Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 44 - n° 2ArticlesLes travailleurs sociaux en inter...

Articles

Les travailleurs sociaux en interaction Politiques sociales urbaines, mobilisations des professionnels et fragmentations

Social workers in interaction: Urban social policies, the mobilization of social workers and fragmentation
Jacques de Maillard
p. 215-232

Résumés

À l’intersection d’une interrogation portant sur les mutations du travail social et d’un questionnement sur les nouveaux modèles d’action publique, cet article vise à comprendre les interrelations entre les nouvelles politiques contractuelles et les professions classiques du social depuis une quinzaine d’années. On aboutit aux conclusions suivantes. D’abord, en dépit des contradictions initiales, des modes de collaboration entre professionnels et institutions se sont développés, faisant apparaître un changement de logique d’action des travailleurs sociaux ainsi qu’une transformation des modes de gouvernement du social. Cependant, les controverses anciennes sont récurrentes : les travailleurs sociaux continuent de porter une représentation plutôt distanciée de ces nouveaux modes d’action publique. Enfin, les modes d’exercice du travail social, ainsi que les relations établies avec les institutions politico-administratives, sont fortement dépendants de spécificités tant individuelles que territoriales.

Haut de page

Notes de la rédaction

Quand cet article a été rédigé, l’auteur était chercheur associé au CERVL, à l’Institut d’études politiques de Bordeaux. Il tient à remercier Jacques Palard pour les commentaires qu’il a bien voulu apporter.

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 À ce propos, lire François Dubet et al. (Dubet et al., 1985, pp. 159–192).
  • 2 Ce qualificatif, surchargé symboliquement, est bien imparfait. Mieux vaut considérer avec Dominique (...)

1Les crises du travail social présentent un caractère de récurrence. Au cours des années 1970, le travail social est attaqué pour ses fonctions normalisatrices par les théories critiques (Esprit, 1972 ; Verdès-Leroux, 1978). Ces remises en cause ont une certaine résonance au sein d’un univers professionnel sensibilisé aux travaux de sciences humaines ; il n’est pas rare, d’ailleurs, que les travailleurs sociaux soient traversés par une espèce de mauvaise conscience, troublés par la fonction objectivement normalisatrice qu’ils rempliraient… alors qu’ils se vivaient subjectivement comme des soutiens, voire comme des libérateurs. Avec les années 1980, c’est un second registre critique qui apparaît. Avec la décentralisation, le travail social est contesté pour son langage obscur, son inefficacité, sa complicité avec son public et son incapacité à travailler avec les institutions. Une telle critique est inaugurée par quelques rapports du début des années 1980 – principalement le rapport Bonnemaison (Bonnemaison, 1982)1 – annonçant une mutation des façons de fabriquer l’action publique. À l’agir cloisonné, centralisé, professionnalisé doit succéder une action globale, décentralisée, partenariale. Ces modes opératoires sont portés par les « nouvelles » politiques sociales dont il a été tant question dans les années 1980 et 1990. À propos de ces politiques, une distinction a pu être introduite entre deux versants. D’un côté, il y aurait des « politiques territorialisées », « ciblant un territoire plus que des clientèles », dont « l’archétype, sous ses divers avatars, [est] la ‘politique de la ville’«  ; de l’autre, « des politiques d’insertion », constituées d’une « offre souple et diversifiée d’insertion pour permettre des itinéraires », dont « le RMI […] présente l’exemple le plus achevé » (Durrleman, 1993, p. 22). Nous nous intéressons ici au versant territorialisé de ces politiques, c’est-à-dire à ce qui a pu être appelé, avec une certaine imprécision, « la politique de la ville »2.

2Les effets de ces nouvelles politiques sur le travail social sont pour le moins ambivalents. D’un côté, elles constituent une menace pour le monopole traditionnellement exercé par les professionnels sur l’intervention sociale. Ces derniers sont critiqués pour leur pratique systématique du secret, pour leur rigidité, pour le surcoût qu’ils induisent (Rondin, 1985, pp. 165–167). Ces politiques tentent en outre d’instituer de nouveaux acteurs. Des métiers de chefs de projet et d’agents de développement local sont créés, acteurs dont on attend qu’ils soient en mesure d’agir selon une logique plus coopérative avec le politique que les travailleurs sociaux. De l’autre côté, l’appel aux « acteurs de terrain » dont sont porteuses ces politiques place les travailleurs sociaux, qui disposent tant d’une proximité avec le public que d’une connaissance des institutions, dans une position potentiellement favorable. De surcroît, la théorie d’action sous-jacente à ces politiques est marquée par une certaine congruence avec des évolutions propres au monde du travail social. Les thématiques de la « participation », de la « mobilisation locale », de la « construction collective de projets » font écho au travail social communautaire introduit en France au milieu des années 1970 ou, surtout, aux projets de l’animation socio-culturelle. Il y aurait donc proximité, affinité intellectuelle, entre l’idéologie pratique promue par une frange du travail social et les principes d’action dont est porteur le mouvement contemporain de recomposition de l’action publique.

3Dans de telles conditions, on ne s’étonnera pas que les transformations des systèmes d’action sociale locaux, et plus précisément la place des travailleurs sociaux dans les nouvelles configurations d’action publique induites par la décentralisation et la diffusion des politiques sociales contractuelles, aient été l’objet d’interprétations différenciées. Certains ont vu l’imminence d’« un choc de légitimités contradictoires », selon le titre d’un article de Michel Chauvière (Chauvière, 1983), dans la rencontre entre élus locaux et travailleurs sociaux : des façons de faire, des rapports au monde, des intérêts s’opposent frontalement. D’autres ont estimé que ces évolutions constituaient une opportunité pour les travailleurs sociaux, et que ces politiques dessinaient de nouvelles technostructures locales relativement intégrées, composées de professionnels (du social et de la politique). Ce qui se trouve en question dans de telles évolutions, c’est le caractère plus ou moins conflictuel des dynamiques socio-politiques à l’œuvre ainsi que la mutation des modes de gestion du social dans les sociétés contemporaines.

  • 3 Le présent article prend appui sur des recherches menées dans le cadre d’une thèse en science polit (...)
  • 4 Nous choisissons d’évoquer les trois métiers traditionnels (animateurs, assistantes sociales et édu (...)

4Le présent article vise à comprendre, à partir d’une analyse centrée sur l’agglomération bordelaise mais empruntant également certains éléments à une recherche conduite sur Montpellier3, les interrelations entre ces politiques et les professions classiques du social4 depuis une quinzaine d’années. Il se présente donc à l’intersection d’une interrogation portant sur les mutations du travail social et d’un questionnement sur les nouveaux modèles d’action sociale (Ion, 1990 ; Cousin, 1996), en replaçant ces évolutions dans le moyen terme (les 20 ans écoulés depuis la décentralisation) afin d’envisager l’ampleur des éventuelles transformations dans la durée.

