Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 42 - n° 1Comptes rendusBernard Lahire, L’homme pluriel. ...

Comptes rendus

Bernard Lahire, L’homme pluriel. Les ressorts de l’action

Nathan, Paris, 1998, 256 p.
Nicolas Dodier
p. 196-198
Référence(s) :

Bernard Lahire, L’homme pluriel. Les ressorts de l’action, Nathan, Paris, 1998, 256 p.

Texte intégral

  • 1 On se souviendra que C. Bessy et F. Chateauraynaud, engagés eux aussi dans un travail mêlant une ap (...)

1Bernard Lahire propose dans son dernier ouvrage un cadre d’analyse permettant d’appréhender un acteur protéiforme variant, selon les contextes sociaux auxquels il est confronté, son rapport à l’action. L’objectif est de « développer une sociologie de la pluralité des logiques effectives d’action et de la pluralité des formes de rapport à l’action » (p. 188). L’originalité première de l’ouvrage vis-à-vis des travaux déjà conduits dans cette perspective réside dans l’accent mis par l’auteur à examiner les processus d’incorporation, de mémorisation et de réactivation des schèmes d’action, dans le cadre d’un programme affiché de « sociologie psychologique ». B. Lahire s’appuie pour cela sur un vaste ensemble de recherches qu’il a personnellement consacrées, depuis plusieurs années, aux pratiques d’écriture et de lecture. Confronté très directement à la question du langage, B. Lahire développe une réflexion originale, qui porte à la fois sur les processus d’apprentissage, et sur la variété des modalités par lesquelles le langage s’articule, in situ, à l’action. Pour Lahire, si l’acteur doit être considéré comme « pluriel », c’est parce que nous vivons dans des sociétés « ultra-différenciées », qui exposent chacun d’entre nous à des processus de socialisation contradictoires. Les schèmes que nous incorporons sont hétérogènes. « L’acteur pluriel est le produit de l’expérience – souvent précoce – de socialisation dans des contextes sociaux multiples et hétérogènes » (p. 42). Pour penser des individus situés à la conjonction singulière de différentes appartenances, B. Lahire recourt à la métaphore du « pli » : « le pli désigne une modalité particulière d’existence du monde social : le social (et ses logiques plurielles) en sa forme incorporée, individualisée » (p. 233)1 Cette entreprise suppose de nouveaux liens avec la psychologie. Face à l’alliance antérieure de la sociologie avec des modèles de développement d’inspiration piagétienne, qui traitent des problèmes cognitifs en général (la mémorisation, le raisonnement, la perception, etc.), l’auteur prône une alliance avec une nouvelle psychologie culturelle soucieuse de rendre compte des processus différenciés d’apprentissage en rapport avec des domaines de savoir spécifique.

2À ce cadre d’analyse, correspond une volonté d’insuffler une nouvelle manière de concevoir les théories sociologiques de l’action. L’idée générale est que chacune d’entre elles possède son « champ de pertinence », mais que les sociologues le perçoivent mal, tout occupés qu’ils sont à doter leur théorie personnelle d’une portée générale. « Pour une grande partie d’entre elles, les tensions conceptuelles reproduisent en définitive dans l’ordre théorique des différences sociales réelles : différences entre types d’action, dimensions de l’action ou types d’acteurs » (p. 12). L’ouvrage de B. Lahire vise à désamorcer les vaines polémiques (chacun se verra reconnaître un « champ de pertinence ») mais force est de reconnaître qu’il s’agit d’une redoutable entreprise de régionalisation systématique des théories générales de l’action. Chaque modèle sociologique d’action correspond en effet à l’une – mais à l’une seulement – des logiques d’action dans lesquelles un acteur par définition « pluriel » peut-être amené à s’engager. Le travail sociologique que propose Lahire vise à préciser les contextes sociaux favorables à chaque logique d’action, et à suivre un acteur dont rien n’exclut, a priori, qu’il ne soit capable d’en mettre en œuvre un certain nombre. La démarche fait explicitement écho aux suggestions de la micro-histoire, puisqu’il s’agit de faire varier, d’une manière expérimentale, les contextes d’analyse pour saisir la plus ou moins grande prégnance de l’un ou l’autre des types d’action.

3Pour construire son cadre d’analyse, B. Lahire choisit de focaliser le débat sur la théorie de Pierre Bourdieu. C’est l’occasion de discussions serrées, bien menées, particulièrement au fait de l’œuvre. Un premier ensemble de critiques consiste à épingler (à l’instar des autres théories de l’action) les excès de P. Bourdieu du côté de la généralisation : seules certaines pratiques, nous dit l’ouvrage, sont susceptibles d’être inscrites dans des « champs de lutte ». Seules certaines actions sont marquées par I’ « urgence » qui conduit les acteurs à mobiliser, sans le temps de la réflexion, et avant tout langage, des dispositions incorporées (critique du parti pris anti-intellectualiste de P. Bourdieu) ; seule une partie du langage entretient avec l’action un rapport savant, ou même réflexif. Un deuxième ensemble de critiques s’en prend à un trou majeur de la théorie : alors même que la notion d’incorporation des schèmes joue un rôle crucial dans la théorie de P. Bourdieu, celui-ci ne s’est pas intéressé, de fait, aux processus de formation de l’habitus, et aux modalités de réactivation des schèmes acquis. D’où un langage des « dispositions » qui fait l’impasse sur leur construction et sur leur réinvestissement possible dans des contextes sociaux variés. C’est alors tout le sens du travail entrepris par B. Lahire que de suivre précisément (et notamment dans l’exemple décisif de l’apprentissage de l’écriture), comment s’acquière et est réactivé la multiplicité des schèmes que nous retirons de nos processus de socialisation (dans la famille, à l’école, au travail, etc.).

4Si nul ne peut contester l’importance de la théorie du sens pratique construite par P. Bourdieu, la focalisation de B. Lahire sur celle-ci n’est pas sans inconvénients. À trop se fixer sur cette cible, l’auteur se positionne en définitive très peu vis-à-vis des recherches les plus proches de son propre projet, celles qui ont été depuis plusieurs années déjà portées par le tournant pragmatique de la sociologie. Du coup, il n’aborde pas les questions cruciales que rencontrent aujourd’hui les travaux qui, comme le sien, en France et ailleurs, considèrent « le social (les différences sociales) du point de vue de la variété des différentes situations sociales auxquelles un même acteur a en permanence affaire dans l’ordinaire de sa vie quotidienne » (p. 232). C’est dommage car cela aurait été l’occasion, dans le cadre d’un livre qui se démarque de beaucoup d’autres par son caractère inventif, très cultivé et sérieux, soucieux de développer un véritable cadre d’analyse de l’action en prise avec des recherches empiriques, d’ouvrir le débat sur plusieurs points majeurs qui restent dans l’ouvrage plutôt flous, alors même qu’ils ont déjà constitué la matière de véritables discussions parmi des sociologues intéressés aujourd’hui par une approche de l’action proche de la sienne. Trois questions au moins auraient gagné à être abordées. L’auteur, tout d’abord, discute très peu des méthodes utilisées pour identifier et distinguer les unes des autres ces « logiques d’action » dans lesquelles le même acteur peut être engagé. Or, depuis une stratégie basée sur le recours systématisé à des ouvrages de philosophie politique ou à des manuels de conduites comme bases d’identification des différents registres possibles d’action (Boltanski et Thévenot), jusqu’à des modes de construction beaucoup plus souples et ethnographiques, voire même clairement historicisés, on peut constater que la variété est aujourd’hui de mise dans le monde de la sociologie pragmatique. On pouvait s’attendre ici à plus d’explicitations. L’auteur n’aborde pas non plus systématiquement la question des modalités d’articulation entre ces logiques d’action. Il donne certes quelques pistes intéressantes concernant l’intégration par le même acteur de logiques différentes (pluralité et clivage, condition sociale des transfuges, etc.). Mais l’hétérogénéité interne des situations, la combinatoire des logiques d’action dans la même séquence, n’est pas abordée, alors même qu’elle constitue, comme l’ont montré de nombreux travaux, une dimension essentielle des tensions auxquelles sont confrontés les acteurs « pluriels ». L’ouvrage laisse enfin dans l’ombre la question du rapport entre ce qui est commun parmi les dispositions acquises par les individus, et ce qui est différencié. Deux orientations semblent aujourd’hui baliser le paysage. Tout d’abord, des travaux mettent en évidence un acteur « pluriel » doté de compétences multiples, mais semblables d’un acteur à un autre. D’autres mettent plus l’accent sur les processus de différenciations entre acteurs (malgré la complexité qu’il y a à penser des acteurs à la fois « pluriels » et « différenciés » ). Il reste largement à identifier où se situe la ligne de partage entre les schèmes que nous avons tous en commun (même s’ils ne sont pas tous activés de la même manière) et ceux qui nous distinguent les uns des autres d’une manière durable.

Haut de page

Bibliographie

Bessy C., Chateauraynaud F., Experts et faussaires. Pour une sociologie de la perception, Métailié, Paris, 1995.

Haut de page

Notes

1 On se souviendra que C. Bessy et F. Chateauraynaud, engagés eux aussi dans un travail mêlant une approche situationnelle précise de l’activité et un intérêt pour les processus d’apprentissage, ont également exploité la portée heuristique de la notion deleuzienne de « pli » pour rendre compte de la progressive construction des compétences nécessaires à l‘expertise des objets. Voir Bessy C., Chateauraynaud F., (1995).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Dodier, « Bernard Lahire, L’homme pluriel. Les ressorts de l’action »Sociologie du travail, Vol. 42 - n° 1 | 2000, 196-198.

Référence électronique

Nicolas Dodier, « Bernard Lahire, L’homme pluriel. Les ressorts de l’action »Sociologie du travail [En ligne], Vol. 42 - n° 1 | Janvier-Mars 2000, mis en ligne le 23 août 2000, consulté le 20 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/37736 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.37736

Haut de page

Auteur

Nicolas Dodier

Centre de recherche médecine, sciences, santé el société – Cermes/CNRS 182, boulevard de la Villette, 75019 Paris

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search