Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Du cœur à l’ouvrage. Les artisans d’art en France, A. Jourdain

Belin, Paris (2014). 352 p.
Carine Ollivier
p. 105-107
Référence(s) :

Anne Jourdain, Du cœur à l’ouvrage. Les artisans d’art en France, Belin, Paris, 2014, 352 p.

Texte intégral

1Céramiste, ébéniste, verrier, créateur de bijoux, maroquinier… Telle est la variété des métiers qu’Anne Jourdain nous propose de découvrir dans son ouvrage, fruit de l’enquête conduite durant sa thèse, dans laquelle elle analyse avec une grande rigueur les efforts de construction d’un marché de l’artisanat d’art en France depuis la fin du xixe siècle. En s’appuyant sur un matériau riche et varié, l’auteur analyse l’institutionnalisation du monde de l’artisanat d’art et propose une étude fine de l’articulation entre la construction collective d’un groupe et d’un marché de l’artisanat d’art, et la construction individuelle des parcours et des entreprises des artisans d’art.

2Les premiers chapitres permettent de comprendre pourquoi les représentations et pratiques de l’artisanat d’art se structurent aujourd’hui selon un clivage entre « artisans d’art de tradition » et « artisans d’art de création ». Ainsi, le « détour par le passé » proposé dans le chapitre 1 revient sur la double genèse de la catégorie des métiers d’art en analysant « la façon dont les luttes politiques et institutionnelles passées pèsent sur l’héritage contemporain de la catégorie “métiers d’art” et compliquent aujourd’hui son institutionnalisation en tant que catégorie d’intervention publique et catégorie professionnelle » (p. 21). Les chapitres 2 et 3 sont consacrés à la diversité des représentations de l’artisanat d’art à partir de trois niveaux d’analyse. Le premier est celui des « identifications problématiques » d’une catégorie homogène d’artisans d’art dans les nomenclatures officielles ou dans les définitions qu’en donnent les instances de représentation professionnelle, qui s’opposent autour de ce qui fait le « métier » ou la « qualité » des productions. Le second niveau d’analyse est celui des « images sociales » qui, en étant les reflets des intérêts de ceux qui les produisent, entraînent une méconnaissance qui place les professionnels dans une position entre fascination et relégation. Le troisième niveau d’analyse, développé dans le chapitre 3, renvoie aux appartenances sociales et aux stratégies identitaires des artisans d’art qui, en endossant la distinction entre art et artisanat, dessinent la morphologie floue des « mondes de l’artisanat d’art » au sein desquels l’auteur identifie quatre façons d’être professionnel : du côté du pôle qualifié d’« artisanal », on distingue les artisans d’élite à la réputation (inter)nationale, et les fabricants à la réputation locale ; du côté « artistique », on retrouve les artistes réputés, et les créatrices (puisque l’auteur indique que ce sont quasi-exclusivement des femmes), plus insérées localement. Sans qu’elles recouvrent totalement la première, deux autres typologies identifient — à travers une série de portraits et de trajectoires qui donnent corps au propos — les différentes façons de devenir artisan d’art et d’exercer le métier, décrivant la progressive socialisation professionnelle à une éthique du métier entendue ici comme l’orientation des comportements des artisans en fonction de l’attachement à certaines tâches constitutives de leur métier.

3Les chapitres 4 et 5 prolongent l’analyse de la socialisation professionnelle en donnant à voir, pour le premier, la formation à l’artisanat d’art, qui se fait essentiellement à travers l’incorporation des gestes et de la culture du métier, et qui place la créativité, l’indépendance et la fabrication au cœur de sa définition, et, pour le second, la manière dont se fabrique, au gré de tâtonnements et d’engagements, la « compétence commerciale » des artisans d’art. Ce cinquième chapitre est toutefois l’occasion pour A. Jourdain de déplacer son analyse d’une sociologie des professions classique — qu’elle cite toutefois relativement peu — vers une sociologie de l’économie qui propose d’étudier ce qui se joue dans l’échange marchand.

4L’analyse de l’encastrement social du marché est poursuivie au fil des trois derniers chapitres de l’ouvrage, dans lesquels l’auteur montre comment l’éthique du métier oriente les comportements économiques des acteurs. Le chapitre 6 développe l’argument de la nécessaire conciliation entre éthique du métier et réalité économique qui, dans la pratique quotidienne de leur activité, obligerait les artisans d’art à faire « des concessions à l’économique », selon ce que Max Weber appelle une « rationalité budgétaire » — notion que l’auteur mobilise de manière très stimulante. Les artisans d’art seraient ainsi dans le « déni de l’économique », dans la mesure où leur éthique s’opposerait à l’orientation capitaliste de leur entreprise considérée comme du « sale boulot », contraire aux « choix de vie » qu’ils ont opérés en s’engageant sur ce marché : indépendance, créativité, refus du profit, importance du « faire », conciliation entre la vie familiale et la vie professionnelle. Cette éthique ne les empêche toutefois pas de recourir à des stratégies entrepreneuriales de réalisation de profits pour pérenniser leur activité. Deux stratégies sont alors étudiées, qui permettent à A. Jourdain de développer une sociologie de l’entrepreneuriat intéressante : la stratégie de singularisation des produits d’artisanat d’art (chapitre 7) et la stratégie, plus risquée d’un point de vue éthique, de diversification de la production et des prix (chapitre 8).

5Si l’analyse minutieuse du fonctionnement du marché de l’artisanat d’art est exemplaire, on est toutefois un peu gêné par la place accordée par l’auteur à ce « déni de l’économique » et à la « vocation esthétique » — qui paraissent parfois proches du discours indigène — comme principes d’explication aussi déterminants des comportements marchands et entrepreneuriaux des artisans d’art. Par ailleurs, A. Jourdain propose en fin d’ouvrage d’interroger « la place de l’artisanat d’art dans le capitalisme contemporain » (p. 215). Or, l’analyse de ce marché en tant que laboratoire pour appréhender le développement d’une « critique métier » du système capitaliste n’est pas poussée à son terme. Présentée comme une alternative à la « critique artiste » désormais classique d’un capitalisme qui nie la liberté, l’autonomie et la créativité des individus, cette « critique métier » serait liée à l’hybridation entre une éthique de métier et l’esprit du capitalisme, et consisterait à privilégier « le travail bien fait […] plutôt que la réalisation de profits monétaires » (p. 307). L’auteur suggère alors de rechercher systématiquement les « affinités électives » entre esprit du capitalisme et éthique du métier pour chaque communauté professionnelle. On voit comment cette suggestion peut être mise en œuvre dans des cas polaires : on la suit aisément quand elle avance que les banquiers et les traders ont une éthique professionnelle davantage en conformité avec l’esprit du capitalisme que les journalistes ou les artisans d’art. Répondre à cette invitation devient toutefois plus complexe dans des cas intermédiaires, et donc peut-être plus intéressants : comment en effet mesurer le degré d’hybridation entre éthique de métier et esprit du capitalisme dans des situations comme celles des ingénieurs, des avocats ou d’artisans comme les plombiers ou les menuisiers ? Anne Jourdain ne propose pas de solutions méthodologiques systématiques pour répondre à cette question, mais elle nous pose ainsi un défi à la fin d’un ouvrage dense et précis qui constitue une analyse exemplaire des relations entre métiers et marchés, et dans la conclusion duquel elle a le courage de se confronter à la question délicate de la prospective.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carine Ollivier, « Du cœur à l’ouvrage. Les artisans d’art en France, A. Jourdain », Sociologie du travail, Vol. 58 - n° 1 | 2016, 105-107.

Référence électronique

Carine Ollivier, « Du cœur à l’ouvrage. Les artisans d’art en France, A. Jourdain », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 58 - n° 1 | Janvier-Mars 2016, mis en ligne le 21 janvier 2016, consulté le 12 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/374

Haut de page

Auteur

Carine Ollivier

Centre interdisciplinaire d’analyse des processus humains et sociaux (CIAPHS)
Université de Rennes 2, Place du recteur Henri Le Moal, Bâtiment S, 35043 Rennes Cedex, France
carine.ollivier[at]univ-rennes2.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals