Navigation – Plan du site
Comptes rendus

De l’école à la scène. Entrer dans le métier de comédien·ne, V. Rolle, O. Moeschler

Éditions Antipodes, Lausanne (2014). 222 p.
Marie Buscatto
p. 95-97
Référence(s) :

Valérie Rolle et Olivier Moeschler, De l’école à la scène. Entrer dans le métier de comédien·ne, Éditions Antipodes, Lausanne, 2014, 222 p.

Texte intégral

  • 1 Des formes typographiques du type « comédien-ne-s » sont utilisées dans cet ouvrage pour signifier (...)

1Ces vingt dernières années, plusieurs recherches se sont intéressées aux comédiens et comédiennes travaillant en France. Dans le prolongement de ces travaux, Valérie Rolle et Olivier Moeschler s’intéressent à un moment précis de la trajectoire des comédiens1, la sortie d’une Haute école de théâtre, afin de mieux saisir les modalités d’entrée dans le métier au cours des années suivant la formation. Cette enquête, menée auprès des quatre premières promotions de comédiens formés à « La Manufacture » — école suisse romande de théâtre créée en 2003 —, se constitue ainsi de divers matériaux empiriques : cinq entretiens avec les directeurs successifs de l’école et des administratifs ; cinquante et un questionnaires remplis par des comédiens relevant de l’une des quatre premières promotions de l’école ; douze entretiens semi-directifs avec ces jeunes comédiens ; analyse de la documentation produite par l’école ; observations ponctuelles dans l’école.

2Un premier chapitre, « Fabriquer des comédien-ne-s », montre que, si l’école répond à des impératifs universitaires pour pouvoir délivrer des diplômes, elle met avant tout l’accent sur la pratique professionnelle et l’expérience théâtrale. Valorisant l’« élève-créacteur », elle s’efforce de lui donner la possibilité de multiplier les expériences en ateliers et dans des spectacles pendant toute la scolarité, afin de former un comédien professionnel. Différentes actions sont également mises en place pour aider les jeunes élèves à trouver du travail pendant et à la sortie de l’école. Par ailleurs, alors même qu’est sans cesse affichée l’idée que l’école doit découvrir et nourrir des « talents » uniques, les élèves s’avèrent souvent d’origine sociale aisée, ayant baigné très jeunes dans le monde des arts et de la culture, loin de l’image du « rebelle » ou du « marginal » pourtant mise en avant dans les discours.

3Les trois chapitres suivants, intitulés respectivement « Trouver des engagements », « Se faire élire » et « Savoir collaborer », décrivent les manières dont ces jeunes comédiens mettent en place des stratégies relationnelles pour se faire employer dès la sortie de l’école, construire une réputation professionnelle positive et bâtir des relations de travail efficaces. Ils et elles vont tenter de développer des échanges informels avec les metteurs en scène afin de se faire repérer sur un marché du travail tendu et saturé et de multiplier les expériences nécessaires à la construction d’une réputation favorable. Ils et elles vont devoir adapter leurs comportements sociaux dans la mesure où « la cooptation par les pairs appelle une véritable adhésion à la “culture du groupe” par l’intériorisation de codes langagiers, physiques et esthétiques, d’un système de valeurs et de modes de représentations de soi, de ses pairs et des autres » (p. 95). Il apparaît ainsi qu’au-delà des savoir-faire scéniques, les réseaux de cooptation jouent un rôle majeur. Et l’école apporte une aide fondamentale en ouvrant des possibilités professionnelles à ces jeunes diplômés à travers l’aide active entre pairs, la rencontre de professionnels de la scène et la diffusion d’offres par un service spécialisé de l’école. Les jeunes comédiens apprennent alors, avec plus ou moins de succès, à démontrer leur fiabilité, leur perfectionnisme, leur flexibilité, voire leur acceptation de conditions de travail et d’emploi difficiles (faibles rémunérations, longs horaires, conflits récurrents, etc.). En résumé, « l’éthos de l’engagement total de soi va de pair avec une rhétorique du perfectionnement permanent » (p. 144).

4Cette première étape passée, ils et elles devront « Diversifier pour durer », comme l’indique le titre du dernier chapitre. Si le travail en lien direct avec le plateau de théâtre est mis au cœur de l’activité et des aspirations de ces jeunes comédiens, il ne peut suffire à vivre de son art. Ces derniers sont ainsi amenés à multiplier les activités professionnelles, parfois proches de leur profession (« théâtre alimentaire », cinéma, télévision, publicité ou enseignement), parfois éloignées, voire distinctes, de leur formation (baby-sitting, accueil, restauration). Des inégalités se dessinent alors entre les comédiens, que l’on pense aux rémunérations, au temps de travail ou à la capacité à travailler dans le monde du théâtre tant valorisé. Elles prennent une couleur sexuée — les hommes réussissent mieux en moyenne que les femmes — et nationale — les Suisses sont en meilleure position que leurs collègues étrangers. Confrontées à la difficulté de vivre de leur art de manière satisfaisante, quelques comédiennes ont même déjà abandonné leur métier.

5Cet ouvrage nous fait découvrir les premiers pas dans l’activité professionnelle scénique à la sortie d’une école de théâtre en Suisse. Par comparaison avec les travaux passés menés en France, la force de cet ouvrage est de saisir précisément les manières dont se mettent en place les multiples stratégies relationnelles accompagnant cette période cruciale de professionnalisation dans un univers structuré. Loin d’une image idyllique de jeunes acteurs et actrices repérés pour leur seul talent « naturel » ou leurs savoir-faire scéniques, apparaît surtout, chapitre après chapitre, l’importance des capitaux sociaux, scolaires, culturels, sexués permettant à certains plutôt qu’à d’autres d’exister sur scène. Une origine sociale aisée, l’appartenance au sexe masculin ou la nationalité suisse, des pratiques culturelles précoces, sont autant d’atouts majeurs qui aident ces jeunes comédiens à réussir leur entrée dans ce métier. L’école, en démultipliant le poids de ces capitaux, apparaît ici comme un acteur majeur dans la mise en œuvre réussie (ou non) de ces premières années de travail théâtral. On aurait cependant apprécié une comparaison systématique avec des comédiens non diplômés afin d’approfondir encore la portée spécifique des formations scolaires et des aides construites par l’école sur les parcours artistiques. Mais loin d’en réduire l’intérêt, cette critique n’enlève rien à l’utilité de cet ouvrage pour celles et ceux qui désirent en savoir plus sur les modalités d’entrée des comédiens dans leur métier, au-delà des mythes si prégnants sur le seul talent censé se révéler aux yeux de tous dès les premières expériences scéniques.

Haut de page

Notes

1 Des formes typographiques du type « comédien-ne-s » sont utilisées dans cet ouvrage pour signifier la mixité et mettre à distance le masculin neutre. Les normes éditoriales de la revue ne nous permettant pas de reprendre ce type de formulation tout au long du compte rendu, le masculin neutre est employé ici mais il renvoie, bien sûr, à des effectifs mixtes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Buscatto, « De l’école à la scène. Entrer dans le métier de comédien·ne, V. Rolle, O. Moeschler », Sociologie du travail, Vol. 58 - n° 1 | 2016, 95-97.

Référence électronique

Marie Buscatto, « De l’école à la scène. Entrer dans le métier de comédien·ne, V. Rolle, O. Moeschler », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 58 - n° 1 | Janvier-Mars 2016, mis en ligne le 25 janvier 2016, consulté le 05 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/351

Haut de page

Auteur

Marie Buscatto

Institutions et dynamiques historiques de l’économie et de la société (IDHES)
Université Paris 1 Panthéon Sorbonne — CNRS
16, boulevard Carnot, 92340 Bourg La Reine, France
marie.buscatto[at]univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals