Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 41 - n° 1Comptes rendusJean-Michel Berthelot, Les Vertus...

Comptes rendus

Jean-Michel Berthelot, Les Vertus de l’incertitude. Le travail de l’analyse dans les sciences sociales

Presses universitaires de France, coll. « Sociologie d’aujourd’hui », Paris, 1996, 272 p.
Alban Bouvier
p. 106-108
Référence(s) :

Jean-Michel Berthelot, Les Vertus de l’incertitude. Le travail de l’analyse dans les sciences sociales, Presses universitaires de France, coll. « Sociologie d’aujourd’hui », Paris, 1996, 272 p.

Texte intégral

1Jean-Michel Berthelot prolonge dans ce nouvel ouvrage la réflexion épistémologique entreprise dans L’intelligence du social. Alors que le précédent livre était centré sur la mise en évidence d’une pluralité de schèmes (l’auteur y distinguait six schèmes d’intelligibilité, matrices communes de tous les paradigmes), celui-ci s’attache davantage à analyser le niveau discursif ou textuel de la sociologie, la façon dont ces schèmes sont mis en œuvre dans le discours sociologique. C’est dire que si L’intelligence du social avait des résonances assez bachelardiennes, ce nouvel ouvrage témoigne cette fois, par son insistance sur le rôle constitutif du langage dans la connaissance, de la prégnance d’une thématique tout particulièrement illustrée dans l’épistémologie française par l’auteur de Pensée formelle et science de l’homme, G.‑G. Granger. Berthelot se concentre toutefois essentiellement sur les sciences sociales (sociologie, économie, histoire) et, surtout, s’intéresse beaucoup moins exclusivement que Granger au rôle du ou des formalismes dans les sciences humaines mais réhabilite au contraire la dimension simplement argumentative des sciences sociales, liée à leur fondamentale incertitude. Le but ultime de l’ouvrage, explicite dans le titre, est, du reste, de montrer les vertus paradoxales de cette dernière puisqu’elle rend nécessaire la discussion argumentée, laquelle constitue le principe même de la démocratie.

2C’est par un autre aspect aussi, plus atypique, en un sens, de la part d’un sociologue engagé dans la pratique scientifique elle-même, que J.‑M. Berthelot se rapproche du type d’épistémologie pratiquée par des philosophes de métier comme Granger : une épistémologie essentiellement descriptive, ne se fixant donc pas pour objectif d’évaluer et de hiérarchiser les différents programmes de recherche en fonction de leur fécondité respective. On voit bien que si une posture aussi détachée n’est pas sans inconvénients dans la mesure où elle donne une représentation très aplanie des disciplines, invitant fort peu, en conséquence, à prendre parti et à s’engager, elle présente aussi des avantages corrélatifs puisqu’inspirée d’une exigence de neutralité, elle donne des sciences sociales une vision apaisée et apaisante : elle fait, en un sens, de l’épistémologue qui l’adopte, un » modérateur » des conflits dans une discipline qui en a assurément besoin.

3Jean-Michel Berthelot se livre donc à une analyse, patiente et pédagogique, du langage des sciences sociales, analyse débouchant sur de nombreuses typologies et sous-typologies ; cet effort le conduit notamment à isoler un « langage analytique », à l’examen duquel il consacrera tous ses efforts (voir le sous-titre du livre). Celui-ci consiste essentiellement en une première mise en forme du donné, par l’usage, par exemple, de l’instrument mathématique ou par l’établissement de relations plus qualitatives et donc plus signifiantes. Ce langage intermédiaire se distingue ainsi de deux autres formes de langage, le « langage de donation », celui où les informations sur lesquelles travaille le sociologue sont données (cela va des simples témoignages aux textes administratifs ou juridiques en passant par les explications plus ou moins élaborées des acteurs sur leur vécu) et le langage d’interprétation, celui dans lequel s’exprimeront les schèmes d’intelligibilité. Mais Berthelot n’a pas de peine à montrer que les langages de donation sont déjà tout imprégnés d’analyse tandis que les langages d’analyse sont à leur tour déjà investis d’interprétation ; et c’est justement la façon dont les schèmes se lient à la texture de l’analyse, spontanée puis savante, qui mérite d’être étudiée, comment celle-ci, en « travaillant » le donné (en le « traduisant » et le transformant en d’autres langages), produit de la connaissance.

4J.‑M. Berthelot montre alors comment il faut étudier « l’économie discursive » de la science en allant chercher ses outils chez les théoriciens de l’argumentation. On aurait peut-être attendu que Berthelot s’étende ici davantage sur J.‑B. Grize (voir p. 61), qui, comme lui, use de la notion kantienne ou piagétienne de schématisation (au sens non pas tant d’une simplification du réel que d’une mise en forme de celui-ci) et fournit des outils passablement affûtés pour analyser le langage argumentatif, qu’il soit ordinaire ou scientifique. Mais si son programme épistémologique est bien d’une inspiration foncièrement systématique et classificatoire, Berthelot est toutefois soucieux, comme on l’a noté, d’insérer aussi son programme épistémologique dans un projet d’analyse plus ample, celui d’un « agir communicationnel » global, dont la science constitue un sous-système exemplaire (voir le 6e et dernier chapitre) et dans l’étude duquel Habermas fournit les éléments conceptuels majeurs ; il est tout à fait naturel de ce point de vue que Berthelot préfère alors accorder, parmi les théoriciens de l’argumentation, les développements les plus conséquents à Toulmin, même si c’est pour en montrer les manques, puisque, comme Berthelot le rappelle, Habermas lui réservait des commentaires très informés dans la Théorie de l’agir communicationnel. On gagne ainsi en cohérence.

5Le cœur de l’ouvrage est constitué par les chapitres 3, 4 et 5 et la principale question que s’y pose Berthelot, classique depuis Comte et ravivée notamment par Piaget, est de dégager un principe rationnel de délimitation ou de démarcation épistémologique entre les différentes sciences, en l’occurrence les sciences sociales, notamment la sociologie, l’économie et l’histoire. L’idée de J.‑M. Berthelot est que ce principe ne réside nullement dans l’existence d’objets spécifiques mais pas davantage non plus dans l’application à une même matière de « formes » ou de schèmes d’intelligibilité distinctifs. La différence entre les disciplines tiendrait en fait plutôt à la façon particulière dont ces schèmes, dont J.‑M. Berthelot pense avoir donné le tableau à peu près complet pour toutes les sciences sociales, sont inscrits dans des langages d’analyse. L’analyse empirique de la science montre en effet que si l’historien use ainsi souvent du schème herméneutique, le « langage d’analyse » qu’il utilise alors est soumis à des « contraintes de contextualisation » spatiotemporelles et de justification empirique forte ; tandis que le sociologue, usant du même schème, éventuellement sur Je même objet, se soumet à une contrainte empirique nettement plus faible mais, en revanche, à des « contraintes de typification » sensiblement plus fortes que l’historien, Je texte liant des types idéaux plutôt que des acteurs réels. L’économiste, de même, pourra utiliser par exemple, le schème actanciel en le mettant en œuvre dans l’un des paradigmes (utilitariste dans le cas de Gary Becker qu’étudie J.‑M. Berthelot) dont le schéma actanciel est la matrice et dont J.‑M. Berthelot dresse le tableau (p. 192), mais il tissera ses analyses non seulement en liant entre elles des entités idéelles mais en traduisant encore celles-ci dans le langage unique de la mesure et en contraignant fortement le tout aux exigences de l’axiomatisation. En comparaison de ces disciplines, la sociologie révèle, de façon générale, la soumission à des contraintes plus faibles mais, en revanche, témoigne seule de l’usage de la totalité des schèmes disponibles, parfois de façon plutôt chaotique et brouillonne mais parfois aussi avec brio, tissant alors en un maillage très fin leurs fils respectifs. Cette analyse minutieuse du texte de la science trouve son achèvement dans la distinction, à nouveau assez « grangérienne », des différents « styles » de l’analyse sociologique, dont J.‑M. Berthelot distingue encore cinq types (styles descriptif ou ethnographique, expérimental, critique, etc.) et qu’on ne confondra ni avec les langages d’analyse ni avec les schèmes. Certaines des réserves qu’on pourrait formuler à l’égard de cette systématique valaient bien sûr déjà pour L’intelligence du social : dans quelle mesure la typologie des schèmes est-elle exhaustive ou, au contraire n’est-elle pas trop généreuse et encore insuffisamment réduite (on peut, en outre, avoir parfois quelque mal à distinguer tout à fait clairement schèmes, langages et styles). Par ailleurs, en l’absence d’analyses d’exemples très développées, cette morphologie comparée des sciences sociales peut donner l’impression d’être assez sèche et abstraite jusqu’à frôler parfois le formalisme. Mais J.‑M. Berthelot a incontestablement dessiné les contours d’un cadre de recherche très neuf pour l’essentiel et susceptible précisément d’accueillir de tels travaux. On se permettra d’ajouter que cette attention soutenue à la texture argumentative des sciences sociales pourrait également ouvrir vers un programme non plus seulement d’épistémologie mais aussi de sociologie (ou de pragmatique) de la connaissance sociologique pour peu qu’on s’intéressât alors à la façon dont ces différentes schématisations argumentées que nous proposent les travaux de sciences sociales sont reçues dans la communauté sociologique et au-delà, sont produits par elle, et contribuent en retour à la forger.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alban Bouvier, « Jean-Michel Berthelot, Les Vertus de l’incertitude. Le travail de l’analyse dans les sciences sociales »Sociologie du travail, Vol. 41 - n° 1 | 1999, 106-108.

Référence électronique

Alban Bouvier, « Jean-Michel Berthelot, Les Vertus de l’incertitude. Le travail de l’analyse dans les sciences sociales »Sociologie du travail [En ligne], Vol. 41 - n° 1 | Janvier-Mars 1999, mis en ligne le 05 mars 2000, consulté le 29 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/37491 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.37491

Haut de page

Auteur

Alban Bouvier

Université de Paris-Sorbonne, 1, rue Victor Cousin 75230 Paris cedex 05

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search