5Trois idées ressortent de la présente analyse. D’abord, malgré les contradictions initiales, des modes de collaboration entre professionnels et institutions se sont développés, faisant apparaître un changement de logique d’action des travailleurs sociaux ainsi qu’une transformation des modes de gouvernement du social. Des apprentissages, ainsi que des acteurs intermédiaires ont facilité cette mise en contact et cette action conjointe [2]. Cependant – et c’est le deuxième point –, les interrelations entre ces types d’acteurs restent marquées par des controverses récurrentes, et les modes de coopération entre les protagonistes révèlent des dissonances importantes. Plus précisément, les travailleurs sociaux continuent de porter une représentation plutôt distanciée de ces nouveaux modes d’action publique [3]. Mais – et c’est le dernier point – l’analyse doit être attentive aux spécificités : les modes d’exercice du travail social ainsi que les relations établies avec les institutions politico-administratives sont en effet fortement dépendants de variables individualisées et territorialisées. Les investissements des travailleurs sociaux dans ces politiques sociales et les enjeux en termes de portage de projet, de définition du rapport au politique qu’ils recèlent, sont l’objet d’une fragmentation croissante [4].

2. Mobilisations et changement des répertoires d’action publique

6Il a pu être argué, avec raison, que les travailleurs sociaux sont demeurés sceptiques devant les réunions de concertation qui s’initient localement, réunions où ils risquaient d’être mis en porte-à-faux. Ils ont pu craindre que ces espaces de discussion deviennent des lieux où leur savoir professionnel puisse être déstabilisé. Ils se sont également méfiés de réunions transformées en tribunal où les élus leur demandaient des comptes sur leurs actions de terrain. Ces rencontres ont pu être vécues par certains comme une disqualification – ou, plus précisément, une déqualification –, puisqu’elles étaient marquées par l’arrivée de nombreux acteurs bénévoles aux compétences professionnelles incertaines. Le résultat n’était pas dénué d’ironie : alors que la concertation était souhaitée par les professionnels afin d’harmoniser leurs pratiques de terrain, elle a suscité un sentiment de malaise et de dévalorisation. Cependant, avec le temps, le rapport à la concertation a changé. Les craintes du début, sans s’effacer totalement, ont perdu de leur force et ont laissé place à une autre démarche. Les travailleurs sociaux ont investi les réunions de concertation en y voyant une ressource plus qu’une contrainte dans leur action.

2.1. La modification du répertoire d’action publique des travailleurs sociaux

7Ainsi que le remarque Philippe Estèbe, « le territoire s’ouvre et ouvre avec lui des champs d’expérimentation, de nouvelles alliances, un rôle rénové » (Estèbe, 1998, p. 53). Le lancement d’entreprises d’insertion dans deux villes de l’agglomération bordelaise (Bègles et Pessac), au début des années 1990, s’inscrit dans ce renouvellement des réponses, puisque des éducateurs spécialisés décident alors de développer de nouvelles formes d’accompagnement des jeunes, en articulant l’insertion sociale avec la question de l’emploi. C’est également le cas à Montpellier, où l’association Aurcaes, créée par un éducateur spécialisé, génèrera en son sein une entreprise d’insertion (Astre) spécialisée dans le recyclage de bouteilles visant l’insertion sociale et professionnelle des jeunes. De même avec le projet de classe ouverte, né au milieu des années 1980, des travailleurs sociaux montpelliérains promeuvent une action, financée par des partenariats interinstitutionnels, visant à répondre aux problèmes d’exclusion scolaire des enfants sous mandat judiciaire. Dans tous ces cas, les éducateurs choisissent des modes de reconversion ou d’adaptation secondaire devant les insatisfactions qu’ils ressentent dans l’exercice de leur travail (Ion et Tricard, 1992, pp. 72–78 ; Autès, 1999, pp. 180–200). Les initiatives prises dans le domaine de l’accompagnement scolaire – c’est-à-dire les actions conduites dans le cadre périscolaire qui débordent de la seule aide aux devoirs – par la quasi-totalité des équipes de prévention et par plusieurs centres sociaux s’inscrivent dans une quête identique de redéfinition des missions du travail social. Ces initiatives doivent se comprendre comme une volonté de diversifier les pratiques, en s’écartant des interventions centrées sur la seule assistance individualisée :

« On en a eu un peu ras le bol des familles qui viennent toujours vous voir avec le même discours : « On a besoin d’argent… », quand vous voyez la personne arriver, vous savez déjà ce qu’elle va vous dire. Au bout d’un moment, vous pensez que ce travail est insuffisant, qu’il ne permet pas de faire évoluer les situations. » (Entretien avec une assistante sociale, 1996.)

  • 5 Cité dans « CALK. Genèse d’une crise », Sud Ouest, 20 avril 1999.

8Les trajectoires de deux clubs de prévention spécialisée de l’agglomération bordelaise du début des années 1970 au milieu des années 1990 sont particulièrement symptomatiques des changements inscrits dans les répertoires d’action publique des acteurs opérationnels. Ces deux clubs, initialement créés comme des structures indépendantes des institutions et privilégiant l’action individuelle auprès des jeunes, se sont retrouvé être des vecteurs décisifs de la mise en place des politiques sociales décentralisées. Le premier – le Club de prévention action-jeunesse –, fondé à Pessac par deux figures de l’intervention sociale bordelaise, constitue sans nul doute un emblème de cette indépendance du travail social par rapport aux autorités politiques. Dans ce club de prévention, l’éducateur, « sans arme et sans armure » selon l’expression de l’un de ses fondateurs, montre sa carapace dès que pointe l’autorité institutionnelle. Il reste dans la rue avec les jeunes. Le respect des individus est strictement compris, ce qui élimine toute possibilité d’échange d’informations. Le second – le CALK (Comité d’animation Lafontaine-Kléber) –, né en 1974 à l’instigation de responsables de services sociaux et de jeunes éducateurs souhaitant intervenir au plus près des jeunes, affiche sa « haine de la hiérarchie et des cons »5. De tels modes d’intervention rejoignent ceux véhiculés par l’éducateur de rue rencontré par Pierre Bourdieu et Gabrielle Balazs, qui « rappelle sans cesse aux puissants le pouvoir de la rue » (Bourdieu et Balazs, 1993, p. 250).

9Promouvoir de telles logiques d’action ne va pas sans difficultés, notamment à l’heure de la décentralisation. Les pressions exercées par l’institution départementale, nouvellement investie des affaires sociales, se combinent avec des crises de régulation internes à ces clubs pour conduire à une inflexion de leurs priorités. À l’orée des années 1980, le CALK, dont l’un des fondateurs assume désormais la direction après une grave crise interne, se lance dans plusieurs des politiques initiées par les pouvoirs publics : actions de contrôle judiciaire, conseils de prévention de la délinquance ou accompagnement scolaire. Ce faisant, il élargit considérablement son répertoire d’intervention sur les populations précarisées. Il est vrai que les relations nouées par son directeur et l’adjointe à l’action sociale bordelaise (de 1971 à 1995) facilitent la mise en relation entre ces deux mondes : celui-ci a su rentrer dans une logique d’échanges de services avec l’adjointe à l’action sociale, répondant avec efficacité aux demandes de cette dernière (Brun, 1989).

  • 6 Alain Rousset (PS), aujourd’hui président du conseil régional d’Aquitaine, succède à cette époque à (...)
  • 7 Créées par circulaire du Premier ministre du 22 mai 1989, les conventions ville-habitat, prévues po (...)

10À Pessac, la situation est un peu différente. Le club de prévention demeure indépendant, voire opposé au pouvoir politique municipal jusqu’au changement municipal de 1989. Il faut dire que la mairie pessacaise n’est pas particulièrement ouverte aux initiatives émanant du champ de l’intervention sociale. Elle a, significativement, toujours refusé la création d’un conseil de prévention sur la ville. Mais, outre ces interactions conflictuelles avec le pouvoir municipal, c’est sur des facteurs de réticence interne à l’association qu’il faut insister. Dans ce club, les éducateurs s’évertuent à se montrer indépendants des logiques institutionnelles, souhaitant rester fidèles au message des créateurs du club. À la fin des années 1980, le club est en crise. Dans un climat quelque peu délétère, un nouveau directeur est recruté. Ancien secrétaire général de l’Union régionale des entreprises d’insertion, cet éducateur est appelé pour redynamiser un club que les institutions, notamment le conseil général, principal pourvoyeur de fonds, jugent à la dérive. S’appuyant sur des relais à l’intérieur du club, il va réorganiser les missions en son sein et proposer une nouvelle stratégie d’action, notamment à l’égard des pouvoirs publics. Le changement de municipalité de 19896 constitue en cela une excellente opportunité : elle permet d’appuyer cette logique de réorganisation de l’action sociale sur un nouveau projet politique a priori plus favorable à une collaboration avec les travailleurs sociaux que la mairie précédente. C’est ainsi que, dès l’arrivée du nouveau maire, le directeur du club de prévention requiert la création d’un conseil communal de prévention de la délinquance sur la commune de Pessac, demande à laquelle le maire répond favorablement très rapidement. Le lancement d’une telle instance, accompagné de la mise en place d’une réflexion autour de la convention ville-habitat7, traduit la construction de cadres facilitant l’insertion du club de prévention dans les politiques de jeunesse locales. À partir de cette période, le club de prévention s’engage dans une action d’accompagnement scolaire avec les centres sociaux de la ville. Cette opération, labellisée « Aide à la réussite », constitue pendant plusieurs années l’un des dispositifs les plus soutenus par la ville au titre du conseil communal de prévention de la délinquance. D’autres projets vont naître dans une logique similaire : lancement d’une opération appelée « Sport et réussite », projet intitulé « Conduite accompagnée ». Chacune de ces actions a pour caractéristique de s’inscrire dans des cadres de cofinancements, de s’adresser à des collectifs de jeunes et de prendre un cadre territorialisé. Si bien que, dès l’année 1990, un changement de logique se fait sentir, que le président du conseil d’administration du club commente de la façon suivante :

« Le budget en effet n’est plus exclusivement financé à partir de la subvention du conseil général, comme cela a pratiquement été toujours le cas jusqu’à l’an dernier. Cette année, pour la première fois, environ 20 % sont financés, pour des actions diverses, à l’aide de conventions signées avec différentes associations, ou différentes instances. […] Et cela provient du nouveau directeur, disons du nouveau fonctionnement. » (Président du Club de prévention action-jeunesse Pessac, Rapport d’activités 1990, p. 42.)

11Pour les deux organismes, cette transformation des répertoires d’action publique s’accompagne d’un déplacement dans les modèles professionnels de l’éducation spécialisée. Traditionnellement, le modèle de référence est celui de l’éducateur « thérapeute », axé sur l’intervention individualisée portant sur la structure de la personnalité du jeune par l’intermédiaire d’une relation durable. Le second modèle est celui de l’éducateur « militant » ; il favorise une action sociale globale, joue plus sur des collectifs d’individus que sur des personnes isolées, cherche à valoriser des dynamiques collectives. C’est plutôt du second modèle que l’on peut désormais rapprocher les projets portés par ces deux clubs. À une nuance près toutefois : la référence à l’éducateur « militant » indique une proximité intellectuelle par rapport au travail social communautaire, valorisé au milieu des années 1970, tandis que le répertoire d’action publique qui se dessine ici procède plutôt d’une logique de coopération avec les acteurs institutionnels.

2.2. Logiques d’apprentissage et itinéraires mixtes

12Cette transformation des façons de faire des travailleurs sociaux doit se lire partiellement comme une conséquence d’un changement de stratégie de la part des acteurs politiques et administratifs locaux. Les prises d’initiatives citées plus haut sont facilitées par le fait que l’implication des travailleurs sociaux est souhaitée par des acteurs institutionnels à la recherche d’interlocuteurs, de relais identifiés sur les quartiers sensibles. C’est notamment le cas pour des équipes politiques renouvelées, non encore pourvues en termes de relais territorialisés, dont l’exemple de Pessac, cité précédemment, constitue une illustration emblématique.

13Cette mise en relation est favorisée par des acteurs ayant des itinéraires mixtes. Certains travailleurs sociaux, ayant acquis les compétences spécifiques à la politique de la ville, parviennent à devenir des interlocuteurs reconnus par les autorités publiques. Sur la base de leurs savoirs professionnels, ils ont su obtenir des compétences dans le domaine de l’élaboration et de la mise en œuvre de projets et développer une connaissance du fonctionnement des jeux institutionnels. Sur ces bases, ils ont fait naître des projets pour lesquels ils ont pu obtenir des cofinancements. Leur conception de la politique sociale déborde des frontières dans lesquelles on confine habituellement le travail social. Dans les villes analysées, l’arrivée à la tête des équipes de travailleurs sociaux d’une nouvelle génération de professionnels a facilité l’implication dans ces nouveaux dispositifs. En outre, dans plusieurs des villes, les élus sont d’anciens professionnels du social. À Bordeaux, l’adjointe en charge de l’action sociale jusqu’en 1995, éducatrice spécialisée de formation, nourrit une relation ambivalente aux pratiques du travail social : sensible aux préoccupations des professionnels mais souhaitant explicitement une transformation de leurs modes d’action. Au sein du CCPD (conseil communal de prévention de la délinquance) bordelais, qu’elle préside depuis sa création, elle a su instaurer un système à la fois extrêmement centralisé autour de sa personne et associant de multiples travailleurs sociaux à la définition d’une politique de prévention (Richelle, 1996). À Pessac, le président du conseil communal de prévention de la délinquance est éducateur spécialisé. On observe une même interpénétration entre les nouveaux métiers urbains (agents de développement local, chefs de projet…) et les travailleurs sociaux, puisqu’une part de ces acteurs provient du travail social, mais nous y reviendrons plus longuement.

14Au sein des diverses réunions, ainsi que des contacts informels, émergent des formes de reconnaissance entre les différents protagonistes. De façon processuelle, les acteurs parviennent à reconnaître la légitimité des positions respectives et la complémentarité des rôles. Dans divers comités, des acteurs aux origines diverses, aux traditions d’intervention multiples, échangent sur leurs propres modes d’action, dans des processus qui s’apparentent à de la formation permanente, où se produirait un nouvel agencement des compétences (Gaudin, 1993, p. 78). Arrêtons-nous un peu sur ces formes de reconnaissance, tant elles contredisent les positions initiales des acteurs au début de la décentralisation. Du côté du pouvoir politique local, le travail social n’est plus nécessairement le réceptacle des critiques traditionnellement émises :

« Oui, c’est sûr, les élus ont appris à connaître notre travail, ses règles de fonctionnement, son intérêt. » (Entretien avec un travailleur social, 1996.)
« C’est vrai qu’ils ont un savoir que, nous, on n’a pas toujours. Ils ont un contact régulier avec certaines parties de la population. Et puis ils nous amènent des projets. » (Entretien avec un élu, 1996.)

15Réciproquement, les travailleurs sociaux font part de dispositions plus favorables quant au travail avec les acteurs politiques :

« Le travail social évolue et les lois de décentralisation aidant, le choix des actions prioritaires, ainsi que le cadre de leur déroulement, impliquent davantage les élus. Cette responsabilité n’est pas pour nous déplaire. Elle fait voler les « chasses gardées » et chacun y trouve sa dynamique. » (Club de prévention action-jeunesse Pessac, Rapport d’activités 1990, p. 2.)
« Moi, je n’ai pas peur des élus, j’hésite pas à aller les voir pour qu’on aborde ensemble les problèmes. » (Entretien avec une responsable de service social, 1996.)

16Enfin, les travailleurs sociaux commencent à reconnaître l’intérêt du travail de mise en relation et de soutien aux projets effectués par ces nouveaux acteurs du social. Dans les rapports que les travailleurs sociaux tiennent sur leurs propres activités, on trouve ainsi fréquemment cité le rôle joué par les agents de développement local, le chef de projet ou les équipes de Mous (maîtrise d’œuvre urbaine et sociale) dans la réussite des actions conduites. On peut y lire une forme de reconnaissance implicite de la place occupée par les nouveaux métiers urbains dans les configurations locales d’action publique.

3. Controverses et légitimités différenciées

17Il ne faudrait pas conclure que le champ des politiques sociales dans le domaine urbain se présente comme un espace pacifié, dont seraient exclus conflits et controverses. La politique de la ville ne fait pas l’objet d’une adhésion sans nuance de la part des travailleurs sociaux. Au contraire, elle est la cible d’une série de critiques, révélatrices des complexités et incertitudes de la recomposition des politiques sociales contemporaines. Inversement, les acteurs politiques et administratifs peuvent déployer tout un éventail de stratégies afin de contourner les professionnels du social.

3.1. La redéfinition du social contestée

  • 8 Nos observations rejoignent celles de Dominique Mansanti et Elisabeth Maurel (Mansanti et Maurel, 1 (...)

18On peut rendre compte des représentations de cette politique véhiculées par les travailleurs sociaux comme étant organisées autour de quatre figures : la technicisation du social, les lourdeurs du partenariat, la prétendue « réinvention » de l’action sociale et la municipalisation de l’action publique8. Selon les occupations spécifiques (éducateur, assistante sociale, animateur socio-culturel), ces discours reçoivent des inflexions particulières, différences qui ne contredisent pas, selon nous, la tonalité commune du propos.

19En tant que professionnels de la relation au public, les travailleurs sociaux ont toujours été sensibles à la distance qui peut les séparer de leurs ayants droit. Se définissant constamment comme des intermédiaires entre les individus et les institutions, ils sont sensibles aux risques de « bureaucratisation » de leur action. Posant ces exigences, ils portent un regard critique à l’égard d’une politique dont ils estiment qu’elle technicise le social et contribue à rompre leur traditionnelle relation d’intermédiation. C’est ainsi que les outils proposés dans le cadre de la politique de la ville sont stigmatisés pour leur lourdeur :

« Qu’elle est longue et fastidieuse la démarche menée par la Mous (maîtrise d’œuvre urbaine et sociale) devant aboutir à des aménagements de proximité tant sur Thorez/Goélands qu’au Paty, dans le cadre du Contrat de ville ». (Service de prévention spécialisée de Bègles, Rapport d’activité 1994).

20Cette critique de la technicisation du social débouche, quasi inévitablement, sur une mise en garde contre les lourdeurs du partenariat et les effets pervers liés à la multiplication des interlocuteurs. Il s’agit ici d’un sentiment de trop-plein de la part de certains travailleurs sociaux. La politique de la ville (la mairie, sans être directement visée, y est assimilée, au même titre que tous les « partenaires » occasionnés par cette politique) est vécue sur le mode de la contrainte. C’est un surplus de travail, d’autant plus mal accepté qu’il vient se rajouter à une charge déjà ressentie comme étouffante. La politique de la ville est alors perçue comme une machine infernale qui produit sans cesse des projets partenariaux. La répétition des sollicitations lasse :

« Rien que dans le Contrat départemental DSU 1994 on est cité comme partenaire 13 fois sur 23 projets. En plus, sur les 13, il y en a 4 ou 5 qui sont fictifs… De toute façon, c’est trop. Comment voulez-vous qu’on continue de travailler dans ces conditions ? Rien que la semaine dernière, j’ai encore reçu un projet de la part du service culture de la municipalité. » (Entretien avec un responsable de club de prévention, 1996.)

21En certaines occasions, cette frustration se double d’une certaine nostalgie pour une époque où ils n’étaient pas tant sollicités par des non-professionnels. La professionnalité joue ici comme un label de qualité, de sérieux, de reconnaissance. Cette multiplication des relations avec des acteurs non professionnels, s’accompagne d’un sentiment de perte de maîtrise sur le cours de l’action sociale, celle-ci étant désormais régie par de « nouvelles » règles auxquelles les travailleurs sociaux sont loin d’adhérer sans la moindre nuance :

« On voit bien comment le travail social est remis en question dans ses savoir-faire par un nouveau social, dont ces deux termes (l’insertion, la médiation) constituent le fer de lance. Reste toutefois que ce nouveau social même plus adapté à la nouvelle donne n’emporte pas franchement la conviction quant au résultat ; ça se saurait. » (Association de prévention spécialisée héraultaise, Rapport d’activités 1996, p. 5.)

22Pour certains d’entre eux, il y a le sentiment d’une certaine imposture de ces « nouvelles » politiques. Selon eux, elles n’auraient rien de nouveau, mais ne feraient que récupérer, à des fins de légitimation, des pratiques déjà existantes qu’elles médiatiseraient, institutionnaliseraient et, en conséquence, détourneraient :

« La politique de la ville a même l’impression de réinventer le partenariat, la relation… mais elle ne fait que reprendre des choses qui existaient déjà, au pire elle les dérange. » (Entretien avec un responsable de service social, 1996.)

23Cette « nouvelle » action publique, fausse réinvention de vieilles pratiques, signifierait en outre une politisation de l’action sociale, ou, plus précisément, une municipalisation de l’action publique. Alors que la décennie 1970 permettait le développement autonome des initiatives territoriales, les deux décennies suivantes apparaissent comme étant caractérisées par la « reconquête » municipale du territoire. Les financements municipaux sont désormais essentiels pour la conduite de l’action de terrain, les commissions territoriales sont animées par des élus, techniciens de la municipalité ou des nouveaux métiers, qui agissent bien souvent dans le giron des municipalités. Les travailleurs sociaux, assistantes sociales et éducateurs spécialisés principalement, rappellent alors fréquemment que leurs commanditaires ne sont pas les municipalités, mais les conseils généraux.

24Dans l’une des villes étudiées, cette crainte est accentuée par la stratégie poursuivie par le président du club de prévention. En 1995, celui-ci, président du conseil d’administration du club de prévention de la ville depuis le milieu des années 1980, décide de figurer sur une liste municipale dans la même ville (il sera par la suite élu adjoint), ce qui provoque la colère des salariés du club qui y voient une possible confusion entre les activités du club et la politique municipale en matière de jeunesse. À Bordeaux, ces possibilités d’instrumentalisation sont encore accentuées en raison de l’itinéraire personnel de l’élue à l’action sociale (jusqu’en 1995). Cette dernière, ancienne éducatrice spécialisée, développe une attitude particulièrement ambivalente envers les clubs de prévention de la ville. Si elle manifeste une incontestable proximité avec les principes d’action et le langage du travail social, cette proximité peut également se traduire par des tentatives d’enrôlement des travailleurs sociaux – de la proximité à l’intrusion il n’y a souvent pas loin –.

3.2. Les travailleurs sociaux comme partenaires contournables

25Au sein de la sphère politico-administrative, on trouve deux critiques récurrentes faites aux travailleurs sociaux. Est dénoncée, d’abord, leur non-compréhension des mécanismes de pouvoir et leur rejet quasi irrationnel du politique :

« Les assistantes sociales ont longtemps travaillé dans un statut quasi libéral. Elles travaillaient seules, mais maintenant elles sont obligées de travailler à plusieurs. C’est sûrement ce qui explique leur rétivité au politique. » (Entretien avec un fonctionnaire municipal, 1996).

26À ce problème dans les rapports institutionnels, se trouve agrégé un enjeu concernant les rapports au public. Fréquemment, les agents de la municipalité reprochent aux travailleurs sociaux d’avoir une position par trop centrée sur des questions individuelles, sans se soucier de l’environnement social :

« Il y a des fois où on en a assez du point de vue des travailleurs sociaux. On trouve que c’est une vision un peu étriquée du réel. Qu’ils ne sont pas capables de voir large et loin. » (Entretien avec un agent de développement local, 1996.)

  • 9 En 1993, une enquête effectuée pour La Gazette des communes (6 septembre 1993) estimait que 31 % de (...)

27À propos du lien entre travailleurs sociaux et nouveaux métiers, deux types d’analyses ont pu être effectuées. Pour certains, il y a une forme de continuité entre travailleurs sociaux et nouveaux métiers, tous les deux sont des agents, des street level bureaucrats (Lipsky, 1980), en charge de la gestion de la précarité sociale (Bourdieu, 1993, pp. 239, 241). À l’appui d’une telle position, ces observateurs citent souvent le fait que ces professions se recrutent au sein d’anciens travailleurs sociaux (Autès, 1999, pp. 272–273). D’autres sont plus enclins à noter les effets de rupture, les nouveaux métiers de la ville venant remplacer des travailleurs sociaux « fatigués » (Estèbe, 1991, p. 48). Ils mettent en valeur le fait que les foyers de recrutement sont ouverts à d’autres catégories que les seuls travailleurs sociaux, que les méthodes de travail diffèrent, que les anciens travailleurs sociaux désormais positionnés sur des fonctions de coordination transforment assez fortement leurs modes opératoires pour adopter les catégories d’action propres à ces nouveaux métiers. Les résultats de la recherche sur nos deux agglomérations nous inclineraient plutôt à pencher pour la seconde hypothèse (Maillard, 2000a). D’abord, les nouveaux métiers ne sont pas tous, et loin de là, issus du travail social9. Ensuite, ces agents définissent bien souvent leurs missions comme étant opposées à celle du travail social (travail qu’ils résument souvent à de simples pratiques d’assistance individualisée). Enfin, ceux qui sont d’anciens travailleurs sociaux n’entretiennent pas nécessairement des relations parfaitement pacifiques avec leurs ex-pairs. Il n’est pas rare que d’anciens travailleurs sociaux, désormais responsables associatifs ou chefs de projet, adoptent des positions très critiques à l’égard des « crispations corporatistes », de « la naïveté » et de « l’incapacité à communiquer » des professionnels du social. On retrouve ici une différence essentielle entre les deux métiers, mise en évidence par P. Estèbe (Estèbe, 1998, p. 50) quand il parle du passage d’une « logique d’intercession » (où le travailleur social intervient aux marges de la protection sociale dans une logique du secours) à une « logique d’interaction » (où les chefs de projet tentent d’impliquer l’ensemble des parties en vue d’élaborer des solutions collectives).

4. Stratégies évolutives et fragmentation des relations

28Il nous faut maintenant apprécier la portée de ces controverses. Se traduisent-elles par des conflits ouverts ? Les travailleurs sociaux choisissent-ils d’exprimer leur désaccord ? Ou sont-ils contraints de se soumettre aux règles du partenariat « obligé » ? La thèse que nous développerons ici est que les travailleurs sociaux, s’ils veulent manifester une mise à distance vis-à-vis de cette politique, ne peuvent déployer leur stratégie que sous contrainte. En effet, désormais, les partenariats locaux se traduisent, tout au moins dans les villes que nous avons analysées, par une réduction de l’ampleur des conflits entre les multiples protagonistes du social. Si désaccord il y a, il s’énonce discrètement plutôt qu’ouvertement, mais ce calme apparent est loin de signifier l’existence d’un consensus ou d’une quelconque synergie des dynamiques locales. Surtout, il faut bien noter qu’aujourd’hui, c’est un espace d’action fragmenté qui se donne à lire, ce qui rend particulièrement périlleux les opérations de généralisation.

4.1. La perte de prégnance des modèles d’action

29Un triple éclatement s’opère : les travailleurs sociaux, d’abord, se réfèrent à des modèles d’action différenciés ; la référence à ces modèles d’action est elle-même évolutive en fonction des contextes ; les acteurs politiques adoptent des logiques d’action différentes à l’égard du travail social.

  • 10 Le constat effectué par Jean-Noël Chopart (Chopart, 1991, p. 8) conserve encore aujourd’hui une cer (...)

30Le monde du travail social existe comme un espace de pratiques diverses et de références d’action multiples. Cette incertitude est encore accrue par la nature circonstanciée des liens entre les travailleurs sociaux et leurs responsables institutionnels, tout comme par l’absence d’un discours politique fort sur le travail social10. L’éclatement des positions des travailleurs sociaux est double : il concerne les rapports entre les métiers du travail social (Ion, 1990, pp. 92–114), mais également les modèles d’action au sein de ces métiers (Mansanti et Maurel, 1998 ; Gillet, 1995). Le monde des professionnels se désagrège en une pluralité de logiques d’action différenciées dans les politiques sociales urbaines. La production de projets comme le rapport au politique sont l’objet d’appréciations différentes sur les conduites à tenir.

  • 11 Ces remarques nous rapprochent des principes d’une sociologie de l’expérience (Dubet, 1994).

31Mais il n’existe pas pour autant de camps bien identifiés au sein du travail social, la référence aux modèles est évolutive en fonction des contextes. Nous avons cité le cas du club de prévention de Pessac comme étant exemplaire de la recomposition des répertoires d’action publique des associations de prévention spécialisée. Mais il ne faut voir en aucun cas dans ce positionnement une stratégie stabilisée. Au gré des rapports avec les pouvoirs publics, de nouvelles prises de position peuvent se dessiner. À l’action conjointe sur un territoire peut alors succéder l’invective vis-à-vis des pouvoirs publics (invective prudente toutefois, le directeur du club de prévention s’en tenant à des remarques générales) : « Va-t-il falloir que nous nous marginalisions comme dans les années 1970 pour travailler sur le terrain avec les gens qui ont besoin de notre présence […] ? » (Club de prévention action-jeunesse Pessac, Rapport d’activités 1996, p. 9). À l’inverse, dans les rapports ou les propos critiques à l’égard de la politique de la ville se profile souvent une nuance immédiate. Même si elle est « technique et éprouvante », l’élaboration du contrat de ville est « intéressante et incontournable » (rapport du Service de prévention spécialisée de Bègles, 1995). Il n’y a donc pas d’opposition structurelle et durable mais plutôt des lignes d’opposition fluides. La complexité affecte l’identité individuelle même des travailleurs sociaux. Ces derniers sont susceptibles d’adopter des logiques d’action changeantes, en recomposant les éléments constitutifs de leur identité de professionnels11.

32Les stratégies déployées par les municipalités, enfin, n’obéissent pas non plus à une seule logique. Les prises de position des élus à l’égard des travailleurs sociaux sont susceptibles de connaître de fortes variations. On pourrait opposer des élus de gauche favorables à des actions conduites par des travailleurs sociaux, avec lesquels ils partagent des valeurs communes, à des élus de droite proches d’autres couches sociales. Le caractère rudimentaire du schéma lui ôte, tout au moins pour les villes étudiées, une grande part de sa pertinence. En fait, si clivage il y a, il traverse les camps politiques. À Bordeaux, municipalité dirigée par le RPR, on sait que l’adjointe à l’action sociale (jusqu’en 1995), dont on a déjà dit le rôle primordial, développe, en raison de son itinéraire professionnel (éducatrice spécialisée), un certain nombre d’affinités par rapport au milieu du travail social. Du côté des villes de gauche, on ne note pas d’unité de vue à l’égard des travailleurs sociaux. Si les équipes politiques de Pessac et Bègles peuvent être caractérisées par une certaine proximité sociale et culturelle par rapport au monde du travail social, il est loin d’en être de même pour la ville de Montpellier. Un regard sur la composition des équipes municipales est déjà significatif : alors qu’à Pessac et Bègles, on compte une série d’élus provenant du travail social, c’est loin d’être le cas de Montpellier. Certaines déclarations tendraient même à entretenir une certaine animosité :

« J’ai perdu petit à petit confiance envers les professionnels de l’action sociale comme ils se définissent eux-mêmes. Je les ai vus plus préoccupés par la recherche incessante de subventions ou par la « rentabilisation administrative » de leur maigre travail superficiel que par la détresse, la souffrance ou l’incroyable misère de toute une population […]. » (Un conseiller municipal de Montpellier, lettre du 23 novembre 1992 au conseil d’administration de l’Apije.)

33Cette opposition de style renvoie en fait à l’existence de deux rapports au travail social au sein des partis de gauche. Pour les uns, l’action sociale signifie la progressive acquisition de droits sociaux individuels. Se référant à une conception représentative de la délégation politique, ils se méfient des intermédiaires qui peuvent se glisser entre la population et les élus. Les travailleurs sociaux sont suspectés de tenter de rompre ce rapport privilégié entre population et acteur politique constitutif du lien représentatif. Au contraire, une autre tradition se veut l’associée des forces sociales localisées. Ces dernières sont vues comme porteuses d’innovation sociale, d’expérimentation, et les acteurs politiques sont tenus de les soutenir. Ainsi, c’est au nom du primat du politique que les édiles montpelliérains chercheraient plutôt à contourner les professionnels du social, alors que les autres municipalités tendraient à s’appuyer sur elles. Le processus n’est bien sûr pas aussi clair que ces quelques lignes le laissent paraître – la franche opposition d’un côté ne tranche pas avec la collaboration enthousiaste de l’autre –, mais ces deux positions indiquent des pôles à partir desquels on peut repérer des idéologies pratiques guidant des conduites.

4.2. Des prises de distance dans les interstices

34Il faut toutefois signaler que, dans les villes analysées, les crises ouvertes sont rares, tout comme les oppositions frontales. Elles laissent place à des modes d’expression des désaccords par des moyens détournés, des déplacements ponctuels, des modulations dans les participations, des stratégies de retrait ou d’évitement discrètement entreprises. C’est ce que nous appellerons ici les prises de distance dans les interstices.

35Pour rendre compte de ces stratégies, nous aurons recours aux catégories d’Albert Hirschman (Hirschman, 1972) : défection (exit), prise de parole (voice) et loyauté (loyalty). La défection paraît, d’abord, particulièrement illusoire, en raison notamment de l’appartenance territoriale des acteurs concernés. En effet, ceux-ci n’ont pas la liberté de déplacement que suppose le modèle d’A. Hirschman. Ces modes d’inscription territoriale nécessitent des formes de coexistence : les travailleurs sociaux ne peuvent s’extirper du territoire sur lequel ils interviennent. C’est cet ancrage sur un territoire que ne manquait pas d’exprimer un responsable de service social :

« De facto, mon service est immergé dans la politique de la commune. Il faut de plus reconnaître, que compte tenu de la position du maire au sein du conseil général, la ville de Pessac est un territoire extrêmement sensible. » (Entretien avec un responsable de service social, 1996.)

  • 12 L’expression du désaccord peut parfois prendre des formes extrêmement détournées. Nous en avons été (...)

36On aurait tort d’oublier à cet égard que les travailleurs sociaux, qu’ils soient assistants de service social, éducateurs spécialisés ou animateurs, dépendent de subsides que leur accordent les institutions locales (conseils généraux principalement, mais également communes, administrations déconcentrées et caisses d’allocations familiales). Cette contrainte institutionnelle explique également que ce soit rarement par la voice que s’expriment les désaccords dans la conduite de l’action publique. Il est en effet rare que les acteurs, mis dans des situations d’interactions, expriment publiquement leur défiance vis-à-vis de cette politique. L’expression du désaccord est discrète, elle se fait plus facilement au cours des entretiens avec le chercheur, ou dans des rapports d’activité, que lors de réunions publiques où les contraintes pesant sur la prise de parole sont plus fortes12. La loyauté, quant à elle, n’est pas une attitude particulièrement répandue. Elle est rendue malaisée par la faiblesse des liens de réciprocité caractérisant les relations entre les protagonistes. En outre, la tradition d’autonomie des travailleurs sociaux rend un tel comportement particulièrement improbable. Engagés dans la politique de la ville, ils ne se sentent pas associés à un projet collectif qui nécessiterait leur constante mobilisation malgré les éventuelles épreuves.

37Si aucune de ces stratégies n’est systématiquement employée, l’expression de la protestation emprunte à chacun de ces registres. En fonction des contextes, les travailleurs sociaux peuvent marquer leur opposition à des projets portés par d’autres acteurs, choisir de se retirer de certaines opérations afin de privilégier d’autres priorités, ou ne pas prendre part à certaines actions pour se prémunir des incursions du « politique ». Objets de sollicitations multiples, les travailleurs sociaux doivent arbitrer entre la part de travail consacrée à la prise en charge individuelle des ayants droit et la participation à des actions collectives. Selon l’appréciation qu’ils portent sur la réalité, ils peuvent ainsi choisir de se désengager de certaines actions pour se recentrer sur d’autres priorités. Ce que ces retraits révèlent, c’est le souci constant, pour des professions du social remises en cause par les mutations socio-politiques contemporaines, de délimiter des territoires d’action dans lesquels ils pourraient ne pas perdre leur identité. Si les travailleurs sociaux peuvent faire défection sur des projets précis, dans d’autres cas, plus fréquents, et moins visibles socialement, ils préfèrent employer des stratégies d’évitement. Organisant leur travail de façon spécifique, ils essayent ainsi d’éviter les contacts répétés avec les instances politiques. Plutôt que de s’opposer frontalement, ou de se retirer de projets, les professionnels du social choisissent d’éviter le contact, minimisant ainsi le risque d’interactions conflictuelles.

38On se trouve donc devant des relations où se mêlent conflits et arrangements, évitements et négociations. Les travailleurs sociaux, en tant que semi-professionnels, n’ont pas une autonomie semblable à l’idéal-type des professions anglo-saxonnes, puisqu’ils dépendent partiellement des institutions qui les recrutent, les financent et les encadrent. Cherchant à se protéger par leur déontologie professionnelle, ils sont tout de même contraints par les institutions politiques. En même temps, ils ne sont pas complètement enrôlés dans des dispositifs qui les enferment, et peuvent les utiliser pour introduire des problèmes sur l’agenda public ou mettre en place des projets avec les institutions. Ces relations complexes, éclatées, donnent quelque consistance empirique aux écrits qui envisagent une polycentricité des modes de régulation sociale et politique dans la France contemporaine, polycentrisme qui n’interdit pas l’existence d’asymétries dans les rapports de pouvoir (Commaille et Jobert, 1998). D’un côté, on observe des processus de mise en ordre des relations agonistiques, plutôt que consensualistes, dans la mesure où les dispositifs envisagés sont marqués par la multiplicité des conflits et des controverses. De l’autre côté, l’ensemble des protagonistes n’est pas doté de ressources identiques : les travailleurs sociaux sont en relation avec des autorités politiques distributrices de financements et disposant potentiellement d’une autorité hiérarchique, ressources qui leur permettent de peser fortement sur les pratiques des professions du social.

5. Conclusion

39S’il est indéniable que ces nouvelles politiques ont entraîné des modifications dans les façons de faire des travailleurs sociaux, les incitant à s’engager dans des projets locaux, à développer des pratiques d’échange avec une multiplicité de partenaires ou à entrer dans des forums de discussion, il ne faut pas penser pour autant qu’il y ait eu substitution d’un modèle d’action à un autre. Autour des principes de secret, de la nécessité de la relation interindividuelle, du rejet du politique, de l’engagement dans une relation de long terme continuent de se structurer des repères professionnels qui guident les logiques d’action des professions du social dans les partenariats locaux. Sur cette base, les interrelations entre politique de la ville et travailleurs sociaux oscillent entre collaboration et remise en cause explicite. Si la politique de la ville peut être vécue comme un moyen pour rencontrer un nouveau public, expérimenter de nouveaux modes d’action, elle constitue rarement un foyer de préoccupation principal pour des acteurs dont l’expérience première de travail est structurée autour du rapport à la « clientèle ».

40Autrement dit, ces dispositifs sont le lieu d’un mariage de raison entre travailleurs sociaux et autorités politiques. Les tentatives de rupture, d’un côté comme de l’autre, ne paraissent pas possibles. Contourner totalement les professionnels du social, comme certains l’ont pensé, n’a pu se réaliser, faute de combattants. Éviter cette politique, comme des travailleurs sociaux l’ont essayé, s’est révélé également sans succès. Restent alors, de part et d’autre, des stratégies d’association teintées d’évitement. Cette instabilité traverse l’identité même des professionnels du social qui, bien souvent, opèrent des déplacements des régimes d’action différents. Le rapport au politique, à la logique de projet, aux nouveaux métiers, fait l’objet de constantes redéfinitions. L’apprentissage collectif entre ces deux acteurs n’empêche pas la reproduction des conflits et ne laisse entrevoir en aucun cas une évolution univoque dans le sens d’une unification des espaces de références. Une telle pluralité nous semble particulièrement symptomatique des doutes, controverses et contradictions qui affectent la gestion contemporaine des politiques sociales urbaines.

Haut de page

Bibliographie

Autès, M., 1999. Les paradoxes du travail social. Dunod, Paris.

Bonnemaison, G. (dir.), 1982. Face à la délinquance : prévention, répression, solidarité. La Documentation française, Paris.

Bourdieu, P., 1993. Une mission impossible. In: Bourdieu, P. (dir.), La misère du monde. Le Seuil, Paris, pp. 229–244.

Bourdieu, P., Balazs, G., 1993. Porte-à-faux et double contrainte. In: Bourdieu, P. (dir.), La misère du monde. Le Seuil, Paris, pp. 249–256.

Brun, P., 1989. Simone Noailles et l’action sociale à Bordeaux (1971–1989). Mémoire de DEA, CERVL– IEP Bordeaux.

Chauvière, M., 1983. Un choc de légitimités contradictoires. Le Monde diplomatique, novembre.

Chopart, J.N., 1991. Crises du travail social. Mire Info 23.

Commaille, J., Jobert, B., 1998. La régulation politique : l’émergence d’un nouveau régime de connaissance ? In: Commaille, J., Jobert, B. (dir.), Les métamorphoses de la régulation politique. LGDJ, Paris, pp. 11–32.

Cousin, O., 1996. Les mutations du travail social. Sociologie du travail 38 (2), 141–161.

Damamme, D., Jobert, B., 1995. La politique de la ville ou l’injonction contradictoire en politique. Revue française de science politique 45 (1), 3–30.

Dubet, F., 1994. Sociologie de l’expérience. Le Seuil, Paris.

Dubet, F., Jazouli, A., Lapeyronnie, D., 1985. L’État et les jeunes. Éditions ouvrières, Paris.

Durrleman, A. (dir.), 1993. Redéfinir le travail social, réorganiser l’action sociale. Préparation du xie Plan. La Documentation française, Paris.

Esprit, 1972. Pourquoi le travail social ? 413.

Estèbe, P., 1991. Les états d’âme d’un chef de projet. In: Donzelot (dir.), J. (Ed.), Face à l’exclusion, le modèle français. Esprit, Paris, pp. 41–57.

Estèbe, P., 1998. Les métiers de la ville. Esprit 241, 48–59.

Gaudin, J.P., 1993. Les nouvelles politiques urbaines. Puf, Paris.

Gillet, J.C., 1995. Animateurs et animation : le sens de l’action. L’Harmattan, Paris.

Hirschman, A.O., 1972. Face au déclin des entreprises et des organisations. Éditions Ouvrières, Paris.

Ion, J., 1990. Le travail social à l’épreuve du territoire. Privat, Toulouse.

Ion, J., Tricart, J.P., 1992. Les travailleurs sociaux. La Découverte, Paris.

Lipsky, M., 1980. Street-Level Bureaucracy. Dilemnas of the Individual in Public Services. Sage, New York.

Maillard, J. (de), 2000a. Les chefs de projet et les recompositions de l’action publique. Les Annales de la recherche urbaine 88, 7–17.

Maillard, J. (de), 2000b. La politique de la ville : une institutionnalisation inachevée. Thèse en science politique, CERVL– IEP Bordeaux.

Mansanti, D., Maurel, E., 1998. Prévention spécialisée, politique de la ville et développement communautaire. Rapport de recherche pour le ministère de l’Emploi et de la Solidarité, Grefoss.

Richelle, J.L., 1996. Une application locale du rapport Bonnemaison. L’exemple de Bordeaux. Mémoire en vue du Duesa, Université Michel de Montaigne, Bordeaux III.

Rondin, J., 1985. Le sacre des notables. Fayard, Paris.

Verdès-Leroux, J., 1978. Le travail social. Minuit, Paris.

Haut de page

Notes

1 À ce propos, lire François Dubet et al. (Dubet et al., 1985, pp. 159–192).

2 Ce qualificatif, surchargé symboliquement, est bien imparfait. Mieux vaut considérer avec Dominique Damamme et Bruno Jobert que le vocable de « politique de la ville » est une « appellation générique trompeuse qui couvre en fait un domaine d’intervention spécifique en faveur des zones urbaines à forte précarité sociale » (Damamme et Jobert, 1995, p. 3).

3 Le présent article prend appui sur des recherches menées dans le cadre d’une thèse en science politique (Maillard, 2000b). Méthodologiquement, ce travail s’est appuyé sur la conduite d’entretiens semi-directifs et sur des séances d’observation directe.

4 Nous choisissons d’évoquer les trois métiers traditionnels (animateurs, assistantes sociales et éducateurs spécialisés), tant ils nous semblent concernés par des enjeux similaires, mais nous n’hésiterons pas, au cours de l’analyse, à singulariser les problèmes rencontrés par chacun de ces métiers.

5 Cité dans « CALK. Genèse d’une crise », Sud Ouest, 20 avril 1999.

6 Alain Rousset (PS), aujourd’hui président du conseil régional d’Aquitaine, succède à cette époque à Jean-Claude Dalbos (RPR) à la tête de la mairie de Pessac.

7 Créées par circulaire du Premier ministre du 22 mai 1989, les conventions ville-habitat, prévues pour une durée de trois ans, sont à l’initiative des maires et établies de façon contractuelle avec l’État représenté par le préfet. Elles constituent une procédure d’intervention globalisée sur le cadre urbain.

8 Nos observations rejoignent celles de Dominique Mansanti et Elisabeth Maurel (Mansanti et Maurel, 1998).

9 En 1993, une enquête effectuée pour La Gazette des communes (6 septembre 1993) estimait que 31 % des chefs de projet provenaient du travail social et 38 % de l’urbanisme-aménagement (juillet 1993). En 1996, un rapport de Michel Cantal-Dupart (Développer les cités, DIV, 1996) estime que seulement 18 % des chefs de projet viennent du travail social.

10 Le constat effectué par Jean-Noël Chopart (Chopart, 1991, p. 8) conserve encore aujourd’hui une certaine actualité : « L’absence de message politique fortement, clairement et durablement énoncé sur le travail social contribue sans doute à une certaine démobilisation des professions sociales. »

11 Ces remarques nous rapprochent des principes d’une sociologie de l’expérience (Dubet, 1994).

12 L’expression du désaccord peut parfois prendre des formes extrêmement détournées. Nous en avons été témoin lors d’une réunion, organisée par une municipalité, qui rassemblait la plupart des services sociaux de la ville afin de présenter à de jeunes travailleurs sociaux en formation la démarche de développement social urbain. Participant à cette réunion en tant qu’observateur, nous sommes assis à côté d’un responsable de service social. Cette personne, que nous avons déjà rencontrée dans notre travail de terrain, est présente afin de témoigner de l’unité de l’action sociale territorialisée sur la ville. Pendant la présentation effectuée par les services municipaux où est mise en valeur la réussite du partenariat local, elle acquiesce publiquement au discours municipal, mais nous fait part discrètement de ses doutes quant aux synergies locales, chacun des partenaires étant lié, nous dit-elle « en off », « par les ordres institués de son institution d’appartenance ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques de Maillard, « Les travailleurs sociaux en interaction Politiques sociales urbaines, mobilisations des professionnels et fragmentations »Sociologie du travail, Vol. 44 - n° 2 | 2002, 215-232.

Référence électronique

Jacques de Maillard, « Les travailleurs sociaux en interaction Politiques sociales urbaines, mobilisations des professionnels et fragmentations »Sociologie du travail [En ligne], Vol. 44 - n° 2 | Avril-Juin 2002, mis en ligne le 27 mai 2002, consulté le 31 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/33013 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.33013

Haut de page

Auteur

Jacques de Maillard

Cerat–Sciences Po Grenoble, BP 48, 38040 Grenoble cedex 9, France
jacques.de-maillard[at]upmf-grenoble.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search