Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Yves Schwartz, Le paradigme ergologique ou un métier de philosophe

Octarès, Toulouse, 2000, 763 p.
Alexandra Bidet
p. 590-592
Référence(s) :

Yves Schwartz, Le paradigme ergologique ou un métier de philosophe, Octarès, Toulouse, 2000, 763 p.

Texte intégral

1C’est en se laissant convoquer par les divers champs de l’activité humaine que le métier de philosophe peut être véritablement créateur de concepts. Yves Schwartz étaye cette proposition générale en nous entretenant avant tout d’un métier de philosophe, que vingt années d’activités l’ont amené à construire autour du « paradigme ergologique ». L’ouvrage, qui réunit trente-quatre textes écrits par l’auteur entre 1976 et 1998, est encadré par deux écrits plus récents, de près d’une centaine de pages : il s’ouvre par un long dialogue critique avec la « philosophie de métier » et se conclut par une interrogation sur le statut de la professionnalité ergologique. Pour participer au travail constant de réévaluation de la vie et des valeurs, auquel se livre toute société vivante, la philosophie doit toujours demeurer en quête de son propre métier, et c’est en effet cette quête qu’entend nous présenter Y. Schwartz à travers le paradigme ergologique.

2Il n’est, à ses yeux, de fécondité de la pensée hors d’une mise en apprentissage permanente, qu’alimente de façon privilégiée pour le philosophe la fréquentation de ces « matières étrangères » que constituent les terrains de l’activité « industrieuse ». Soit une pensée qui s’intéresse alors de près aux affaires de la Cité, si l’on considère avec Y. Schwartz que la construction du vivre ensemble engage bien « le problème des formes de bien(s) commun(s) à l’intérieur desquelles les hommes peuvent et souhaitent user efficacement d’eux-mêmes » (p. 655).

3Ce paradigme ergologique, qui entend redessiner les contours de la philosophie et promeut une active transdisciplinarité, consiste avant tout en une réévaluation du concept d’activité. L’enjeu dépasse de beaucoup ici le récurrent débat sur les mérites respectifs des concepts d’emploi, d’action, d’opération, de métier, de travail, de production, de pratique, etc. Chez Y. Schwartz, le statut focal du concept d’activité témoigne d’une exigence fondatrice : prendre au sérieux le caractère générique des activités humaines comme activités du vivant humain, dans la filiation d’une philosophie du vivant (Henri Bergson, André Leroi-Gourhan et Georges Canguilhem, etc.) que rejoignent aujourd’hui certains développements des neurosciences (Alain Berthoz, Francisco J. Varela, Alain Prochiantz, etc.).

  • 1 Georges Canguilhem, La connaissance de la vie, Vrin, Paris, 1965, p. 143.

4Pour qui est attentif à l’unité de la présence vivante de l’homme au monde, la spécificité du travail ne peut s’envisager qu’à partir de sa fondamentale commensurabilité avec les autres formes de l’activité humaine. Prenant le contrepied d’une définition du travail par la contrainte qui a longtemps prévalu, notamment chez les ergonomes et les psychologues du travail, il entend saisir d’abord le travail comme une activité vitale parmi d’autres, considérant que « le propre du vivant, c’est de se faire son milieu, de se composer son milieu »1. Ne plus faire des situations de travail de simples « résidus », c’est pour Y. Schwartz se tenir au plus près de ce rapport actif et transformatif qu’entretient partout le vivant à son milieu : « usage de soi par autrui », le travail est aussi irréductiblement un « usage de soi par soi ». Plus avant, ces « dramatiques de l’usage de soi » constituent pour Y. Schwartz le cœur de l’analyse des activités de travail. Si, pour agir, il faut arbitrer et se donner des normes (« renormaliser »), c’est en une incessante négociation avec la multiplicité des normes qui trament déjà le milieu, en une activité donc de « resingularisation permanente des situations de travail », qui met en concurrence nos différents horizons de vie.

5En privilégiant la catégorie indifférenciée de l’activité et en caractérisant sa « dialectique anthropologique » comme un constant retravail des normes du milieu, le paradigme ergologique se tient à distance de toute ambition catégorisante, comme de toute posture expérimentale ou d’évaluation des compétences. Ce faisant, il s’autorise à penser l’activité industrieuse comme un espace jamais clos de débats de normes, un incessant et souvent silencieux travail des valeurs. Et c’est à ce titre qu’elle requiert, pour Y. Schwartz, « du concept » : pour « se comprendre elle-même comme incessante reconfiguration du monde humain », creuset d’options normatives et de choix de vie. La catégorie de l’activité autorise ici un régime transdisciplinaire de production du savoir, indispensable pour qui veut approcher, à travers les « dramatiques de l’usage de soi », les compromis toujours locaux qui fondent à la fois l’efficacité collective des milieux de travail et leur mode singulier de vivre ensemble.

6En saisissant en un même mouvement les « dramatiques de l’usage de soi » et les « dramatiques d’efficacité », en soulignant qu’elles « précèdent déjà toujours toute démarche gestionnaire qui prétend les subsumer » (p. 438) ; en affirmant que la gestion comme « vrai problème humain » (p. 433) intervient ainsi « partout où il y a variabilité » et qu’elle suppose des choix et donc des valeurs ; en considérant enfin « le raisonnement et le comportement économique » comme d’une certaine manière « naturels » à l’activité humaine, force est de constater qu’Y. Schwartz complique fort utilement notre regard sur les situations de travail. Documenter plus finement ces compromis microgestionnaires prend en effet toute son importance à l’heure où le déclin tendanciel du travail immédiat nourrit ce qu’Y. Schwartz caractérise comme une croissance tendancielle de la dimension gestionnaire inhérente à toute activité de travail, plutôt que comme une intellectualisation du travail. Être en prise sur les choix de bien(s) commun(s) et les dimensionnements de valeurs qui trament l’activité industrieuse, voilà ce que la professionnalité ergologique se propose d’offrir aux sciences humaines et aux divers métiers.

7On pourra toutefois regretter, si la dimension axiologique est regardée comme inhérente à toute forme de gestion, l’absence d’une interrogation sur la distinction entre « valeurs sans dimensions » et « valeurs dimensionnées », laquelle aurait probablement appelé un retour sur les catégories weberiennes. Enfin, cette réévaluation du concept d’activité nous semble laisser curieusement de côté la question du rapport entre le vivant humain et la technicité, alors même que la tradition anthropologique et philosophique dont se réclame l’auteur — à travers notamment H. Bergson, A. Leroi-Gourhan et G. Canguilhem — s’est attachée à conférer à la technicité un véritable statut conceptuel. Peut-être Y. Schwartz est-il ici victime de sa crainte de « parler des hommes par les choses » (p. 53) ?

Haut de page

Notes

1 Georges Canguilhem, La connaissance de la vie, Vrin, Paris, 1965, p. 143.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandra Bidet, « Yves Schwartz, Le paradigme ergologique ou un métier de philosophe », Sociologie du travail, Vol. 45 - n° 4 | 2003, 590-592.

Référence électronique

Alexandra Bidet, « Yves Schwartz, Le paradigme ergologique ou un métier de philosophe », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 45 - n° 4 | Octobre-Décembre 2003, mis en ligne le 06 décembre 2003, consulté le 14 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/32646

Haut de page

Auteur

Alexandra Bidet

Laboratoire Travail et Mobilités, CNRS–université Paris X, 200, avenue de la République, 92000 Nanterre, France
alexandra.bidet[at]noos.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals