Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 62 - n° 3Comptes rendusMartin Ruef, Between Slavery and ...

Comptes rendus

Martin Ruef, Between Slavery and Capitalism: The Legacy of Emancipation in the American South

Princeton University Press, Princeton, 2016, 304 p.
Abdoulaye Gueye
Référence(s) :

Martin Ruef, Between Slavery and Capitalism: The Legacy of Emancipation in the American South, Princeton University Press, Princeton, 2016, 304 p.

Entrées d’index

Mots-clés :

Capitalisme, Esclavage
Haut de page

Texte intégral

CouvertureAfficher l’image
Crédits : Princeton University Press

1Cet ouvrage examine les effets de la transition de la région du Sud des États-Unis d’un mode de production esclavagiste à un mode de production capitaliste au lendemain de la Guerre de Sécession. L’auteur s’appuie sur une masse impressionnante de données statistiques, des archives consignant des entretiens avec des Noirs fraîchement affranchis et les registres de plusieurs institutions de crédit, au nombre desquelles la Dun Mercantile Agency. Préférant une approche par le bas (le vécu des acteurs ordinaires noirs et blancs) à une approche par le haut (les actions des dirigeants politiques et des hommes puissants), Martin Ruef propose la thèse selon laquelle au cœur de cette transition se dissimule une permanente incertitude à laquelle les différents acteurs devaient réagir. Cette incertitude, enchérit-il, est un élément central dans le fonctionnement quotidien des Américains du Sud parce qu’elle touche à des questions diverses de leur existence dont les suivantes : quelle valeur aura le travail d’un ouvrier (noir ou blanc) dans ce contexte de transition ? À quel type d’emploi et à quelle classe sociale un individu (noir en particulier) peut-il prétendre dans la société post-esclavagiste ? Quel choix de développement économique et démographique est préférable pour le Sud après l’esclavage ?

2L’incertitude n’est pas uniforme, souligne Martin Ruef, ce qui rend plus difficile la gestion de la transition ou l’adaptation à celle-ci. L’auteur fait une distinction entre l’incertitude classique [classical incertainty] et l’incertitude catégorique [categorical incertainty]. Dans le premier cas, les acteurs savent que seul un nombre fini de résultats [outcomes] est possible ; ils sont identifiables, cependant la difficulté majeure consiste pour ces acteurs à se porter sur celui qui serait le plus à leur avantage. Dans le cas de l’incertitude catégorique, les résultats sont impossibles à identifier à l’avance. Cette forme d’incertitude partage cette caractéristique avec le risque, lequel, selon Frank H. Knight (1921), fait référence à une conséquence contre laquelle il n’existe pas de garantie.

3L’une des premières sources d’incertitude pour la population sudiste a été l’introduction du principe du marché libre portée par le Freedmen’s Bureau, une institution fondée par les Nordistes au sortir de la Guerre. Adhérant à l’idée selon laquelle la productivité d’un travailleur est d’autant plus susceptible de croître que le travail est libre, et soucieux de mettre les Noirs à l’abri de l’exploitation des anciens esclavagistes, le Bureau veillait à ce que des contrats formels soient signés entre employeurs blancs et travailleurs noirs libres. En même temps, il exhortait à la valorisation du capital humain qui supposait que le salaire soit déterminé sur la base de la qualification professionnelle.

4Dans quelle mesure la transition vers le travail libre a-t-elle affecté la mobilité professionnelle de la population noire ? Martin Ruef révèle que pour les anciens esclaves, une stagnation de leur statut social a suivi la période de la Reconstruction. La très grande majorité d’entre eux sont restés attachés au travail de la terre. Ceux qui se sont lancés dans l’entrepreneuriat agricole se sont trouvés emprisonnés dans un système d’inégalités économiques durables. Manquant de capitaux financiers pour se procurer les semences et les outils agricoles indispensables, ils ont dû s’endetter auprès des propriétaires terriens blancs ou accepter la formule du métayage et les arrangements de privilège qui ne leur permettaient pas d’améliorer leur statut socioéconomique. En même temps, Martin Ruef relève les effets positifs de la valorisation du capital humain. En clair, les Noirs qui détenaient un savoir-faire ont vu leur statut socioéconomique progresser plus vite par rapport à ceux qui n’en possédaient pas. Qui plus est, l’éducation et la migration ont aussi constitué deux facteurs de mobilité statutaire.

5Les effets de l’irruption du mode d’organisation capitaliste sur la structure de classe dans le Sud résument le thème étudié dans le chapitre 3. Dans quelle mesure ce capitalisme a-t-il affecté une certaine fraction de la classe moyenne blanche ainsi que les classes précapitalistes de petits fermiers et de planteurs ? Suite à la Guerre, le Sud est poussé vers l’urbanisation, l’amélioration du système éducatif ainsi que l’implantation d’institutions de crédit — autant de facteurs associés au capitalisme et essentiels à la formation d’une classe moyenne. Ce changement, qui autorise à anticiper la croissance démographique de la classe moyenne entrepreneuriale blanche, s’est en revanche soldé par une réduction significative de cette population. Estimée à 14 % environ de la population du Sud vers 1860, elle était tombée à 12 % environ en 1900. La chute est, par ailleurs, plus significative au sein de la population noire. En revanche, la vieille classe de planteurs et de petits fermiers a réussi à se maintenir pendant la première demi-décade qui a suivi l’émancipation, avant de connaître à son tour un net déclin. Martin Ruef impute cette situation à l’échec de la classe entrepreneuriale à forger une coalition politique susceptible de lui faire profiter de la nouvelle situation, ainsi qu’à son ressentiment contre les intérêts des Nordistes. Pendant qu’elle réduisait la taille de la classe moyenne, l’émancipation a aussi généré le démantèlement du système de plantation. Plusieurs facteurs d’inégale importance participent à ce processus. La population noire, nouvellement émancipée mais incertaine de la disposition des anciens maîtres à respecter le nouveau code du travail introduit par le Freedmen’s Bureau, avait choisi de quitter progressivement les plantations pour chercher d’autres opportunités. L’industrie naissante du chemin de fer qui a concurrencé la plantation pour recruter la main-d’œuvre noire libre est apparue dès les années 1870 plus attractive pour cette population. Le besoin de reconstruction du réseau familial — que l’esclavage avait détruit par la vente séparée des parents et des enfants — a aussi incité les Noirs à quitter la plantation en quête des leurs. Par ces différents mécanismes, le système de plantation s’est enfoncé dans le déclin.

6Pierre angulaire du capitalisme, le commerce a connu un essor considérable avec l’émancipation. Les différentes enseignes multipliaient les contacts avec des fournisseurs (pour la plupart installés dans le Nord) pour s’assurer d’une position de leadership. Pour ces fournisseurs, qui prêtaient souvent à crédit, la distance constituait un facteur d’incertitude puisqu’ils ne disposaient pas d’informations de première main sur la solvabilité de leurs clients. L’explosion du nombre d’agents de notation de crédit dans le Sud a été la réponse à cette situation. De cette introduction de la notation de crédit a résulté un nouveau mode d’organisation du commerce où les relations commerciales sont établies en fonction de la solvabilité. Dans ce nouveau contexte, les entreprises dont les activités commerciales étaient trop diverses au point de paraître ambiguës, ainsi que les nouvelles entreprises (créées par d’anciens esclaves ou des Blancs pauvres), et donc sans dossier de crédit antérieur, étaient les plus fragilisées.

7Le développement régional du Sud est un autre thème de l’ouvrage. Martin Ruef se positionne à l’égard des théories qui attribuent le développement économique à l’accès à une main-d’œuvre abondante et bon marché, et plus particulièrement à l’égard de la théorie de la surabondance de travail élaborée, entre autres économistes, par Arthur Lewis et révisitée plus tard par Justin Yifu Lin. Cette théorie repose sur l’idée que les zones industrialisées capables de capter une partie de la main-d’œuvre abondante et faiblement rémunérée bénéficient par ce fait d’un retour sur investissement suffisamment élevé, gage d’un développement économique ultérieur. Selon Martin Ruef, le postulat de ces théories est que les acteurs économiques ont une parfaite connaissance de l’utilisation des ressources et des conséquences de celles-ci. Ce postulat omet donc la question cruciale de l’incertitude. Or, le démantèlement de l’esclavage a été un changement institutionnel qui a rendu inconnues les probabilités de développement. Martin Ruef propose, en lieu et place, un cadre théorique dit écologique, que résume l’idée que les communautés économiques locales qui cherchent à s’inspirer d’autres organisations ayant déjà eu à faire face à un changement similaire sont plus susceptibles de connaître le développement que les communautés qui restent attachées à leurs vieilles habitudes.

8Le dernier effort entrepris par Martin Ruef consiste à établir la singularité de la transition du mode de production esclavagiste au mode de production capitaliste dans le Sud des États-Unis par comparaison avec la transition qui a eu lieu dans d’autres sociétés du Nouveau Monde. Il rappelle, pour commencer, que trois mécanismes différents ont été parallèlement créés dans ces dernières sociétés pour gérer l’incertitude qui a résulté de cette transition : a) l’émancipation graduelle des esclaves, b) l’émancipation partielle de ceux-ci et c) la compensation accordée aux esclavagistes. En comparaison, le Sud des États-Unis, montre-t-il, a opté pour le bricolage en combinant les trois mécanismes.

9Par son analyse et la somme de matériaux mobilisée, cet ouvrage constitue une contribution indéniable à la vaste littérature sur la transition du Sud des États-Unis de l’esclavage à l’économie capitaliste. Mais il appelle quelques réserves. La plus importante a trait au concept d’incertitude. Ce qui fait défaut, au sujet de ce concept, c’est la démonstration de sa supériorité par rapport à celui de risque. On se demande pourquoi Martin Ruef n’use pas tout simplement de ce dernier concept dont la pertinence, reconnue en sociologie, a été renforcée avec les travaux d’Ulrich Beck. En outre, dans un livre qui traite d’une dynamique économique largement informée par le racisme et l’esclavage, on s’attend à ce que l’analyse des mécanismes du racisme y occupe une place, pas nécessairement centrale, mais à tout le moins significative. Mais tel n’est pas le cas. Or, dans Black Reconstruction, W.E.B. DuBois (1935) montre comment la classe politique raciste du parti démocrate dans le Sud avait adroitement instrumentalisé la race pour empêcher l’alliance entre deux groupes partageant objectivement les mêmes intérêts économiques : la classe sociale blanche pauvre et la classe noire de même condition à peine sortie de l’esclavage.

Haut de page

Bibliographie

DuBois, W.E.B., 1935, Black Reconstruction in America: An Essay Toward a History of the Part Which Black Folk Played in the Attempt to Reconstruct Democracy in America, 1860-1880, Harcourt Brace, San Diego.

Knight, F.H., 1921, Risk, Uncertainty and Profit, Houghton Mifflin Co., Boston.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Abdoulaye Gueye, « Martin Ruef, Between Slavery and Capitalism: The Legacy of Emancipation in the American South »Sociologie du travail [En ligne], Vol. 62 - n° 3 | Juillet-Septembre 2020, mis en ligne le 12 septembre 2020, consulté le 04 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/33467 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.33467

Haut de page

Auteur

Abdoulaye Gueye

School of Sociological and Anthropological Studies
University of Ottawa, FSS building 10060 Ottawa, ON. K1N 6N5, Canada
abdoulaye.gueye[at]uottawa.ca

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search