Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Les mondes du travail politique. Les élus et leurs entourages, D. Demazière, P. Le Lidec (Eds)

Presses universitaires de Rennes, Rennes (2014). 264 p.
Éléanor Breton
p. 99-101
Référence(s) :

Didier Demazière et Patrick Le Lidec (dir.), Les mondes du travail politique. Les élus et leurs entourages, Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2014, 264 p.

Texte intégral

1La sociologie politique, lorsqu’elle s’intéresse aux « professionnels » de la politique, a surtout mis l’accent sur les notions de « métier » ou de « rôle ». Cet ouvrage collectif propose de compléter cet angle d’analyse en considérant le travail politique comme un travail — presque — comme les autres, et en lui appliquant alors les mêmes grilles d’analyse que pour le monde du travail productif (activités, division du travail, gestion du temps, apprentissage et socialisation au métier), tout en dégageant ses spécificités structurantes.

2L’ouvrage se décompose en quatre parties. La première est consacrée à l’emploi du temps d’élus locaux, à leurs façons d’investir le temps et de gérer cette ressource limitée. Ces investissements sont déterminés à la fois par le temps institutionnel et les prescriptions du rôle politique de l’élu et par les différentes ressources dont les élus disposent (ancrage local, assise politique). En mettant en évidence l’entreprise complexe de rationalisation d’une temporalité en partie imprévisible, Guillaume Marrel et Laurent Godmer décryptent l’activité de fabrique collective de l’agenda de vice-présidents de conseils régionaux, et Rémi Lefebvre traite des agendas des cumulants au regard notamment du travail de hiérarchisation et d’arbitrage des engagements. Enfin, Michel Catlla s’intéresse à l’emploi du temps des maires des petites communes, et notamment à la gestion complexe de la « proximité », attribut du rôle de l’édile mais aussi relation imposée de promiscuité.

3La deuxième partie analyse les tensions existant entre stabilité et instabilité du travail politique. Celui-ci est en effet régulé à la fois par des configurations organisationnelles, des hiérarchies institutionnelles, une division du travail plus ou moins formalisée, des façons de faire spécifiques, tout en étant négocié et ajusté en situation par les acteurs. Les frontières et les ordonnancements du travail politique sont ainsi structurants tout en étant instables, incertains et poreux, en fonction des configurations spécifiques des acteurs et des ressources qu’ils mobilisent. La contribution de Jérémie Nollet porte sur la production collective de décisions dans les cabinets ministériels, dans ses aspects à la fois routinisés et fluctuants, officiels et tacites ; Sébastien Gardon et Éric Verdier s’intéressent aux configurations de gouvernement régional et aux variables qui façonnent les équilibres de pouvoir ; Sébastien Michon analyse enfin la composition de l’entourage des eurodéputés français, dont les logiques de recrutement varient en fonction des dispositions des élus et de leurs stratégies de carrière.

4La troisième partie reprend une des dimensions de la partie précédente en s’intéressant à la façon dont la faible formalisation du travail politique induit des appropriations différenciées par les acteurs, et donne une place déterminante aux processus de socialisation. Ces apprentissages sont eux-mêmes indexés à la trajectoire des élus : leur parcours antérieur, mais aussi leurs projections de carrière. Sandrine Nicourd s’intéresse à la découverte du mandat de conseiller régional et aux différents supports de socialisation et d’apprentissage de la fonction ; Sébastien Gardon, Aisling Healy et Éric Verdier analysent les variations dans le travail de vice-président régional en construisant des idéaux-types d’élus ; enfin, la contribution de Carole Bachelot porte sur la variété des appropriations des postes de direction au sein du parti socialiste et sur le rôle déterminant de l’expérience électorale dans la construction des positions.

5Enfin, la quatrième partie regroupe des contributions traitant du rapport à la carrière et des logiques façonnant les itinéraires professionnels. Elle évoque notamment l’ambivalence de la relation entre la carrière professionnelle des collaborateurs des élus et les alternances politiques, ainsi que l’articulation entre la valeur grandissante de la ressource technicienne de l’expertise et celle du capital partisan. Rémy Le Saout montre ainsi que la mobilité des directeurs généraux de services municipaux, comme voie d’ascension professionnelle, est de moins en moins calquée sur le rythme des alternances politiques ; Frédéric Louault s’intéresse aux rapports de mobilité et de dépendance des collaborateurs des élus au Brésil, en mettant en évidence la frontière poreuse entre fonctions politiques nominatives et électives. Enfin, Didier Demazière et Patrick Le Lidec analysent la multiplicité des pratiques de vice-présidents régionaux, et la façon dont elles résultent de rapports à la carrière et d’investissements différenciés, eux-mêmes indexés sur la trajectoire antérieure et projetée par les élus.

6Saisir la politique au prisme du travail montre bien que le phénomène de professionnalisation politique, contrairement à ce que laissent penser certains travaux de science politique, n’est ni uniforme ni homogène. Au contraire, cet ouvrage montre à quel point il est marqué par des formes plurielles de régulation, faites de prescriptions, de hiérarchies, de rituels codifiés, qui s’imbriquent dans des situations locales éclatées, labiles, chargées d’incertitude. La restitution fine de la fabrique collective et organisationnelle du travail politique, à travers l’analyse de différentes configurations de travail, est un des points forts de cet ouvrage, quand les travaux classiques sur les professionnels de la politique insistent principalement sur l’analyse des espaces partisans, des positions et des ressources du personnel politique subsumées sous le terme de « carrière ».

7Or, en mettant en relation des carrières politiques avec les configurations organisationnelles de travail qui les façonnent, ce livre fait preuve d’une grande originalité. L’ouvrage montre en effet comment la position et la trajectoire des élus sont structurées à la fois par les logiques spécifiques de ces espaces (règles de cooptation et de sélection, types de ressources qu’offrent les différents postes, types de rapports de force) et par les dispositions des élus, constituées de ressources (partisanes, territoriales, techniques) et de stratégies d’évolution de carrière.

8Cependant, si l’intérêt de cet ouvrage est aussi de faire varier finement les échelles d’analyse entre le méso et le micro-sociologique, on regrettera deux manques : d’une part, la faible prise en compte d’un contexte plus large de transformation du travail et de son organisation dans l’action publique. L’organisation du travail politique semble en effet indissociable du travail produit dans les bureaucraties administratives, marqué par le nouveau management public, la réforme de l’État, la réforme territoriale, la crise des finances publiques notamment, instituant ainsi progressivement d’autres ordres de régulation. D’autre part, et ce n’est pas sans lien, la quasi-absence d’approches longitudinales aveugle la question des processus de transformation des mondes du travail politique sur le temps plus long, dont l’exploration aurait permis de restituer dans une perspective dynamique les pistes de recherche intéressantes élaborées dans cet ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éléanor Breton, « Les mondes du travail politique. Les élus et leurs entourages, D. Demazière, P. Le Lidec (Eds) », Sociologie du travail, Vol. 58 - n° 1 | 2016, 99-101.

Référence électronique

Éléanor Breton, « Les mondes du travail politique. Les élus et leurs entourages, D. Demazière, P. Le Lidec (Eds) », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 58 - n° 1 | Janvier-Mars 2016, mis en ligne le 27 janvier 2016, consulté le 12 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/363

Haut de page

Auteur

Éléanor Breton

Laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique (LISE)
Conservatoire national des Arts et Métiers, 2, rue Conté, 1LAB40, 75003 Paris, France
eleanor.breton[at]cnam.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals