Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 62 - n° 3Comptes rendusNicolas Delalande, La Lutte et l’...

Comptes rendus

Nicolas Delalande, La Lutte et l’Entraide. L’âge des solidarités ouvrières

Le Seuil, Paris, 2019, 368 p.
Élodie Béthoux
Référence(s) :

Nicolas Delalande, La Lutte et l’Entraide. L’âge des solidarités ouvrières, Le Seuil, Paris, 2019, 368 p.

Texte intégral

CouvertureAfficher l’image
Crédits : Le Seuil

1À l’appui d’archives variées (presse ouvrière, correspondances, livres de comptes, archives syndicales et policières, etc.) et d’une riche littérature internationale, Nicolas Delalande propose dans cet ouvrage stimulant une nouvelle lecture de l’internationalisme ouvrier, tel qu’il s’est déployé en Europe occidentale à partir de 1860. Deux moments sont analysés. « Le temps des expérimentations », auquel est consacrée la première partie, s’ouvre avec la création à Londres en 1864 de l’Association internationale des travailleurs (AIT), cette Première Internationale qui trouvera dans la Commune parisienne, quelques années plus tard, une mise à l’épreuve fracassante de ses principes et de son fonctionnement. En 1889, l’instauration à Paris de la Deuxième Internationale invite ensuite à « renouer les fils de l’internationalisme » pour s’engager dans « le temps des consolidations », qu’explore la seconde partie de l’ouvrage.

2Au regard de ce programme, le titre du livre se révèle à première vue doublement trompeur. D’abord parce que nulle mention n’est faite de la dimension internationale, prisme par lequel l’auteur analyse pourtant finement et de bout en bout « l’âge des solidarités ouvrières ». Ensuite, parce que l’accent mis sur les termes positifs de « lutte », d’« entraide » et de « solidarités » pourrait faire croire à une lecture glorieuse de cette fraternité ouvrière sans frontière. Or, lectrices et lecteurs seront vite convaincu·es que, tout autant que « la lutte et l’entraide », « le débat et la discorde » auraient pu figurer en bonne place sur la première de couverture. C’est en effet l’un des tout premiers intérêts de l’ouvrage que de donner à voir, à travers une multitude d’exemples bien choisis, ces hésitations, contradictions, tensions et résistances internes qui n’ont cessé d’accompagner le projet internationaliste et sa mise en œuvre. Se distinguant d’une stricte histoire politique ou des idées, l’auteur s’intéresse alors moins aux voix de l’internationalisme (même si on croise Marx, Engels, Bakounine et quelques autres « grands noms ») qu’aux voies concrètes qu’empruntent cigariers, tonneliers ou typographes pour donner corps à ces solidarités transnationales, afin de déjouer les pressions patronales, de soutenir la grève ou d’éviter la répression étatique. Les débats politiques ou théoriques se diffractent donc rapidement sur les épreuves pratiques (par exemple, comment s’assurer de la bonne foi des demandeurs ?) et les dilemmes moraux (tout don est-il digne d’être accepté ?) que la mise en œuvre de la solidarité internationale impose.

3En effet, parce que ces soutiens sont avant tout économiques — sous forme de prêt le plus souvent, guidé par une « éthique de la réciprocité » ; de don plus difficilement, par crainte d’instaurer une relation dissymétrique — l’argent devient l’objet de toutes les attentions (chapitre 2). Il se niche au cœur des pratiques dont N. Delalande retrouve et suit les traces : comptes de l’AIT, appels à souscription, petites sommes ou grands montants qui transitent d’outre-Manche — et parfois d’outre-Atlantique — vers le continent, à l’écart des circuits bancaires « du capital ». Cette histoire des pratiques à travers lesquelles l’internationalisme ouvrier s’expérimente, puis se consolide, se nourrit également d’un intérêt bien documenté pour les représentations et croyances qu’elles font naître. En quelques pages marquantes, l’ouvrage rend ainsi compte des fantasmes et rumeurs que ces activités engendrent du côté des pouvoirs et de la force publics, et que les militants internationalistes cherchent à contredire, mais aussi parfois à alimenter, pour des raisons stratégiques.

4Cette attention aux pratiques concrètes et situées de l’internationalisme ouvrier est plus présente dans la première partie de l’ouvrage que dans la seconde, dont le mode d’exposition paraîtra plus classique (trame plus chronologique, focus nationaux plus développés, place plus importante accordée aux débats théoriques). La comparaison de ces deux « temps » n’en est pas moins éclairante, en raison des déplacements qu’elle met au jour sur les plans géographique, professionnel et relationnel. Alors que Londres et les trade unions — les syndicats anglais — occupent dans la première période la place centrale (mais pas incontournable, comme le montrent les exemples de coopération régionale ou transfrontalière), le centre de gravité se trouve dans la seconde du côté des organisations syndicales allemandes et scandinaves, qui apportent avec elles de nouveaux modes d’organisation, de rationalisation, voire de professionnalisation de l’action collective (chapitre 5). Si la référence au métier reste structurante à chaque étape du mouvement internationaliste (voir l’analyse convaincante de la naissance et du rôle des fédérations professionnelles), les fondements et frontières de ces « mondes ouvriers » se redéfinissent quand les ouvriers non qualifiés de la grande industrie, autour des figures emblématiques du mineur ou du docker, prennent le relais des petits groupes d’ouvriers qualifiés de la première période. Enfin, ces déplacements s’accompagnent progressivement d’une façon nouvelle de penser les relations entre les travailleurs (bien plus rarement les travailleuses, comme le souligne l’auteur), leurs employeurs et l’État. Il s’agit en effet moins de s’affranchir des logiques patronales et de s’émanciper des cadres étatiques, comme dans le premier moment, que de pouvoir s’afficher comme un interlocuteur crédible vis-à-vis d’employeurs eux-mêmes de plus en plus organisés, et d’obtenir des États une législation sociale protectrice : en somme, moins d’être contre que « face aux patrons » et aux États, à la recherche d’une régulation collective des marchés du travail.

5Parmi les nombreux apports de cette étude que les sociologues pourront utilement discuter, trois retiennent notre attention. Le premier tient aux échelles d’action observées — et donc aux échelles d’analyse mobilisées. Que l’accent soit mis sur les dimensions inter- et trans-nationales des solidarités ouvrières ne doit pas tromper : l’ancrage local des appartenances et des pratiques ne cesse d’être rappelé et c’est bien dans l’articulation entre le local et l’international que cette histoire se joue. Il est d’ailleurs intéressant que le niveau national soit surtout convoqué pour réintroduire dans le tableau des principes de hiérarchisation (la supériorité affichée des Anglais) ou de différenciation. Le second point a trait aux enjeux d’information et de connaissance qui, à plusieurs égards, sous-tendent les activités de ces militants internationalistes. S’il s’agit pour ces acteurs de lutter ensemble et de s’entraider, alors que des centaines ou des milliers de kilomètres et quelques frontières les séparent, il importe d’abord de s’informer sur et de chercher à mieux connaître ces « autres » dont on entend faire des semblables. Tout comme la solidarité, la confiance n’est pas spontanée : elle se construit et s’éprouve, par le biais d’« enquêtes » qui visent à vérifier la probité des uns et la réputation des autres (chapitres 1 et 4), ou par « la constitution de réseaux transnationaux de savoirs et d’expertises » permettant la mise en comparaison — notamment statistique — des expériences nationales (chapitre 6). L’ouvrage suscite sur ces points des réflexions stimulantes. Il met aussi en pleine lumière, c’est le troisième apport, le rôle des revendications d’autonomie des travailleurs et des acteurs syndicaux dans la régulation des activités professionnelles. Réappropriation de l’argent des ouvriers et de sa gestion ; production, on vient de le voir, de données et statistiques dont on a la maîtrise ; contrôle des mobilités de la main-d’œuvre (la question migratoire, traitée aux chapitres 3 et 7 notamment, offre ici un prisme très intéressant) : ces quelques exemples traduisent la volonté partagée de « garder la main ». Mais si une telle fin rassemble ces divers acteurs du monde ouvrier, c’est sur les moyens pour y parvenir qu’ils s’opposent souvent. Les tensions entre centralisation et décentralisation du mouvement, entre solidarité organisée et entraide spontanée, entre aide conditionnelle et présomption de réciprocité ne prennent sens qu’au regard de cet objectif commun qu’est la « quête d’autonomie ».

6Sociologues du travail, du syndicalisme, des mouvements sociaux, de l’économie ou encore des migrations trouveront donc un intérêt certain à se pencher sur tout ou partie de cette histoire, dont la résonance avec l’actualité ne peut que frapper. À cet égard, le dernier chapitre accélère la cadence pour parcourir l’essentiel du XXe siècle à grands pas et permettre à l’auteur de conclure sur les défis les plus contemporains de cet internationalisme, aujourd’hui à réinventer. L’analyse perd alors inévitablement en détails et en nuances — rien n’est dit par exemple des solidarités, certes parfois fragiles, nées de la construction de l’Europe sociale de la fin des années 1970 au début du XXIe siècle. Mais l’intérêt d’inscrire cette histoire dans une dynamique finalement longue d’un siècle et demi est ailleurs. Cela permet à l’auteur d’insister sur les continuités plus que sur les ruptures, sur les accomplissements plus que sur les errements, sur « ce réservoir d’expériences, d’arguments et de techniques qui ont nourri l’essor des solidarités internationales durant l’entre-deux-guerres » (p. 290), et sans doute au-delà. Or une telle conception est à nos yeux essentielle, car elle fait de l’institutionnalisation de l’action collective, ici transnationale (ailleurs nationale ou locale), un processus ouvert, cumulatif mais non nécessairement linéaire, qui se nourrit, plus qu’il ne pâtit, des divergences et des débats.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élodie Béthoux, « Nicolas Delalande, La Lutte et l’Entraide. L’âge des solidarités ouvrières »Sociologie du travail [En ligne], Vol. 62 - n° 3 | Juillet-Septembre 2020, mis en ligne le 12 septembre 2020, consulté le 19 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/sdt/33528 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.33528

Haut de page

Auteur

Élodie Béthoux

École normale supérieure Paris-Saclay
Institutions et dynamiques historiques de l’économie et de la société (IDHES)
UMR 8533 CNRS, ENS et universités de Paris 1, Paris 8, Paris 10 et Evry Val d’Essonne
4, avenue des Sciences, 91190 Gif-sur-Yvette, France
elodie.bethoux[at]ens-paris-saclay.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search