Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Passer les frontières sociales. Comment les « filières d’élite » entrouvrent leurs portes, P. Pasquali

Fayard, Paris (2014). 464 p.
Clément Rivière
p. 94-95
Référence(s) :

Paul Pasquali, Passer les frontières sociales. Comment les « filières d’élite » entrouvrent leurs portes, Fayard, Paris, 2014, 464 p.

Texte intégral

  • 1 Entretiens répétés auprès d’élèves et d’enseignants, observation directe, statistiques élaborées à (...)

1Pendant que l’« ouverture sociale » s’imposait peu à peu en « mot d’ordre » aux institutions les plus sélectives de l’enseignement supérieur français, Paul Pasquali accompagnait et interrogeait l’expérience de certains de ses « bénéficiaires », dans le cadre d’une enquête ethnographique au long cours menée au sein d’une classe préparatoire expérimentale (« prépa sup-expé ») ouverte dans un lycée de province et réservée à des bacheliers issus de zones d’éducation prioritaire (ZEP), préparant aux concours d’entrée aux Instituts d’études politiques et à l’école de commerce locale. Servi par une écriture agréable, l’ouvrage s’appuie sur un matériau riche et varié1 pour analyser leurs itinéraires, de la candidature à la « prépa sup-expé » aux divers parcours qu’ils empruntent à sa sortie. Convaincant, le choix de mener l’enquête autour d’un dispositif mis en œuvre par le principal lycée d’une grande ville de province vise à « déplacer le regard » (p. 10) vers des établissements et des initiatives qui, s’ils sont moins connus que leurs équivalents parisiens, n’en jouent pas moins un rôle réel dans l’accès aux positions de pouvoir.

2P. Pasquali s’intéresse tout d’abord à la « fabrique » des candidats à l’entrée en classe préparatoire expérimentale, « véritables aberrations statistiques » (p. 43) au sein de leurs lycées d’origine. Il s’agit d’une phase importante de leur socialisation, dans la mesure où elle contribue à les faire « se sentir autorisés à franchir les frontières sociales » (p. 46). Filant la métaphore de la frontière, l’auteur décrit le rôle joué par divers « passeurs » dans le tri des élus et des exclus. Les enseignants sont ici bien entendu concernés au premier rang, mais aussi les anciens élèves de la « prépa », qui constituent au fil des ans une « chaîne migratoire » qui encourage et parfois facilite le « passage » des nouveaux candidats. Se sentir légitime à tenter l’aventure apparaît de manière générale plus difficile pour les filles, moins confiantes en leurs chances de succès que les garçons.

3Les « élus » font ensuite l’objet d’un processus de « resocialisation assumée par l’institution » (p. 90), qui vise explicitement à transmettre des manières d’être et d’agir. Ponctuée de rappels à l’ordre, d’injonctions et d’apprentissages, cette « mise en condition » ne va pas sans provoquer tiraillements et tensions, du fait notamment de la concurrence de la vie extra-scolaire. L’affirmation de la fidélité aux origines et la célébration enthousiaste de l’émancipation culturelle favorisée par la classe préparatoire ne sont, en particulier, pas toujours faciles à concilier ; les relations difficiles entretenues avec les élèves préparationnaires « normaux », qui incarnent l’étrangeté sociale de l’univers d’accueil, illustrent cette ambivalence.

4L’approche longitudinale adoptée par P. Pasquali, qui s’appuie notamment sur le suivi de certains élèves pendant cinq ans, lui permet de décrire les épreuves auxquelles les « bénéficiaires » du dispositif expérimental se trouvent confrontés à la sortie de la classe préparatoire, qu’ils aient été ou non admis aux concours. Les processus de (re)socialisation sont abordés avec finesse, l’intégration de dimensions parfois négligées par l’analyse des parcours de réussite scolaire — le quartier, les amis, le couple — contribuant à éclairer la fabrique de l’élection. De manière plus attendue, la comparaison des trajectoires et des expériences montre le rôle joué par le volume du capital économique et culturel hérité dans la différenciation des aspirations et des parcours des étudiants ayant échoué aux concours et qui s’inscrivent à l’université (les « collés ») : la transition est plus aisée à négocier lorsque ces capitaux sont relativement importants, tandis que les bénéfices retirés de l’entreprise d’acculturation peuvent se révéler insuffisants dans le cas inverse.

5Alors que la quête de réussite matérielle des « collés » qui rejoignent l’enseignement supérieur professionnel long se trouve remise en cause par le niveau de chômage élevé et la précarisation des salariés, les reçus aux concours éprouvent des difficultés à trouver leur place au sein des établissements intégrés, du fait de la distance ressentie aux normes, notamment linguistiques, qui y prédominent. La place qu’ils occupent sur les différentes scènes de leur univers d’origine se trouve dans le même temps brouillée, du fait d’une distance sociale (mais aussi parfois géographique) qui s’accuse. L’auteur montre alors comment les jeunes concernés négocient avec des injonctions contradictoires — rester soi-même versus s’intégrer — pour retrouver un « équilibre ». Distinguant trois postures prédominantes vis-à-vis de l’univers d’accueil (l’imitation, l’affrontement et l’évitement), il met en lumière des « arrangements pratiques » avec l’univers d’origine, qui prennent différentes formes : transferts de capitaux (culturel, économique, symbolique et/ou social), augmentation du temps passé avec les proches, fidélité au groupe par le biais de la conjugalité, ou encore recours à l’écriture pour atténuer les tensions produites par le passage des frontières.

6Dans la lignée des travaux de Bernard Lahire sur le caractère pluriel des expériences socialisatrices, ces observations relatives à la résolution des « dilemmes de statut » (p. 399) conduisent Paul Pasquali à insister sur la nécessité d’utiliser avec précaution le concept d’habitus clivé. Si « le degré de pluralité dispositionnelle varie dans le temps » (p. 406), l’expérience du passage des frontières sociales n’implique pas nécessairement un clivage définitif des dispositions. Les décalages vécus varient ainsi selon les trajectoires, et surtout selon la congruence des rôles occupés sur différentes scènes sociales. Cette attention portée à la pluralité et à la concurrence des univers socialisateurs (l’école, la famille, le couple, les amis, le quartier) constitue à n’en pas douter l’une des principales forces de l’ouvrage, l’attention aux modalités d’ancrage sur ces différentes scènes apportant un éclairage convaincant sur la différenciation des expériences du passage des frontières sociales, mais aussi leur variabilité dans le temps pour un même migrant.

Haut de page

Notes

1 Entretiens répétés auprès d’élèves et d’enseignants, observation directe, statistiques élaborées à partir de dossiers scolaires, questionnaires renseignés par des élèves.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clément Rivière, « Passer les frontières sociales. Comment les « filières d’élite » entrouvrent leurs portes, P. Pasquali », Sociologie du travail, Vol. 58 - n° 1 | 2016, 94-95.

Référence électronique

Clément Rivière, « Passer les frontières sociales. Comment les « filières d’élite » entrouvrent leurs portes, P. Pasquali », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 58 - n° 1 | Janvier-Mars 2016, mis en ligne le 25 janvier 2016, consulté le 12 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/348

Haut de page

Auteur

Clément Rivière

Lab’Urba
Université Paris-Est, Cité Descartes, 14-20 boulevard Newton, Champs-sur-Marne, 77454 Marne-la-Vallée Cedex 2, France
clement.riviere[at]u-pec.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals