Navigation – Plan du site
Comptes rendus

La CFDT. Sociologie d’une conversion réformiste, C. Guillaume (Ed.)

Presses universitaires de Rennes, Rennes (2014). 276 p.
Claude Roccati
p. 92-93
Référence(s) :

Cécile Guillaume, La CFDT. Sociologie d’une conversion réformiste, Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2014, 276 p.

Texte intégral

1Alors que la Confédération française démocratique du travail (CFDT) fête ses cinquante ans d’existence, elle suscite la parution de nombreux ouvrages la concernant. Le dernier en date est celui de Frank Georgi (2015) dans lequel l’historien réunit les articles rédigés depuis près de quinze ans, offrant divers regards sur l’évolution de la CFDT. L’ouvrage présenté ici, comprenant quatorze contributions, œuvre pour l’essentiel de sociologues et politistes, offre une toute autre perspective. Il s’intéresse à la CFDT telle qu’elle se dessine depuis une vingtaine d’années : résolument réformiste, adepte, selon la formule de Nicolas Defaud (2009), d’un « syndicalisme de proposition », se caractérisant par « l’abandon d’un syndicalisme de classe, l’adoption d’un discours de l’intérêt général, l’acceptation du marché comme principe légitime de régulation économique et la valorisation d’une posture contractuelle de négociation dans l’entreprise » (p. 8). L’ouvrage entend examiner « les conditions et les modalités pratiques » de cet abandon, présenté comme une « conversion », et offre un heureux complément à l’étude menée par le CEVIPOF auprès des militants de la CFDT (Barthélémy et al., 2012), qui observait l’adoption du réformisme du point de vue des militants.

2Cette évolution perçue comme une conversion avait été défendue par N. Defaud dans sa thèse. Dans le premier chapitre de cet ouvrage, il en reprend l’un des principaux éléments, mettant cette conversion en rapport avec le processus de désouvriérisation et la clôture de l’appareil confédéral, mis à jour par l’étude des caractéristiques politiques et socioprofessionnelles des délégués aux congrès confédéraux et des membres du bureau national. Ce chapitre s’inscrit dans une première partie plus « historique » qui revient sur les conditions de l’évolution de la CFDT, en montrant également les redéfinitions des liens avec les espaces militants extérieurs qui, à la fois, en découlent et accentuent les changements. Ainsi, Marcos Ancelovici analyse le positionnement de la confédération à l’égard de la mondialisation, explicitant la mise à distance des mouvements sociaux en la mettant en rapport avec la nature des reproches formulés à leur égard — les mêmes critiques de radicalité qui avaient été formulées à l’encontre des opposants internes. Cela a contribué au recentrage des revendications sur un terrain strictement syndical. Dans une approche analogue, Pascale Le Brouster considère la prise en charge de la « cause des femmes » révélatrice de la conversion réformiste de la centrale : sa concentration progressive sur le terrain professionnel la coupe des mouvements sociaux et même des démarches unitaires.

3Les deux autres parties de l’ouvrage s’intéressent davantage aux processus organisationnels qui ont accompagné cette conversion. La deuxième partie interroge les processus de rationalisation des structures et de professionnalisation des militants. Deux contributions examinent les politiques de syndicalisation qui ont été au cœur du recentrage depuis le milieu des années 1970. Originales par leur antériorité, elles sont révélatrices de l’évolution : d’abord inscrite dans la volonté de promouvoir un syndicalisme « d’adhérent », avant de devenir constitutive d’une stratégie fondée sur la négociation. L’analyse de la fusion de la fédération de la chimie avec celle de l’énergie permet à Adrien Thomas d’examiner la réorganisation des champs fédéraux entre public et privé, sous couvert de professionnalisation des militants. Deux autres chapitres sont consacrés spécifiquement à cette professionnalisation : son étude permet de brosser le portrait du militant cédétiste, aussi bien le militant accomplissant un mandat que le permanent, dont il s’agit de connaître le choix de carrière syndicale. Plus intéressante encore, l’étude menée par Sophie Pochic sur la reconversion des militants CFDT montre comment, à l’arrière-plan des politiques de reclassement, se dessine l’évolution du militantisme, moins idéologisé et de plus en plus axé sur la professionnalisation et l’acquisition de compétences.

4La troisième partie de l’ouvrage s’intéresse aux formes d’action de la CFDT réformiste : en premier lieu la négociation, analysée en tant que stratégie syndicale prédominante sur l’emploi ; l’usage du droit, replacé dans l’histoire de la centrale ; le recours à l’expertise, peu à peu délaissé, tout comme la présence au sein des conseils d’administration, au profit de l’activité conventionnelle et du renforcement des attributions des comités d’entreprises. L’étude d’Aline Conchon, sur la politique confédérale à l’égard des représentants de salariés au sein des conseils d’administration, est particulièrement éclairante. Longtemps assimilée à une forme de cogestion, une telle politique a été peu soutenue et coordonnée par la confédération qui refusait qu’une organisation syndicale participe aux décisions stratégiques de l’entreprise, le syndicat devant demeurer force de contestation et exercer une forme de contre-pouvoir. Ce positionnement n’a véritablement évolué qu’au début des années 2000, sous la pression de la CFDT Cadres et de la FGMM (Fédération générale des mines et de la métallurgie), sans pour autant sortir de l’ambivalence dans la manière de percevoir le syndicat comme gestionnaire de l’entreprise.

5L’ouvrage est donc dense et illustre, pour chacune des thématiques abordées, le nouveau visage de la CFDT. Il a le mérite de diversifier les angles d’approche et d’alterner les niveaux d’analyse, montrant en particulier le rôle de certaines fédérations. L’ouvrage présenté ici ne cherche pas à décrypter les étapes d’un processus évolutif complexe, mais à saisir les réalités nuancées de cette transformation. À cet égard, certaines contributions ouvrent davantage de perspectives, à l’image de celle de Maïlys Gantois sur la façon dont la négociation s’est progressivement imposée au sein de la centrale, particulièrement intéressante car elle invite à réfléchir sur les fondements de cette évolution, à partir d’un objet qui a présidé à ses débuts et qui finalement se retrouve dans son visage actuel.

Haut de page

Bibliographie

Barthélémy, M., Dargent, C., Groux, G., Rey, H., 2012. Le réformisme assumé de la CFDT. Presses de Sciences Po, Paris.

Defaud, N., 2009. La CFDT (1968-1995). De l’autogestion au syndicalisme de proposition. Presses de Sciences Po, Paris.

Georgi, F., 2015. CFDT : l’identité en questions. Regards sur un demi-siècle (1964-2014). Arbre bleu éditions, Nancy.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Roccati, « La CFDT. Sociologie d’une conversion réformiste, C. Guillaume (Ed.) », Sociologie du travail, Vol. 58 - n° 1 | 2016, 92-93.

Référence électronique

Claude Roccati, « La CFDT. Sociologie d’une conversion réformiste, C. Guillaume (Ed.) », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 58 - n° 1 | Janvier-Mars 2016, mis en ligne le 20 janvier 2016, consulté le 12 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/345

Haut de page

Auteur

Claude Roccati

Identités et différenciations dans les espaces, les environnements et les sociétés (IDEES-CIRTAI)
UMR 6266 CNRS – Université du Havre
25, rue Philippe Lebon, BP123, 76063 Le Havre Cedex, France
l.roccati[at]libertysurf.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals