Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 44 - n° 4Comptes rendusMark Granovetter, Le marché autre...

Comptes rendus

Mark Granovetter, Le marché autrement. Les réseaux dans l’économie

Desclée de Brouwer, coll. « Sociologie économique », Paris, 2000, 239 p. [Traduction française d’Isabelle This-Saint Jean. Préface de Jean-Louis Laville, Benoît Lévesque]
Johan Heilbron
Traduction de Isabelle This-Saint Jean
p. 593-596
Référence(s) :

Mark Granovetter, Le marché autrement. Les réseaux dans l’économie. Desclée de Brouwer, coll. « Sociologie économique », Paris, 2000, 239 p. [Traduction française d’Isabelle This-Saint Jean. Préface de Jean-Louis Laville, Benoît Lévesque]

Texte intégral

1Le recueil d’articles de Mark Granovetter que vient de publier Desclée de Brouwer rend accessible aux lecteurs francophones un ensemble de textes, à la fois cohérent et représentatif, d’une des figures majeures de la sociologie aux États-Unis. Depuis la publication de Getting a Job (1974), livre issu de sa thèse de doctorat, M. Granovetter a publié une série d’articles qui ont marqué deux courants dominants de la sociologie américaine des années 1980 et 1990 : l’analyse de réseaux et la nouvelle sociologie économique.

2Pour M. Granovetter, l’analyse de réseaux et la sociologie économique étaient étroitement liées l’une à l’autre. Élève d’Harrison White à l’université d’Harvard à la fin des années 1960 et au début des années 1970, il a utilisé l’analyse de réseaux comme un instrument nouveau, promettant de renouveler aussi bien la pratique de l’enquête empirique que la conceptualisation sociologique. Comme il l’explique lui-même dans son introduction inédite, M. Granovetter faisait partie d’un groupe de doctorants qui gravitait autour d’H. White et qui était « en rébellion contre ce qui représentait alors l’orthodoxie dominante en sociologie, à savoir les travaux de Talcott Parsons ».

3Les spéculations sur les systèmes sociaux et les discours sur les valeurs consensuelles n’avaient plus la cote. Dans ces conditions H. White, jeune professeur à Harvard, a commencé à développer l’analyse de réseaux, auparavant utilisée uniquement pour décrire les structures des petits groupes (en sociométrie et en anthropologie), en l’appliquant aux phénomènes sociaux beaucoup plus larges. S’intéresser aux réseaux permettait en particulier, selon M. Granovetter, de « relier l’action individuelle et les structures macrosociologiques ». Le programme de recherche s’est développé rapidement, comme en témoigne la fondation d’une revue spécialisée, Social Networks (1978) et l’organisation des colloques réguliers.

4Les textes choisis couvrent une période bien précise, celle qui va du début des années 1970, années marquées par la « crise » de la discipline et la prolifération des courants nouveaux, jusqu’au début des années 1990, années où l’analyse de réseaux est bien établie et où se constitue un ensemble de recherches sous le label de la « nouvelle sociologie économique ». Le premier texte retenu est le fameux article sur « La force des liens faibles » (1973), texte inventif qui présente un argument très général sur les liens sociaux à partir d’un travail empirique précis portant sur la manière de trouver un emploi. Le dernier texte choisi est celui sur « L’ancienne et la nouvelle sociologie économique : histoire et programme » (1990), article programmatique, qui prolonge l’article un peu plus ancien, « Action économique et structure sociale : le problème de l’encastrement » (1985), qui est présent également dans le recueil.

5L’argument central de l’article sur les liens faibles, repris plusieurs fois depuis, est fondé sur l’observation que les liens forts (liens de famille, liens d’amitié) ne peuvent pas fonctionner comme un pont entre des univers sociaux séparés. Les individus ayant des liens forts sont sans doute plus motivés que d’autres pour fournir des informations (concernant les emplois par exemple), mais ils ont beaucoup moins de chance d’obtenir des informations inédites. Les individus auxquels on est faiblement lié, par contre, ont plus de chance d’évoluer dans des cercles différents et ils ont donc accès à des informations différentes de celles que l’on reçoit d’habitude. Dans tous les phénomènes de diffusion, les ponts jouent un rôle primordial.

6L’article le mieux connu est sans doute « Action économique et structure sociale », qui est devenu une « citation classique ». Il est cité habituellement à propos de la notion d’embeddedness, encastrement, notion empruntée à Karl Polanyi, qui est devenue l’emblème de la nouvelle sociologie économique aux États-Unis. M. Granovetter développe le concept en s’opposant à deux conceptions de l’acteur : la conception sur-socialisée de la sociologie fonctionnaliste et la conception sous-socialisée de la science économique. Les deux impliquent, selon lui, une même vision d’acteurs atomisés et décontextualisés, puisque ce qui disparaît dans les deux cas, c’est le réseau de relations des acteurs. Pour M. Granovetter, il faut dans chaque travail de recherche, portant sur la recherche de l’emploi ou sur l’explication de la confiance, analyser d’abord la structure sociale d’encastrement. Au lieu d’attaquer la notion de rationalité et celle d’Homo œconomicus, M. Granovetter cherche ainsi plutôt le dialogue avec les économistes en espérant trouver une « base de travail commune » (p. 38).

7Depuis son texte sur l’encastrement, M. Granovetter souligne que la nouvelle sociologie économique peut être fondée sur deux propositions, incompatibles avec le noyau dur de l’économie néoclassique : a) une action est toujours socialement située et on ne peut l’expliquer en considérant uniquement les motifs individuels ; b) les institutions sociales ne se développent pas nécessairement selon une forme déterminée, mais sont socialement construites.

8En dehors des trois textes mentionnés, deux autres sont un peu moins connus. Il s’agit de « Modèles de seuils du comportement collectif » (1978) et « Approches sociologiques et économiques de l’analyse du marché du travail » (1988). La réflexion sur les seuils illustre bien le souci du Granovetter des années 1970. C’est un article largement conceptuel, fondé sur des raisonnements hypothétiques et utilisant un modèle d’acteur rationnel. L’enjeu principal est, en quelque sorte, de montrer que la manière dont les actions individuelles s’agrègent peut être traitée comme une question indépendante des normes et des idées des acteurs. Étant donné la variabilité des préférences et donc des seuils variables selon les acteurs, la question est de savoir qui participe et sous quelles conditions à un événement collectif. Le paradigme de ce type de problème est la décision de participer ou non à une émeute.

9Si l’analyse de réseaux est un outil et un mode de pensée auxquels M. Granovetter reste toujours très attaché, il a aussi formulé certaines réserves sur son développement et ses usages. Il a notamment regretté que le développement technique se soit fait au détriment de l’innovation conceptuelle. Portant souvent exclusivement sur les aspects quantitatifs et formels, l’analyse de réseaux est vite devenue une technique très spécialisée, « très pointue, voire sectaire » (p. 35). Dans son introduction pour le lecteur français, M. Granovetter reprend à son compte également un autre type de critique, avancé par Neil Fligstein et d’autres, selon lequel les analyses de réseaux tendent à négliger « le cadre culturel, politique, institutionnel plus large dans lequel les réseaux sont encastrés ». M. Granovetter ajoute que l’on trouve ce défaut aussi parfois dans ses propres travaux.

10Dans l’introduction, M. Granovetter commente brièvement aussi les courants francophones de la sociologie économique : il discute l’article de Pierre Bourdieu sur le champ économique (1997) et les travaux de l’école régulationniste et de l’économie des conventions. S’il signale certains « malentendus », par exemple à propos de « l’interactionnisme méthodologique » que P. Bourdieu a critiqué, M. Granovetter insiste néanmoins sur une « convergence » de la sociologie économique américaine et française. Depuis une dizaine d’années, les différences se seraient atténuées et une « conception du monde » analogue se traduirait in fine par une convergence plus grande encore. Il y a là, peut-être, le début d’un débat auquel ce recueil représente, en tout cas, une contribution majeure.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Johan Heilbron, « Mark Granovetter, Le marché autrement. Les réseaux dans l’économie »Sociologie du travail, Vol. 44 - n° 4 | 2002, 593-596.

Référence électronique

Johan Heilbron, « Mark Granovetter, Le marché autrement. Les réseaux dans l’économie »Sociologie du travail [En ligne], Vol. 44 - n° 4 | Octobre-Décembre 2002, mis en ligne le 28 mai 2003, consulté le 04 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/sdt/34306 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.34306

Haut de page

Auteur

Johan Heilbron

Centre de sociologie européenne, MSH-EHESS, 54, boulevard Raspail, 75006 Paris, France
johan.heilbron[at]wxs.nl

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search