Navigation – Plan du site
Comptes rendus

L’artisanat français. Entre métier et entreprise, C. Mazaud

Presses universitaires de Rennes, Rennes (2013). 220 p.
Thomas Collas
p. 103-105
Référence(s) :

Caroline Mazaud, L’artisanat français. Entre métier et entreprise, Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2013, 220 p.

Texte intégral

1Issu d’une thèse de sociologie, le travail de Caroline Mazaud s’inscrit dans la filiation du livre homonyme de Bernard Zarca (1986). L’auteure décrit les mutations qu’a connues l’artisanat depuis lors en prenant pour objet les indépendants à la tête d’entreprises inscrites au Répertoire informatique des métiers (RIM). Salariés et apprentis sont donc écartés de son enquête. Celle-ci est conduite dans cinq communes de Loire-Atlantique, principalement à partir d’entretiens et de données démographiques fournies par la Chambre des métiers et de l’artisanat du département. Divisé en deux parties, l’ouvrage expose une thèse principale qui peut être résumée ainsi : l’artisanat français des années 2000 est gagné par une logique d’« entrepreneurisation » (p. 146), distincte de celle du « métier » qui prévalait auparavant.

2La première partie s’intéresse tant à l’unité juridique du secteur des métiers qu’à l’hétérogénéité des profils d’indépendants. Un premier chapitre soutient que les lois qui définissent le périmètre et les objectifs du secteur et le travail de formation continue et de communication des instances représentatives de l’artisanat se rejoignent dans la promotion des entreprises qui emploient le plus de salariés, au détriment de la « culture de métier » (p. 49). Le deuxième chapitre s’attache à cerner « l’évolution de la structure des activités et des métiers artisanaux » (p. 75). Pour ce faire, l’auteure compare, à une même date, diverses caractéristiques de deux populations dans les cinq communes retenues : les « sortants », qui ont en commun leur âge avancé (plus de cinquante ans), et les « entrants », qui ont en commun la fraîcheur de leur inscription au RIM (dans les trois années qui précèdent l’enquête). Le troisième chapitre traite de l’organisation du travail et des carrières de ces indépendants. L’auteure rappelle que le nombre moyen de salariés par entreprise a fortement augmenté en quinze ans, en raison notamment de l’introduction, en 1995, du « droit de suite ». Ce droit permet aux entreprises inscrites au RIM et qui dépassent le plafond de dix salariés, auparavant critère d’exclusion, de conserver leur inscription sous certaines conditions. C. Mazaud infère de cette augmentation une plus grande division entre les tâches de gestion et les tâches de production. Elle avance enfin que l’accès à l’indépendance dans l’artisanat est toujours une filière de promotion (les fils d’ouvriers et les anciens ouvriers sont majoritaires) et constitue, de manière croissante, le lieu de reconversions (la part d’anciens cadres a augmenté). Notons toutefois que, dans l’exposé de ces résultats issus d’un traitement des données de l’enquête Formation et qualification professionnelle (FQP) conduite en 2003 par l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) (pp. 95-101), les distributions observées parmi les artisans ne sont pas systématiquement comparées à celles observées parmi l’ensemble des actifs. Une telle comparaison aurait permis de prendre en compte les éventuels changements dans la répartition des diverses professions et catégories socioprofessionnelles (PCS).

