Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 63 - n° 1Comptes rendusDavid Frayne, Le refus du travail...

Comptes rendus

David Frayne, Le refus du travail. Théorie et pratique de la résistance au travail

Éditions du Détour, Paris, 2018, 280 p.
Maëlezig Bigi
Référence(s) :

David Frayne, Le refus du travail. Théorie et pratique de la résistance au travail (traduit et préfacé par Baptiste Mylondo), Éditions du Détour, Paris, 2018, 280 p.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

CouvertureAfficher l’image
Crédits : Éditions du Détour

1« Remettre en cause la centralité du travail », telle est l’ambition du livre de David Frayne qui, pour cela, entend « faire connaître les alternatives et […] contribuer positivement à une critique de notre société centrée sur le travail » (p. 26). Cette dénaturalisation du travail passe, dans une première partie théorique, par la définition d’une boussole critique très largement empruntée à l’œuvre d’André Gorz, complétée de références à Karl Marx et aux auteurs des différentes générations de l’École de Francfort. La seconde partie prolonge empiriquement ce fil critique grâce à des entretiens réalisés avec une vingtaine d’enquêtés dont le point commun est d’avoir réduit ou supprimé le temps consacré à leurs activités rémunérées. Quelques propositions pour réduire l’emprise sociale du travail sont formulées dans le chapitre conclusif.

2La première partie de l’ouvrage s’emploie à dénaturaliser le travail en montrant qu’en tant qu’activité économique « entreprise en vue d’obtenir un salaire », sa centralité est « le fruit d’une construction sociale et historique ». Reprenant les jalons d’une historiographie connue depuis Les métamorphoses du travail (Gorz, 1988), l’auteur dépeint le contraste entre la malédiction que représente le travail dans l’Antiquité, et sa moralisation, entreprise au XIXe siècle avec le développement de l’esprit et des techniques disciplinaires du capitalisme, tempérée par l’apparition des premières pensées critiques — des utopistes comme Charles Fourier, William Morris et Thomas More jusqu’à l’école de Francfort, en passant par Karl Marx.

3Les deux chapitres suivants montrent que travail et émancipation se contredisent de plus en plus en régime capitaliste ou hétéronome, où la rationalité économique dicte « les objectifs et les méthodes de production ». Cette contradiction s’observe en premier lieu dans le travail, où les progrès technologiques servent l’intensification et le contrôle de l’activité, accroissant une aliénation qui prend la forme de l’indifférence décrite par Karl Marx dans les Manuscrits de 1844. De surcroît, avec le développement du travail émotionnel et cognitif, une nouvelle forme d’aliénation apparaît, celle des « qualités humaines ».

4La contradiction entre travail et émancipation s’exprime également en dehors du travail. En effet, « les attentes économiques colonisent la vie quotidienne » (p. 97), soutenues par la publicité qui promeut « des manières marchandes de répondre à de vrais besoins ». À la suite de Theodor Adorno, David Frayne soutient que le temps libre, de plus en plus réduit et fragmenté par le temps de travail, remplit essentiellement des fonctions de récupération et de compensation. Pour les étudiants et les chômeurs, le temps non travaillé est de surcroît aliéné par la logique de l’employabilité.

5Le quatrième chapitre examine le rôle joué par les gardiens du « bastion du travail » dans le maintien des croyances morales associées à l’emploi. D’un côté, les médias « diabolisent celui qui ne travaille pas » et rejettent la responsabilité du chômage de masse sur les individus. De l’autre, les dernières décennies de politiques du workfare en Grande-Bretagne conditionnent de plus en plus strictement et pour une population toujours plus grande l’accès au droit à la réalisation d’une activité. Enfin, certains travaux sociologiques sur le chômage, dont l’archétype serait Les chômeurs de Marienthal (Lazarsfeld et al., 1982), contribueraient en creux à une « glorification du travail » (p. 137).

6La seconde partie de l’ouvrage est fondée sur une enquête menée entre 2009 et 2013 auprès d’une vingtaine de personnes qui ont choisi de réduire ou de cesser leurs activités de travail. D’âge, de sexe et d’origine variés, les enquêtés ont été recrutés via des recherches sur internet, des annonces locales ou de proche en proche. Tous se sont livrés à plusieurs entretiens ethnographiques en face à face ou par téléphone. Plus rarement, l’auteur a pu participer à leurs activités quotidiennes.

7Pour les enquêtés, le point de rupture avec le travail intervient au terme de trois types de « cheminements » où dominent le sentiment d’une perte de sens au travail, celui d’un trop grand écart avec les activités non aliénées dont ils ont pu faire l’expérience par le passé, ou encore la volonté d’« autopréservation » lorsque le travail brise le corps. Prendre ses distances avec le travail demande de faire face à un certain nombre de barrières pratiques et matérielles, dans un double mouvement de dévalorisation de la consommation marchande et d’enthousiasme pour l’autoproduction qui est source d’expériences positives (chapitre 6). Ainsi, pour les enquêtés, c’est leur vie d’avant qui « était caractérisée par des sacrifices » (p. 197), tandis que celle d’aujourd’hui est dépeinte « dans un langage de plaisir et d’autonomie, plutôt qu’en termes de “débrouille”, de “sacrifice”, de “faire avec” » (p. 218).

8Les barrières morales de la résistance au travail sont les plus prégnantes. Celles-ci se matérialisent par un « sentiment de honte […] toujours présent, en arrière-plan » (p. 230), que David Frayne analyse, avec Axel Honneth (2000), comme le résultat de la privation de dignité ou de statut, c’est-à-dire du refus de « reconnaître la légitimité culturelle de son mode de vie » (p. 231). Les enquêté·es déploient alors des stratégies discursives « proactives » pour éviter la stigmatisation lors d’interactions avec les amis ou la famille, ou encore se regroupent en associations « d’oisifs » comme la Idler’s Alliance.

9Dans le dernier chapitre, l’auteur invite à poursuivre le projet gorzien d’une « politique du temps », qui reposerait sur la réduction du temps de travail et la déconnexion entre travail et revenus. Décliné en programme de recherche, ce projet consisterait à étudier liens entre travail, santé et pauvreté, à s’intéresser aux outsiders, à accompagner les mouvements sociaux de refus du travail ou encore à défendre la pensée utopique comme outil permettant de se distancier du présent.

  • 1 Parmi les plus connus, citons les livres de Dominique Méda (1995) et de Jeremy Rifkin (2000).

10Dans cette perspective, un atout de ce livre est de fournir un précis de critique du travail accessible aux non spécialistes, et de mettre en valeur le potentiel subversif de gens « ordinaires » (p. 152), auxquels il est aisé de s’identifier et qui, sans s’inscrire dans un projet politique ou collectif particulier, résistent concrètement au travail. En effet, depuis les lointains débats de la fin des années 1990 sur une possible fin du travail1, de nouvelles formes de mise au travail n’ont cessé d’être inventées, qu’il s’agisse des politiques d’activation, de la dérégulation des statuts d’emploi et du temps de travail, ou de la récente réforme des retraites qui entend renforcer le lien entre revenus du travail et montant des pensions. Que l’on souscrive ou non à son projet politique, ce livre fournit une preuve de l’utilité de la fonction suspensive de la pensée utopique. Sa traduction a également l’intérêt de visibiliser un groupe d’intellectuels gorziens actifs outre-Manche, parmi lesquels figurent Françoise Gollain et Finn Bowring. Et si les thèses gorziennes défendues ici ne sont pas nouvelles, il est appréciable pour le lecteur francophone de les voir inscrites dans un corpus critique de langue anglaise.

11Bien qu’il rende compte d’une enquête dont les conditions sont explicitées et l’analyse inscrite dans le cadre scientifique de l’interactionnisme, Le refus du travail questionne la frontière entre écriture sociologique et militante. Ainsi, le souci de la cumulativité semble avoir été mis de côté au profit d’une sélection de références construisant un ensemble critique cohérent, articulé autour du rejet du couple travail-consommation. De la même manière, l’administration de la preuve, qui restitue peu l’épaisseur sociologique des enquêté·es, pourra ne pas convaincre l’académicien·ne : quelles sont leurs dispositions ? À quel moment de leurs parcours biographique et professionnel s’inscrit le « point de rupture » ? Il n’en reste pas moins que David Frayne propose ici de s’intéresser à une population peu étudiée : celles et ceux qui choisissent de travailler moins.

Haut de page

Bibliographie

Gorz A., 1988, Métamorphoses du travail, Galilée, Paris.

Honneth A., 2000, La lutte pour la reconnaissance, Cerf, Paris.

Lazarsfeld P., Jahoda M., Zeisel H., 1982, Les Chômeurs de Marienthal, Éditions de Minuit, Paris.

Méda D., 1995, Le travail. Une valeur en voie de disparition, Aubier, Paris.

Rifkin J., 2000, La fin du travail, La Découverte, Paris.

Haut de page

Notes

1 Parmi les plus connus, citons les livres de Dominique Méda (1995) et de Jeremy Rifkin (2000).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maëlezig Bigi, « David Frayne, Le refus du travail. Théorie et pratique de la résistance au travail »Sociologie du travail [En ligne], Vol. 63 - n° 1 | Janvier-Mars 2021, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 14 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/sdt/38048 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.38048

Haut de page

Auteur

Maëlezig Bigi

Laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique (LISE)
UMR 3320 CNRS et Conservatoire national des arts et métiers
2, rue Conté, 75003 Paris
maelezig.bigi[at]lecnam.net

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search