Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 62 - n° 3Comptes rendusNicolas Oppenchaim, Adolescents d...

Comptes rendus

Nicolas Oppenchaim, Adolescents de cité. L’épreuve de la mobilité

Presses universitaires François-Rabelais, Tours, 2016, 272 p.
Marwan Mohammed
Référence(s) :

Nicolas Oppenchaim, Adolescents de cité. L’épreuve de la mobilité, Presses universitaires François-Rabelais, Tours, 2016, 272 p.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

CouvertureAfficher l’image
Crédits : Presses universitaires François Rabelais

1« Bouger », « tracer », « s’arracher », « faire un tour », etc., de nombreuses expressions quotidiennes sont utilisés par les adolescent·es de milieu populaire pour qualifier leurs pratiques de mobilité. Ils « bougent » pour ne pas rester sur place, « tracent » lorsqu’ils ne sont pas « chez eux », « s’arrachent » lorsque leur immobilisme devient trop pesant et vont « faire un tour » pour laisser place à un ailleurs moins prévisible. En questionnant la mobilité des « adolescents de cité », Nicolas Oppenchaim cherche à comprendre ce qui peut distinguer leur manière de se poser et de se mouvoir dans l’espace public. L’auteur ne se limite pas à ce qui distingue les « adolescents de cité » par rapport à des adolescents qui ne vivraient pas en cité ; il analyse également ce qui les différencie entre eux. La force de la perspective développée par l’auteur est d’examiner ensemble ancrage et mobilité, « modes d’habiter » et déplacements, comme deux faces d’une même pièce. L’ensemble est bien construit et présenté sous la forme d’un entonnoir : l’analyse de la différenciation sociale, résidentielle et genrée des mobilités élaborée à partir de la statistique publique — les « Enquêtes globales transport » en Île-de-France (1991, 2001, 2010) ainsi que les recensements de l’INSEE (1990, 1999, 2010) — précède leur étude monographique. En s’impliquant dans la vie associative d’une cité et dans plusieurs établissements scolaires (à la fois à Paris et dans des contextes franciliens variés), l’auteur a réalisé plus de 90 entretiens semi-directifs avec des adolescents et adolescentes scolarisées, à quoi il faut ajouter un ensemble d’informations tirées des observations directes et parfois participantes qu’il a pu mener. L’auteur a pris au sérieux l’effet de ses multiples positions sur le fonctionnement des lieux qu’il a étudiés entre 2008 et 2011 — un travail rendu d’autant plus nécessaire que le dispositif méthodologique est sous certains aspects original, notamment l’implication de collégiens et de lycéens, dans le cadre d’ateliers d’initiation à la sociologie, d’écriture et de photographie animés par Nicolas Oppenchaim. Une longue introduction présentant en détail l’état des connaissances et des débats ainsi que l’armature théorique rend l’ensemble équilibré et convaincant.

2L’auteur montre d’abord qu’il y a des adolescences, des manières d’habiter et de « bouger », des « cités » avec chacune leur histoire et leur ancrage urbain. Il y a surtout des « potentiels de mobilité » inégalement distribués en fonction de l’origine sociale, résidentielle et du genre, qu’il analyse tout au long de la première partie à travers un nombre limité — mais néanmoins éclairant — d’indicateurs. Grâce à la statistique publique, Nicolas Oppenchaim souligne d’abord que les adolescents et adolescentes des ZUS (zones urbaines sensibles) vivent moins souvent en grande couronne que l’ensemble des jeunes d’Île-de-France et bénéficient de ce fait d’un bon accès aux infrastructures de transport public. Cette situation compense en partie le fait que les jeunes des cités opèrent des déplacements moins nombreux, une situation qui serait liée à une « moindre disponibilité en temps et en voiture » de leurs parents ou au fait qu’une partie non négligeable des activités extra-scolaires sont payantes. L’auteur montre en outre que le genre influence différemment les mobilités selon le milieu social. Les déplacements des filles et des garçons sont soumis à des contraintes dans la plupart des milieux sociaux, mais de manière bien plus marquée au sein des cités populaires. Ces contraintes — produits des normes de socialisation familiale et résidentielle — se traduisent par un contrôle de la vie sociale et de la mobilité des adolescentes plus marqué que pour les garçons. Ces inégalités de genre sont parfois redoublées par l’offre d’activité à l’échelle communale. Cette offre est plus pauvre en ZUS que dans les grands centres urbains (en premier lieu Paris intra-muros) et souvent accaparée par les garçons lorsqu’elle ne leur est pas tout simplement destinée. Le cas de Paris est révélateur des inégalités d’accès au transport et à l’offre publique, associative ou commerciale d’activités et de loisirs juvéniles. Paris propose une offre riche d’activités qui s’ajoute à un réseau de transport tentaculaire. Ces deux atouts bénéficient de moins en moins aux adolescents de milieu populaire, dont le poids démographique ne cesse de se réduire.

3Nicolas Oppenchaim affine ensuite cette vaste toile sociale tirée de la statistique pour s’intéresser localement aux configurations relationnelles et situationnelles qui déterminent les pratiques de mobilité. À cette échelle, le genre, l’expérience scolaire et familiale et par extension le type de sociabilité locale investie, forgent une variété d’usages du quartier et de la ville. À l’aide d’une description très fine de quatre « manières typiques d’habiter » et de se déplacer par sexe, l’auteur montre que ces pratiques, sans être figées, sont à la fois déterminées et structurantes pour la vie sociale ultérieure. La mobilisation maîtrisée de la sociologie pragmatique permet de prendre en compte le poids des normes de référence, la plasticité des pratiques en fonction des contextes et, plus largement, la possibilité pour un·e même adolescent·e de se glisser avec aisance d’une situation ou d’un mode d’habiter à l’autre.

4Du côté des garçons, le sous-groupe des « adolescents du quartier » occupe une place particulière. Ceux qui le composent se distinguent par des expériences scolaires négatives, un vécu familial plus heurté, une intégration plus marquée dans la rue, un usage précoce des transports publics et une exposition plus importante à la réprobation des adultes et des institutions de contrôle, de régulation et de répression de leurs turbulences publiques. Le sentiment de stigmatisation est ici plus intense que dans les autres catégories du même sexe. C’est notamment le cas pour le groupe des « associatifs », adolescents issus de franges plus stables et mieux insérées du quartier. Ils sont engagés dans la vie publique locale et se démarquent par une plus forte participation aux activités encadrées. Contrairement aux « adolescents du quartier », ils ont un réseau relationnel et des activités extra-scolaires plus diversifiés, développant ainsi des compétences de communication utiles dans la gestion des interactions sociales et des épreuves qu’induisent les phases de mobilité. Les ressources personnelles et familiales semblent également jouer fortement pour les deux dernières catégories masculines dites des « flâneurs » et des « passionnés », qui se distinguent des « associatifs » par une meilleure situation matérielle mais surtout par une identité sociale fondée en partie sur la mise à distance du quartier. Les « flâneurs » se projettent davantage dans une ville mixte, d’un double point de vue socioéconomique et racial, afin d’élargir au maximum la base sociale de leurs sociabilités électives, qu’elles soient amicales ou amoureuses. Sans rompre totalement avec le quartier d’origine, ils sont dans des jeux de distinction et des pratiques plus intenses d’exploration sociale et spatiale. Les « passionnés » ont quant à eux un usage plus individuel et utilitaire de leurs déplacements. Dans une pratique sportive ou culturelle régulière et passionnée, ils se construisent en opposition plus radicale avec les « adolescents du quartier ». Ces deux dernières catégories se rapprochent des pratiques de mobilité des adolescents des classes moyennes et supérieures.

5Pour distinguer les ancrages et les mobilités des adolescentes, l’auteur distingue également quatre catégories divisées en deux sous-groupes selon le degré d’attachement au quartier. Il en ressort que les enjeux de réputation jouent un rôle plus significatif pour les filles que pour les garçons. Le nom des catégories s’y réfère d’ailleurs très directement. Contrairement à l’idée très répandue selon laquelle la bonne réputation des filles dépend de leur invisibilisation, Nicolas Oppenchaim montre que celles qu’il nomme « les filles de bonne famille », dont la bonne réputation semble établie, sont présentes dans l’espace public du quartier. Leur statut paraît découler autant de la position locale de leur famille que de leur capacité à répondre aux attentes scolaires et normatives qui pèsent spécifiquement sur les jeunes filles en général. Leur liberté de circuler découle de ce conformisme.

6La catégorie des « guerrières » désigne des adolescentes qui partagent beaucoup de propriétés scolaires et familiales avec les « adolescents du quartier ». Elles ont des comportements publics et des pratiques de mobilité assez proches. Toutefois, contrairement à eux, elles doivent faire face à des réprobations spécifiques en raison du caractère genré des normes d’occupation des espaces publics de leur cité, notamment les injonctions à la discrétion. Elles sont doublement illégitimes comme adolescentes qui stationnent et qui transgressent. Les « guerrières » sont plus à l’aise dans les mobilités extra-communales que les « les filles de bonne famille ». Ces déplacements souvent marqués du sceau de la visibilité et de la conflictualité — même ludique — visent moins à expérimenter une mixité sociale et économique perçue comme ville idéale qu’à nouer des rencontres avec des semblables sociaux.

7Les « flâneuses exclusives », dont la situation familiale est généralement plus favorable, se distinguent quant à elles par un éloignement volontaire du quartier et une appétence particulière pour les rencontres éphémères et les expérimentations que permet la fréquentation des ailleurs urbains. Le dernier groupe, celui des « encadrées », issues plus souvent des quartiers jouxtant la ZUS, regroupe des jeunes filles qui appréhendent autant d’intégrer les sociabilités locales que d’expérimenter les transports et l’anonymat des foules urbaines. C’est dans ce groupe que le sentiment d’insécurité s’exprime le plus intensément, tant chez les parents que chez les enfants.

8Quelques remarques conclusives. La recherche aurait sans doute tiré bénéfice d’un examen plus systématique de certains phénomènes spécifiques, comme les pratiques délinquantes ou les relations amoureuses. De même, la stricte séparation entre les manières masculines et féminines d’habiter tend à ossifier l’image de cités organisées selon un principe de séparation des sexes. Enfin, le rôle concret des familles est davantage posé dans la phase introductive de l’ouvrage que lors des descriptions les plus incarnées. Mais ces remarques sont secondaires au regard de la qualité d’une recherche et d’un livre dont il faut souligner la vertu programmatique et le caractère reproductible de la méthode dans d’autres contextes résidentiels et urbains.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marwan Mohammed, « Nicolas Oppenchaim, Adolescents de cité. L’épreuve de la mobilité »Sociologie du travail [En ligne], Vol. 62 - n° 3 | Juillet-Septembre 2020, mis en ligne le 12 septembre 2020, consulté le 25 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/33507 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.33507

Haut de page

Auteur

Marwan Mohammed

CNRS, Centre Maurice Halbwachs
48, boulevard Jourdan, 75014 Paris, France
marwan.mohammed[at]ens.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search