Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Inside the Castle. Law and the Family in 20th Century America, J. L. Grossman et L. M. Friedman

Princeton University Press, Princeton (2011). 444 p.
Émilie Biland
p. 88-90
Référence(s) :

Joanna L. Grossman et Lawrence M. Friedman, Inside the Castle. Law and the Family in 20th Century America, Princeton University Press, Princeton, 2011, 444 p.

Texte intégral

1Somme aussi documentée que vivante consacrée à l’histoire contemporaine du droit de la famille aux États-Unis, Inside the Castle a été largement commenté depuis sa publication outre-Atlantique. Lauréat d’un prix d’histoire du droit en 2011, il a fait l’objet de comptes rendus dans des revues de droit, d’histoire et d’études américaines, qui ont loué tant son approche panoramique que sa capacité à se départir d’une approche positiviste du droit pour engager la discussion avec la sociologie de la famille. Écrit par deux professeurs de droit, pour l’un (Lawrence Friedman) spécialiste émérite d’histoire du droit, pour l’autre (Joanna Grossman) auteure de plusieurs études remarquées sur les droits des femmes, il balaie bien sûr la jurisprudence et la législation pour rendre compte des évolutions de ce droit, du xixe siècle au début du xxie siècle — au-delà même des bornes chronologiques suggérées par son sous-titre. Mais loin d’en rester à ces sources classiques du commentaire juridique, il mêle ces récits de « cas » judiciaires à d’autres histoires, issues de la culture populaire (des films hollywoodiens des années 1950 aux séries télévisées récentes, en passant par les talkshows et les legal soap operas), ou encore de l’histoire politique (scandales sexuels impliquant des politiciens). Quoique de manière non systématique, il utilise également les résultats d’enquêtes statistiques et de sondages, intégrant ainsi l’apport de certaines recherches en sciences sociales.

2Outre le foisonnement d’informations qu’il contient, cet ouvrage est traversé par deux thèses fortes, qui intéressent directement les sociologues. La première concerne la place du droit dans les rapports sociaux. Adeptes de la thèse dite « du miroir », défendue par L. Friedman dans d’autres de ses ouvrages, les auteurs estiment que le droit reflète la société, ou, selon le vocabulaire causaliste qui est le leur, que les changements dans les relations familiales constituent la « cause », le « moteur », des transformations juridiques (p. 7). L’intégration des apports de la sociologie du droit conduirait certes à nuancer sérieusement cette perspective, en mettant en lumière l’autonomie relative de la production normative (dans ce système américain complexe où la régulation de la famille est au moins autant judiciaire que législative, et portée à la fois par les états fédérés et par l’État fédéral), ou encore les effets-retour du droit sur les pratiques sociales — plusieurs passages du livre insistant, par exemple, sur les usages stratégiques, par les citoyens américains, des variations entre états en matière de droit du mariage, du divorce ou, plus récemment, de la gestation pour autrui.

3Ce postulat a en tout cas ceci d’intéressant qu’il conduit ces juristes à inscrire le droit positif dans un ensemble plus large de normes et d’activités sociales. À cet égard, la deuxième thèse majeure du livre est cependant trop convenue et trop normative pour convaincre véritablement. Reprenant le topos d’une certaine sociologie de la famille, les auteurs répètent à plusieurs reprises que le xxe siècle a vu le déclin de la « famille traditionnelle » au profit de la famille « expressive », dans laquelle la qualité des relations interindividuelles et la promesse de l’épanouissement personnel priment sur le maintien de l’ordre social. Appréciée, sans doute, pour sa grande généralité (elle ferait sens, peu ou prou, d’évolutions communes à l’ensemble des pays occidentaux), cette thèse peine cependant à expliquer ce qui apparaît comme des traits (relativement) spécifiques aux États-Unis, à savoir le taux encore très élevé de mariage et surtout de remariage, mais aussi la prégnance de la question « raciale » (longue interdiction des mariages « interraciaux » et persistance d’importantes différences sociodémographiques entre groupes « raciaux »). Surtout, cette perspective présente un risque substantialiste certain, dont les auteurs eux-mêmes semblent conscients. Les passages les plus stimulants du livre sont justement ceux où ces derniers prennent leurs distances à l’égard de cette thèse, pour souligner l’inachèvement de ce processus, tant dans les relations intrafamiliales (entre les sexes et entre les générations) qu’entre les familles (selon la classe sociale et/ou l’appartenance « raciale »). Reconnaissant que la famille traditionnelle est un « mythe » (p. 16) — assertion qui aurait mérité plus ample développement —, ils sont particulièrement convaincants quand ils soulignent que la neutralité du droit en termes de genre est avant tout formelle (p. 202), donnant de nombreux exemples d’inégalités encore majeures entre conjoint et conjointe, entre père et mère. Malgré les dispositions relatives au partage du patrimoine (plus protectrices qu’en France, à certains égards), les femmes souffrent ainsi davantage financièrement des séparations conjugales (p. 192). Les effets rétroactifs du droit sont ici à souligner : le déclin des procédures pour faute en matière de divorce s’est traduit par une diminution des montants et/ou de la durée des pensions alimentaires pour ex-époux (p. 204).

4La question des inégalités entre groupes sociaux et « raciaux » est moins amplement traitée : de l’aveu même des auteurs, leur ouvrage se limite « au droit de la famille de la classe moyenne » (p. 2), définie a minima comme celle qui échappe à l’emprise de l’État social et à l’encadrement que celui-ci impose aux fractions les plus pauvres — souvent racialisées — de la population. Les pages consacrées au placement de mineurs par les services sociaux (pp. 264-275) et à l’adoption d’enfants noirs ou amérindiens par des familles blanches (pp. 310-314) sont à cet égard édifiants quant aux profondes limites, sociales et « raciales », au déclin de l’encadrement public de la vie privée, symbolisé, dès le titre de l’ouvrage, par la métaphore du « château ». On ne peut que regretter que cet ouvrage de référence ne fasse pas une plus grande place à ces enjeux, ce qui aurait permis, par contraste, de donner une meilleure consistance sociologique à cette idée de « droit de la classe moyenne ». Existe-t-il, par exemple, des formes d’encadrement qui soient spécifiques aux middle class families ? Comment les groupes dominants s’accommodent-ils, voire co-produisent-ils, le droit les concernant ? Voici des questions auxquelles cet ouvrage ne répond pas, restant en lisière d’une approche véritablement sociologique du droit de la famille. Il n’en propose pas moins, répétons-le, un panorama fascinant (adossé à une riche bibliographie), précieux pour les sociologues soucieux de penser les transformations familiales dans leur globalité, de la conjugalité à l’adoption en passant par la prise en charge des personnes âgées. Lu depuis la France, il permet d’ailleurs de questionner cet intrigant cas américain, dont la réputation d’exceptionnalité n’exclut pas une mise en perspective comparative, quant aux incidences sociales, genrées et racialisantes du cadrage juridique des formes familiales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Émilie Biland, « Inside the Castle. Law and the Family in 20th Century America, J. L. Grossman et L. M. Friedman », Sociologie du travail, Vol. 58 - n° 1 | 2016, 88-90.

Référence électronique

Émilie Biland, « Inside the Castle. Law and the Family in 20th Century America, J. L. Grossman et L. M. Friedman », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 58 - n° 1 | Janvier-Mars 2016, mis en ligne le 29 janvier 2016, consulté le 12 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/334

Haut de page

Auteur

Émilie Biland

Centre de recherches sur l’action politique en Europe (CRAPE)
UMR 6051 CNRS, Université Rennes 1 et 2, Sciences Po Rennes et EHESP
Université Rennes 2, Place du recteur Henri Le Moal, CS 24307, 35043 Rennes Cedex, France
emilie.biland[at]pol.ulaval.ca

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals