Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 44 - n° 2ArticlesL’intimité anonyme dans les conve...

Articles

L’intimité anonyme dans les conversations électroniques sur les webchats

The anonymous intimacy of electronic conversations in Webchats
Julia Velkovska
p. 193-213

Résumés

Cet article analyse des interactions écrites se déroulant en temps réel sur internet dans le cadre des webchats. S’inspirant de l’ethnométhodologie et de la sociologie phénoménologique, il interroge les identités et les formes de relation qui s’y constituent. Comment les utilisateurs se dotent-ils d’une identité fondée sur la seule écriture électronique ? Comment des relations peuvent-elles se nouer, se développer, se maintenir durablement dans ce contexte et quelle en est la spécificité ? L’analyse articule deux types de données : des récits de pratique et des discussions enregistrées sur les chats. La première partie établit le lien entre le cadre spatio-temporel du dispositif de communication et la forme des interactions qui s’y déploient. La deuxième partie est consacrée aux typifications mises en œuvre par les participants pour construire leurs identités et leurs relations. En conclusion, la forme des relations dans les chats est caractérisée par une tension entre les catégories d’intimité et d’anonymat.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Comme le téléphone fixe ou mobile, les messageries sur le Minitel, les forums de discussion, les ch (...)
  • 2 Je remercie vivement Jean-Philippe Heurtin et Louis Quéré pour leur relecture critique des différen (...)
  • 3 Les webchats sont des dispositifs de conversation en temps réel et en mode texte implantés sur le w (...)

1Les dispositifs techniques d’interaction médiatisée1 posent la question de la production d’un sens partagé dans des contextes d’échange caractérisés par la mise à distance des corps2. Cette problématique orientera l’analyse d’une situation d’interaction particulière : les webchats3, « conversations écrites » en temps réel sur internet. Le webchat offre un espace de discussion à plusieurs, ainsi que la possibilité de dialogues « privés » entre deux interlocuteurs, à travers l’échange de messages écrits. Sont ainsi théoriquement possibles des échanges d’énoncés, dépouillés des repères et des signes qui organisent l’espace social de la vie quotidienne et orientent les interactions : le corps physique, mais aussi les gestes, la tenue vestimentaire, les mimiques, l’intonation de la voix, le regard.

2Pour un novice, les échanges sur les chats semblent souvent privés de toute signification directement accessible. Ils se présentent comme des bribes de phrases, de dialogues éclatés qui s’entrecroisent, se mélangent et dont il est difficile de saisir la logique et de reconstruire le sens (cf. Fig. 1).

3Les messages s’affichent sur l’écran dans l’ordre de l’envoi et le dispositif n’offre aucune option qui permettrait de poursuivre un fil de discussion. À cette désorganisation apparente s’ajoutent souvent la futilité et la banalité des contenus. Pourtant les personnes connectées ne disposent que des éléments affichés sur leurs écrans pour entrer en contact les unes avec les autres et développer leurs échanges.

Fig. 1. Extrait d’une séance sur un chat.

Fig. 1. Extrait d’une séance sur un chat.

Pour lire et comprendre cet extrait, il est nécessaire de connaître un ensemble de conventions : le pseudonyme du locuteur s’affiche entre crochets au début du message ; les lignes commençant par étoiles (***) correspondent à des messages affichés par l’interface et non pas émis par des participants ; etc. En outre, cet extrait est exemplaire d’une autre caractéristique des interactions dans les chats, le jeu sur les pseudonymes sur lequel nous reviendrons.

  • 4 Le terme « électronique » est utilisé dans ce texte pour spécifier le support. En conséquence, il q (...)

4Comment, dans le cadre tissé par cet entrecroisement de messages électroniques4, émergent des constructions de soi et de l’autre et une forme d’échange cohérent et significatif du point de vue des acteurs ? Comment s’orientent-ils dans ces conversations morcelées ? Comment établissent-ils un sens partagé ? Et finalement, de quelle manière le cadre technique du médium est-il constitué en « monde commun » par les acteurs ?

5Orientée par ces questions de départ, notre enquête a rapidement démontré que pour les participants engagés dans les conversations électroniques, la parole éclatée qui circule dans les chat-rooms est loin d’être désordonnée et informe. Elle présente une forme reconnaissable qui fait sens et donne corps aux relations qui unissent les interlocuteurs. Dans cet article, nous analyserons des extraits d’échanges, retenus en raison de leur caractère significatif pour l’analyse des routines de construction de soi et du rapport à l’autre, notamment dans les ouvertures et les clôtures des échanges. Cette approche nous permettra de repérer les formes standard d’organisation des interactions telles qu’elles se sont déroulées à l’écran.

  • 5 Les échanges proviennent de deux chats francophones. Les récits de pratiques des participants ont é (...)

6Nous prendrons également en compte les récits des acteurs sur leur pratique. Ceux-ci y décrivent le chat comme un lieu habité où ils reviennent à la rencontre de personnages familiers ou pour nouer de nouvelles connaissances. Ce double dispositif d’enquête permet d’accéder à la manière dont les acteurs donnent sens aux conversations électroniques selon deux perspectives différentes : celle de la mise en forme concrète des échanges en situation (l’action en train de se faire) et celle de leur description rétrospective (l’action rapportée)5.

7Pour analyser ces données, nous partirons de l’idée que les échanges électroniques sont fondés sur une forme d’intersubjectivité, sur un « monde organisé », dont la « texture signifiante […] trouve son origine dans des actions humaines » (Schutz, 1987, pp. 105, 16 – traduction modifiée –), en l’occurrence l’écriture et la lecture des messages. Ce monde organisé intersubjectif mobilise des formes d’engagement fort dans les pratiques de conversation électronique.

8Nous décrirons ce monde organisé en dégageant les processus de typification qui fondent l’intersubjectivité. Cette analyse mettra à contribution les acquis de la sociologie phénoménologique d’Alfred Schutz qui définit la typification comme un processus de saisie, à l’aide du stock des expériences passées, des aspects typiques des objets, des personnes, des actions ou des événements. Autrement dit, je peux comprendre les actions de l’autre parce que je peux m’imaginer dans sa position typique, dans sa situation typique (par exemple celle des dialogues en direct sur internet), effectuant les mêmes actions typiques que lui (poser et répondre aux questions) et leur attribuant la même signification. La compréhension et le rapport à l’autre se fondent ici sur une attribution de motifs typiques et la relation sociale apparaît comme « une liaison intersubjective des motifs » (Schutz, 1987, p. 100).

  • 6 Ce qu’Harold Garfinkel (Garfinkel, 1967, p. 36) nomme « seen but unnoticed background expectancies (...)
  • 7 Elle est rendue observable et descriptible à travers des phénomènes tels que l’orientation mutuelle (...)

9Parallèlement, nous conduirons une analyse ethnométhodologique afin d’étudier les présupposés implicites6 mis en œuvre par les participants aux webchats pour organiser pratiquement ce monde intersubjectif. L’intersubjectivité apparaîtra alors en tant qu’elle est réalisée et rendue visible dans l’ajustement des actions réciproques7.

10Cette double approche de l’intersubjectivité nous permettra de dégager, en conclusion, les spécificités des relations tissées par l’écriture électronique et notamment la tension entre leurs dimensions intimes et anonymes.

1. La situation de communication sur les chats : les limites du dispositif et leur gestion interactionnelle

  • 8 Le cadre de participation délimite l’accès des participants à un territoire commun et aux événement (...)

11Le cadre de participation8 dans les chats présente des spécificités qui agissent sur la construction du rapport à l’autre et sur la forme de l’interaction. Les échanges au sein des médias électroniques ont été décrits comme « conversation écrite » (Rheingold, 1995, p. 182), « parole écrite », « écrit parlé » (Toussaint, 1992), etc. Ces dénominations multiples montrent la difficulté d’interpréter cette forme d’échange à partir des typologies disponibles. Il s’agit bien, sinon de l’émergence d’une nouvelle manière de converser et de se rapporter à l’autre et à soi-même, du moins d’une modification importante de la pragmatique même de l’échange.

1.1. Un espace de présence/absence : les indices de coprésence

  • 9 Michel de Fornel parle de « coprésence situationnelle » pour désigner ce phénomène dans le cadre de (...)

12Les seules traces de la présence des autres dans la « salle électronique » sont les pseudonymes dans la liste des connectés et les messages s’affichant sur l’écran quasi simultanément à leur envoi. La coprésence se réalise non pas par le corps comme dans le face à face, ni par la voix comme dans la communication téléphonique, mais par l’écriture : le lien est rendu manifeste par l’échange de messages qui apparaissent sur l’écran9.

13Le cadre participatif des conversations en temps réel sur internet apparaît alors comme marqué par une incertitude permanente concernant ses contours, c’est-à-dire le nombre de personnes réellement « présentes » dans la salle et le statut des interlocuteurs. Des personnes peuvent prendre part à un dialogue tout en étant impliquées dans d’autres discussions électroniques ou en poursuivant leurs occupations habituelles. En effet, la pratique du chat s’inscrit souvent dans une situation d’engagements multiples :

« … je peux travailler et avoir le chat dans une petite fenêtre. Donc je peux bosser et répondre si on me pose une question. »
« Tu peux être dans plusieurs salles en même temps et parler avec plusieurs personnes en même temps. » (Extraits d’entretiens.)

  • 10 Deux interlocuteurs peuvent correspondre par le biais de messages privés (mode PM = private message (...)
  • 11 Comme « AFK »= Away from keyboard.
  • 12 Les tags sont des phrases ou quelques mots que l’on peut ajouter de manière à ce qu’ils s’affichent (...)

14Il est techniquement possible d’être connecté simultanément sur plusieurs chats et d’entretenir dans chacun des dialogues privés10, ou de participer aux discussions dans l’espace public. Ce trait du contexte d’échange définit des formes de présence et d’engagement que l’on pourrait qualifier de fragmentaires. Il marque également la mise en forme pratique des interactions : pour gérer cette instabilité du cadre les participants ont recours à des procédés tels que les codes11, les informations incorporées dans les tags12 (par exemple « Ailleurs aussi », « Je bosse », « Je reviens ») ou d’autres artifices. Les séquences d’ouverture et de clôture des dialogues jouent un rôle important dans l’attestation de la coprésence comme en témoigne l’extrait suivant :

  • 13 Les séquences présentées ici ont été extraites de la totalité des messages affichés sur le chat pen (...)

• Exemple 1 : Séquence de clôture accentuée13.
41. A : OK, sophie. Moi, c’est David et je t’écrirai dès demain. Là je vais y aller car je suis en retard.
[pause]
42. A : bon tu me laisse tomber.
43. S : pas du tout, je pensais que tu partais.
44. A : J’attendais te dire au revoir, c’est tout…
45. S : Eh bien, c’était un plaisir. Bonne soirée
46. A : Bises.

15Le tour 42 montre que A s’attendait à une réponse de S ; il interprète son silence comme une méprise de sa part. Cette gestion du silence spécifie le mode de coordination par écrit en temps réel. Dans d’autres situations d’interaction S aurait pu « voir » ou « entendre » qu’une réponse était attendue de sa part et répondre. La suite de l’échange répare cette méprise et prépare le départ de A, qui est marqué par trois messages consécutifs de justification de l’interruption, de salutation et de clôture (tours 41, 44, 46). Cet accent mis sur la clôture de l’interaction est lié à l’indétermination du cadre de participation dans lequel la coprésence est rendue manifeste uniquement par les messages. Une fois engagé, l’échange impose néanmoins des contraintes aux participants : A attend la salutation de S avant de quitter le chat.

1.2. Dimensions spatiales et temporelles du cadre participatif sur les chats

16À côté de tels modes de présence fluctuante, l’échange dans les chats présente des dimensions spatiales et temporelles spécifiques. Pour décrire leur lien avec la forme des relations électroniques, nous nous appuierons sur l’analyse phénoménologique des structures du monde de la vie quotidienne.

17Dans ses analyses de la communication intersubjective, A. Schutz pose la relation en face à face comme fondement de l’expérience de la vie quotidienne, en raison de sa structure de typicalité. Du point de vue spatial, la position du corps constitue le point zéro (ici et maintenant), autour duquel le monde s’organise en structures signifiantes : différentes zones d’atteinte ou de portée (« zones of reach ») se structurent autour de la zone « à portée de main » (« ici » on vit ensemble dans un présent vivant dans la zone à ma portée). Du point de vue temporel, le foyer du monde-de-la-vie est l’expérience sociale directe, c’est-à-dire celle du monde des contemporains dont se distinguent le monde des prédécesseurs et le monde des successeurs. Le mouvement d’interprétation qui prend appui sur ce système de coordonnées spatio-temporelles établit des degrés d’anonymisation croissante des types. À chaque zone de pertinence décroissante correspondent des types de plus en plus anonymes, c’est-à-dire vides de contenu concret et personnalisé. Au centre de ces cercles concentriques se trouve la zone de l’expérience vécue « ici et maintenant » avec son intérêt pragmatique actuel. Les types construits dans cette zone se caractérisent par un degré élevé de clarté et de personnalisation.

  • 14 Le terme adopté dans les traductions françaises est « la relation-Nous ». Dans cet article, nous co (...)

18Cette approche est pertinente pour l’analyse des interactions médiatisées, car elle propose une prise en compte explicite du lien entre cadre spatio-temporel et types construits pour donner sens à l’échange. En effet, les différents espaces de communication permettent de varier l’actualisation des types de personne construits pour interpréter le partenaire et orienter l’échange. Ils peuvent être plus ou moins proches de la We-relation14 qui s’établit dans la situation de face à face (communauté de temps et d’espace). La We-relation s’oppose aux rapports anonymes et se caractérise par l’ajustement permanent des constructions du partenaire, c’est-à-dire du « type de personne » à travers lequel il est saisi. Pour A. Schutz, l’orientation des individus dans le monde social n’est possible que grâce à un réseau de types – de personne, de rôle, d’action, de motif, etc. Le type de rôle social, par exemple, renvoie à des attentes typiques quant au comportement de l’acteur concerné ; il fonctionne comme repère pour interpréter la situation et orienter le comportement. Dans l’interaction, je construis un type, d’abord général, de mon partenaire ; ce type est progressivement ajusté et personnalisé à travers l’interprétation que je fais de son comportement à l’aide de mon stock de connaissances. Différents niveaux de connaissance se superposent dans ce processus d’élaboration du type personnel : la connaissance de l’être humain en général, celle d’un acteur social typique, de ce partenaire particulier, de ce partenaire particulier dans la situation donnée ici et maintenant (Schutz, 1976, p. 30). Dans la We-relation, établie dans une communauté de temps et d’espace, les actes communicatifs de l’autre sont donnés simultanément à mon interprétation, et le type personnel à travers lequel j’interprète mon partenaire est actualisé et accordé en permanence pour se remplir de plus en plus de contenu concret et s’éloigner du type général. La We-relation se situe ainsi à l’opposé des relations anonymes. Dans celles-ci les types sont vidés de signification subjective et se définissent par rapport à une fonction ou une catégorie générale. Les individus sont alors interchangeables et suivent des modèles standardisés de comportement.

19Dans cette perspective, les situations de communication médiatisée apparaissent comme dérivées de la structure de la relation en face à face : « Le présent partagé de la We-relation présuppose la coprésence des partenaires. À chaque type de rapport social dérivé correspond un type particulier de perspective temporelle qui est dérivé du présent vivant. Ainsi, j’interprète dans un quasi-présent le simple résultat (la lettre écrite, le livre imprimé) de la communication de l’autre, sans avoir participé au déroulement des actes de communication » (Schutz, 1987, p. 119 – traduction modifiée –).

20Si nous appliquons cette analyse à la communication dans les chats, celle-ci présente des caractéristiques particulières, liées à la forme de coprésence qu’elle implique. Pour saisir ces caractéristiques nous pouvons partir de la question suivante : quel degré de personnalisation des types construits pour interpréter l’interlocuteur est possible dans les limites spatiales et temporelles du chat ?

21La simultanéité des échanges peut être considérée comme une modalité du « présent vivant », mais elle est dissociée du partage de l’espace. Cette forme de coprésence va conditionner un degré élevé d’abstraction des types de personne construits. La communication dans le chat se présente sous une forme hybride combinant l’écrit (l’autre est accessible uniquement à travers ce support, comme dans un échange épistolaire) et le temps réel de l’oralité (comme dans la relation en face à face ou téléphonique). Les interlocuteurs sont coprésents, à travers leurs pseudonymes et leurs messages, dans un cadre commun – l’écran de l’ordinateur, l’architecture interactive de l’interface du site. La situation diffère ainsi de l’interaction en face à face où les mouvements corporels de l’autre constituent un champ expressif ouvert à mon interprétation. Les éléments porteurs de sens sont non seulement les mots, mais également la voix, l’expression du visage, les gestes qui accompagnent la parole (Schutz, 1987, pp. 117–118). Ainsi, les types personnels construits sont-ils perpétuellement réinterprétés et réajustés et tendent-ils vers une concrétisation de plus en plus importante.

22Dans le cas des chats, l’espace partagé est réduit à l’écriture ; à travers elle, toute une série d’éléments sur l’autre et sur le contexte vont être introduits pour donner corps à la relation et structurer un champ intersubjectif de communication :

« Par exemple quand je parle avec quelqu’un, j’aime bien voir ce qu’il exprime dans les yeux, la façon qu’il a d’occuper l’espace, de se mouvoir dans l’espace, tu vois, de parler, de bouger les mains, de se mouvoir, quoi. Tout ça, ça manque quand même. Et malgré tout tu ressens quand la personne est triste ou plus gaie ou de mauvaise humeur un jour. Ça t’apprend à connaître tellement bien les gens que tu finis par définir beaucoup de choses par l’écrit. » (Extrait d’entretien.)

23La rapidité des échanges abolit le temps et l’espace extérieurs au médium. Dans l’espace du réseau, les distances géographiques et l’environnement physique ne sont plus une contrainte pour le comportement, mais sont construits comme prothèses de l’interaction. Quant au temps, il est ponctué par le rythme des messages. Ces caractéristiques de la situation de communication ont des implications sur la forme même des messages : l’échange a la spontanéité de l’oralité, qui court-circuite les modèles conventionnels de l’écrit. Le style est peu soigné, les phrases sont courtes avec une ponctuation abondante.

24Deux traits spécifiques du cadre spatio-temporel des webchats marquent de manière forte les rapports qui y sont possibles. D’une part, il existe une tension entre l’implication forte dans l’échange (liée au temps simultané) et la possibilité de se désengager facilement (provenant de l’absence de coprésence physique). D’autre part, ce type de communication suppose une intégration de réalités éloignées et distantes dans « la zone à ma portée » (définie par la position actuelle du corps dans le système de coordonnées spatio-temporelles), puisque la conversation électronique s’abstrait de l’environnement immédiat et abolit les distances géographiques.

25La tension entre engagement et désengagement définit des formes d’immersion qui s’associent paradoxalement avec des possibilités d’entrée et de sortie, libérées des règles qui régissent la coprésence physique :

« Tu appuies sur un bouton, l’ordinateur s’allume, tac, tu converses avec des gens… »
« Tu te coupes de la réalité, tu es sollicitée sans arrêt, t’arrêtes pas… J’arrête pas de taper toute la journée, c’est hallucinant. »
« Et à la fin de la soirée, à la fin du chat, c’est la même chose, tac, ça s’arrête, tu n’as plus envie de voir des gens et tu les vois plus. » (Extraits d’entretiens.)

26Quant à la tension entre distance et proximité, les conversations électroniques opèrent un rapprochement de mondes éloignés dans le temps et dans l’espace :

« Si je veux parler avec des Québécois, je suis désolé, comment il faut que je fasse ? Pour converser avec des Québécois, il faut que je prenne l’avion et que j’aille là-bas. Ensuite même chose pour la Turquie, la Belgique… ça va me coûter combien ? » (Extrait d’entretien.)

27En effet, le média accomplit une abstraction de la réalité physique immédiate et élargit ainsi le champ de communication et d’action. L’organisation du support technique autorise la conversation entre inconnus, en temps réel et à distance. Elle permet ainsi une désarticulation des espaces et leur réarticulation à travers l’engagement dans des interactions multiples (l’espace de la présence physique derrière l’écran, l’espace public du chat, les canaux privés des échanges duels). Sur le réseau, il est possible d’être présent à plusieurs endroits au même moment, d’engager des discussions et de nouer des relations hors des contraintes liées au partage de l’espace physique, en tant que dimension organisatrice de l’expérience de la vie quotidienne.

28L’espace des échanges dans les chats peut être assimilé au monde de la vie quotidienne, en tant qu’espace intersubjectif fondé sur la thèse générale de la réciprocité des perspectives (Schutz, 1987, pp. 17–18). Il semble cependant présenter une structuration modifiée dans ses aspects spatiaux temporels. À travers le média, l’infiniment lointain devient un élément de la zone à portée de main dans laquelle les relations sont vécues dans un présent vivant. Cette transformation dans les structures du monde de la vie quotidienne suscite, si l’on en croit les récits de pratiques, un sentiment d’anormalité, d’abstraction et de superficialité :

« […] ça reste superficiel. Et moi j’aime pas la superficialité. Et c’est pour ça que j’aime pas le côté virtuel et qu’au bout d’un moment si on me propose la rencontre c’est OK. »
« Quand on devient assez proche avec quelqu’un, j’essaie de le voir ou de la voir pour que ce soient des relations qui rentrent dans une certaine normalité, quoi… » (Extraits d’entretiens.)

29La zone du « monde à ma portée » est caractérisée par une personnalisation et une actualisation des types personnels. Elle ne supporte pas les généralisations qui caractérisent la typification de l’autre dans les chats. L’instauration d’une temporalité spécifique de l’interaction, qui crée l’illusion d’un « présent vivant », dissociée de la communauté de l’espace, expliquerait l’intégration de schèmes généraux et anonymes dans la zone de pertinence primaire. Comme nous le verrons plus loin, ce trait du cadre participatif des chats définit la forme particulière des relations qui y émergent en instaurant une tension entre leurs dimensions anonymes et intimes.

1.3. Présupposés implicites de la situation de communication

30Comment les contraintes spatio-temporelles du dispositif technique sont-elles gérées dans l’interaction pour fonder une forme d’intersubjectivité ? Quelles sont les évidences partagées qui rendent possible l’échange écrit en temps réel sur internet ?

  • 15 Le concept de confiance est défini de la manière suivante: « The term “trust” is used […] to refer (...)

31Pour répondre à ces questions, nous explorerons la zone de l’allant-de-soi (du taken-for-granted) qui fonde les échanges sur le chat, à travers une série « d’expériences déstabilisantes » auxquelles nous nous sommes livrée. La mise à jour des présupposés implicites est pertinente ici à deux titres. D’une part, ils donnent à voir de quelle manière se constitue la situation de communication sur les chats et comment les contraintes du dispositif sont interprétées dans l’échange. D’autre part, les expériences ethnométhodologiques montrent comment l’espace intersubjectif est produit pratiquement à travers l’ajustement mutuel des actions réciproques, fondé dans la confiance (trust) des membres quant au partage des attentes communes15.

32Dans l’idée d’Harold Garfinkel, les expériences déstabilisantes visent à briser cette confiance par l’introduction d’un doute ou d’une méfiance (distrust). Elles permettent ainsi d’explorer « à quelles conditions les événements peuvent être traités comme normaux à la perception » (Heritage, 1991, p. 98). Elles permettent aussi d’observer les procédés de normalisation mis en œuvre par les acteurs. De cette manière, la base implicite, tenue pour évidente, qui structure la situation d’interaction, est rendue visible dans leurs réactions (Garfinkel, 1967, pp. 37–38).

33C’est ce domaine de « la normalité perçue » que nous avons essayé de mettre au jour en perturbant les dialogues sur le chat. À travers ces « dialogues perturbés », il a été possible de saisir un certain nombre d’éléments de savoir partagé, ainsi que des attentes contextuelles, tenues pour légitimes, que nous interprétons comme constitutifs de l’espace commun produit par l’interaction électronique. La mise en question, au cours de l’interaction, des attentes et des présupposés appartenant à la zone du taken-for-granted entraîne soit le recours à des procédés de normalisation, soit l’éclatement de la situation d’interaction et la fin du dialogue, soit des demandes d’explication. Dans ces réactions, les tentatives de normalisation sont particulièrement intéressantes, car elles explicitent ce qu’un dialogue doit être et exhibent la manière dont il se constitue. Ainsi les acteurs nous montrent-ils leur perception de la normalité de ce type de communication et le modèle à suivre pour qu’il soit « réussi ».

34Voici quelques exemples de perturbation qui mettent au jour trois présupposés constitutifs des échanges dans les chats : l’exigence de visualiser continuellement la coprésence ; la prégnance du modèle question/réponse ; le standard de présentation réciproque.

1.3.1. L’intolérance aux silences

  • 16 Par exemple les rituels relatifs à la sortie d’une réunion sociale ou à la clôture d’une conversati (...)
  • 17 Cette propriété semble être commune aux interactions synchrones en l’absence de face à face. Nous l (...)

35La situation d’échange sur les chats se caractérise par une fragilité particulière, due à l’absence de contexte physique commun et de tous les dispositifs qui règlent habituellement la coprésence16. Le cadre participatif est instable et susceptible de se défaire à chaque instant (déconnexion du correspondant, absence momentanée, etc.). Puisque la coprésence est fondée uniquement sur l’échange des messages écrits, il faut intervenir constamment pour maintenir la situation d’échange17. Le lien doit être perpétuellement construit, affirmé et visualisé sur l’écran. De ce fait, les pauses ou les silences reçoivent un traitement particulier. Les ruptures dans la suite des messages provoquent des soupçons sur la présence effective de l’interlocuteur dans la salle, exprimés par des tours de vérification (ex. 2).

• Exemple 2 : Gestion des silences.
E : Y a tellement de gens qui portent les mêmes noms….*rires*… et bien bienvenue sur le café de Paris. Ici tu trouveras de tout pour tous les goûts… *rires*. T’as quel âge ?
[pause]
E : Alors tu es là ou pas ? ? ? ? ?

36Ces opérations de confirmation de l’état d’ouverture de l’échange et du statut des participants montrent bien la forme d’incertitude qui peut régner concernant la pérennité du contexte de l’interaction en cours. Nous voyons ainsi se dessiner en creux un premier élément structurant l’activité sur les chats : le maintien du flux continu des messages. L’obligation d’envoyer constamment des messages fait partie des présupposés constitutifs de cet espace de communication, puisque c’est la seule manière de faire émerger un espace commun entre les partenaires.

1.3.2. Se présenter : un enchaînement continu de questions et de réponses standardisées

37Si l’envoi rythmé de messages atteste la coprésence, cela ne suffit pas encore pour que l’interaction soit traitée comme « normale » par l’interlocuteur. Pour cela, elle doit se conformer à deux autres évidences constitutives des interactions électroniques : l’impératif de poser des questions et d’y répondre et la présentation réciproque standardisée, comme en témoignent les trois exemples discutés dans ce paragraphe.

38Le modèle d’interaction tenu pour normal se présente comme un enchaînement de questions et de réponses. L’exemple 3 montre que la perturbation de cette attente (tour 28) donne lieu à des explications de la règle à suivre (tours 31, 37), ainsi qu’à des essais de restauration de la structure « normale », en l’occurrence la distribution pratique des tours sur ce modèle (tours 33, 34 ; tours 36, 37).

  • 18 Dans tous les exemples qui suivent, l’interlocuteur désigné par la lettre S procède volontairement (...)

• Exemple 3 : Perturbation et explicitation du modèle question/réponse18.
27. O : Tu veux savoir quelque chose sur moi ?
28. S : Qu’est-ce que tu en penses - je veux ou pas ?
29. O : Quoi ? Qu’est-ce que j’en pense ? Tu veux dire quoi ?
30. S : Crois-tu que je veux savoir qqchose sur toi. Si oui - dis-moi.
31. O : non, mais si tu veux parler de quelque chose il faut bien que tu me poses des questions.
32. S : Tu as raison. Il faut poser des questions.
33. O : T’as quel âge ? Tu connais déjà le mien.
34. S : 25 a.
35. O : Il m’a fallu presque une journée pour savoir ton âge.
36. S : et maintenant - ça va mieux ?
37. O : A ton tour de poser des questions.

  • 19 La prégnance de ce modèle standardisé d’ouverture des dialogues a donné lieu à la formation d’un co (...)

39L’exigence d’interagir en continu sur le mode questions/réponses et la difficulté de trouver des thèmes de conversation, faute de connaître ou de voir son interlocuteur, expliquent en partie le troisième présupposé contextuel que nous avons identifié : l’existence d’un modèle standardisé de présentation réciproque. Il s’agit d’une série de questions banales, apparaissant généralement dans l’ordre suivant : la localisation géographique de l’interlocuteur, son âge, son sexe, son occupation, éventuellement son apparence physique19. Ce modèle d’initiation des dialogues permet d’instaurer et de maintenir l’échange.

40Les exemples 4 et 5 montrent que l’interaction est compromise si elle ne se conforme pas à la structure question/réponse (S pose des questions sans répondre aux questions de M ou de A), et si elle n’obéit pas au standard établi de présentation réciproque.

• Exemple 4 : Perturbation de l’échange d’information selon le modèle d’ouverture.
1. Magic : Salut. On peut parler ?
2. Sophie : Bien sur. 3. M :…
4. S : Alors, qu’est-ce qu’on fait ?
5. M : Tu viens d’ou et quel âge as-tu ?
6. S : pourquoi il faut toujours commencer par là ? Vraiment, c’est intéressant de savoir pourquoi ?
7. M : OK, si tu ne veux pas le dire ça m’est égal, mais j’aime bien savoir un petit peu quand je parle à 1 personne, mais bon, choisi la discussion :)
8. S : Non, non, tu as mal compris. Je veux bien te dire mon âge et tout ça mais je me demande pourquoi il faut toujours poser ces questions-là.
9. M : Tu préfères que je te demande la couleur de ta tapisserie. OK - quelle est la couleur de ta tapisserie ? hihihihi ! ! ! !
[déconnexion de M]

• Exemple 5 : Procédés de normalisation lors de la déstabilisation du modèle établi d’entrée en contact.
31. A : Dis-moi, à quel jeu tu joues ?
32. S : Pourquoi tu appelles ça un jeu ?
33. A : Dis moi où vis-tu alors ?
[pause]
34. A : Dis, Sophie, on va pas passer la nuit la dessus, n’a-t-on pas mieux à se dire ?
35. S : Comme quoi ?
36. A : Si on se destressait un peu… moi je trouve… cool… on chat tranquille, non ?
37. S : Mais c’est pas ce qu’on fait, c’est pas ça ?
38. A : Et bien, je suis un peu frustré. Dis moi tu as quel âge, etc…
39. S : Tu retournes à la case initiale ?
40. A : alors ?
41. S : Paris, 25 ans.
42. A : Je vis également à Paris et j’ai 26 ans, je te donne mon e-mail car je vais y aller. Ce serait cool qu’on garde le contacte. [suit l’e-mail]. Voilà. Si tu veux donne-moi la tienne.

41La perturbation du modèle d’entrée en contact aboutit principalement à quatre phénomènes : l’échange est traité comme un jeu (ex. 4 : tour 9 ; ex. 5 : tour 31) ; l’interlocuteur tente de normaliser la situation et de restaurer le cadre routinier de l’interaction (ex. 4 : tour 5 ; ex. 5 : tours 33, 38, 40) ; il manifeste des signes de perturbation (ex. 5 : tour 38), il explicite la définition de la situation tenue pour légitime (ex. 3 : tours 31, 37 ; ex. 4 : tour 7).

42Une fois l’interaction recadrée et la formule de l’échange réinstaurée, un enchaînement typique des interactions discursives se met en place (ex. 5 : tours 41, 42 ; ex. 3 : tours 33–37). Dans l’exemple 5 la présentation de S suscite la même action de la part de A, même si celui-ci avait déjà fourni une partie de ces informations précédemment (notamment son lieu d’habitation).

43L’introduction d’un malaise dans la communication montre ainsi qu’il est quasiment impossible d’entrer en échange sans se conformer au modèle standardisé d’ouverture des dialogues. Ce dernier rend disponibles des ressources thématiques qui peuvent être développées dans la suite de l’échange. Il est également lié au processus de typification qui permettent d’établir un espace commun d’interaction. Le refus du modèle semble alors bloquer la mise en place d’une relation d’échange à deux niveaux : il empêche à la fois de trouver un thème et de définir une orientation vers l’autre.

44Les relations sur le chat s’initient essentiellement par le biais de ce modèle. Ce dernier apparaît comme intimement lié au cadre de communication qui met entre parenthèses le contexte physique, les distances géographiques et le temps extérieur au médium. Il montre aussi que la construction du partenaire, dans la situation de coprésence par écrit, repose sur des informations générales. Dans les termes d’A. Schutz, les types construits pour interpréter l’autre se caractérisent par un degré d’anonymat élevé et sont peu personnalisés.

2. Émergence de structures significatives à travers l’interaction : construction de soi et de la relation

45Le repérage des présupposés implicites de la conversation électronique a montré comment sont gérées les contraintes du cadre et quelles sont les attentes communes constitutives de ce mode de communication. Ancrée sur ces évidences, l’interaction met en œuvre des typifications de soi, de l’autre et de la relation qui constituent des formes significatives d’intersubjectivité. Nous allons maintenant décrire ces formes en partant des questions suivantes : Comment émergent des constructions de soi et de l’autre qui orientent les interactions ? Qu’est-ce qui donne corps aux identités et aux relations tissées par l’écriture électronique ?

2.1. « L’identité électronique » : produire des petites singularités

  • 20 Le webchat permet d’associer une image au pseudonyme.
  • 21 Le profil d’une personne peut être consulté en cliquant sur son pseudonyme. Chaque participant disp (...)

46L’acteur est visible dans l’espace du chat à travers son pseudonyme et à travers ses messages. À ces deux supports de base de la construction de soi sur le réseau peuvent s’ajouter des éléments optionnels, tels que le tag, l’avatar20, la création d’un profil21 ou d’une page personnelle. Le pseudonyme, le tag ou le profil présentent en effet des points d’appui pour l’échange, dans le sens où ils exposent des éléments qui, dans une relation en face à face, constitueraient des repères incarnés de la situation (comme l’âge, le sexe des partenaires, leur localisation géographique, leur apparence physique…). Ces possibilités techniques de l’interface sont investies par les acteurs de manière à ancrer leur « personnage électronique » et à offrir des thèmes pour l’échange.

Exemples de pseudonymes et de tags :
marykaa (Ailleurs aussi)
proud canadian (Scott, live from Ottawa) domitilla (italienne)
cassonade77 (enfin l’ETE --- F,19 ans, Montréal) webbslinger (Englishman)
cricri21 (French guy living in London)

47Le pseudonyme est à la fois une ressource de la stratégie interactive et un produit de l’échange. Il est une étiquette que les interlocuteurs associent temporairement à une personne et constitue ainsi le premier élément d’autotypification et de typification des autres. Il peut être utilisé de différentes manières pour la mise en scène de soi : comme un complément d’information (« olivier28 » = olivier, 28 ans), comme identifiant une langue ou un pays (« alfredo », « proud canadian »), etc. Le choix d’un pseudonyme inhabituel est également un moyen pour les nouveaux d’attirer l’attention lors des premiers passages dans le chat. Il peut fournir le premier thème d’un échange, comme on peut l’observer dans l’exemple ci-dessous (tours 4, 13, 18–21) :

• Exemple 6 : Niouini. Utilisation des pseudonymes comme ressources thématiques (cas 1).
(1) Niouini : : Allo…
(3) Niouini : Bonjour !
(4) alfredo-x : comment ca se prononce ?
(8) Theud : salut niouini !
(13) alfredo-x : salut et fraternite a notre ami (e) NIOUINI (j’ai pas oublié un i)
(18) Niouini : alfredo parfaitement bien écrit.au fait, ce devait être Niwini…mais j’ai fait erreur
(19) alfredo-x : non sent rire comment ca se prononce NIOUINI
(20) Niouini : Alfredo Niwini
(21) Niouini : alfredo, juste une petite erreur dans ortographe. : -)

48Le pseudonyme et le tag constituent les principaux moyens pour pallier le déficit d’information sur les personnes et la difficulté de gérer une conversation en temps réel, entre inconnus, en l’absence d’un contexte physique commun. L’exemple 7 ci-dessous montre comment ces artefacts du chat peuvent, à eux seuls, fournir des thèmes à la conversation.

  • 22 Les auteurs des messages entourent par des étoiles les descriptions d’actions afin de les différenc (...)

• Exemple 7 : Alfredo X. Utilisation des pseudonymes et des tags comme ressources thématiques (cas 2).
(26) LISAME : Marykaa : *s*22 ben oui l’anglais également… ca fait trois ca si je sais bien compter… by the way, come va ? ? ? ? *s*
(27) alfredo-x : (alfredo vient de se mettre une cravate pour causer) : va bene cosi
(28) LISAME : Alfredo : Attention ta cravate est de travers - tire la vers la gauche *s*

49La sélection habituelle du destinataire du message consiste à mentionner son pseudonyme au début. Le tour 26 a la particularité de s’adresser à deux destinataires : le premier est clairement identifié (Marykaa) ; le deuxième (alfredo-x) est désigné à travers l’usage de l’italien, suite à l’interprétation que le locuteur fait du pseudonyme. Cette adresse implicite est reconnue et validée dans la réponse (le tour 27). L’échange entre les deux partenaires commence autour du pseudonyme, puis continue par une thématisation du tag d’Alfredo dans le tour 28 : la mise en scène de soi d’alfredo-x (dans son tag) est reprise et développée par son interlocuteur.

  • 23 Les stratégies de singularisation diffèrent selon les dispositifs. Dans le cas des forums, par exem (...)

50La création d’un « personnage électronique » est un processus de production de singularités à partir d’un dispositif standardisé– l’interface du chat. En effet, ce dispositif formate la mise en scène de soi en proposant un certain nombre de catégories obligatoires (comme le pseudonyme) ou optionnelles (comme le tag, le profil) à occuper. Il est impossible de se connecter sur le chat sans choisir un pseudonyme. Celui-ci obéit à des contraintes de forme : caractères utilisés, longueur minimale et maximale, etc. S’engage ensuite un travail de production de petites singularités à travers les interactions. L’ensemble de ces singularités constitue « le style »23 du personnage par lequel il sera identifié par ses interlocuteurs. Les exemples 6 et 7 ci-dessus montrent des microséquences de ce travail de singularisation des personnages à partir du pseudonyme et du tag.

51Une autre méthode pour fabriquer des singularités consiste à insérer des descriptions d’actions, de mouvements, d’états ou de bruits dans le tissu de la conversation électronique, comme le montre l’extrait suivant (tours 1, 3, 6, 8, 10) :

• Exemple 8 : Damiens. Mise en scène du corps : introduction de mouvements et de sons.
(1) Damiens (.tiens donc…) : **sifflotant le nez en l’air**
(2) LISAME : Bonjour ! ! ! Tiens beau jour monsieur - attention vous risquez de vous accorcher les pieds et de tomber avec votre NEZ en l’air *s* Bonjour DAMIENS
(3) Damiens : (.tiens donc…) : L’oiseau Bleu…héhéhé…et avec un nom pareil, on ne cherche plus le paradis… :) ///// Lisame…Non, non…j’ai un flair infaillible pour m’empêcher de chuter… **bang…Aïe**
(4) Damiens : Pom…Pom…Pom…Prendrait bien un petit calva moi…
(5) Rosencratz : Damiens : tu fais beaucoup dans l’étente ce matin… *mdr*
(6) Damiens : Rosen…Je retarde le moment où je devrai écrire des choses plus sérieuses…comme une résolution pour le conseil municipale blâmant certains racistes anglos…**air sérieux**
(7) Rosencratz : Damiens : Il faut pourfendre les bigots… *r* Quitte ce lieux maudit… *r*
(8) Damiens : Lisame…C’est vrai que les variantes sont nombreuses, tout dépendant du contexte et de l’interlocuteur…Faudrait faire une analyse sémantique… **air studieux et lunettes sur le bout du nez**
(9) LISAME : Damiens : en effet, faudrait se pencher sur ce sujet… aillle mon dos j’ai descendu trop bas *r*
(10) Damiens : Lisame…Ouais…sujet profond s’il en est… *rire*…**dos tout à fait suberb d’ailleurs**…**sifflotant pas le nez en l’air**

52Les descriptions d’actions peuvent être incorporées dans le tag (ex. 7 : tour 27) ou dans le corps du message (ex. 8 : tour 1). Dans ce second cas, le message acquiert un statut particulier : il est simplement une manifestation de la présence de son auteur dans l’espace du chat, il ne s’attache pas par son contenu à l’échange en cours et ne propose pas à proprement parler de nouveau sujet. Il peut cependant être sélectionné comme pertinent par les participants et susciter des enchaînements discursifs sur le registre du jeu et de l’humour (ex. 8 : tours 2, 3, 9, 10). Ce type de message est spécifique des échanges sur les chats. Il semble lié à la difficulté de constituer et maintenir une coprésence par écrit et à distance.

53Dans l’exemple précédent, le style du personnage est élaboré en singularisant la convention relative à l’usage des « actions » dans les chats, selon laquelle les descriptions des actions sont utilisées pour accompagner le texte du message ; il existe des catégories précodées (cf. note 22) ; ces descriptions sont entourées par une étoile de chaque côté. Les tours successifs de Damiens créent de petits écarts par rapport à cette convention : il attribue un statut de message autonome à une description censée être un élément de contextualisation à l’ouverture de la séquence ; il n’utilise pas les catégories précodées et il marque la description par deux étoiles. Les trois séquences présentées ici (ex. 6, 7, 8) montrent la production pratique, par un enchaînement de tours successifs, de trois styles de personnages – Niouini, Alfredo et Damiens. Ce mouvement se donne pour point de départ des traits standardisés du cadre participatif, pour déployer des microméthodes de singularisation spécifiques : jeu avec le pseudonyme, avec le tag, avec les conventions de description des actions.

54Prises dans le jeu de singularisation des personnages, les descriptions d’états, d’actions et d’effets sonores contribuent à créer une trame d’événements et de circonstances pour contextualiser les messages écrits. L’écriture électronique prend ainsi en charge les structurations d’un espace commun d’interaction. En l’absence de contexte physique, les conversations électroniques s’appuient sur des procédés explicites de mise en scène du corps souvent sur un mode ludique. La construction de soi se fait principalement par la singularisation des dispositifs standardisés de présentation de soi, en particulier par la production de petits écarts.

55Il nous reste à examiner comment se construit le rapport à l’autre : quel type de relation est-il possible de nouer par l’intermédiaire de pseudonymes et l’introduction de substituts discursifs du corps, de l’espace et d’objets ?

2.2. Constitution de la relation à travers l’écriture électronique

56Pour répondre à cette question nous repartirons de la problématique de la typification d’A. Schutz. Le type du partenaire se constitue dans la communication à travers des opérations d’expression et d’interprétation :

« C’est en connectant l’action en cours typique aux motifs sous-jacents typiques de l’acteur que nous arrivons à la construction d’un type personnel. Celui-ci peut être plus ou moins anonyme et par conséquent plus ou moins vide de contenu. Dans la We-relation parmi des consociés, l’action en cours de l’Autre, ses motifs (pour autant qu’ils se manifestent) et sa personne s’offrent dans leur immédiateté et les types construits, que nous venons de décrire, auront un taux d’anonymat minime et un taux de complétude élevé. » (Schutz, 1987, p. 32 – traduction modifiée –.)

57Dans le cadre des échanges électroniques, le champ expressif de l’autre est réduit à ce qu’il écrit, dans une temporalité quasi simultanée et dans l’espace immatériel du médium – l’écran de l’ordinateur. Quels sont alors les éléments qui permettent d’interpréter le partenaire et de constituer la relation ?

58L’analyse des récits des acteurs et de leurs interactions sur le chat montre qu’une forme d’orientation vers l’autre émerge à travers le décryptage des signes accessibles par l’écrit dans la durée, ainsi que par la mise en place du modèle typifié d’initiation des échanges.

2.2.1. Signes dans l’écrit et inscription de la relation dans la durée

59Dans les conversations électroniques la typification de l’autre fait appel à des processus complexes de décodage des signes lisibles dans l’écrit. La pratique des dialogues en direct amène les acteurs à apprendre à saisir toute une série d’informations sur l’interlocuteur en interprétant son message :

« Je suis assez sensible aux mots et à la façon d’écrire, la façon de s’exprimer. Pas sur deux, trois phrases, mais au bout d’un moment, tu te rends compte. Donc, automatiquement, tu ressens la personne. »
« Tu reconnais la façon d’écrire d’un homme et d’une femme… Il y a des mots qu’une femme n’emploie pas aussi facilement qu’un homme… une femme est beaucoup moins directe dans certaines choses, dans certaines domaines, dans la façon d’aborder. Tu reconnais, tu sens une certaine sensibilité. » (Extraits d’entretiens.)

60La typification de l’autre s’appuie ici sur des éléments subtils liés au contexte d’échange et non plus sur l’apparence, les mimiques, les gestes, etc. comme champ expressif du partenaire.

  • 24 Il est important de se rappeler qu’il s’agit ici de communiquer avec des inconnus, dont on ignore t (...)

61Cette manière de se rapporter à l’autre en lisant entre les lignes de son message peut paraître abstraite et superficielle24. Pourtant une certaine personnalisation des types semble possible dans les cas de pratique intense d’un chat au sein d’un groupe d’habitués :

« C’est bizarre, même si la personne change de pseudo, tu la reconnais… À la façon dont elle écrit. […] quand on met un sourire entre guillemets, à la façon d’utiliser certains mots à certains moments, la ponctuation… »
« Je les connais bien [les personnes du chat]. Je les connais surtout dans la réaction… comment ils réagissent par rapport à une certaine situation, par rapport à une phrase, par rapport à un nom… »
« Ça t’apprend à connaître tellement bien les gens que tu finis par définir beaucoup de choses par l’écrit. Donc en discutant, j’arrive à mettre une personnalité derrière le pseudo. » (Extraits d’entretiens.)

62La fréquence des contacts entre les partenaires, l’installation de la relation dans la durée permettent ainsi une personnalisation des types. Pour les acteurs, la durée et la fréquence des échanges sont perçues comme un contrepoids à la distance géographique qui les sépare et surtout à l’aspect abstrait du dispositif de l’échange :

« … il y des kilomètres qui te séparent des États-Unis ou du Québec. Je ne pense pas que tu puisses appeler ça une amitié. À moins que ce soit vraiment un contact que tu as vraiment fréquemment, une fois par jour. Là c’est évident que tu peux lier une amitié. »
« Puis tu reviens plusieurs fois, un jour, deux jours, trois jours. Et puis à partir d’un moment tu commences à accrocher avec certaines personnes. J’arrive à savoir des choses sur ces huit personnes, mais il faut que ce soit vraiment intense comme discussion. » (Extraits d’entretiens.)

2.2.2. L’initiation des dialogues comme mise en forme de la relation

63Pour accéder à ce stade de personnalisation de la relation et des sujets de conversation, les acteurs doivent se soumettre au rite de présentation que nous avons exposé plus haut. Les informations contenues dans les pseudonymes ou les tags sont alors confirmées, réinterprétées et thématisées dans le travail interactif. Ce modèle standardisé, intégré dans les attentes contextuelles, vise à introduire toute une série d’éléments permettant de fonder les typifications du partenaire. La séquence d’ouverture peut fournir des sujets à exploiter dans la suite du dialogue, comme dans l’extrait suivant où la localisation géographique est thématisée et utilisée pour développer l’interaction sur le modèle des questions – réponses (l’envoi du message est suivi par l’attente d’une réponse).

• Exemple 9 : Modèle d’initiation des dialogues.
shane 111 : Bonjour, Melly. Ca va ? Ou es tu ? Je suis à Swindon.
Melly : shane : Salut - Sherbrook, Québec !
shane 111 : Mellye : Tu habites dans un beau pays ! ma sœur, elle est alle au quebec il y a plusieurs annees, tu aimes ?
Mellye : Shane 111 : C’est un très beau pays, mais l’hiver tarde trop à s’en aller !

64Dans une communication avec des inconnus, de telles questions servent à l’identification de l’autre, elles constituent des points d’appui pour les typifications. Comme dans les pseudonymes et les tags, il s’agit de présenter à l’interlocuteur des attributs qu’il aurait pu observer dans une situation en face à face. Dans les pseudonymes, les tags ou les profils, ces attributs apparaissent comme des images de soi figées, contrôlées par l’auteur et sans lien avec l’interaction en cours. Le fait de les développer dans le travail interactif leur assigne un tout autre statut : ils sont validés, réinterprétés et enrichis et ils servent de canevas pour configurer le lien entre les partenaires.

65Ce modèle standardisé peut être compris comme une explicitation verbale des procédures d’interprétation et de typification de l’autre qui restent implicites dans la vie quotidienne. Comme l’ont montré les expériences déstabilisantes, ce stade de l’interaction se révèle comme un passage indispensable pour lancer l’échange et les tentatives pour le contourner peuvent compromettre la suite du dialogue. Mais les images que les interlocuteurs ont les uns des autres conservent une part importante de schématisme : elles proviennent pour l’essentiel d’un échange d’informations banales, d’un déchiffrage en hâte des signes de l’autre entre les lignes des messages défilant sur l’écran, de mises en scène ludiques de situations, de lieux et d’objets.

3. Conclusion

66Les conversations électroniques semblent donc impliquer un type de rapport à l’autre très particulier. Une connaissance sommaire de l’interlocuteur, très standardisée, est suffisante pour la configuration de l’échange. Tant que les relations demeurent dans les frontières du réseau, les typifications restent vides de contenu personnel :

« Tu ne connais qu’un pseudo, enfin, tu connais le prénom derrière, mais il manque quelque chose, quelque chose du concret. » (Questionnaire par courrier électronique.)

67Quand l’acteur ne connaît pas son interlocuteur, ne le voit pas, n’entend pas sa voix, il s’appuie sur son expérience passée et sur la connaissance de types généraux pour interpréter ses actes discursifs. Les interprétations qui tissent les liens entre les acteurs, et structurent l’espace intersubjectif, se font au niveau des stéréotypes :

« Moi, je l’ai imaginé [l’interlocuteur du chat]… genre américain […] J’avais l’impression [au moment de la rencontre] que je connaissais une autre personne. » (Extrait d’entretien, décrivant le moment de la rencontre en face à face entre deux chatteurs.)

68Pourtant, nous avons observé que s’instauraient aussi une certaine proximité et une certaine intimité dans les rapports. L’autre apparaît comme une construction générale, il est mis à distance par le médium ; mais il est en même temps un interlocuteur quotidien. Il peut alors devenir le confident :

« … là [sur le chat] tu vas connaître les gens de l’intérieur, plutôt que de te baser… sur le physique… les gens se livrent plus… J’ai des amis, des relations-chat, qui me disent avoir dit des choses qu’ils n’ont pas dit à leurs meilleurs amis ou à leur famille. Parce que là c’est plus anonyme et ça permet de te livrer plus. » (Extrait d’entretien.)
« C’est bien parce que ça oblige à rien. Tu es pas obligé d’être beau… à la limite on voit vraiment l’intérieur de la personne qui ressort. » (Questionnaire par courrier électronique.)

69Le rapport à l’autre dans les chats se construirait ainsi dans une tension entre l’intime et l’anonyme. La construction de l’autre dans l’espace du média est extrêmement générale et anonyme. En même temps, cet autre fait partie du quotidien : on converse tous les jours avec lui et l’on passe ensemble des heures sur le réseau. Avec les médias électroniques, il devient possible de vivre dans un monde à la fois d’abstraction et de proximité. Les relations électroniques y apparaissent à la fois familières et distantes, intimes et anonymes.

70La tension entre l’élément intime et l’élément stéréotypé et anonyme dans les relations est au centre de l’analyse que Georg Simmel consacre à la figure de l’étranger. La relation à l’étranger associe des catégories de singularité et de généralité extrêmes. D’un côté, il peut occuper le rôle du confident : « c’est souvent à lui que l’on fait les révélations et les confessions les plus surprenantes, qu’on livre des secrets que l’on cache précieusement à ses propres intimes ». De l’autre, le rapport à l’étranger est fondé sur le partage de traits généraux qui « rapprochent un grand nombre » et non pas sur « une communauté de différences spécifiques » (comme dans le cas d’un groupe). La tension entre proximité et distance définit ainsi « la nature plus abstraite du rapport que nous pouvons avoir avec lui [l’étranger] » (Simmel, 1984, pp. 56–57). La relation à l’étranger apparaît alors comme contingente et non exclusive.

71Cette analyse de l’articulation entre singularité et généralité permet de comprendre le déroulement pratique des échanges dans les chats : ceux-ci jouent en permanence sur cette tension entre aspects singuliers et généraux, intimes et anonymes. La construction de soi et de la relation passe, comme on l’a vu, par la singularisation de deux formats standardisés : celui de présentation de soi proposé par l’interface technique et celui d’initiation des dialogues cristallisé dans les attentes réciproques. Ces formats en tant qu’opérateurs de mise en relation semblent propres aux interactions électroniques. Le jeu de création de petites singularités à travers l’écriture ne parvient cependant pas à se dégager complètement des effets de cadrage et de standardisation du dispositif et à écarter complètement les aspects généraux dans le rapport à l’autre. L’impossibilité de personnaliser le type du partenaire et de singulariser véritablement la relation est sans doute liée à la dissociation du temps et de l’espace et à la réduction des indices de la coprésence à la seule écriture. Dans cette perspective, la médiation de la technique apparaît comme un opérateur d’étrangeté, au sens de G. Simmel : un opérateur de mise en équivalence qui sépare et unit à la fois, qui rend possibles les échanges tout en maintenant la distance et la généralité dans les relations, qui permet de construire des relations personnalisées en utilisant des ressources stéréotypées.

Haut de page

Bibliographie

Beaudouin, V., Velkovska, J., 1999. Constitution d’un espace de communication sur internet (forums, pages personnelles, courrier électronique…). Réseaux 97, 121–177.

Fornel, M. (de), 1989. Une situation interactionnelle négligée : la messagerie télématique. Réseaux 38, 31–49.

Garfinkel, H., 1967. Studies in Ethnomethodology. Prentice-Hall, Englewood Cliffs, N.J.

Goffman, E., 1973. La mise en scène de la vie quotidienne. Les relations en public. Minuit, Paris.

Goffman, E., 1981. Façons de parler. Minuit, Paris.

Heritage, J., 1991. L’ethnométhodologie : une approche procédurale de l’action et de la communication. Réseaux 50, 89–130.

Rheingold, H., 1995. Les communautés virtuelles. Addison-Wesley–France, Paris.

Schutz, A., 1976. Studies in Social Theory. Collected Papers II. Martinus Nijhoff, The Hague.

Schutz, A., 1987. Le chercheur et le quotidien. Méridiens Klincksieck, Paris.

Simmel, G., 1984. Digressions sur l’étranger. In: Grafmeyer, Y., Joseph, I. (Eds.), École de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine. Aubier, Paris, pp. 53–59.

Toussaint, Y., 1992. La parole électronique. Esprit, novembre, 127–140.

Velkovska, J., 1997. Formes de sociabilité sur les réseaux électroniques. Mémoire de DEA de sociologie. École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Haut de page

Notes

1 Comme le téléphone fixe ou mobile, les messageries sur le Minitel, les forums de discussion, les chats, le courrier électronique, les listes de diffusion sur internet, etc.

2 Je remercie vivement Jean-Philippe Heurtin et Louis Quéré pour leur relecture critique des différentes versions de ce texte, pour leurs suggestions et pour les discussions que nous avons eues tout au long de son élaboration. Je remercie également pour leurs commentaires Valérie Beaudouin, Alain Milon, Fabian Muniesa, Marie Pasquier, Marc Relieu et Cédric Terzi.

3 Les webchats sont des dispositifs de conversation en temps réel et en mode texte implantés sur le web. Ils sont ainsi directement accessibles sur les sites web respectifs, à la différence des autres applications de communication synchrone sur internet (IRC, ICQ) qui fonctionnent à travers des logiciels spécialisés. Dans le cadre de cet article les termes webchat, chat, chat-room feront référence au même dispositif de communication synchrone dans l’environnement du web.

4 Le terme « électronique » est utilisé dans ce texte pour spécifier le support. En conséquence, il qualifiera le type d’écriture propre à internet, les messages échangés, les interactions et les relations qui émergent dans cet espace.

5 Les échanges proviennent de deux chats francophones. Les récits de pratiques des participants ont été recueillis par des entretiens approfondis et des questionnaires par courrier électronique. Pour une présentation détaillée du terrain et des méthodes, voir J. Velkovska (Velkovska, 1997).

6 Ce qu’Harold Garfinkel (Garfinkel, 1967, p. 36) nomme « seen but unnoticed background expectancies ».

7 Elle est rendue observable et descriptible à travers des phénomènes tels que l’orientation mutuelle des participants, la manifestation de la compréhension d’un tour dans le tour suivant, etc.

8 Le cadre de participation délimite l’accès des participants à un territoire commun et aux événements qui s’y produisent. Il définit également la relation de chaque participant à l’événement en lui attribuant un « statut participationnel » (Goffman, 1981, p. 9).

9 Michel de Fornel parle de « coprésence situationnelle » pour désigner ce phénomène dans le cadre des messageries du Minitel (Fornel, 1989, p. 37).

10 Deux interlocuteurs peuvent correspondre par le biais de messages privés (mode PM = private messages). Ils disposent dans ce cas d’une fenêtre réservée à leur échange, laquelle reste invisible pour les autres personnes connectées sur le chat.

11 Comme « AFK »= Away from keyboard.

12 Les tags sont des phrases ou quelques mots que l’on peut ajouter de manière à ce qu’ils s’affichent automatiquement à côté du pseudonyme. Ils donnent un complément d’information, marquent un trait d’humour, indiquent le type d’échange recherché, posent une question, etc.

13 Les séquences présentées ici ont été extraites de la totalité des messages affichés sur le chat pendant la séance. Nous avons conservé les numéros des tours ainsi que l’orthographe d’origine. Les italiques dans les exemples correspondent à des passages soulignés par nous.

14 Le terme adopté dans les traductions françaises est « la relation-Nous ». Dans cet article, nous conserverons le terme anglais.

15 Le concept de confiance est défini de la manière suivante: « The term “trust” is used […] to refer to a person’s compliance with the expectancies of the attitude of daily life as morality. » (Garfinkel, 1967, p. 50).

16 Par exemple les rituels relatifs à la sortie d’une réunion sociale ou à la clôture d’une conversation téléphonique. Cf. à ce sujet la notion d’« intérêt rituel » chez Erving Goffman (Goffman, 1973, p. 34) : « Les membres sont obligés de manifester un intérêt rituel quand ils se rejoignent et quand ils se retirent. »

17 Cette propriété semble être commune aux interactions synchrones en l’absence de face à face. Nous la retrouvons par exemple dans le cas de téléphone.

18 Dans tous les exemples qui suivent, l’interlocuteur désigné par la lettre S procède volontairement à des ruptures de routines.

19 La prégnance de ce modèle standardisé d’ouverture des dialogues a donné lieu à la formation d’un code spécifique : ASV (âge, sexe, ville) pour les chats francophones.

20 Le webchat permet d’associer une image au pseudonyme.

21 Le profil d’une personne peut être consulté en cliquant sur son pseudonyme. Chaque participant dispose ainsi de la possibilité de communiquer des informations sur soi comme l’âge, le lieu de résidence, les loisirs, l’occupation, etc. Le profil est ainsi un moyen de présentation de soi sélectif, intégré au dispositif du chat.

22 Les auteurs des messages entourent par des étoiles les descriptions d’actions afin de les différencier du corps du message. Les descriptions les plus utilisées sont codées : *s* = sourire ; *r* = rire ; *mdr* = mort de rire, etc.

23 Les stratégies de singularisation diffèrent selon les dispositifs. Dans le cas des forums, par exemple, la signature électronique (sa forme graphique et son contenu) est un des moyens privilégiés de création d’un « style » personnel (Beaudouin et Velkovska, 1999, p. 153).

24 Il est important de se rappeler qu’il s’agit ici de communiquer avec des inconnus, dont on ignore tout, à la différence par exemple de la relation épistolaire où l’identité du destinataire est clairement établie.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Extrait d’une séance sur un chat.
Légende Pour lire et comprendre cet extrait, il est nécessaire de connaître un ensemble de conventions : le pseudonyme du locuteur s’affiche entre crochets au début du message ; les lignes commençant par étoiles (***) correspondent à des messages affichés par l’interface et non pas émis par des participants ; etc. En outre, cet extrait est exemplaire d’une autre caractéristique des interactions dans les chats, le jeu sur les pseudonymes sur lequel nous reviendrons.
URL http://journals.openedition.org/sdt/docannexe/image/32951/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julia Velkovska, « L’intimité anonyme dans les conversations électroniques sur les webchats »Sociologie du travail, Vol. 44 - n° 2 | 2002, 193-213.

Référence électronique

Julia Velkovska, « L’intimité anonyme dans les conversations électroniques sur les webchats »Sociologie du travail [En ligne], Vol. 44 - n° 2 | Avril-Juin 2002, mis en ligne le 27 mai 2002, consulté le 20 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/sdt/32951 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.32951

Haut de page

Auteur

Julia Velkovska

Centre d’étude des mouvements sociaux–EHESS et France Télécom Recherche et Développement, Laboratoire UCE, 38‑40, rue du Général Leclerc, 92794 Issy-les-Moulineaux, France
julia.velkovska[at]francetelecom.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search