Skip to navigation – Site map

HomeNumérosVol. 44 - n° 1Comptes rendusMarc Maurice, Arndt Sorge (Eds.),...

Comptes rendus

Marc Maurice, Arndt Sorge (Eds.), Embedding Organizations; Societal Analysis of Actors, Organizations and Socio-Economic Context

John Benjamin’s Publishing Company, Amsterdam, 2000, 438 p.
Philippe d’Iribarne
p. 138-140
Bibliographical reference

Marc Maurice et Arndt Sorge (Eds.), Embedding Organizations; Societal Analysis of Actors, Organizations and Socio-Economic Context, John Benjamin’s Publishing Company, Amsterdam, 2000, 438 p.

Full text

1Une vingtaine d’années après la parution de l’ouvrage qui a marqué l’apparition de l’analyse sociétale sur la scène intellectuelle (Maurice et al., 1982), Marc Maurice et Arndt Sorge ont réuni un groupe de « sympathisants critiques » pour faire le point. L’ouvrage qu’ils nous offrent regroupe 23 textes, dont l’objet est d’une part de montrer la capacité de l’analyse sociétale à embrasser un ensemble de domaines de la vie sociale et de pays plus vaste que celui à partir duquel elle a pris naissance et d’autre part de clarifier et de discuter les orientations théoriques, méthodologiques et épistémologiques de la démarche. Divers chapitres, qui portent sur des questions touchant au fonctionnement général de l’économie, au fonctionnement interne des entreprises, aux politiques publiques, à la division du travail entre hommes et femmes, et reprennent sinon la démarche stricte du moins l’esprit général de l’analyse sociétale, montrent que celle-ci peut concerner les aspects les plus divers de la vie sociale ; que l’on peut mettre en évidence des différences entre pays au sein de chacun de ces domaines et trouver des cohérences entre ces différences. Il n’est pas possible, dans le cadre limité de ce compte rendu, de passer en revue l’ensemble de ces textes. De toute manière, et cela apparaît bien dans les chapitres rédigés par M. Maurice et A. Sorge, y compris l’introduction et la conclusion de l’ouvrage, l’essentiel du propos n’est pas là. Il est dans le débat théorique sur la nature de l’analyse sociétale et sa place dans le paysage des sciences sociales, point auquel une première partie est spécialement consacrée et qui tient une grande place dans le reste de l’ouvrage.

2Il apparaît bien, à travers les analyses des divers auteurs, qu’un certain écart s’est creusé entre la manière dont les tenants de l’analyse sociétale conçoivent leur démarche et la façon dont celle-ci a été reçue et comprise, même par leurs sympathisants. Tout en s’écartant d’une sociologie négligeant les structures au profit de l’action et en refusant de faire allégeance à l’individualisme méthodologique, l’analyse sociétale est simultanément marquée par le refus d’une vision holiste. C’est à ce titre que M. Maurice et A. Sorge se posent en adversaires particulièrement résolus de tout « culturalisme ». C’est, affirment-ils, en prêtant attention à la « constitution réciproque », des « acteurs et des espaces » et des « espaces entre eux », et non à travers la vaine recherche « d’essences », qu’ils rendent compte des singularités propres à chaque société et de la continuité de ces singularités dans le temps. Or, pour la plupart, ceux qui ont contribué à l’ouvrage situent clairement l’analyse sociétale, que ce soit pour la louer ou, plus généralement, pour en marquer les limites, du côté d’une approche holiste. Certains, tels Bruno Théret, ou Niels Norderhaven la présentent comme relevant largement d’une approche culturelle, que ce dernier associe à une démarche herméneutique centrée sur des questions de sens. D’autres évoquent, tels Frank Mueller, un excès de préoccupation pour les structures et une négligence pour les processus qui remettent celles-ci en cause ou, tels Cris Smith et Tony Elger, une certaine réification des influences sociétales ou encore, tels Philipp Almond et Jill Rubery la faiblesse de l’approche pour l’étude de situations instables ou dynamiques. Christel Lane trouve que l’analyse sociétale sous-estime le rôle des acteurs dans le changement, au profit de « traits systémiques relativement permanents » et qu’elle n’est pas « équipée pour expliquer l’émergence d’acteurs et de structures nouveaux » dans une nouvelle phase d’internationalisation. Même leur commentateur sans doute le plus favorable, Olav Korsnes, affirme que la prise en compte des rapports entre la continuité et le changement pose un gros problème à la démarche.

3Pour leur part, face à ce qu’ils considèrent comme un manque de compréhension de leurs travaux, M. Maurice et A. Sorge se défendent vivement, en affirmant qu’il ne faut pas faire de contresens sur la manière dont ils présentent à la fois la cohérence d’une société et sa continuité dans le temps. Ils évoquent une « reproduction non identique » (p. 24), rejettent l’image statique, associée à la notion de « cohérence », que l’on a donné de leurs analyses. Ils insistent sur l’aspect dialectique et paradoxal de leur approche (p. 392), sur le fait que la cohérence à laquelle ils font référence « inclut contradiction et inversion » (p. 394). Ils rejettent l’idée de « modèles nationaux » (p. 396). Par ailleurs, ils se rangent largement sous la bannière des théories de la structuration, à la Anthony Giddens, soulignant ainsi la place qu’ils donnent à l’action. Mais cette défense elle-même est source de difficultés.

4Est-il réellement possible, d’une part, de rompre radicalement avec tout holisme sans s’aligner de fait sur les courants qui, tels l’analyse stratégique, privilégient radicalement l’action, même s’ils admettent qu’il existe des structures à un moment donné, mais en insistant sur le fait qu’il s’agit toujours de construits provisoires que les acteurs peuvent à tout instant remettre en cause ? L’identité même de l’analyse sociétale n’est-elle pas alors menacée ? C’est le point de vue que développe Erhard Friedberg.

5Plus fondamentalement, peut-être, un fossé n’est-il pas en train de se creuser entre les travaux empiriques menés sous la bannière de l’analyse sociétale et les positions théoriques que celle-ci adopte ? L’accomplissement empirique majeur à mettre à son actif reste la recherche France / Allemagne, et les travaux plus récents qui en relèvent ne sont guère évoqués dans l’ouvrage. Cette recherche était marquée par une grande cohérence entre le travail empirique et l’approche théorique, ce qui a sans doute beaucoup fait pour l’accueil positif qu’elle a reçu. Comme le fait remarquer C. Lane, on manque d’un accomplissement empirique équivalent qui soit en harmonie avec les développements de la vision théorique. De plus, quand M. Maurice et A. Sorge quittent le terrain de la grande construction théorique, leurs propos montrent bien qu’ils restent en fait attachés à l’idée de quelque chose de substantiel qui marque durablement une société, à travers les vicissitudes du temps. Ainsi ils évoquent des « logiques d’action » qui demeurent, même après des « révolutions de grande ampleur » (p. 3). A. Sorge évoque, à propos de l’Allemagne, des modes de construction sociale dont l’héritage demeure depuis les temps médiévaux (p. 47), ce qui laisse supposer, vu l’ampleur des changements institutionnels qui se sont produits depuis cette époque, que des mécanismes stabilisateurs d’une autre nature que des complémentarités entre institutions sont en œuvre. Quand ils commentent, dans la conclusion de l’ouvrage, les apports des autres contributeurs, ils se montrent parfois étonnamment positifs, à l’aune de leur position théorique, envers des analyses, telles celles de Jerald Hage (qualifiées, p. 395, de « nice example of societal analysis ») centrées sur la mise en évidence d’une continuité culturelle, à travers la permanence de « styles cognitifs ». Du reste, quand eux-mêmes ne s’intéressent pas seulement à des questions de pratiques et d’institutions mais à des questions de sens (le terme revient régulièrement sous leur plume), peuvent-ils réellement prétendre ignorer les phénomènes de continuité culturelle ? In fine, ils admettent qu’une clarification reste nécessaire en matière de rapports entre continuité et changement (p. 399).

6Au-delà même de l’analyse sociétale, cet ouvrage offre des vues passionnantes sur les questions que pose la recherche contemporaine d’une synthèse entre les théories qui mettent en avant la continuité des structures et celles qui privilégient l’action. Une fois que l’on a dit, avec A. Giddens et bien d’autres, que les hommes bâtissent les structures et que les structures construisent les hommes, ce qui paraît difficile à contester, a-t-on vraiment beaucoup avancé dans la compréhension des sociétés ? Parfois les structures sont tellement évanescentes que seule l’action compte réellement. Parfois elles traversent si bien les siècles que qualifier d’actions les conduites qui permettent leur reproduction a quelque chose d’un abus de langage. Quant aux processus qui assurent la stabilité de certaines structures, rien n’assure qu’ils soient uniques, que les formes de continuité que l’on observe sur dix ans aient la même origine que celles que l’on observe sur dix siècles. Comment aller au-delà de généralités un peu creuses sur les rapports entre les structures et l’action sans un immense travail empirique conduisant à savoir précisément ce qu’il en est ? Les investigations menées au nom de l’analyse sociétale ont apporté une contribution très précieuse à un tel travail. Celle-ci importe sans doute plus que les débats quelque peu scolastiques sur la « vraie nature » de cette analyse.

Top of page

Bibliography

Maurice, M., Sellier, F., Silvestre, J.J., 1982. Politique d’éducation et organisation industrielle en France et en Allemagne. Puf, Paris.

Top of page

References

Bibliographical reference

Philippe d’Iribarne, « Marc Maurice, Arndt Sorge (Eds.), Embedding Organizations; Societal Analysis of Actors, Organizations and Socio-Economic Context », Sociologie du travail, Vol. 44 - n° 1 | 2002, 138-140.

Electronic reference

Philippe d’Iribarne, « Marc Maurice, Arndt Sorge (Eds.), Embedding Organizations; Societal Analysis of Actors, Organizations and Socio-Economic Context », Sociologie du travail [Online], Vol. 44 - n° 1 | Janvier-Mars 2002, Online since 19 March 2002, connection on 26 October 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/32856 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.32856

Top of page

About the author

Philippe d’Iribarne

Gestion et sociétés, CNRS, 140, rue du Chevaleret, 75013 Paris, France

Top of page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search