qu’exigerait une démarche scientifique, les ressorts de la fabrication de l’individu. Même si l’auteur se limite ici à poser quelques jalons, appelant à une étude approfondie de la genèse de l’individualité, le point est central dans la démonstration. Pour lui, il n’existe pas de possibilité de compréhension scientifique de l’individu sans remise en question de la fiction a-historique animant sa représentation et donnant forme aux images d’un moi désengagé et abstrait. Les sciences humaines et sociales ont même, selon l’auteur, besoin de leur « révolution copernicienne : la nécessité face à laquelle elles se trouvent de devoir dissoudre l’entité des entités, l’homme lui-même, et de le traiter sur un mode processuel et relationnel » (p. 53).

3La version que J.‑C. Kaufmann donne de cette exigence se centre sur la dialectique entre les processus d’extériorisation et d’intériorisation. Pour présenter le travail d’extériorisation, il revient sur l’évolution de l’espèce humaine, afin de rompre avec la « conception égocéphalocentriste », et la séparation établie à la naissance de la sociologie entre l’individu d’une part, et la nature et les faits matériels d’autre part. S’inscrivant notamment dans la descendance d’André Leroi-Gourhan, il va faire de l’extériorisation et de l’objectivation d’une mémoire qui se sédimente hors des individus une des clés du processus de leur fabrication. Mais la transmission de cet élément central ne s’opère pas sur le mode génétique, mais par une « incorporation non biologique d’un fragment de mémoire sociale » (p. 112).

4C’est ce volet qui est le mieux et le plus longuement analysé dans Ego, notamment par l’analyse du « décrochage habitus–habitude ». Revenant de manière critique sur l’œuvre de Pierre Bourdieu, J.‑C. Kaufmann repère une tension entre deux théories de l’habitus : l’une est axée sur une commutation générale, l’autre est plus sensible aux variations sociales concrètes. Ces deux théories, souvent confondues, auraient fait scission, donnant lieu à deux manières de transmettre la mémoire historique. La première désigne la manière dont le social est intériorisé au sein d’une société constituée par différents champs, et engendre des habitus fractionnés ; la deuxième désigne la dynamique des schèmes incorporés — et en appelle à une théorie nouvelle des habitudes. Entre les deux, s’installe une dialectique particulière puisque « la mémoire sociale s’inscrit de façon spécifique aux deux pôles de la contradiction » (p. 129).

5Pour J.‑C. Kaufmann, l’individu est fait d’habitudes, ouvertes et changeantes, connaissant différents degrés de réflexivité. Multiformes, elles sont susceptibles d’être utilisées de manière dynamique par l’individu, même si elles opèrent à partir d’éléments qui le déterminent. En fait, pour J.‑C. Kaufmann, c’est la dissonance des schèmes incorporés, issue des contradictions propres au social, qui déclenche un processus de réflexivité d’autant plus important que les situations de socialisation contradictoires se développent. Mais ce processus général de « formation » des habitudes opère à deux niveaux distincts. D’une part, par une intériorisation constante, incertaine, ouverte et largement consciente, et d’autre part, par une incorporation plus profonde, plus durable, moins consciente, mais davantage constitutive de la cohérence de l’individu. Cependant, l’importance de ce processus ne doit pas faire oublier que le patrimoine d’habitudes ne se trouve pas uniquement dans le corps et les pensées de l’individu, mais aussi dans son environnement. C’est pourquoi les habitudes se définissent comme des « schèmes opératoires incorporés– objectivés » (p. 182). L’individu est un processus permanent d’internalisation et d’extériorisation.

6C’est en s’appuyant sur cette « infrastructure » de l’individu que J.‑C. Kaufmann revient sur l’écueil de l’illusion identitaire. Pour des raisons historiques, ce travail a pris la forme d’une exigence de cohérence et de continuité d’autant plus incertaine et éphémère que la configuration individuelle est constamment ouverte au changement. L’identité apparaît ainsi comme « une synthèse intermédiaire et incomplète, transitoire et changeante » (p. 228). Néanmoins, il ne faut pas éliminer de l’analyse ce moment proprement subjectif, puisque cette croyance fait activement partie de la configuration individuelle en tant qu’expérience existentielle quotidienne. Surtout l’individu est désormais sommé par différentes institutions de construire à son niveau singulier une totalité, en fermant et hypostasiant son identité.

7La sociologie de l’individu de J.‑C. Kaufmann se décline ainsi d’une part, dans l’étude d’une infrastructure poussant à l’ouverture radicale de l’individu (extériorisation et intériorisation de la mémoire sociale, patrimoine d’habitudes, cadres de socialisation), et d’autre part, d’une « superstructure », un travail d’intégration identitaire par lequel l’individu cherche à délimiter en vain ses frontières. « Intériorité et extériorité ne s’opposent pas comme deux catégories opposées mais doivent être réarticulées autour de ce lien dialectique » (p. 271).

8La nature de la théorie proposée est particulière. Si elle s’inscrit en continuité avec les travaux de recherche de l’auteur, elle procède, comme il le reconnaît lui-même, d’un « saut » important, ne s’appuyant que partiellement sur une accumulation empirique des connaissances (p. 15). La finesse des observations, tirées des études précédentes, notamment en ce qui concerne la théorie des habitudes, contraste ainsi avec la construction de l’ensemble, par moments insuffisamment éclairée ou discutée théoriquement. On peut par exemple regretter que l’articulation des traditions intellectuelles diverses renvoyant aux habitudes et aux rôles ne soit pas vraiment abordée, que l’appel aux sciences naturelles soit un peu rapide, ou que les références à la dialectique et au matérialisme restent allusives. Mais malgré ces remarques, comment ne pas saluer avant tout l’ouverture intellectuelle entamée par ce livre, dans son appel à une discussion approfondie avec d’autres disciplines, et l’inflexion nouvelle qu’il introduit dans la théorie des habitudes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Danilo Martuccelli, « Jean-Claude Kaufmann, Ego. Pour une sociologie de l’individu », Sociologie du travail, Vol. 45 - n° 4 | 2003, 588-590.

Référence électronique

Danilo Martuccelli, « Jean-Claude Kaufmann, Ego. Pour une sociologie de l’individu », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 45 - n° 4 | Octobre-Décembre 2003, mis en ligne le 06 décembre 2003, consulté le 14 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/32641

Haut de page

Auteur

Danilo Martuccelli

CLERSE–CNRS, 2, rue des Canonniers, 59800 Lille, France
dmartuccelli[at]nordnet.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals