Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Du temps acheté. La crise sans cesse ajournée du capitalisme démocratique, W. Streeck

Gallimard, Paris (2014). 400 p.
Bernard Gazier
p. 84-86
Référence(s) :

Wolfgang Streeck, Du temps acheté. La crise sans cesse ajournée du capitalisme démocratique, Gallimard, Paris, 2014, 400 p.

Texte intégral

  • 1 Les « Frankfurter Adorno Vorlesungen » ou « Conférences Adorno » sont organisées annuellement depui (...)

1Spécialiste allemand reconnu des relations professionnelles et de l’analyse des institutions du capitalisme, Wolfgang Streeck présente dans cet ouvrage un diagnostic fouillé et pessimiste de la crise actuelle de l’Union européenne, vue comme exemplaire de la rupture des liens entre capitalisme et démocratie. Tiré des conférences Adorno prononcées en 20121, le livre met en exergue dès son titre l’influence délétère et la résilience de la financiarisation du monde : « Du temps acheté », c’est-à-dire, au-delà de la dynamique du crédit, la fuite en avant d’échec en rebond. Sous l’égide d’institutions non démocratiques, au premier rang desquelles figure la Banque centrale européenne, l’Union monétaire est en train de détruire la dimension sociale de l’Europe et d’entériner la dictature des marchés financiers tout comme la domination de l’Allemagne néo-libérale. La voie de sortie selon W. Streeck, en l’absence d’une perspective crédible d’approfondissement démocratique de la construction européenne, serait une réforme de l’Euro autorisant les dévaluations et redonnant par là même des marges de manœuvre aux États-nations.

2Le livre comprend en fait trois documents : le texte principal, chronique raisonnée des avatars de l’État national et supranational en Europe des années 1960 à nos jours ; la postface, réponse aux critiques formulées par Jürgen Habermas à l’édition allemande originale de 2013 ; et les notes de bas de page, copieuses et souvent polémiques, qui apportent des compléments substantiels à l’argumentation.

3Les apports de l’ouvrage tiennent à sa puissance synthétique et à sa hauteur de vue. Rassemblant en trois chapitres trois versions successives de l’État — l’État fiscal, l’État débiteur apparu à l’occasion de la crise commencée en 2007, et l’État de consolidation cherchant à rembourser ses dettes —, la narration montre le jeu des enchaînements qui ont conduit en Europe d’une situation « fordienne » et « keynésienne » à une situation « hayékienne » où domine la loi des « gens du marché » face à celle du « peuple national ». Il en résulte un double regard critique, sur les analyses qui ont pu laisser penser que les compromis de l’époque antérieure allaient durer indéfiniment, et sur les analyses actuelles qui sous-estiment l’impasse dans laquelle l’Europe est enfermée. Friedrich Von Hayek apparaît alors comme le grand vainqueur, ayant tracé dès 1939 un programme d’intégration fédérale et libérale qui apparaît aujourd’hui comme prémonitoire. Mais cette victoire est la résultante d’une série d’aveuglements, d’erreurs et d’abandons, qui appellent aujourd’hui prises de conscience et résistances, principalement sur une base nationale. L’analyse rejoint les protestations des « Indignés » et du mouvement « Occupy Wall Street » tout en s’inquiétant de leur faible audience. Le texte passe ainsi de l’étonnement à la révolte.

4Les ressorts de l’argumentation combinent, dans une démarche revendiquée de socio-économie, des éléments relevant de diverses disciplines : économie politique (plus que science économique), sciences politiques, sociologie, analyse des institutions. Les auteurs utilisés sont d’abord ceux de l’École de Francfort dont W. Streeck est partiellement l’héritier, et de grands politologues allemands tels que Fritz Scharpf et Ralf Dahrendorf. Le texte est aussi très inspiré par Karl Polanyi, dont la vision d’ensemble est ici prégnante et dont certaines analyses sont reprises et appliquées à l’actualité de l’Europe, l’impossibilité de dévaluer dans le cadre de l’Euro étant rapprochée des contraintes qui résultaient de l’étalon-or.

5On débouche ainsi sur une torsion majeure : le programme néolibéral qui s’impose actuellement à l’Europe consiste « à utiliser la puissance des États forts afin qu’ils cessent d’être des États interventionnistes » (p. 214). W. Streeck reste cependant muet sur les ressorts et les limites de cette force des États qu’il s’agirait de réactiver et de réorienter en faveur des victimes de la crise et de l’austérité.

6Pour identifier les angles morts de ce point de vue, on peut sans doute revenir sur la position de l’auteur à l’égard de l’École de Francfort, qui combine une utilisation et une prise de distance, l’une et l’autre partielles. L’utilisation est celle, classique, des analyses de Theodor Adorno sur l’aliénation culturelle et le développement des industries culturelles qui en sont le vecteur. La prise de distance, bienvenue, porte sur la faiblesse des contributions de cette école de pensée à l’économie. W. Streeck l’explique par le positionnement des auteurs dans cette ligne de pensée post-marxiste, qui souhaitaient se dégager de l’économicisme souvent reproché aux premiers marxistes. Mais cette explication, certes pertinente, est-elle suffisante face à l’étonnement, qui demeure pour le lecteur, de voir une école de pensée post-marxiste majeure et des auteurs de première grandeur, tels qu’Adorno et Max Horkheimer, se détourner de l’économie au moment même où s’invente la macroéconomie ? Il en résulte un malaise quant au rapport que le texte de W. Streeck entretient avec l’économie. L’auteur présente de nombreux graphiques et de nombreux arguments économiques sans se situer dans la gamme des analyses macroéconomiques actuelles, sans discuter les théories des zones monétaires et sans revenir sur l’éventail et les incertitudes des analyses actuelles des crises.

7L’interrogation rebondit alors sur une seconde mise à l’écart, qui interpelle elle aussi. W. Streeck montre éloquemment la non-convergence actuelle des économies et des sociétés au sein de l’Europe. Ses préconisations se centrent sur l’expression et le respect des différences institutionnelles, nationales voire étatiques. Mais, au motif qu’il privilégie l’étude de la crise actuelle et la périodisation qui en découle, il a disqualifié d’entrée un autre courant de pensée socio-économique majeur pourtant a priori pertinent ici, celui de la « variété du capitalisme » (p. 13). Ce qui frappe pourtant dans la crise est, au-delà de la synchronisation de son départ, la variété des réponses nationales, comme en témoignent la trajectoire des États-Unis et celles de petits pays européens, pas tous dans l’orbite allemande. W. Streeck témoigne en définitive d’un pessimisme globalisant, qui le conduit par exemple à mentionner, comme en passant, la quasi-disparition et l’impuissance des syndicats (p. 236).

8Le paradoxe du livre apparaît ici dans cette posture de visionnaire anti-visionnaire, cette posture désenchantée d’un grand intellectuel allemand et d’un social-démocrate européen déçu, qui constate et déplore l’envahissement de l’économie des marchés financiers et la « camisole de force » de l’intégration européenne, mais se détourne de la diversité actuelle des disciplines et des analyses qui complexifient les acteurs et démultiplient les déterminants de la crise actuelle.

Haut de page

Notes

1 Les « Frankfurter Adorno Vorlesungen » ou « Conférences Adorno » sont organisées annuellement depuis 2002 par l’Institut Für Sozialforschung (IFS) de Francfort en collaboration avec les éditions Suhrkamp : http://www.ifs.uni-frankfurt.de/veroeffentlichungen/adorno-vorlesungen.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Gazier, « Du temps acheté. La crise sans cesse ajournée du capitalisme démocratique, W. Streeck », Sociologie du travail, Vol. 58 - n° 1 | 2016, 84-86.

Référence électronique

Bernard Gazier, « Du temps acheté. La crise sans cesse ajournée du capitalisme démocratique, W. Streeck », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 58 - n° 1 | Janvier-Mars 2016, mis en ligne le 19 janvier 2016, consulté le 12 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/331

Haut de page

Auteur

Bernard Gazier

Centre d’économie de la Sorbonne (CES)
UMR 8174 CNRS et Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Maison des sciences économiques, 106-112, Boulevard de l’Hôpital, 75647 Paris Cedex 13, France
gazier[at]univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals