Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 44 - n° 1Comptes rendusJean Peneff, Les malades des urge...

Comptes rendus

Jean Peneff, Les malades des urgences. Une forme de consommation médicale

Métailié, Paris, 2000, 190 p.
Carine Vassy
p. 144-145
Référence(s) :

Jean Peneff, Les malades des urgences. Une forme de consommation médicale, Métailié, Paris, 2000, 190 p.

Texte intégral

1La fréquentation des services des urgences dans les hôpitaux publics est en constante augmentation. Dans le même temps, les médecins reconnaissent que seule une petite minorité de ces patients sont des « urgences vitales », les autres venant pour des pathologies de faible gravité. Le but de cet ouvrage est d’analyser quelles sont les populations qui viennent de préférence aux urgences au lieu de s’adresser aux médecins libéraux ou à d’autres sources de soins.

2Après avoir exposé quelques éléments de l’histoire des services d’urgence et de leurs relations avec d’autres institutions, comme la police et la justice, l’auteur analyse l’évolution des caractéristiques des patients d’après les statistiques de l’Assistance Publique de Paris : les cas médicaux et psychiatriques augmentent au détriment des cas chirurgicaux, le nombre de cas ne nécessitant pas une hospitalisation augmente, ainsi que la proportion de personnes qui se présentent aux urgences de leur propre initiative. Ces chiffres confirment la thèse aujourd’hui classique d’un désengagement de la médecine libérale vis-à-vis des patients souhaitant une consultation immédiate, en particulier la nuit et le week-end.

3Jean Peneff s’appuie ensuite sur un travail de terrain mené dans les services d’urgence de trois hôpitaux de la région parisienne (Beaujon, La Pitié-Salpétrière, Ambroise Paré), où il a interrogé des patients et observé leur comportement. Il entend décrire « les conditions populaires et collectives de la pratique médicale » dans les services d’urgence (p. 60). L’ouvrage apporte d’intéressantes descriptions des salles d’attente, du passage des clochards, des interactions entre les patients, mais le lecteur n’est pas obligé de partager l’analyse selon laquelle l’attente dans un service d’urgence est une école de patience et de respect des différences au contact des autres malades.

  • 1 En particulier E. Freidson, La profession médicale, Payot, Paris, 1984.

4Ensuite l’ouvrage présente trois types de patients, les jeunes, et en particulier les jeunes toxicomanes, les étrangers et les « femmes angoissées », sans que les critères de choix de ces catégories soient explicités. Sont exposées les principales caractéristiques de leur consommation médicale d’après différents travaux macrosociologiques. Les rappels sur les variations dans la consommation médicale (étrangers versus Français, hommes versus femmes, etc.) offrent l’opportunité d’une réflexion plus large sur le rapport au corps, à la santé, et à l’offre médicale, sans éviter certaines extrapolations qui laissent perplexes. La profession médicale fait l’objet d’une réflexion critique dans la lignée des travaux d’Eliot Freidson, dont plusieurs ouvrages sont cités1. J. Peneff montre que les médecins contribuent à susciter les besoins de leur clientèle, dans un phénomène classique d’offre qui détermine la demande. Mais les classes sociales aisées ont d’autres recours aux soins que les urgences, du fait de leur proximité, au moins en termes d’origine sociale, avec le monde médical. Les malades des classes populaires et des classes moyennes les moins favorisées sont présentés comme des clients enrôlés dans le réseau des services d’urgence, dont ils seraient des éléments captifs. Cette thèse est amplifiée dans la conclusion de l’ouvrage qui porte sur la gestion des dépenses de santé comme expression des conflits de classes. Les classes supérieures consomment plus de soins médicaux et vivent plus longtemps. Les cotisations sociales des salariés et leurs contributions fiscales constituent donc un transfert de revenus des classes populaires vers les classes aisées.

  • 2 J. Peneff, L’hôpital aux urgences, Métailié, Paris, 1992.

5Contrairement à l’ouvrage précédent du même auteur2, ce livre de J. Peneff entend poser des questions plus larges que la seule organisation du travail dans les services d’urgence. Le projet, à la fois intéressant et ambitieux, est de s’interroger sur les dépenses de santé et le rôle des prescripteurs. Mais peut-on répondre à ces questions à partir d’enquêtes de terrain auprès des usagers des urgences et d’analyses secondaires de statistiques sanitaires locales ou même nationales ? Il est difficile de tenir le fil d’une interprétation rigoureuse quand on part du témoignage de patients pour analyser le développement du système hospitalier et les flux économiques qui les sous-tendent. De plus, l’ouvrage n’aborde que très succinctement l’analyse des interactions entre les patients et le personnel, qui aurait pu apporter des éléments de réponse, ne serait-ce qu’en montrant les pratiques discriminatoires aux urgences. Le principal intérêt du livre réside donc dans les pistes qu’il défriche, et notamment dans les nombreux sujets de recherche qui sont signalés à juste titre comme importants pour le développement de la sociologie de la santé.

Haut de page

Notes

1 En particulier E. Freidson, La profession médicale, Payot, Paris, 1984.

2 J. Peneff, L’hôpital aux urgences, Métailié, Paris, 1992.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carine Vassy, « Jean Peneff, Les malades des urgences. Une forme de consommation médicale », Sociologie du travail, Vol. 44 - n° 1 | 2002, 144-145.

Référence électronique

Carine Vassy, « Jean Peneff, Les malades des urgences. Une forme de consommation médicale », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 44 - n° 1 | Janvier-Mars 2002, mis en ligne le 19 mars 2002, consulté le 25 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/32872 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.32872

Haut de page

Auteur

Carine Vassy

Creps, université Paris XIII, 74, rue Marcel Cachin, 93017 Bobigny cedex, France

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search