Navigation – Plan du site
Comptes rendus

La question halal. Sociologie d’une consommation controversée, C. Rodier

Presses universitaires de France, Paris (2014). 210 p.
Diane Rodet
p. 109-111
Référence(s) :

Christine Rodier, La question halal. Sociologie d’une consommation controversée, Presses universitaires de France, Paris, 2014, 210 p.

Texte intégral

  • 1 La sourate 5 du Coran, verset 3, précise : « Vous sont interdits la bête trouvée morte, le sang, la (...)

1La diffusion croissante de produits halal en France est un sujet de débats récurrents, comme il a été encore possible de le constater lors de l’élection présidentielle de 2012. Christine Rodier prend part à cette controverse en y apportant un point de vue ethnographique. Issue d’une thèse de sociologie, l’enquête analyse les modes d’alimentation de migrants d’origine marocaine installés en Moselle dans les années 1970 et de leurs descendants nés en France. L’ouvrage s’intéresse tout d’abord à l’imposition de la consommation halal depuis l’arrivée des migrants jusqu’aujourd’hui, puis s’attache à mettre au jour la diversité actuelle de ces pratiques. Les produits « halal », littéralement « libérés de l’interdit », renvoient à ce que le Coran considère comme licite1. L’auteur conteste la représentation de cette alimentation comme un ensemble d’usages figés perpétuant ceux du pays d’origine, et affirme à l’inverse que le halal correspond à une diversification de la consommation en rupture avec les modes de vie antérieurs.

2Venant d’une région rurale, ces migrants ne connaissaient pas la cuisine européenne et avaient jusque-là consommé des repas végétariens de fait, faute de moyens. Leur arrivée en France entraîne ainsi un véritable bouleversement alimentaire. Ils s’approvisionnent dans les boucheries casher, garantissant l’absence de porc, ou privilégient l’achat direct chez l’éleveur. Ces personnes se distinguent d’autres migrants tels les Algériens (arrivés plus tôt) par une plus grande observance des interdits religieux alimentaires. Alors qu’au départ ces règles concernent principalement la viande, le fait de manger halal plus globalement n’arrive que dans un second temps : cette pratique permet d’ingérer des aliments nouveaux (« français », « américains » ou relevant des fast food par exemple) sans renier ses origines. Manger halal ne signifie pas manger des plats « maghrébins », mais adopter une alimentation de plus en plus occidentalisée. Des « entrepreneurs de morale », tels que des imams, contribuent à la diffusion de ces produits.

3L’enquête met au jour les tensions existant entre les migrants et leurs enfants pour qui le terme halal ne revêt pas le même sens. Renvoyant avant tout à la viande pour les premiers, il concerne tout type de comportement pour les seconds. Pour les enfants, le halal opère comme un facteur d’identification collective aux pairs davantage qu’aux parents, accusés de méconnaître la « vraie » religion au profit d’un folklore. Ce décalage se cristallise autour des repas, où les adolescents manifestent leur gêne face aux plats nord-africains (couscous, tajine), décrits comme « écœurants » par rapport à la cuisine française jugée plus saine. Perçue comme une revanche sociale pour les parents ayant subi des privations, la consommation journalière de viande est rejetée par les adolescents. Le halal est pour eux un moyen d’introduire des aliments plus à leur goût.

4Quatre idéaux-types de « mangeurs » halal sont dégagés. Caractérisant surtout les migrants (et non leurs enfants), le « ritualiste » entretient l’idée d’une continuité entre la consommation actuelle et celle d’avant la migration. Le « consommateur » désigne ensuite celui pour qui le halal permet de diversifier l’alimentation sans renier la culture des parents. Il se définit comme musulman mais non « arabe ». Troisième type, le « revendicatif » conçoit le halal comme l’alimentation des musulmans qui s’opposent au monde occidental chrétien. Le mangeur « ascète » enfin inscrit son alimentation dans le cadre d’une pratique globale de l’islam séparant les « bons musulmans » des « mauvais ». L’exemple de la fête de l’Aïd el Kébir est mobilisé par la suite pour montrer la labilité des pratiques. Les enfants s’appliquent à mettre fin aux abattages clandestins, le halal est rattaché à des préoccupations diététiques par certains imams, ou encore à l’écologie par l’attribution d’une certification.

