Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 41 - n° 1Comptes rendusOlivier Marchand, Claude Thélot, ...

Comptes rendus

Olivier Marchand, Claude Thélot, Le travail en France (1800‑2000)

Nathan, Paris, 1997, 270 p.
Danilo Martuccelli
p. 110-111
Référence(s) :

Olivier Marchand et Claude Thélot, Le travail en France (1800‑2000), Nathan, Paris, 1997, 270 p.

Texte intégral

1Ce livre n’est pas seulement une présentation des principales métamorphoses du travail, il est en même temps le fruit d’un travail méthodologique rigoureux, déjà présent dans l’ouvrage précédent des auteurs, Deux siècles de travail en France (Paris, collection INSEE Études, 1991). Le livre s’attache à décrire et à mesurer les principales transformations du travail depuis deux siècles, dans un effort d’autant plus réussi dans sa dimension didactique, que les auteurs ont eu le souci de ramasser dans le premier chapitre de l’ouvrage les principales conclusions de leur recherche, ce qui permet d’avoir, dans l’introduction elle-même, une vision d’ensemble du processus historique. Enfin, le livre se ferme sur une série détaillée de tableaux, qu’une brève présentation permet de situer dans les divers chapitres de l’ouvrage. Les résultats sont présentés autour de sept grands axes en commençant par le recensement, toujours par périodes, du nombre d’actifs, auquel s’ajoutent les évolutions du chômage, l’augmentation de la qualité de la main-d’œuvre, la métamorphose de la structure sociale, la baisse de la durée du travail, l’accroissement des salaires, et l’évolution de la productivité de l’heure de travail.

2À l’issue de la lecture du livre, des chiffres déjà connus se lestent de nouvelles significations et sont précisés en fonction de l’évolution historique des diverses catégories socioprofessionnelles, par exemple en ce qui concerne la diminution progressive des actifs agricoles, l’augmentation puis la baisse des actifs industriels, enfin la forte extension du tertiaire depuis cinquante ans. D’autres données, moins connues, s’imposent, comme par exemple, le fait que le nombre d’actifs agricoles ait été maximal non pas au début du xxe siècle, mais au milieu du xixe.

3Les auteurs signalent l’évolution des secteurs d’activité et rappellent que le rapport entre les trois secteurs d’activité, après avoir connu une tendance au rapprochement (en 1936, la structure économique de la population active est quasiment équilibrée entre les trois secteurs), diverge depuis considérablement. Dans la longue durée le nombre des actifs dans la population totale est à analyser à la jonction de l’évolution des facteurs démographiques (déterminants au long du xixe siècle), et des changements survenus dans les comportements d’activité, avec l’arrêt, puis la diminution du taux d’activité masculine depuis la Grande Guerre, et l’augmentation du taux d’activité féminine depuis les années soixante. En ce qui concerne le chômage, les auteurs relativisent l’impact réel de la « grande dépression » (1866‑1896), datent, comme d’autres travaux l’ont déjà fait, l’apparition de la catégorie de chômeur de la période 1896‑1936, et interrogent le « chômage de masse » que connaît la France depuis 1974. À cet égard, il faut retenir l’effort pour parvenir à une description plus précise du chômage en fonction d’un indice de vulnérabilité (le flux mensuel de tombée en chômage rapporté à l’emploi) et d’un indice d’employabilité (la part des chômeurs depuis un an), dont l’imbrication permet de mieux cerner les parcours, et de conclure, non pas à « deux formes de chômage mais un chômage récurrent et un chômage de longue durée de plus en plus imbriqués » (p. 84).

4Mais c’est dans les quatre autres domaines que les évolutions recensées sont certainement le plus spectaculaires. Les auteurs chiffrent la baisse historique de la durée du travail qui passe d’un niveau moyen de l’ordre de 3 000 h en 1831 à 1 630 h de travail par an en 1995. Spectaculaire est aussi le progrès continu de la formation et de la qualité de la main-d’œuvre. Replacée dans la longue durée, la croissance de l’espérance de scolarisation qui s’accélère fortement depuis 1945, apparaît comme une véritable explosion (elle est deux fois plus longue aujourd’hui qu’il y a cent ans). Dans le chapitre, rédigé par Alain Bayet, et consacré à l’augmentation des salaires et à leur pouvoir d’achat, les résultats ne sont pas moins impressionnants : de l820 à 1996, le pouvoir d’achat du salaire ouvrier a été multiplié par 7,5 %, notamment dans deux périodes, de 1856 à 1906 d’une part, et pendant les Trente Glorieuses d’autre part, l’augmentation se ralentissant depuis 1976. Or, pour important que soit l’évolution du salaire ouvrier, l’augmentation dans la longue durée du salaire moyen a été plus importante encore : il est aujourd’hui supérieur de près de 40 % à celui des ouvriers. C’est dire qu’en cent cinquante ans, il a été multiplié par 11 ou 12. Enfin, une attention particulière est consacrée à la considérable augmentation de la productivité de l’heure de travail qui serait de l’ordre de 28 fois supérieure à ce qu’elle était au début de l’industrialisation.

5Si l’ouvrage fourmille de données, les auteurs ont pris soin de les organiser et de les interpréter au sein de grandes tendances, ce qui permet de se forger au fur et à mesure de la lecture une représentation d’ensemble des évolutions sans être submergé, comme cela aurait pu être le cas, par la masse des chiffres avancés. C’est ainsi par exemple qu’il permet, dans la longue durée, de minimiser l’image de la rupture établie au milieu des années soixante-dix. Si un infléchissement de l’activité est incontestable, replacées dans une évolution plus séculaire, les années soixante-dix ne s’inscrivent pas comme une rupture, mais sont en continuité avec la formidable croissance de la deuxième moitié du xxe siècle, qui, elle, contraste vivement avec les périodes précédentes. Même si quelques thèmes, notamment l’évolution de la situation salariale et la multiplication des statuts d’emploi auraient mérité de plus amples développements, et si peut-être un chapitre ramassant l’évolution des femmes dans le monde du travail aurait permis de mieux cerner l’importance de leur rôle dans la mutation de la structure sociale, nous disposons avec ce livre d’une remarquable synthèse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Danilo Martuccelli, « Olivier Marchand, Claude Thélot, Le travail en France (1800‑2000) »Sociologie du travail, Vol. 41 - n° 1 | 1999, 110-111.

Référence électronique

Danilo Martuccelli, « Olivier Marchand, Claude Thélot, Le travail en France (1800‑2000) »Sociologie du travail [En ligne], Vol. 41 - n° 1 | Janvier-Mars 1999, mis en ligne le 05 mars 2000, consulté le 22 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/sdt/37515 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.37515

Haut de page

Auteur

Danilo Martuccelli

Centre d’analyse et d’intervention sociologique. CADISIURA CNRS 985, université de Bordeaux-2 et université de Lille 3. 3 ter, place de la Victoire, 37076 Bordeaux cedex

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search