Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 44 - n° 2Comptes rendusSiegfried Kracauer, Les employés....

Comptes rendus

Siegfried Kracauer, Les employés. Aperçus de l’Allemagne nouvelle (1929)

Édité et présenté par Nia Perivolaropoulou, suivi d’une recension de Walter Benjamin. Éditions Avinus, Paris, 2000, 182 p. [Traduction française de Claude Orsoni]
Yolande Benarrosh
Traduction de Claude Orsoni
p. 302-305
Référence(s) :

Siegfried Kracauer, Les employés. Aperçus de l’Allemagne nouvelle (1929). Édité et présenté par Nia Perivolaropoulou, suivi d’une recension de Walter Benjamin. Éditions Avinus, Paris, 2000, 182 p. [Traduction française de Claude Orsoni]

Texte intégral

  • 1 Sur l’histoire des employés en Allemagne, cf. Jurgen Kocka, Les employés en Allemagne 1850-1980, tr (...)

1L’histoire des employés en Allemagne a été imprégnée de fortes traditions bureaucratiques et corporatistes jusqu’à l’époque de la République de Weimar. Celles-ci ont entretenu plus qu’ailleurs dans le monde occidental un profond clivage entre ouvriers et employés. Dès la fin du xixe siècle ce groupe social était suffisamment important pour être organisé en différents syndicats professionnels, disposer d’assurances sociales spécifiques et faire l’objet de statistiques officielles. Le droit du travail contribuait également à sanctionner la distinction entre ouvriers et employés. En Allemagne plus qu’ailleurs et plus précocement, l’interrogation sur la portée sociale et politique de ce clivage a donc été une constante de la recherche et du débat politique1.

2La rationalisation de l’économie et de l’organisation du travail au début du xxe siècle s’est traduite par une forte augmentation des effectifs des employés en Allemagne, laissant entrevoir les premiers signes de prolétarisation de leurs couches inférieures. La défaite allemande de 1918 et les différentes crises politiques et économiques qui ont ponctué la République de Weimar ont précipité ce phénomène, accentuant la hantise du déclassement.

  • 2 Pour une excellente mise en perspective de l’œuvre de S. Kracauer, à la croisée des disciplines, et (...)

3C’est ici qu’on peut situer l’objet du travail de Siegfried Kracauer qui fut l’élève de Georg Simmel, après avoir reçu une formation d’architecte2. Il ne rend pas seulement compte de cette prolétarisation, mais il observe surtout comment les employés s’arrangent avec cette situation. Plus exactement comment ils s’arrangent pour l’ignorer du mieux qu’ils peuvent, c’est-à-dire pour maintenir à tout prix les signes de la distinction d’avec les ouvriers et de l’identité d’un groupe social spécifique, supérieur à ces derniers. Et comment ils sont entretenus dans cette illusion, au sein de l’entreprise par des méthodes de management et par certaines initiatives syndicales : ceci malgré la « mécanisation » avérée du travail des employés et une insécurité d’emploi croissante, ou en raison même de ces deux phénomènes. En dehors du monde du travail, c’est la « culture de masse », cette autre face de la culture de Weimar dont on connaît surtout le foisonnement artistique et intellectuel, qui remplit cet office. À moins que l’entreprise ne se charge elle-même d’organiser les loisirs hors travail, avec les unions sportives qu’elle finance et les sorties familiales de week-end que celles-ci organisent.

4C’est dans ce contexte que l’auteur plonge dans le monde des employés, et ce dans un cadre précis, celui de Berlin. Plongée particulière, difficilement classable dans les découpages disciplinaires académiques, ce qui n’ôte rien à l’acuité de son regard, mais permet une légèreté de ton et un style littéraire, de même qu’un travail du langage que Walter Benjamin loue à plusieurs reprises dans la postface du livre.

  • 3 Pour W. Benjamin, cet autre connaisseur de la grande ville moderne, Les employés… sont une contribu (...)

5Plusieurs réalités sont observées qui s’éclairent l’une l’autre, ou plusieurs facettes d’une même réalité : une couche sociale, la culture de masse et leur théâtre naturel qu’est la grande ville moderne. C’est bien cet ensemble qui donne sens à ce travail, au sous-titre du livre, et qui l’inscrit dans une partie importante de son œuvre, consacrée à la description et l’analyse minutieuses des phénomènes quotidiens de la modernité urbaine et des débuts de la culture de masse3.

6Il s’agit de montrer et nommer ce qui en général est ignoré et tu, être attentif aux « (nouveaux) phénomènes de surface », aux détails de la vie quotidienne, aux façons d’être et aux langages, qui permettent de saisir « des cas exemplaires de la réalité » sans chercher à « illustrer une quelconque théorie ».

7L’« expédition » de type ethnographique à laquelle il se livre durant dix semaines, l’amène sur les lieux de travail et de loisir des employés. Il s’entretient avec ceux-ci dans leurs différents cadres, avec les entrepreneurs et les représentants syndicaux, lit la presse spécialisée, syndicale et patronale, les journaux d’entreprises, les magazines préférés des employés, parfois même leur correspondance privée. Il se rend aussi dans les tribunaux du travail où les méthodes et motifs des licenciements sont mis au jour et sont un miroir du management moderne, de la figure de l’employé fabriquée au sein de l’entreprise. Les lettres de chômeurs qu’il examine enfin, rappellent que l’on vieillit très vite en période de chômage massif, bien que chaque époque ait son âge : en 1929 à Berlin, où la jeunesse est célébrée comme un culte dans tous les domaines, inutile de chercher du travail au-delà de 35–40 ans. Si l’on est très jeune, on peut espérer trouver un travail, à condition toutefois d’être « élu », ce qui est difficile quand le chômage monte : tous les critères de sélection, aussi sophistiqués en apparence, qu’absurdes et démesurés, sont déjà là, que l’on retrouve aujourd’hui dans un langage à peine rénové ; la psychologie y occupe déjà une place centrale, ainsi que l’aspect physique et « l’air aimable ».

8La « mosaïque » prend forme petit à petit, qui donne accès au monde des employés, à leur vie et, à travers elle, à la grande cité, à la modernité, et à une période particulière de l’Allemagne qui annonce des temps bien sombres, pressentis par l’auteur, comme en témoignent certains passages du livre, ainsi que sa correspondance avec Theodor W. Adorno.

9La construction du livre évoque le montage cinématographique qui est si familier au théoricien du cinéma qu’est aussi S. Kracauer. Il ne s’agit pas d’un récit linéaire mais d’une succession d’observations qui se font écho d’un chapitre à l’autre. Retenons quelques exemples, dont certains sont très actuels.

10Les critères de « Sélection » (chap. 2), – véritables « morceaux d’un répertoire », à la manière de nos compétences –, indiquent à quel point le travail de l’employé est complexe : c’est la « personnalité tout entière » qui importe. Le « marché de la personnalité » dont traitera Charles Wright Mills dans les années 1950 est déjà là en 1929. On pénètre dans les « ateliers de réparation » que sont les prud’hommes et le bureau de placement. Au tribunal, coup de projecteur sur les « événements miniatures », et les « catastrophes minuscules » : les plaignants sont des licenciés qui réclament la modification de telle catégorie dans laquelle ils sont enregistrés comme chômeurs, de telle formulation d’attestation de travail… S. Kracauer repère aussi ceux des employés licenciés qui ont dû appartenir à l’ancienne classe moyenne, à leur langage, aux références qu’ils glissent au détour d’une phrase… Il s’en empare encore pour montrer que c’est bien tout ce qui reste de leur passé, une image qui compte au moins autant que l’objet de la plainte.

11La métaphore ferroviaire convient parfaitement au bureau de placement… jusqu’à aujourd’hui. Comment ne pas penser à l’ANPE devant cette « gare de triage » aux multiples voies, dont le travail d’« aiguillage », réalisé grâce à « un de ces merveilleux fichiers », est néanmoins très délicat en période de chômage massif ? Comme les « voies sont obstruées », « les wagons s’accumulent ». Comment parler de « traitement individuel » dans ces conditions ? C’est plutôt « pièce par pièce » qu’on s’occupe des chômeurs, car ce qui compte c’est « la facilité de transport », la « rapidité de l’opération » : le « formulaire de candidature » (notre « CV ») joue ici un rôle de première importance. Mais que faire face aux « tendances du marché », malgré les efforts des « fonctionnaires du placement […] pour dépasser leur rôle d’intermédiaires passifs », pour « rationaliser ce que l’entreprise a laissé dans une totale irrationalité » ?

12La métaphore militaire enfin, aux accents prémonitoires, nous amène au cœur de la culture de masse et de l’édifice idéologique des employés. L’auteur dépeint avec autant d’acuité que d’ironie pessimiste, les « casernes du plaisir » que fréquentent abondamment les employés et qui constituent, pour les « sans-abri spirituels » qu’ils sont devenus, des « asiles au sens propre ».

13Méthode et visée sont donc indissociables dans la « mosaïque ». C’est ce qui fait la force de cet ouvrage qui réconcilie en quelque sorte Karl Marx et Max Weber. Il saisit un moment historique à partir d’observations micro-sociologiques, de la vie quotidienne et du sens que cherchent à lui donner les acteurs, au prix souvent de cette fausse conscience que S. Kracauer donne à voir chez les employés allemands des années 1920.

Haut de page

Notes

1 Sur l’histoire des employés en Allemagne, cf. Jurgen Kocka, Les employés en Allemagne 1850-1980, traduction française de Gérard Gaber et Françoise Laroche, Éditions de l’EHESS, Paris, 1989.

2 Pour une excellente mise en perspective de l’œuvre de S. Kracauer, à la croisée des disciplines, et du débat d’idées de l’époque, cf. Culture de masse et modernité. Siegfried Kracauer sociologue, critique écrivain, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, Paris, 2001.

3 Pour W. Benjamin, cet autre connaisseur de la grande ville moderne, Les employés… sont une contribution importante à la physiologie de Berlin (cf. sa recension, p. 177).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yolande Benarrosh, « Siegfried Kracauer, Les employés. Aperçus de l’Allemagne nouvelle (1929) »Sociologie du travail, Vol. 44 - n° 2 | 2002, 302-305.

Référence électronique

Yolande Benarrosh, « Siegfried Kracauer, Les employés. Aperçus de l’Allemagne nouvelle (1929) »Sociologie du travail [En ligne], Vol. 44 - n° 2 | Avril-Juin 2002, mis en ligne le 09 septembre 2002, consulté le 02 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/33206 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.33206

Haut de page

Claude Orsoni

Centre d’études de l’emploi, Le Descartes 1, 29, promenade Michel-Simon, 93166 Noisy-le-Grand cedex, France

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search