Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 44 - n° 1Comptes rendusStéphane Beaud, Michel Pialoux, R...

Comptes rendus

Stéphane Beaud, Michel Pialoux, Retour sur la condition ouvrière

Fayard, Paris, 1999, 468 p.
Olivier Schwartz
p. 133-136
Référence(s) :

Stéphane Beaud et Michel Pialoux, Retour sur la condition ouvrière, Fayard, Paris, 1999, 468 p.

Texte intégral

1Alors que le monde ouvrier avait fortement retenu l’attention des sociologues au cours des décennies précédentes, ceux-ci s’en sont largement détournés au cours des années 1990. Comment expliquer un tel désintérêt ? Confrontés à une économie de plus en plus tertiaire et technicisée, les sociologues ont-ils fini par croire, pour reprendre l’expression d’Emmanuèle Reynaud et Margaret Maruani (Reynaud et Maruani, 1993), à « la fin, mille fois annoncée mais jamais établie de la classe ouvrière » ? Ou bien ont-ils considéré que l’intégration des ouvriers à la société globale pouvait être désormais tenue pour acquise, que la « question ouvrière » était épuisée, et que ce n’était donc plus là que se trouvait la source des questions sociales les plus décisives dans la France contemporaine ? Ce n’est pas ici le lieu d’examiner ce problème en détail. Mais on ne peut mesurer l’importance du livre de Stéphane Beaud et Michel Pialoux si l’on n’a pas à l’esprit cette particularité du paysage intellectuel de la sociologie française depuis dix ans : le groupe ouvrier a été l’un des grands absents, peut-être même l’un des grands « refoulés » du regard sociologique au cours de cette période. Dans Retour sur la condition ouvrière, S. Beaud et M. Pialoux réouvrent le dossier de la condition ouvrière en France, et c’est en cela tout d’abord que réside l’importance de leur livre.

2Mais ce livre ne vaut pas seulement par le manque qu’il vient combler. Il est aussi le fruit, exceptionnellement riche, d’un travail d’investigation qui présente deux caractéristiques essentielles sur le plan méthodologique. Un style d’enquête tout d’abord : une enquête de terrain de très longue durée menée auprès des ouvriers des usines Peugeot de Sochaux-Montbéliard. Pendant plus de dix ans, S. Beaud et M. Pialoux ont circulé à l’intérieur de ce monde ouvrier, ils en ont exploré les différents pôles, ils en ont découvert les clivages internes, ils en ont étudié les tensions, les changements, les drames. Ils ont noué des liens dans la durée, ils se sont approchés aussi près que possible de leurs enquêtés avec lesquels ils ont eu souvent des entretiens longs et répétés, ils ont acquis cette connaissance « de l’intérieur » des situations, des expériences et des univers de vie qui est le fruit d’un long travail d’écoute et de compréhension sociologique. Il faut le dire ici sans réserve : ce travail, tel que l’ont mené S. Beaud et M. Pialoux, est remarquable, et donne lieu dans leur livre à des chapitres saisissants d’acuité et de profondeur. (Il faudrait pouvoir ici évoquer en détail, par exemple, les chapitres V, VI, et VII de l’ouvrage.) Mais la réussite de leur livre tient aussi à la fécondité d’un style de pensée sociologique très clairement assumé par les deux auteurs au départ. Au fondement de ce style, le refus de s’enfermer dans les découpages sous-disciplinaires installés aujourd’hui en sociologie, et qui peuvent si facilement conduire à faire de la sociologie du travail, des professions, de la famille ou de l’école, sans vraiment s’intéresser aux entités qui sont conjointement impliquées dans toutes ces sphères à la fois, c’est-à-dire les groupes sociaux. Or, ce sont bien les groupes sociaux – et plus précisément ici, un groupe ouvrier et ses conditions contemporaines de reproduction dans un espace social donné – qui sont au centre des préoccupations de S. Beaud et M. Pialoux. À l’évidence, un tel projet passait par l’adoption d’une perspective multipolaire et totalisante, attentive à toutes les dimensions et tous les registres de fonctionnement des univers ouvriers (le travail, l’école, la famille, le quartier…), et ne pouvait donc se satisfaire de la logique du découpage par champs. À l’évidence aussi, un tel projet ne pouvait être que coûteux en énergie et en temps. Mais à lire S. Beaud et M. Pialoux, on mesure à quel point ce qui peut apparaître d’un côté comme un alourdissement des contraintes imposées à l’enquête et au recueil des données se compense, de l’autre, par un gain de compréhension et d’intelligibilité. Grâce à la lecture multidimensionnelle qu’ils nous proposent de leurs matériaux, on saisit les résonances entre les différents registres de l’expérience ouvrière, et le sentiment de déclassement et de relégation qui habite aujourd’hui tant d’ouvriers ne cesse de s’éclairer parce que l’on a pu comprendre comment les processus qui l’alimentent naissent simultanément de multiples registres de leur existence, qu’il s’agisse de la dégradation de la position des ouvriers à l’usine, de la désorientation des parents ouvriers face à l’univers scolaire où évoluent leurs enfants, des « conflits de générations » qui les opposent à eux aujourd’hui, à quoi s’ajoute, pour ceux qui résident dans des cités à forte composante immigrée, la marginalisation dans leur propre quartier. L’enquête de terrain, quelle que soit sa fécondité propre, n’aurait certainement pas produit de tels effets de dévoilement et d’intelligibilité si elle n’avait été articulée à cette pratique totalisante du travail sociologique, sans doute trop souvent délaissée aujourd’hui parmi les sociologues.

3S’il fallait condenser en quelques phrases la richesse de ce que ce livre nous apprend sur le monde ouvrier d’aujourd’hui, on pourrait formuler la double proposition suivante. Permanence, d’un côté, de la condition ouvrière, dont les traits les plus caractéristiques se maintiennent et même s’aggravent. Qu’il s’agisse de la soumission aux emplois de production et à une domination dure dans le travail, de la faiblesse des ressources économiques, scolaires, sociales, et d’une situation générale de vulnérabilité, les ouvriers décrits par S. Beaud et M. Pialoux sont, aujourd’hui plus que jamais, porteurs de ces caractéristiques fondamentales de la condition ouvrière. Non seulement celle-ci n’a été ni abolie par les modernisations ni aspirée vers le haut, mais l’enquête de terrain montre, de façon circonstanciée, à quel point la position des ouvriers dans les rapports sociaux s’est détériorée depuis vingt ans sous l’effet de toute une série de facteurs (durcissement très net des exigences de productivité dans le travail, affaiblissement et raréfaction du militantisme ouvrier dans les usines, confrontation difficile et insécurisante avec l’école, dévalorisation générale des emplois et des diplômes ouvriers dans l’ensemble de la société…) : de là vient ce sentiment, si largement partagé chez les enquêtés, d’usure, d’enfermement et de relégation, de peur et de fragilité face à l’avenir… Mais d’un autre côté, si la condition ouvrière s’est largement maintenue depuis les années 1970, ce qui par contre a profondément cessé de se reproduire, c’est le « groupe » ouvrier, et en ce sens donc aussi la « classe ouvrière ».

4Sur les racines de cette crise de reproduction du groupe en tant que tel, le livre apporte une série d’éclairages décisifs. S. Beaud et M. Pialoux montrent que tout se joue autour de la question des « générations ouvrières ». Le monde ouvrier est aujourd’hui scindé en deux grands types de générations, que sépare un écart béant du point de vue de leurs conditions sociales de formation (et donc de leurs dispositions) respectives. D’un côté, les « vieux » (ce qui, chez un OS de chez Peugeot, commence dès le milieu de la quarantaine), usés par des années de travail à la chaîne, encore fortement porteurs de l’ancienne culture de résistance à l’usine, ainsi que de ces modes d’être et de ces formes de sociabilité caractéristiques de l’ancienne classe ouvrière « dure ». De l’autre, les « jeunes », enfants d’ouvriers, mais qu’une toute autre histoire sociale a conduit à l’usine où ils se retrouvent généralement comme intérimaires. Ils sont passés par le lycée, ils ont connu le chômage et la précarité, et s’ils sont aujourd’hui rattrapés par la condition ouvrière, ils ne peuvent ni s’identifier à celle-ci, à laquelle ils ont espéré échapper par les études, ni se reconnaître dans les « vieux » qui l’incarnent : leur long passage par l’école leur rend insupportable l’espèce de rudesse et de « sauvagerie » qui est à certains moments celle des « vieux », et le salut que peut représenter pour eux un emploi chez Peugeot leur rend incompréhensible l’hostilité permanente de ceux-ci à l’égard de tout ce qui vient de l’usine. Entre les deux générations, le malentendu est structurel, et il faut souligner la pénétration avec laquelle S. Beaud et M. Pialoux ont su à la fois comprendre sociologiquement la souffrance et les modes d’être des « vieux », et saisir le sens de ce refus des « jeunes » d’hériter de cette culture ouvrière, de s’inscrire dans cette condition ouvrière, et finalement de s’ouvriériser. Leur analyse du « conflit des générations ouvrières » apporte une contribution essentielle à la compréhension de ce qui divise et affaiblit aujourd’hui le groupe ouvrier. Elle permet de comprendre comment les conditions de fonctionnement de la société française contemporaine peuvent tout à la fois saper la reproduction d’une « classe ouvrière », tout en maintenant, plus que jamais, les traits caractéristiques de la condition ouvrière.

5Le livre une fois refermé, le lecteur ne peut se défendre d’une interrogation relative au lien entre le contenu du livre et son titre. Jusqu’à quel point le monde ouvrier si remarquablement analysé par S. Beaud et M. Pialoux est-il coextensif à la condition ouvrière ? N’y a-t-il pas quand même en celle-ci plus d’hétérogénéité que ne le laisse supposer le titre de l’ouvrage ? N’y a-t-il pas des degrés dans la domination subie à l’intérieur de la condition ouvrière ? Sachant que les ouvriers de Peugeot sont massivement des OS, les conclusions de l’enquête auraient-elles la même pertinence pour des ouvriers qualifiés ? Il ne saurait être question ici de minorer en quoi que ce soit la portée des résultats du livre de S. Beaud et M. Pialoux. La récente enquête de Serge Paugam (Paugam, 2000), menée par des méthodes très différentes, fait nettement apparaître qu’une très forte proportion d’ouvriers, très probablement la majorité, est aujourd’hui soumise à des formes de domination dure dans le travail et à la stagnation des salaires. Elle apporte à sa manière une confirmation frappante à bien des conclusions des deux auteurs. Mais elle montre aussi que pour beaucoup d’ouvriers qualifiés, le travail demeure, dans certaines limites, un lieu possible d’appropriation, de valorisation et de relative autonomie, et cela même dans des entreprises affectées par l’insécurité de l’emploi. Elle fait apparaître la permanence, dans l’industrie, d’un modèle du « métier » et de l’ouvrier professionnel, que suggérait aussi l’enquête de Renaud Sainsaulieu (Sainsaulieu et al., 1995) sur les mondes sociaux des entreprises. Il y a toutes les raisons de penser que bien des mécanismes sociaux mis en évidence par S. Beaud et M. Pialoux sont généralisables, et valent sans doute aussi dans des univers d’ouvriers professionnels. Mais il resterait à savoir plus précisément sous quelles modalités et dans quelles limites, ce que seule l’étude empirique peut évidemment déterminer.

6Mais si cette interrogation appelle à poursuivre l’enquête, elle n’entame en rien la force de l’impression suscitée par le livre de S. Beaud et M. Pialoux. Retour sur la condition ouvrière n’est pas seulement un livre militant, porté par l’intention explicite de s’attaquer au refoulement de la question ouvrière et par le projet de replacer celle-ci au centre des « questions sociales » dans la France contemporaine. C’est d’abord un livre qui s’impose par l’exceptionnelle richesse de ses matériaux et de ses résultats, par la puissance et l’ampleur de ses analyses, par l’acuité et la profondeur du regard qu’il livre sur la condition et les expériences ouvrières d’aujourd’hui et par la manière dont il renouvelle ce regard. C’est un événement dans le paysage intellectuel de ces dix dernières années, et c’est un très grand livre de sociologie.

Haut de page

Bibliographie

Maruani, M., Reynaud, E., 1993. Sociologie de l’emploi. La Découverte, Paris.

Paugam, S., 2000. Le salarié de la précarité. Puf, Paris.

Sainsaulieu, R., et al., 1995. Les mondes sociaux de l’entreprise. Desclée de Brouwer, Paris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Schwartz, « Stéphane Beaud, Michel Pialoux, Retour sur la condition ouvrière », Sociologie du travail, Vol. 44 - n° 1 | 2002, 133-136.

Référence électronique

Olivier Schwartz, « Stéphane Beaud, Michel Pialoux, Retour sur la condition ouvrière », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 44 - n° 1 | Janvier-Mars 2002, mis en ligne le 19 mars 2002, consulté le 22 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/32845 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.32845

Haut de page

Auteur

Olivier Schwartz

Université de Marne-la-Vallée, Cité Descartes, Champs-sur-Marne, 77454 Marne-la-Vallée cedex 02, France

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search