3À partir de récits de vie recueillis auprès d’indépendants de plus de cinquante ans et d’inscrits au RIM depuis trois à cinq ans (la définition des populations change d’une partie à l’autre), la deuxième partie du livre soutient que les artisans sont divisés en deux ensembles qui « circulent dans des univers parallèles qui s’ignorent » (p. 196). Les « hommes de métier » ont été apprentis dès leur adolescence, tandis que les « reconvertis » se sont installés tardivement, après avoir connu l’université ou bien le salariat dans un autre secteur. Les ressources familiales, la solidarité entre indépendants ou le capital d’autochtonie seraient, pour les premiers, autant de facteurs d’accès à l’indépendance puis de maintien dans ce statut, tandis que l’attirance pour ce statut « dans un contexte socio-économique défavorable » (p. 171) expliquerait pour partie l’accès tardif des seconds. La restriction à cinq communes permet ici d’éclairer finement les ancrages territoriaux des indépendants. L’auteure conforte sa thèse transversale en distribuant les trajectoires des chefs d’entreprises de ces ensembles entre deux pôles définis par le type de tâches qu’ils effectuent : la gestion et la fabrication. Ainsi, chez les « hommes de métier », la figure de l’« homme de métier traditionnel » est opposée à celle de l’« homme de métier entrepreneurial », tandis que, chez les « reconvertis », le « néo-artisan » est aux antipodes du « chef d’entreprise ».

4La thèse de l’entrepreneurisation est inscrite dans une double perspective. Tout d’abord, l’ouvrage avance que celle-ci est à l’œuvre dans les trajectoires qui conduisent à l’indépendance salariale. Il offre, ce faisant, de nombreux éléments d’actualisation et de discussion des travaux menés sur ce thème depuis les années 1970. Par ailleurs, cette mutation serait observable dans les tâches des indépendants du secteur. L’auteure décrit une division fondamentale entre celles qui relèvent de l’application de compétences à la transformation de matières premières et celles qui touchent à l’organisation de la production et de la mise en marché, deux ensembles de tâches autrefois présentés comme interdépendants par Max Weber dans sa définition de l’artisanat comme « production en vue de la vente » (Weber, 1991, p. 140). En filigrane, les secondes sont présentées ici comme un aspect récent et étranger au « métier ». Les termes choisis inscrivent en effet la « tradition » et l’« artisan » en opposition à l’« entreprise », suggérant que l’artisan « traditionnel » ne mobilise pas des méthodes de gestion et de vente historiquement indexées, et destinées notamment à dégager des profits.

5Le sous-titre fait écho à cette thèse d’un monde aujourd’hui tiraillé entre « le métier » et « l’entreprise », thèse à laquelle diverses questions peuvent être adressées. Qu’est-ce que ce « métier » qui se déploierait hors d’un cadre entrepreneurial ? Comment et autour de quoi cette « tradition », qui semble fermement établie, s’est-elle cristallisée ? Comment ces catégories sont-elles aujourd’hui mobilisées par ceux qui prennent part à l’artisanat ? Plus largement, si l’on accepte le parti-pris premier de l’ouvrage — l’étude des artisans à partir du secteur des métiers —, comment le recouvrement entre une catégorie juridique d’entreprises et un « groupe professionnel » s’est-il stabilisé ?

6L’ouvrage esquive ces interrogations et demande d’accepter le postulat de recouvrement total : le groupe des artisans serait le résultat d’une définition « officielle ». Dès lors, le propos se replie sur un horizon conceptuel unique : la forme et la segmentation de l’hétérogène artisanat sont les sous-produits directs des mutations des conditions d’accès à l’indépendance dans le secteur des métiers, et toute modification de cette frontière juridique est à considérer comme une menace à la « tradition » et au « métier ».

Haut de page

Bibliographie

Weber, M., 1991. Histoire économique. Esquisse d’une histoire universelle de l’économie et de la société [ouvrage traduit par Christian Bouchindhomme]. Gallimard, Paris.

Zarca, B., 1986. L’artisanat français. Du métier traditionnel au groupe social. Economica, Paris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Collas, « L’artisanat français. Entre métier et entreprise, C. Mazaud », Sociologie du travail, Vol. 58 - n° 1 | 2016, 103-105.

Référence électronique

Thomas Collas, « L’artisanat français. Entre métier et entreprise, C. Mazaud », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 58 - n° 1 | Janvier-Mars 2016, mis en ligne le 20 janvier 2016, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/371

Haut de page

Auteur

Thomas Collas

Centre de sociologie des organisations (CSO)
UMR 7116 CNRS et Sciences Po
19, rue Amélie, 75007 Paris, France
t.collas[at]cso.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals