Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 42 - n° 3Les professionnels du marchéLes professionnels du marché : ve...

Les professionnels du marché

Les professionnels du marché : vers une sociologie du travail marchand

Introduction
Franck Cochoy et Sophie Dubuisson-Quellier
p. 359-368

Texte intégral

1Le demi-siècle écoulé aura été marqué par un certain recul de la centralité du travail [7]. Ce mouvement, qui a débuté avec le glissement du travail à l’emploi [13], semble aujourd’hui se prolonger avec la migration des enjeux sociaux du monde productif vers l’univers de la consommation : après plusieurs décennies d’inquiétude sur le travail puis sur le chômage, l’attention se porte aujourd’hui sur des problèmes directement liés à la maîtrise du marché, tels la crise de la vache folle, la dissémination des OGM (organismes génétiquement modifiés) ou la mondialisation des échanges. En d’autres termes, les problèmes sociaux n’apparaissent plus uniquement dans les ateliers, mais débordent de plus en plus les organisations pour se jouer sur la place du marché (que ce soit le marché du travail ou celui des biens et services).

2L’émergence de ces questions éclipse-t-elle pour autant l’importance du travail et de son analyse ? Non, surtout si la seconde accepte de suivre le déplacement du premier : le retour de la sphère marchande dans le champ de nos préoccupations nous rappelle que la part sociale de l’économie comprend non seulement l’organisation et le travail (à l’intérieur des institutions), mais aussi les procédures et les activités qui s’occupent de la consommation et de l’échange en général (à l’extérieur des cadres institutionnels, sur le marché). Précisément, s’intéresser aux « professionnels du marché », c’est étudier l’ensemble des personnes (experts en recrutement, consuméristes, distributeurs, etc.), des métiers (marketing, design, packaging, etc.) et des dispositifs (presse, emballages, guides d’achat, cahiers des charges, etc.) dont la tâche consiste à « travailler le marché », à le construire, à l’animer, à l’organiser, à le gérer et à le maîtriser.

3Ainsi, le présent numéro de Sociologie du travail vise autant à accueillir des travaux de sociologie économique [12] en sociologie du travail qu’à rappeler aux sociologues du travail que le marché est un objet qui leur appartient de plein droit (cf. par exemple [5, 10]). Ce souci d’exploration du marché et des activités qui lui sont associées se traduit d’abord par la priorité accordée ici au terrain : les articles du numéro parcourent une grande diversité de marchés, des marchés les plus classiques (grande distribution, marché du poisson) aux plus surprenants (marché de la mort), en passant par le marché du travail (où opèrent les recruteurs), et le marché des prescripteurs (guides d’achat, presse consumériste). Le souci d’exploration du marché s’incarne aussi dans la diversité des analyses. Loin de puiser auprès d’une unique tradition de recherche, les études rassemblées ici combinent les regards de chercheurs venus de la sociologie des professions, de l’anthropologie, de l’économie, de la sociologie du travail et des organisations, de la sociologie économique et de la sociologie de l’innovation, etc. Mais si cette diversité de terrains et de points de vue illustre avant tout l’ubiquité, la richesse et l’infinitude de la sphère marchande, elle renforce aussi, par contraste, la convergence paradoxale des analyses : toutes contribuent à souligner l’emprise croissante des pratiques et des phénomènes marchands, et l’urgence empirique, théorique et politique que revêt par conséquent la pratique d’une sociologie du travail marchand.

1. Des professionnels qui prennent (et devraient nous faire prendre) le marché au sérieux

4En partant du travail et du point de vue des acteurs engagés dans l’animation de la relation marchande, ces quelques études empiriques des professionnels du marché nous font d’abord découvrir à quel point ces personnes, loin de considérer le marché comme une entité fictive, le prennent au contraire au sérieux : plus que les sociologues et même plus que les économistes, les acteurs du marché considèrent leur terrain d’action comme un espace ouvert, incertain, distant, c’est-à-dire comme un espace qui exige un incessant, délicat, patient et très fragile travail d’approche et de mise en forme. Ce constat pourrait nous amener d’une part à ne pas considérer trop vite la réalité marchande comme déjà dissoute ou immédiatement soluble dans l’organisation, dans l’interconnaissance ou dans les réseaux, et d’autre part à ne pas penser que le réseau, l’interconnaissance et l’organisation sont les seules modalités qui permettent, au-delà des prix, d’opérer l’ajustement concret entre l’offre et la demande.

5L’article de Lucien Karpik illustre bien le second point, en montrant que le travail historique du Guide Michelin a consisté « à supprimer l’imprévu dans la découverte de l’inconnu » en jouant la levée de l’incertitude non plus sur la mobilisation du bouche à oreille, mais sur la construction d’un véritable « dispositif de confiance » censé promouvoir une forme de conseil à la fois plus crédible et moins personnelle. Le guide, grâce à un prodigieux travail d’inventaire, de classification, d’évaluation et de mise en équivalence des ressources techniques, touristiques et gastronomiques du territoire français a bel et bien remplacé le jugement idiosyncrasique immédiat en vigueur dans les réseaux sociaux par une forme de jugement plus analytique et plus générale, dont le principal effet aura été de ramener l’estimation des biens et services marchands non plus à l’observation de leurs prix, mais à l’évaluation standardisée de leurs qualités. Le développement de ce type d’« équipement professionnel » de la cognition économique (que l’on retrouve avec les magazines consuméristes d’Alexandre Mallard ou dans les « design », « emballages » et autres « linéaires » de Sandrine Barrey et al.) attire ainsi notre attention sur l’importance et la spécificité des formes de relations à distance inhérentes au rapport marchand, et redonne toute leur épaisseur aux « objets intermédiaires », aux artefacts et aux dispositifs techniques, dont on sait désormais qu’ils participent de plus en plus aux configurations de travail [9, 11].

6François Eymard-Duvernay et Emmanuelle Marchal illustrent le premier point, en étudiant non pas la part du marché du travail qui repose sur la mobilisation des réseaux personnels, mais celle que l’on pourrait croire abandonnée aux purs mécanismes de marché, et dont les auteurs montrent qu’elle mérite elle aussi l’attention des « sciences sociales ». Les auteurs prennent en effet pour point de départ les petites annonces et les tests d’évaluation « psychotechniques » qui président à l’embauche, c’est-à-dire des situations où les personnes viennent « se vendre » sans s’appuyer sur aucune « relation ». Mais étudier le travail des recruteurs, c’est mettre à jour des opérations d’ajustement de l’offre et de la demande qui, bien loin de renvoyer au fonctionnement du marché désincarné de la théorie néoclassique (ou les biens sont des biens, et où les ajustements ne se font que sur les prix), mobilisent un très important travail de traduction, d’adaptation, de conversion des attentes des employeurs et des parcours des candidats à l’embauche. Or, ce travail a ceci de particulier qu’il engage les sciences sociales dans la mise en accord même de l’offre et de la demande. La rédaction des petites annonces ou la mise au point de tests standardisés véhiculent non seulement la représentation psychologique d’un individu doté d’aptitudes et de qualités personnelles, conforme à la vision libérale de l’homme économique, mais elles contribuent elles-mêmes à rendre cette vision efficace. Ces opérations s’efforcent en effet de rompre les liens qui relient la performance individuelle à son substrat collectif, c’est-à-dire de convertir l’expérience forcément localisée et partagée du ou des postes antérieurement occupés en une série de traits et de compétences purement personnels. Cet engagement des sciences sociales dans la façon d’apprécier et de placer les personnes sur le marché du travail ne peut exonérer la sociologie d’une réflexion sur sa propre contribution aux processus impliqués : les auteurs, qui se réclament de la filiation d’un Pierre Naville dénonçant la valorisation psychologique des aptitudes individuelles là où l’on devrait plutôt voir les effets de la division du travail, en appellent à défendre une approche plus sociologique du marché du travail qui permettrait de ne pas imputer aux personnes la responsabilité d’inefficiences dont l’origine serait avant tout organisationnelle.

2. Ce que le travail des professionnels fait (ou voudrait faire) au marché, ou les ambiguïtés de la « seconde rationalisation »

7Les contributions de Lucien Karpik, de François Eymard-Duvernay et Emmanuelle Marchal, mais aussi celle d’Alexandre Mallard, ont ainsi en commun de souligner un fait majeur : le métier de « travailleur du marché » a souvent pour tâche principale de définir les objets de l’échange, de les qualifier, de construire les nomenclatures et les critères qui permettent de les situer et de les apprécier. Les guides touristiques, les tests psychotechniques ou les essais comparatifs de la presse consumériste mettent tous en œuvre une activité de « critérialisation » qui consiste, ici à fixer les points sur lesquels repose l’attribution des étoiles, là à définir les attributs personnels et les aptitudes requis pour l’embauche, ailleurs à désigner les fonctionnalités des objets sur lesquels devrait s’appuyer le choix du consommateur. Récemment, Michel Callon [4] attirait notre attention sur l’importance des dispositifs (outils de calcul, sciences et techniques de gestion, modèles économétriques, etc.) qui instrumentent la cognition économique au point de rendre possible, contre toute attente, l’existence empirique d’agents calculateurs. Ici, nous découvrons que ce premier travail d’équipement « comptable » de la cognition économique se double d’un travail symétrique et complémentaire de définition et de spécification « sémantique » de ce qui doit être compté. Or, à l’inverse de la formation des prix qui peut, au moins partiellement, relever d’ajustements marchands, la formation de la qualité repose nécessairement sur des activités volontaires, dûment codifiées et professionnalisées, dont l’analyse relève davantage de la sociologie que de l’analyse économique. Inversement, le travail sémantique des professionnels du marché participe de plus en plus au jeu économique, que ce soit par la mise en place de « barrières qualitatives à l’entrée » (par exemple lorsque les recruteurs multiplient les critères d’« admissibilité » pour tel ou tel poste), par la substitution d’exigences centrées sur la nature des prestations en lieu et place de l’observation des prix (cas du guide), ou par l’ouverture d’un débat sur les critères d’appréciation pertinents (cas de la presse consumériste). D’où l’enjeu qu’il y a à étudier ces professionnels, à en faire l’anthropologie, et à s’interroger sur les effets sociaux et économiques de leurs activités.

8Ces effets sont nombreux et considérables. Par exemple, le Guide Michelin est parvenu à redéfinir à la fois l’offre et la demande sur le marché du transport puis du tourisme, en poussant notamment le secteur de l’hôtellerie-restauration à enrichir et à diversifier ses prestations, et en amenant les voyageurs à embrasser successivement les identités de l’automobiliste, du touriste et du gastronome. Parmi l’ensemble des effets possibles, ceux qui affectent le consommateur méritent une attention toute particulière, dans la mesure où ils nous amènent à prendre en compte l’extension de la vision professionnelle du marché au public profane, et bien sûr à réfléchir aux conséquences d’une telle extension. C’est ici que l’étude de la presse consumériste revêt toute son importance. L’article d’Alexandre Mallard nous montre d’une part que les professionnels du marché ne se rencontrent pas seulement du côté de l’offre, mais qu’ils interviennent aussi aux côtés de la demande, et d’autre part que ces professionnels – ici les consuméristes – travaillent à « professionnaliser » le regard du consommateur lui-même. À bien lire l’auteur, il semble que le travail de mise au point des essais comparatifs de produits relève d’une opération saisissante : la réinvention, dans le marché et pour le consommateur, du découp(l)age taylorien classique entre conception (le choix) et exécution (l’achat) : « le dispositif de la revue consumériste opère une « précomputation » de l’acte d’achat : choisir d’abord, acheter (éventuellement) ensuite ». En travaillant à « désengager le consommateur de l’infrastructure marchande » et à référer les décisions d’achat à une évaluation rationnelle, mise au point ex ante par des ingénieurs et des journalistes spécialisés, la presse consumériste se rallierait-elle à un projet implicite de « seconde rationalisation » ? Chercherait-elle à faire pour la consommation et dans l’intérêt supposé du consommateur ce que Taylor avait jadis tenté pour la production et – quoiqu’il en dît – au détriment du travailleur ?

9Cette seconde rationalisation visée par le mouvement consumériste se retrouverait dans l’effort qui consiste à expurger, chez le consommateur, le point de vue du rêveur naïf à la merci des moindres séductions commerciales pour le remplacer par la double logique de l’examen rationnel (cher au modèle théorique du marché) et de l’évaluation fonctionnelle (chère aux ingénieurs du monde industriel). Cette rationalisation marchande et industrielle du consommateur paraît aller dans le sens d’un « désenchantement des choses » susceptible de prolonger le désenchantement du monde weberien. Ou plutôt, elle semble redonner une seconde chance, sur le marché, à une logique qui a depuis longtemps rencontré ses limites du côté de la production. Il est important de relever le décalage curieux qui se fait jour entre le récent projet de rationalisation du consumérisme et la diversification post-taylorienne des pratiques et des produits industriels [6], mais aussi des usages et des consommateurs qui leur font face (Barrey et al.). Ces mouvements contradictoires se traduisent d’un côté par une progression relative des comportements inspirés par la logique consumériste (une progression dont la marchandisation des pompes funèbres apporte un exemple éloquent, cf. la contribution de Pascale Trompette et Olivier Boissin), mais aussi, d’un autre côté, par une inflexion certaine des pratiques de prescription. Ces dernières tendent à combiner l’évaluation rationnelle des produits avec l’acceptation d’une certaine diversité des goûts et des pratiques de consommation ; les équipements professionnels du choix finissent par abandonner la détermination d’un one best choice impossible au profit d’une personnalisation du conseil en fonction des contextes d’usage : le Guide Michelin distingue « les bonnes tables… à étoiles », « pour souper après le spectacle », « dans la tradition : bistrots et brasseries » ; de même, le journal Que Choisir module ses prescriptions en fonction de « profils d’usagers ». Plus généralement, les consommateurs oscillent sans cesse entre des prescriptions plurielles et parfois contradictoires (Barrey et al.) : la relative résistance du consommateur à sa rationalisation et l’assouplissement correspondant des pratiques et des dispositifs de prescription ne tiennent pas uniquement à la diversité des usages (du côté de la demande) et à la diversification des productions (du côté de l’offre) ; elles sont aussi indissociables de la pluralité même des médiateurs qui interviennent entre les deux et qui désignent, au-delà de chacun d’entre eux, l’existence d’un véritable marché de professionnels.

3. Le marché des professionnels, ou comment les rapports entre professionnels du marché pèsent à leur tour sur la configuration des échanges

10Une fois reconnue l’importance des prescripteurs sur le marché des biens – grâce notamment aux travaux d’Armand Hatchuel [8] – et une fois décrits les dispositifs (Karpik), les acteurs et le travail (Mallard) de la prescription, on est quasi nécessairement conduit, comme le note si bien Alexandre Mallard, à « prendre en compte l’existence d’une pluralité de prescripteurs sur le marché, et les mécanismes de concurrence entre prescripteurs ». Cette concurrence infléchit à son tour la configuration des relations marchandes, et ce de plusieurs façons.

11D’abord, l’existence d’une pluralité de prescripteurs contribue à déporter le choix au-delà du produit : il s’agit non plus de savoir quel produit choisir, et si l’on doit choisir seul ou avec un guide, mais avec quel guide choisir. Ce glissement du « guidage » des choix au choix des guides fut directement posé par ces derniers lorsque chacun d’entre eux éprouva le besoin de se différencier par rapport à la « concurrence ». Ce souci de différenciation jalonne l’histoire du Guide Michelin, depuis sa première édition en 1901 (cf. l’assertion : « on ne trouve ce renseignement dans aucun guide »), jusqu’à son affrontement récurrent avec le Gault et Millaut ; le même souci de différenciation entre guides se retrouve aussi chez le « tiers consumériste », avec le problème implicite du choix entre les revues Que Choisir et 60 Millions de consommateurs.

12La concurrence pour le meilleur système de « prêt-à-choisir » contribue aussi à transformer la cognition du consommateur, d’une part en légitimant l’importance d’une vision analytique des produits fondée sur l’appréciation de critères, d’autre part en montrant que ces critères n’ont rien ni de naturel ni d’innocent. Nombre d’acteurs du marché travaillent à choisir au préalable un éventail de produits susceptibles d’être ensuite choisis par le consommateur final, ainsi que les critères permettant de choisir. De ce point de vue, la sélection des produits d’un essai comparatif n’est pas très différente de ce que fait l’acheteur de la grande surface lorsqu’il « référence » ou « déréférence » ses fournisseurs (Debril) ; de même, la mise en avant des critères d’appréciation pertinents dans les tableaux comparatifs ne fait que redoubler un travail que l’on retrouve du côté des spécialistes de la mise en scène commerciale des produits, notamment chez les packagers (Barrey et al.). Une partie de la gestion commerciale semble ainsi reprendre le travail consumériste, non seulement lorsqu’elle tente d’utiliser les résultats des essais à des fins publicitaires (Mallard), mais surtout lorsqu’elle reprend au quotidien la démarche de présélection et de critérialisation des choix. Mais le travail consumériste, en s’efforçant de souligner sa différence – la défense de l’intérêt du seul consommateur –, entend souligner a contrario le tour de passe-passe endémique de la distribution qui vente un choix selon des critères orientés vers le consommateur (qualité, prix, etc.) quand le même produit a été sélectionné d’après des critères propres au distributeur (fiabilité du fournisseur, marges, etc.). Ce double mouvement de convergence et de divergence des procédures gestionnaire et consumériste apporte une illustration saisissante, sur la scène marchande, du défi plus général que pose l’endogénéisation croissante de la critique par les acteurs du monde capitaliste [3]. L’existence de la critique et sa possible récupération pose aussi la question du pouvoir des professionnels… une question qu’abordent plus directement les contributions de Thomas Debril et de Sandrine Barrey et al.

13L’enquête de Thomas Debril sur le marché du poisson souligne d’abord l’asymétrie qui oppose les professionnels du marché et ceux qu’ils sont censés accorder, en amont comme en aval : alors que les acteurs de l’offre (les pêcheurs) et de la demande (les consommateurs) peuvent tous deux être définis comme des « amateurs » du marché, c’est-à-dire comme des personnes pour qui la commercialisation ou le choix du poisson ne sont qu’une préoccupation parmi d’autres, les professionnels se consacrent quasi exclusivement – et professionnellement – à la gestion de la relation marchande. Ainsi, le marché du poisson n’engage pas l’action d’un seul médiateur entre l’offre et la demande (cf. les recruteurs, le Guide Michelin ou Que Choisir), ni même l’intervention d’une succession de médiateurs dont les actions se superposent (Barrey et al.), mais la rencontre de deux médiateurs qui agissent l’un et l’autre comme délégués de l’offre et de la demande : les mareyeurs représentent les pêcheurs, les acheteurs de la grande distribution opèrent au nom des consommateurs, de sorte que nous avons ici des professionnels « en marché », une relation marchande restreinte aux purs spécialistes de la commercialisation. Dans cette relation et pour contraindre son vis-à-vis, chacun joue de son mandat, de l’opacité de l’offre en matière de volume et de qualité et des exigences de la demande en matière de stabilité tarifaire et de régularité qualitative. On observe alors une tension entre l’opportunisme propre à chacun et l’intérêt commun à écouler le poisson. Pour surmonter cette tension, acheteurs et mareyeurs s’engagent tantôt dans des relations de type perdant–perdant (quand les uns abusent de leur pouvoir de faire pression sur les prix, les autres trichent sur la qualité et la quantité), tantôt dans des rapports de type gagnant–gagnant (les uns et les autres recherchent alors une prévisibilité réciproque : du volume et une offre régulière côté distribution, une garantie de débouché côté mareyage). La question cruciale est alors celle des motifs qui président au basculement d’une logique à l’autre : ces motifs tiennent-ils à la capacité d’initiative de la grande distribution ? Ou bien à la disponibilité de nouvelles procédures de gestion dérivées de l’assurance qualité, tels les dispositifs de « traçabilité » et les « cahiers des charges » ? Voire à une combinaison de l’une et de l’autre ? En dominant la relation et/ou en disposant des moyens d’« investir dans la prévisibilité de l’interlocuteur en se rendant soi-même prévisible », de combiner partenariat ouvert et partenariat fermé, de subordonner l’établissement de relations de confiance et le développement d’engagements sur la qualité à la menace toujours possible d’un recours au marché et aux pressions tarifaires, la grande distribution gagnerait le pouvoir d’organiser la relation marchande depuis l’offre jusqu’à la demande, ce qui ne va pas sans poser la question des limites que peut rencontrer l’action de tels professionnels.

14La contribution de Sandrine Barrey et de ses collègues apporte un éclairage particulier sur ce dernier enjeu, en étudiant la délicate coordination entre une multiplicité de professionnels, tous tendus vers la présentation du produit et la séduction du consommateur : le designer façonne les contours de l’objet, le packager le met en valeur via l’emballage, le merchandiser le dispose dans l’espace concurrentiel du lieu de vente. Cet article montre ainsi que la mise à disposition des produits en libre service, c’est-à-dire l’engagement de choix exempts de médiations humaines, n’est possible qu’en vertu de multiples activités d’instrumentation préalable du corps objectif des produits et des capacités cognitives des consommateurs. La maîtrise de la scène commerciale procède d’une articulation séquentielle (les professions examinées interviennent l’une après l’autre) et distante entre acteurs du marché (les professions se coordonnent de loin, et par l’intermédiaire des objets ou de la scène marchande elle-même). Cette double particularité pèse lourdement sur les choix de consommation comme sur les rapports entre professionnels : si l’ordre séquentiel des interventions permet un certain ajustement entre médiateurs marchands, le ou les suivants pouvant s’adapter au travail de celui ou de ceux qui précèdent, la succession et la distance des interventions donnent un pouvoir additionnel au dernier venu – le merchandiser. Ce dernier, en disposant les produits au plus près et au final, acquiert en effet le pouvoir d’accentuer ou de minorer l’action de ceux qui l’ont devancé. Mais l’article montre aussi que la distance et le décalage des interventions est source de bruit, de fuites, de mauvais ajustements, autant d’imprévus qui relativisent l’emprise individuelle et collective des professionnels du marché. Mieux : soucieux de vaincre l’incertitude fondamentale qui règne sur la scène marchande, les professionnels sont portés à fonder leurs décisions sur les retours d’information du marché, sur la comptabilité des ventes et sur l’analyse des panels, de sorte que les auteurs en viennent à s’interroger sur le sens qu’il convient de donner à l’éventuelle « manipulation » du marché.

4. Marchandisation et professionnalisation : la mort comme moyen de mieux saisir la vie sociale du marché

15Les contributions examinées jusqu’ici donnent bien la mesure de l’activité des professionnels, de ses facettes et de ses enjeux, mais elles ne nous disent rien des limites du double mouvement de professionnalisation et de marchandisation qui semble se déployer toujours davantage dans l’espace économique et social contemporain. Or, c’est paradoxalement le macabre et fascinant détour par le marché des pompes funèbres qui permet le mieux d’explorer ces questions, et donc d’achever le tour d’horizon d’une possible sociologie du travail marchand.

16Depuis Polanyi, l’anthropologie « classique » du marché s’est le plus souvent proposé d’examiner les objets marchands les plus triviaux – la monnaie, les biens matériels – pour les « réanthropologiser », pour nous montrer par exemple l’existence d’un marquage social des signes monétaires [14] ou la prégnance d’une « vie sociale des choses » [1]. L’originalité de l’article de Pascale Trompette et d’Olivier Boissin consiste à s’inscrire dans la même tradition tout en prenant le parti inverse : ici, on part de l’un des terrains les plus classiques de l’anthropologie – la mort – pour étudier sa marchandisation et la professionnalisation correspondante. Tout l’intérêt du terrain mortuaire est qu’il se pose comme un espace a priori rétif à toute marchandisation : comme la vie, la mort n’a pas de prix, le deuil et les rites qui l’accompagnent relèvent du sacré, c’est-à-dire d’une dimension qui se situe à l’opposé de l’univers très profane du choix rationnel, du calcul et de l’intérêt. Dès lors, la marchandisation empirique des pompes funèbres, l’observation surprenante de ce marché qui prolifère, telle la vermine, sur le corps des défunts, convoque la subjectivité des personnes (mais aussi du sociologue) pour leur poser la question de la continuité ou de la rupture entre la vie quotidienne et la mort, sur le registre des limites introuvables du marché, de ce chassé-croisé étonnant que l’on observe depuis peu entre banalisation du sacré et sacralisation du profane [2].

17La résistance de la mort à sa marchandisation s’exprime dans la discrétion des acteurs en matière de prix ou de publicité : « Difficile, de fait, d’agiter le spectre d’une fin prochaine devant ceux qui s’entêtent à vivre ». Inversement, l’abandon de la mort au flux des relations marchandes s’observe ailleurs, par exemple dans le clonage de ces professionnels de la mort qui, telles les dépouilles de la chanson, font des petits, et intègrent peu à peu l’organisation (« fonction commerciale »), les métiers (emplois technico-commerciaux, hommes de marketing et de communication) et les outils du marketing (focus-groups, questionnaires ; logiciels de gestion spécialement dédiés au funéraire). Cette « colonisation » des pompes funèbres par la gestion marchande se retrouve aussi dans la multiplication échevelée des prestations, avec l’invention non seulement de véritables « supermarchés de la mort » (Funérama et Funespace), mais encore avec le développement des « soins mortuaires », de « l’assistance à la famille endeuillée », des services d’« entretien des sépultures », etc. Si la mort résiste quelque peu à la dynamique du choix et des prix, céderait-elle plus facilement à l’innovation, à la diversification des produits et à la construction experte de relations de marché, fussent-elles particulières ? Cette perméabilité du secteur funéraire à la dynamique marchande contribuerait paradoxalement non pas à faire des pompes funèbres un marché atypique, mais plutôt un laboratoire propre à permettre un isolement et donc une meilleure observation des ressorts professionnels et des compétences qualitatives qui participent de façon décisive et partout ailleurs, nous l’avons vu, à l’animation sociale des marchés.

Haut de page

Bibliographie

[1] Appadurai A., The Social Life of Things: Commodities in Cultural Perspective, Cambridge University Press, Cambridge, 1986.

[2] Belk R.W., Wallendorf M., Sherry Jr J.F., The Sacred and Profane in Consumer Behavior: Theodicy on the Odyssey, Journal of Consumer Research 16 (1) (1989) 1–38.

[3] Boltanski L., Chiappello É., Le nouvel esprit du capitalisme, Gallimard, Paris, 1999.

[4] Callon M. (éd.), The Laws of the Markets, Blackwell publishers, Oxford, 1998.

[5] Courpasson D., Éléments pour une sociologie de la relation commerciale. Les paradoxes de la modernisation dans la banque, Sociologie du travail 37 (2) (1995) 1–24.

[6] Dodier N., La nouvelle donne « technique » de la sociologie du travail, in: Sociologies du travail : 40 ans après (à paraître).

[7] Dubet F., Le travail et ses sociologies, in: Sociologies du travail : 40 ans après (à paraître).

[8] Hatchuel A., Les marchés à prescripteurs, in: Jacob A., Warin H. (éds.), L’inscription sociale du marché, L’Harmattan, Paris, 1995, pp. 203–224.

[9] Jeantet A., Les objets intermédiaires dans la conception. Éléments pour une sociologie des processus de conception, Sociologie du travail 40 (3) (1998) 291–316.

[10] Montjardet D., Organisation, technologie et marché de l’entreprise industrielle, Sociologie du travail (1) (1980) 76–96.

[11] Sociologie du travail, Travail et cognition, Sociologie du travail 36 (4) (1994).

[12] Steiner P., Sociologie économique, La Découverte, Paris, 1999.

[13] Tripier P., Du travail à l’emploi. Paradigmes, idéologies et interactions, Éditions de l’université libre de Bruxelles, Bruxelles, 1991.

[14] Zelizer V.A., The Social Meaning of Money, Basic Books, New York, 1994.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Franck Cochoy et Sophie Dubuisson-Quellier, « Les professionnels du marché : vers une sociologie du travail marchand », Sociologie du travail, Vol. 42 - n° 3 | 2000, 359-368.

Référence électronique

Franck Cochoy et Sophie Dubuisson-Quellier, « Les professionnels du marché : vers une sociologie du travail marchand », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 42 - n° 3 | Juillet-Septembre 2000, mis en ligne le 29 août 2000, consulté le 06 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/36852 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.36852

Haut de page

Auteurs

Franck Cochoy

Certop – Maison de la recherche, 5, allées Antonio-Machado, 31058 Toulouse cedex, France.

Articles du même auteur

Sophie Dubuisson-Quellier

Certop – Maison de la recherche, 5, allées Antonio-Machado, 31058 Toulouse cedex, France.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search