Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Trajectoires des modèles nationaux. État, démocratie et travail en France et en Allemagne, M. Dupré, O. Giraud, M. Lallement (Eds)

P.I.E Peter Lang, Bruxelles (2012). 398 p.
Camille Dupuy
p. 388-390
Référence(s) :

Michèle Dupré, Olivier Giraud et Michel Lallement, Trajectoires des modèles nationaux. État, démocratie et travail en France et en Allemagne, P.I.E Peter Lang, Bruxelles, 2012, 398 p.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif, constitué de seize contributions rédigées par dix-sept auteurs, est issu d’un cycle de séminaires interrogeant les trajectoires des modèles français et allemand, qui s’est tenu en 2007 dans les deux pays. La réflexion part du constat selon lequel, loin des prophéties prédisant la fin des États nations, l’espace national et ses règles demeurent le cadre de référence pour le politique, les activités professionnelles et les relations de travail dans nos sociétés. Dans un héritage critique des variétés du capitalisme, et notamment des travaux de Gosta Esping-Andersen (1990), l’ouvrage propose d’examiner les questions de travail, d’emploi et de relations professionnelles dans deux cadres nationaux largement étudiés : la France et l’Allemagne. Les auteurs engagent trois déplacements par rapport aux logiques idéal-typiques dominantes. Tout d’abord, la démarche se veut résolument inductive, à partir d’examens sociohistoriques des institutions et des acteurs sur le temps long. Ensuite, les modèles sont pensés dans leurs dynamiques et non dans l’état figé de la typologie. Pour cela, ce sont bien les transformations des modèles qui sont au centre des recherches. La question centrale apparaît ainsi formulée par Michèle Dupré, Olivier Giraud et Michel Lallement : « Comment les modèles nationaux ont-ils évolué au tournant du siècle dernier ? » (p. 14). Les différentes contributions les analysent depuis leur constitution à la fin du XIXe siècle jusqu’à nos jours, tout en privilégiant la période contemporaine (depuis 1945). Enfin, les configurations institutionnelles nationales sont spécifiquement interrogées afin de révéler le rôle des politiques, à côté des pressions économiques et sociales, sur les transformations des modèles.

2L’analyse des trajectoires des modèles nationaux s’ouvre par une réflexion sur le concept même de modèle. Dressant le bilan des usages à la fois pluriels et évolutifs de cette notion pour comparer les trajectoires nationales, la première partie de l’ouvrage se consacre à sa déconstruction et à son explicitation : « Ces modèles doivent constituer plutôt des objets d’études que des instruments d’analyse », explique Gilles Pollet dans sa comparaison des régimes de protection sociale des deux pays (p. 105). Pour cela, Frédéric Rey propose de classer les différents usages de la notion à partir de deux couples d’oppositions : les intentions des acteurs — normatif versus descriptif — et le rapport au réel qui y est associé — empirique versus théorique —, qui définissent quatre dimensions. Testant sa grille de lecture à partir du cas du modèle danois, il conclut à l’existence de « métamodèles » qui présentent ces quatre traits et s’imposent comme système national de référence. Cette première contribution pose les liens entre les aspects intellectuels — la pensée du modèle — et politiques — la pratique du modèle. Cela conduit à interroger les inspirations intellectuelles des deux modèles nationaux, et plus particulièrement le rôle des sociologues et des sciences sociales — le savant — sur la construction du modèle national — le politique — français (Antoine Bevort) et allemand (Michèle Dupré).

3Après le « modèle », c’est la « nation » qui est interrogée. Posant que le cadre national est l’espace sociopolitique de référence, les auteurs questionnent la manière dont se crée puis s’établit un « espace national ». Pour eux, « les sociétés forment des touts cohérents, implicitement et naturellement situés, au sein de frontières nationales closes » (p. 21). Les différents modèles nationaux constituent ainsi des « systèmes de sens » qui peuvent faire l’objet de comparaisons termes à termes. C’est l’objet de la seconde partie qui s’applique à confronter les deux modèles en les interrogeant à partir de points d’entrée particuliers tels que leurs sociétés civiles (Hartmut Kaelble), leurs relations professionnelles (par l’analyse des conventions collectives de Sabine Rudischhauser) ou encore la démocratie en entreprise (Michèle Dupré, Olivier Giraud, Michèle Tallard et Catherine Vincent). En partant d’objets circonscrits, ces contributions permettent de « dissoudre les stéréotypes » (p. 158). Par ailleurs, la perspective comparatiste permet de critiquer et d’amender les typologies de modèles en pointant leurs limites. Dans sa contribution, Catherine Marry propose par exemple d’analyser la France et l’Allemagne à l’aune d’une variable rarement mobilisée dans les comparaisons internationales, celle des femmes et du genre. Cela permet de mettre au jour des arrangements sociaux différents, avec une intégration des femmes par le travail en France et par la politique en Allemagne.

4En menant une analyse fine des modèles nationaux, l’ouvrage invite à sortir des typologies statiques afin d’envisager l’ensemble du « répertoire symbolique » (p. 24) de valeurs, de pratiques et de rapports de force par lequel les modèles s’incarnent. Ils sont traversés de tensions et se transforment sur le temps long. Étudier leurs mutations permet de les envisager dans leurs dynamiques contemporaines. La dernière partie de l’ouvrage explore les reformulations des modèles de travail et d’emploi français et allemand face aux défis et aux conflits les plus récents, en partant d’analyses institutionnelles des marchés du travail : la représentation des salariés (Ingrid Artus), le temps de travail (Michel Lallement) ou encore la détermination des salaires (Rudi Schmidt). Les contributions mettent au jour des dynamiques contradictoires, entre proximités franco-allemandes (par exemple dans le cas du dialogue social territorial analysé par Eckhard Heidling et Annette Jobert) et trajectoires contrastées (notamment dans l’évolution des normes d’emploi examinée par Olivier Giraud et Arnaud Lechevalier). Apparaît alors une « segmentation », voire une « fragmentation » (p. 248), des marchés du travail français et allemand. C’est notamment le cas des relations de travail dont l’analyse menée par David Marsden révèle de fortes diversités internes au sein de chacune des économies nationales.

5Cet ouvrage renouvelle ainsi l’analyse comparée des modèles nationaux, en y apportant un regard plus dynamique fondé sur le temps long mais aussi plus nuancé en prenant en considération les disparités internes des modèles nationaux. En remettant en cause l’univocité des typologies fondées sur les variétés du capitalisme, les chercheurs proposent une méthode d’analyse stimulante pour la conduite de comparaisons qui part des trajectoires complexes de chacun des modèles. Les déplacements engagés dessinent des perspectives d’analyse originales : la dynamique de la comparaison doit alors tenir ensemble les diversités internationales — entre modèles — mais aussi « intra-nationales » — à l’intérieur du modèle — afin d’interroger la substance même de ces modèles. Cette complexité fondamentale mise en évidence, c’est alors la transposabilité de ces modèles d’une société à l’autre qui peut être questionnée, souligne en conclusion Jonah D. Levy. L’ouvrage ouvre finalement à une question plus générale sur la pertinence même des comparaisons internationales. Bien que l’espace national soit posé comme l’espace structurant, les analyses suggèrent que les comparaisons entre États doivent s’opérer à partir d’entrées plus précises à une échelle méso-sociale : organisation du travail, rapports de genres, etc. Cette perspective critique, tout en permettant une compréhension plus fine des nations, s’exerce alors au risque d’une remise en cause de la systématisation et de la généralisation sociologique proposée par les typologies fondées sur l’État nation dans son ensemble.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Camille Dupuy, « Trajectoires des modèles nationaux. État, démocratie et travail en France et en Allemagne, M. Dupré, O. Giraud, M. Lallement (Eds) », Sociologie du travail, Vol. 56 - n° 3 | 2014, 388-390.

Référence électronique

Camille Dupuy, « Trajectoires des modèles nationaux. État, démocratie et travail en France et en Allemagne, M. Dupré, O. Giraud, M. Lallement (Eds) », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 56 - n° 3 | Juillet-Septembre 2014, mis en ligne le 14 juillet 2014, consulté le 06 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/3425

Haut de page

Auteur

Camille Dupuy

Institutions dynamiques et historiques de l’économie et de la société (IDHES), UMR 8533, École normale supérieure de Cachan, 61, avenue du Président Wilson, 94235 Cachan cedex, France
camille.dupuy[at]ens-cachan.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals