Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 44 - n° 1Comptes rendusGuy Caire, Andrée Karchevsky, Les...

Comptes rendus

Guy Caire, Andrée Karchevsky, Les agences privées de placement et le marché du travail

L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », Paris, 2000, 240 p.
Catherine Faure-Guichard
p. 131-133
Référence(s) :

Guy Caire et Andrée Karchevsky, Les agences privées de placement et le marché du travail, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », Paris, 2000, 240 p.

Texte intégral

1Les transformations structurelles du marché du travail sont au cœur de l’ouvrage de Guy Caire et d’Andrée Karchevsky qui les analysent à travers la montée en puissance du rôle des agences privées effectuant du placement de main-d’œuvre (activité dont l’objectif est de mettre en rapport des personnes recherchant un emploi avec des employeurs). Les auteurs démontrent, en s’appuyant sur des données nationales et internationales, comment les intermédiaires privés de la relation d’emploi concurrencent et déstabilisent les services publics de l’emploi, services publics construits sur une double mission de moralisation du marché du travail et de régulation de ce marché.

2La première partie de l’ouvrage donne l’image la plus précise possible de la place objective occupée par les agences privées, d’abord en quantifiant le poids d’un secteur d’activité à part entière (quoique très hétérogène comme en témoigne la difficulté à construire une typologie) regroupant les agences d’intérim, les sociétés de prêt de personnel, les entreprises proposant une formation aux techniques de recherche d’emploi, aux techniques de recrutement, les entreprises reclassant les cadres en surnombre (fonction d’outplacement), celles faisant du consulting en recrutement et management de ressources humaines : ce secteur complexe apparaît récent, en plein essor mais aussi en restructuration avec une tendance à la diversification des activités. L’étude des publics transitant par ces intermédiaires ne clarifie pas l’appréhension du secteur, puisque si la population concernée par l’intérim est bien connue statistiquement (population jeune, masculine, ouvrière même si la tendance à la tertiairisation et au développement de l’intérim cadre est manifeste), les données sont plus incertaines pour les autres segments caractérisés par des publics différenciés (rôle des « chasseurs de tête » pour l’encadrement et le personnel haut de gamme, main-d’œuvre flexible et recrutée après une longue période d’observation au bas de l’échelle, gestion par les associations privées ou publiques non lucratives des « laissés pour compte » de la crise). La seconde partie de l’ouvrage adopte une perspective organisationnelle afin de mettre en évidence d’une part les savoir-faire, pratiques et règles de fonctionnement de ce que les auteurs appellent une profession émergente (assurer le recrutement suppose des coûts de transaction en suivant des procédures et en utilisant des outils variables, présentés pour chaque type d’intermédiaire), d’autre part en analysant le mouvement d’auto-organisation d’une profession en quête de légitimité (mise sur pied d’associations professionnelles avec élaboration hésitante de règles de déontologie – non obligatoires – pour les bureaux de chasseurs de têtes ou les cabinets de conseil). Dans une dernière partie plus analytique, les auteurs explorent les conséquences tant économiques que juridiques de la présence des agences privées de placement. Ils synthétisent d’abord les critiques suscitées par la présence des agences privées : écrémage de la main-d’œuvre confinant le service public de l’emploi dans une fonction d’assistance sociale, transfert sur la collectivité des coûts de formation interne des entreprises, accélération forcée de la mobilité professionnelle, amplification de la précarité, complicité excessive des agences avec les entreprises au détriment des salariés… Ils développent ensuite deux arguments favorables au contraire à leur action : le secteur peut être conçu comme un laboratoire social d’expérimentations dans un contexte de développement des transitions professionnelles, le monopole public du placement de main-d’œuvre apparaît, lui, relativement inefficace. Ils proposent alors quelques modalités d’une gestion mixte du marché du travail basée sur une complémentarité entre service public de l’emploi et agences privées, afin d’éliminer les abus les plus criants. Les conséquences juridiques sont ainsi abordées au niveau national puis international, l’accent étant mis sur une nécessaire redéfinition des rapports entre sphère publique et sphère privée : la question est d’autant plus ardue que l’examen des situations nationales laisse entrevoir une grande diversité, problématique dans le cadre de la construction européenne.

3L’intérêt principal de l’ouvrage est de proposer un état des lieux d’un « secteur d’activité » en plein développement qui bouleverse le fonctionnement du marché du travail caractérisé par le développement des « transitions professionnelles ». Il est en effet indispensable de prendre au sérieux le rôle de tous les intermédiaires qui se situent sur le segment de la mise en relation de l’offre et de la demande de travail, tant ils participent à la construction sociale et institutionnelle des marchés du travail, externes et internes, en interférant notamment avec les politiques publiques de l’emploi.

4Cet état des lieux apparaît d’autant plus intéressant qu’il ne concerne pas seulement la France, mais qu’il fournit des données internationales d’une grande précision : chaque pays de l’Union européenne fait ainsi l’objet d’une double présentation des services de placement, privés et publics, constituant un point de départ précieux pour des travaux ultérieurs de comparaison internationale.

5Les pages consacrées aux modalités de fonctionnement des agences privées de placement sont riches d’enseignements, notamment par ce qu’elles révèlent des outils de recrutement des entreprises, parfois surprenants : on apprend ainsi que 70 % des entreprises françaises (un pourcentage très largement supérieur à ce qu’il est ailleurs, la France faisant figure d’exception dans ce domaine) utilisent la graphologie à un moment ou à un autre de leur procédure de recrutement !

6On peut certes émettre quelques regrets, notamment parce que la présentation des agences privées est finalement très centrée sur le personnel d’encadrement et haut de gamme « placé » par les cabinets de chasseurs de têtes, laissant souvent de côté la main-d’œuvre plus ordinaire (même si les données sur l’intérim sont présentes). La principale difficulté à la lecture de l’ouvrage tient ainsi à l’extrême hétérogénéité du secteur, annoncée d’emblée par les auteurs. On se demande parfois si les données recueillies permettent d’observer un secteur d’activité en tant que tel, si la thèse de l’émergence d’une profession est finalement pertinente, tant l’activité d’une agence d’intérim plaçant de la main-d’œuvre dans le secteur du bâtiment semble éloignée de celle d’une agence de conseil en communication.

7Il reste que l’essor de ces différentes activités depuis les années 1980 est indéniable : lié aux politiques d’externalisation d’un certain nombre de fonctions pratiquées par des firmes se « recentrant » sur leur métier, il constitue une donnée structurelle de l’évolution du marché du travail que cet ouvrage a le mérite de présenter dans toutes ses dimensions, économique, sociale et juridique, tant au niveau national qu’international.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Faure-Guichard, « Guy Caire, Andrée Karchevsky, Les agences privées de placement et le marché du travail », Sociologie du travail, Vol. 44 - n° 1 | 2002, 131-133.

Référence électronique

Catherine Faure-Guichard, « Guy Caire, Andrée Karchevsky, Les agences privées de placement et le marché du travail », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 44 - n° 1 | Janvier-Mars 2002, mis en ligne le 19 mars 2002, consulté le 23 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/32833

Haut de page

Auteur

Catherine Faure-Guichard

Lest, 35, avenue Jules-Ferry, 13625 Aix-en-Provence cedex, France

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search