Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 44 - n° 2Comptes rendusAnnie Fouquet, Udo Rehfeldt, Serg...

Comptes rendus

Annie Fouquet, Udo Rehfeldt, Serge Le Roux (coord.), Le syndicalisme dans la mondialisation

Éditions de l’Atelier, Paris, 2000, 237 p.
René Mouriaux
p. 291-293
Référence(s) :

Annie Fouquet, Udo Rehfeldt et Serge Le Roux (coord.), Le syndicalisme dans la mondialisation, Éditions de l’Atelier, Paris, 2000, 237 p.

Texte intégral

1Dans l’introduction, Alain Azouvi rappelle qu’un premier colloque s’était tenu à New York sur le centenaire du syndicalisme confédéré en 1996 et avait abouti au livre dirigé par Harrick Chapman, Mark Kesselman et Martin A. Schain, A Century of Organized Labor in France (St Martin Press, 1998). La réplique française organisée par le pôle Travail/Emploi du site universitaire de Marne-la-Vallée avec la collaboration des universités de New York et Colombia en septembre 1998 procédait à un double élargissement, disciplinaire d’abord puisque l’initiative new-yorkaise reposait principalement sur la science politique et militant ensuite puisque l’ensemble des organisations représentatives étaient impliquées dans le second colloque.

2Des contributions du colloque de 1998, le volume Le syndicalisme dans la mondialisation réunit celles qui ont une approche socio-économique. Un second volume socio-politique suivra. Annie Fouquet, Udo Rehfeldt et Serge Le Roux ont organisé leur matière en trois grandes parties, la mondialisation, l’Europe, l’Alena et le Mercosur.

3Le premier volet traite de l’internationalisation de l’action syndicale suscitée par l’évolution du capitalisme. Six textes abordent la question par des angles différents. Avec sa richesse d’information habituelle, Guy Caire expose la multitude des structures syndicales mondiales disponibles, les lieux d’intervention (OIT, TUAC, conseils mondiaux d’entreprise), les stratégies (voie conventionnelle et voie réglementaire). Dans un texte commun Renato Di Ruzza et S. Le Roux pointent les difficultés de l’internationalisme syndical, les divisions idéologiques et la prégnance des intérêts nationaux et proposent « deux pistes de solidarisation » par les procès de production et par les institutions internationales en réunifiant l’objectif (ce qui est) et le subjectif (le volontairement construit). Rébecca Gumbrell-Mc Cormick, spécialiste de l’histoire de la CISL (Confédération internationale des syndicats libres), montre les tensions possibles entre globalisme et régionalisme. Jürgen Hoffman interroge le processus de globalisation qui comporte cinq traits principaux, le développement des marchés communs, la croissance des investissements directs à l’étranger, la construction d’un capitalisme financier de « casino », l’internationalisation des réseaux de production, l’intensification de la concurrence. Ces tendances sont ambivalentes et offrent des possibilités d’intervention qui sont déjà saisies par les ONG notamment de consommateurs. John Mason considère le cas américain avec le « boom Clinton » porteur d’une explosion des inégalités qui incite l’AFL-CIO (syndicat américain) à nouer des alliances inédites tant sur le plan interne avec les associations que sur le plan international. Enfin Udo Rehfeldt brosse les étapes de la stratégie syndicale européenne misant sur la négociation dans le cadre des groupes mondiaux, sur la recherche d’une régulation juridique transnationale et sur l’esquisse d’une mobilisation et d’une négociation au plan européen.

4À nouveau six contributions convergent pour cerner l’action syndicale à l’échelle européenne. Giusto Barisi perçoit un processus de rapprochement entre les situations nationales par l’orientation néo-libérale des mutations et propose une typologie des comités de groupe européens. Inga Brandell et Fatiba Talahite dressent un tableau du syndicalisme arabo-méditerranéen et du processus de régionalisation euro-méditerranéen qui s’esquisse. Quynh Delaunay analyse le cas du comité de groupe européen d’Électrolux, point d’appui potentiel pour la construction de solidarités qui n’abolit pas la nécessité de l’action dans le cadre national. Jacques Freyssinet interroge l’émergence de nouveaux pactes sociaux en Europe et perçoit une hésitation entre deux types de régulation, l’un anglo-saxon et l’autre tripartite. Corinne Gobin met en évidence le recul du pouvoir syndical dans le cadre de la construction européenne. Si elle est portée à magnifier la situation antérieure au Traité de Rome, les constats qu’elle effectue sur l’évolution de l’Union européenne et de la CES (Confédération européenne des syndicats) ne gênent que les eurobéats. Enfin Richard Hyman insiste sur l’ampleur des dérégulations qui appelle en retour une puissante mobilisation autour d’objectifs populaires enracinés dans la société civile.

5La troisième partie ne comporte que quatre contributions, une sur la solidarité transfrontalière dans les télécommunications (Larry Cohen et Steve Early), deux sur l’Alena avec une coopération canadiano-États-Unis-méxicaine (Hector de la Cueva) et l’émergence de réseaux transnationaux autour des maquiladoras, (Stéphanie Braillat et Xavier de la Vega), une quatrième sur le Mercosur (Marcio Pochman), destructeur des pratiques constituées et stimulateur de nouvelles.

6S’il est possible de regretter que le livre n’ait pas comporté une rétrospective historique sur les différentes formes de solidarités internationales avant 1945 et un chapitre sur les syndicats du Nord, l’essentiel réside cependant dans la qualité des informations et des analyses rassemblées. L’ouvrage marque une étape dans la connaissance des réponses syndicales à la mondialisation libérale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

René Mouriaux, « Annie Fouquet, Udo Rehfeldt, Serge Le Roux (coord.), Le syndicalisme dans la mondialisation »Sociologie du travail, Vol. 44 - n° 2 | 2002, 291-293.

Référence électronique

René Mouriaux, « Annie Fouquet, Udo Rehfeldt, Serge Le Roux (coord.), Le syndicalisme dans la mondialisation »Sociologie du travail [En ligne], Vol. 44 - n° 2 | Avril-Juin 2002, mis en ligne le 09 septembre 2002, consulté le 02 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/33128 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.33128

Haut de page

Auteur

René Mouriaux

Cevipof, FNSP, 10, rue de la Chaise, 75010 Paris, France

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search