5Une remarque quant au titre de l’ouvrage doit tout d’abord être faite. Accrocheur, celui-ci laisserait attendre une discussion sur l’introduction du halal dans des espaces où il est absent ou encore sur l’abattage des animaux. Il n’en est pas question, et la controverse annoncée concerne finalement des tensions intergénérationnelles. Le texte manque par ailleurs de transitions et se répète à plusieurs reprises entre les deux parties. La thèse principale est cependant convaincante, concernant la diversification de la consommation que représente le halal par rapport aux modes de vie précédents. Le riche terrain exploité apporte un éclairage plus que nécessaire sur un phénomène mal connu en dépit de sa médiatisation. Les appropriations que font divers groupes sociaux d’une pratique a priori semblable sont finement décrites. On pourra regretter que l’auteur ne soit pas allé jusqu’au bout de ce constat. La typologie donne envie d’en savoir plus sur les ressources économiques et sociales des enquêtés, très brièvement présentés. L’intégration des normes alimentaires diffère en effet selon les milieux sociaux et les formes de sociabilité (Masullo et Reigner, 2009). Le fait que le « revendicatif » renvoie à de jeunes hommes de quatorze à dix-sept ans, tandis que l’« ascète » concerne des femmes de dix-sept à trente ans, aurait par exemple mérité un développement. De même, les tensions entre parents et enfants auraient pu être articulées à une réflexion sur l’ascension sociale de ces derniers, laissant présager un tel décalage normatif. En ne mobilisant que très peu l’épaisseur sociale des milieux enquêtés, l’auteur aboutit à une conclusion théorique qui pourra sembler trop rapide. Ce n’est pas parce que la norme contenue dans les textes religieux n’est pas appliquée telle quelle que les pratiques relèvent de questions « individuelles et non collectives » (p. 170). La typologie proposée semble même indiquer l’inverse.

6L’enquête montre bien, par ailleurs, qu’un phénomène en grande partie marchand comme le halal a des usages identitaires forts. Tout comme la consommation d’aliments biologiques ou équitables, celle des produits halal peut se trouver appropriée par différents groupes en revendiquant le monopole, à travers la création d’un label. La logique de marché n’entre ainsi pas en contradiction avec la logique communautaire, comme cela est mentionné (p. 106), mais vient au contraire l’appuyer. Un des intérêts du terrain présenté est précisément de faire apparaître de façon claire les usages identitaires de la consommation et des dispositifs marchands.

Haut de page

Bibliographie

Masullo, A., Reigner, F., 2009. Obésité, goûts et consommation. Intégration des normes d’alimentation et appartenance sociale. Revue française de sociologie 50 (4), 747-773.

Haut de page

Notes

1 La sourate 5 du Coran, verset 3, précise : « Vous sont interdits la bête trouvée morte, le sang, la chair de porc ; ce qui a été immolé à un autre que Dieu ; la bête étouffée ou morte à la suite d’un coup, ou morte d’une chute, ou morte d’un coup de corne, ou celle qu’un fauve a dévorée — sauf si vous avez eu le temps de l’égorger — ou celle qui a été immolée sur des pierres ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Diane Rodet, « La question halal. Sociologie d’une consommation controversée, C. Rodier », Sociologie du travail, Vol. 58 - n° 1 | 2016, 109-111.

Référence électronique

Diane Rodet, « La question halal. Sociologie d’une consommation controversée, C. Rodier », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 58 - n° 1 | Janvier-Mars 2016, mis en ligne le 27 janvier 2016, consulté le 09 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/380

Haut de page

Auteur

Diane Rodet

Centre Max Weber
UMR 5283 Université Lumière Lyon 2 – CNRS
14, avenue Berthelot, 69007 Lyon, France
diane.rodet[at]univ-lyon2.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals