Navigation – Plan du site
Comptes rendus

La banlieue du « 20 heures ». Ethnographie de la production d’un lieu commun journalistique, J. Berthaut

Agone, Marseille (2013). 432 p.
Laurent Bonelli
p. 107-109
Référence(s) :

Jérôme Berthaut, La banlieue du « 20 heures ». Ethnographie de la production d’un lieu commun journalistique, Agone, Marseille, 2013, 432 p.

Texte intégral

1Pourquoi les médias portent-ils pour l’essentiel un regard négatif sur les quartiers populaires ? Comment des journalistes, même lorsqu’ils en sont eux-mêmes issus, contribuent-ils à produire et à diffuser des stéréotypes assez éloignés des situations ordinaires qui y ont cours ? Ces questions constituent le point de départ de l’enquête de Jérôme Berthaut au sein de la rédaction de France 2. Issu d’un doctorat soutenu en 2012, son ouvrage repose sur trois stages d’observation réalisés entre mars 2003 et janvier 2007, ainsi que sur une trentaine d’entretiens avec les journalistes côtoyés lors de ces stages. De prime abord, le propos pourrait paraître rude. Certains discours recueillis par l’auteur laissent en effet le lecteur un peu interloqué — par exemple lorsque Laurent, le chef de service des informations générales, explique :

« On s’est aperçu qu’il y avait une part du territoire français dont on ne comprenait plus la langue, la géographie, la sociologie... Ils ne comprennent pas ce qu’on dit et on ne comprend pas ce qu’ils disent. […] Puisque nous sommes à l’étranger lorsque nous sommes en banlieue, faisons ce que nous faisons à l’étranger, payons-nous les services de fixeurs » (p. 179).

2Heureusement, J. Berthaut évite une ligne de pente qui aurait facilement pu s’avérer normative, pour livrer un solide travail ethnographique éclairant les mécanismes de fabrication de l’information pour le journal télévisé. À juste distance d’une interprétation de cette production en termes idéologiques — comme reflet des préférences politiques des rédacteurs en chef — et de celle donnée par les journalistes eux-mêmes — comme représentation « objective » et « neutre » de la réalité —, il prend le parti de s’intéresser au journalisme en train de se faire. Il suit ainsi la réalisation des reportages, de leur commande à leur diffusion, en passant par les différentes étapes de leur production. Il apporte un regard bien documenté sur les multiples pratiques d’écriture journalistique, s’intéressant tout autant aux angles de vue choisis pour un reportage qu’aux multiples petits « trucs » mobilisés lors du montage.

3Pour autant — à la différence de certains anthropologues découvrant récemment les banlieues françaises —, l’auteur ne réduit pas l’analyse aux interactions qu’il observe. Il prend soin de les resituer dans des configurations plus larges qui leur donnent sens, et de les rapporter aux propriétés et aux positions des agents qu’elles engagent. Ainsi, les relations entre les rédacteurs en chef et les journalistes prennent-elles sens dans un contexte de constitution de la thématique « banlieue » comme catégorie du débat public, de concurrence entre chaînes de télévision publiques et commerciales et de luttes entre services au sein de France 2. L’arrivée de transfuges des télévisions commerciales (TF1 et La Cinq) à des positions de pouvoir dans la chaîne publique, à partir du début des années 2000, redéfinit par exemple les priorités éditoriales et le traitement médiatique des quartiers populaires. L’attrait pour les faits divers prend de l’ampleur :

« La caractéristique du fait divers, rapporte un reporter, c’est que quand vous y allez, vous ne savez pas si ça sera l’ouverture du journal, une brève ou rien… parce qu’un fait divers devient un truc important, pour un média généraliste, lorsqu’il représente quelque chose » (p. 59).

4En suivant la ligne ouverte par Warren Breed (1995), J. Berthaut montre les mécanismes par lesquels un nouveau sens commun sur les banlieues s’impose progressivement à France 2, à travers un jeu combiné de recrutements sélectifs, de rétributions (de la félicitation publique à la promotion) et de rappels à l’ordre (des petites inflexions suggérées au montage au refus de diffuser un sujet).

5Mais son enquête comporte un autre volet particulièrement intéressant pour la sociologie du travail : l’inégale capacité des journalistes à se plier à ces injonctions en fonction de ce qu’ils sont — socialement et professionnellement — et, le cas échéant, les stratégies qu’ils déploient pour composer avec elles. Ainsi, Sonia, recrutée en contrat d’apprentissage pour ses contacts dans les fractions les plus déviantes des jeunes de cité, et Pauline, fille de polytechnicien venue des émissions magazines à la radio et à la télévision, ne semblent pas prêtes à accepter le point de vue final des rédacteurs en chef sur leur travail, et y opposent de fortes résistances. Ni l’une — « trop “cité” » (p. 204) — ni l’autre — « une militante [qui a] oublié d’être journaliste » (p. 335), qui « ne veut travailler que seule » (p. 350) — ne verra d’ailleurs son contrat reconduit. À l’inverse, Jeff, issu des milieux populaires et entré dans le journalisme par des voies peu prestigieuses (l’info-com), apparaît plus dépourvu des ressources sociales pour s’opposer aux points de vue dominants de la rédaction. Conscient de son statut de « transfuge » dans un univers social habituellement fermé aux individus comme lui (p. 362), il fait de l’adaptation une vertu cardinale et aime à se décrire comme « un mec plus ou moins malléable » (p. 365). Oscillant entre la déception — « Tu donnes… je sais pas, du prémâché, en fait » (p. 383) — et des moments de joie — par exemple quand l’une de ses propositions de reportage « positif » est acceptée —, il essaie d’adapter ce qu’il est à ce qu’il fait, d’aménager au mieux son poste, pour tout simplement pouvoir le tenir.

6L’analyse de ces mécanismes d’ajustement, inégalement possibles et plausibles, entre les socialisations et les positions constitue, au-delà de la sociologie des médias, un apport tout à fait intéressant pour l’étude de l’intériorisation des normes professionnelles. En articulant ces trajectoires personnelles avec les interactions professionnelles, les injonctions rédactionnelles et les contraintes pratiques du journalisme de terrain, J. Berthaut permet clairement de comprendre comment s’élabore, se perpétue et se diffuse une vision d’une « banlieue hors-sol » (p. 393) assez éloignée des situations modales que l’on y observe.

Haut de page

Bibliographie

Breed, W., 1995. Social Control in the Newsroom: A Functional Analysis. Social Forces 33 (4), 326–335.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Bonelli, « La banlieue du « 20 heures ». Ethnographie de la production d’un lieu commun journalistique, J. Berthaut », Sociologie du travail, Vol. 58 - n° 1 | 2016, 107-109.

Référence électronique

Laurent Bonelli, « La banlieue du « 20 heures ». Ethnographie de la production d’un lieu commun journalistique, J. Berthaut », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 58 - n° 1 | Janvier-Mars 2016, mis en ligne le 19 janvier 2016, consulté le 12 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/377

Haut de page

Auteur

Laurent Bonelli

Institut des sciences sociales du politique
UMR 7220 CNRS et Université de Paris Ouest–Nanterre
200, avenue de la République, 92001 Nanterre, France
laurent.bonelli[at]conflits.org

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals