Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 63 - n° 1Comptes rendusNathalie Lapeyre, Le nouvel âge d...

Comptes rendus

Nathalie Lapeyre, Le nouvel âge des femmes au travail

Presses de Sciences Po, Paris, 2019, 224 p.
Valerya Viera Giraldo
Référence(s) :

Nathalie Lapeyre, Le nouvel âge des femmes au travail, Presses de Sciences Po, Paris, 2019, 224 p.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

CouvertureAfficher l’image
Crédits : Presses de Sciences Po

1Dans cet ouvrage, Nathalie Lapeyre interroge les évolutions en matière d’inégalités et de rapports de pouvoir entre femmes et hommes au travail, à partir d’une enquête ethnographique menée entre 2012 et 2016 au sein du groupe aéronautique Airbus, dans l’agglomération toulousaine. Complétée par une soixantaine d’entretiens semi-directifs, cette enquête met en évidence les parcours professionnels ascendants des femmes cadres ingénieures dans un bastion masculin. Le titre ambitieux de l’ouvrage fait référence à un contexte largement reconfiguré par les politiques externes et internes en matière d’égalité femmes-hommes. Structuré en trois chapitres, l’ouvrage pose la question suivante : en quoi cette génération de manageuses se distingue-t-elle des générations précédentes ? Ce « nouvel âge des femmes au travail » est-il le fruit des politiques d’égalité professionnelle des dernières décennies ? Comment cette génération de femmes hautement diplômées est-elle parvenue à gravir les échelons ?

2L’autrice commence par restituer le contexte dans lequel s’inscrivent les parcours féminins étudiés, en s’appuyant sur des données quantitatives et en dressant un bilan des lois et avancées en matière d’égalité professionnelle en France. Elle montre que les scénarios des carrières féminines ont évolué, que ce soit au sein de l’entreprise ou dès leur scolarité dans les écoles d’ingénieurs. Ces scripts de carrières sexuées ont été encadrés par des évolutions législatives complexes, lentes et souvent entravées. Le cas du groupe Airbus intéresse par sa volonté affirmée de féminisation des emplois — volonté qui passe en partie par la réalisation d’objectifs quantitatifs, mais qui est encore plus ambitieuse car elle veut également entraîner un changement culturel de grande ampleur au sein du groupe, intitulé « the Airbus way ». Nathalie Lapeyre applique à ce terrain la plupart des concepts contemporains relatifs aux évolutions de carrières féminines, pour évoquer à la fois la ségrégation sexuée verticale — « plafond de verre » (p. 39), « féminisation en mode sandwich » (p. 34) — et horizontale — « gender queue », « métiers masculins, intermédiaires et mixtes/féminisés » (p. 37), « parois de verre » (p. 38). Elle n’oublie pas de souligner les exceptions comme la « pipeline » (« la pompe magique interne à l’entreprise tirant vers le haut » de la pyramide hiérarchique, p. 38) et explique comment la ségrégation chez Airbus se fait par cercles concentriques (plus les métiers sont proches de la fabrication de la machine, moins il y a de femmes). Elle distingue ainsi sept dynamiques de féminisation au sein du groupe : recrutement initial, mobilité interne, fabrication de sa proche niche professionnelle, recours au temps partiel long et féminisation des équipes, des métiers et des compétences. Cette « loi de la féminisation » (p. 45) mettrait à l’écart l’ethos professionnel et domestique traditionnel. Elle se double d’un recours aux solidarités féminines et questionne les modèles féminins auxquels s’identifier. Ces dynamiques de féminisation interrogent l’articulation des temps sociaux, dans le sens où les temporalités de travail masculines reposent sur une surcharge parentale et domestique féminine.

3Une fois ce contexte explicité, le deuxième chapitre détaille la politique de genre de l’entreprise ainsi que les réseaux de femmes qui s’y tissent. Cette politique de genre, disséminée dans une volonté de transformation culturelle et organisationnelle, implique à la fois une redéfinition des activités et la féminisation de postes. Elle apporte aussi des changements moins concrets, ayant trait au « Airbus way », comme le développement personnel de soi-même et des autres ou l’encouragement à un travail d’équipe soucieux de « diversité ». Dans ce cas précis de « gender mainstreaming » (approche intégrée d’égalité des sexes), la direction du service Development and Cultural Change perçoit le genre comme un attribut de cette diversité et donc une potentielle valeur ajoutée, sous-exploitée jusqu’à présent. Dans ce qui se veut une innovation organisationnelle mais aussi sociale et culturelle (p. 67), l’entreprise naturalise certains attributs dits féminins (ouverture, pragmatisme, curiosité, esprit pratique, diplomatie, etc.). Une femme sera potentiellement une bonne manageuse, en vertu de ses capacités essentialisées à écouter les collaborateurs, et contribuera au maintien de la compétitivité par ses « soft skills ». L’autrice détaille la mise en place de cette politique d’égalité et de diversité, qui permet à certaines femmes de gravir des échelons au nom d’un libéralisme vertueux attentif à ne pas gaspiller leurs compétences singulières. Plusieurs récits biographiques illustrent les tensions d’une carrière féminine dans un contexte combinant gender mainstreaming et ethos professionnel viril. Ils permettent d’identifier différents obstacles, liés à la désynchronisation de la politique du genre, à la défense masculine de normes androcentriques dominantes, ou encore aux craintes véhiculées par ces femmes : l’articulation entre maternité et responsabilités professionnelles, l’usure physique et l’injonction à l’exemplarité, le scepticisme vis-à-vis de leurs compétences de la part des concurrents masculins, etc.

4Comme le rappelle le dernier chapitre, les femmes suivies franchissent différents obstacles relatifs au travail et au hors-travail en se saisissant d’un ensemble de ressources individuelles et collectives. L’autrice les regroupe sous le terme d’« empowerment », c’est-à-dire la capacité et/ou le pouvoir d’agir de cette génération de femmes. Les programmes destinés aux femmes cadres d’Airbus, comme la formation GROW (Growing Opportunities for Women), servent de plateforme pour constituer des réseaux féminins et favoriser l’émergence de différentes dimensions d’empowerment (p. 127). Cinq récits biographiques témoignent d’un empowerment au croisement des politiques entrepreneuriales de diversité et de la médiation horizontale entre individus. Les récits de vie mettent en valeur ces « coureuses de fond » (p. 147) et leurs stratégies : activation discrétionnaire des stéréotypes sexués à leur guise (par exemple « faire la blonde » pour demander des explicitations, p. 151), accentuation des qualités relationnelles pour accéder à de l’information, ou encore le recours à la dérision pour mettre à distance les crispations :

« Si on arrive à monter, on va nous dire que c’est parce que l’on est des femmes quotas. En même temps avant les femmes qui montaient, on disait : avec qui t’as couché ? Donc, bon, finalement, ce n’est pas plus mal ! » (p. 151-152).

5Une des richesses de l’ouvrage consiste à ouvrir les coulisses du combat professionnel féminin, notamment ses conséquences sur les couples dans un contexte d’homogamie sociale et professionnelle élevée. La mise sous silence des réussites professionnelles des femmes dans les couples hypogames, dans le but de ménager les susceptibilités du conjoint à la position sociale ou professionnelle moins prestigieuse, interroge le déroulé des carrières au sein d’un couple hétérosexuel et leur inscription dans une économie de couple. L’autrice souligne le caractère relationnel des évolutions professionnelles : la marche des femmes vers une égalité de position bouscule les carrières masculines et interpelle leur travail en dehors de la sphère de l’emploi salarié (travail domestique, parental, citoyen, etc.).

6Pour conclure, l’autrice nuance elle-même ces changements et pointe la persistance des logiques de responsabilités individuelles, qui maintiennent les normes et l’organisation genrée. Les politiques de diversité telles qu’elles sont déployées ici promeuvent quelques femmes mais sans bouleverser la structure. Nathalie Lapeyre apporte une autre contribution originale en saisissant l’ethos corporel et la sexualisation du corps des femmes comme une dimension de la pénibilité au travail. Elle explique qu’il est nécessaire de prendre en compte ces aspects pour briser réellement ce système inégalitaire. Néanmoins, on peut regretter que l’analyse n’aborde pas les questions du rapport de ces femmes à la notion de féminisme et la distance qu’elles revendiquent vis-à-vis d’un mot visiblement tabou, alors qu’elles partagent l’aspiration à l’égalité professionnelle. De plus, la structure de l’ouvrage concentrant la critique essentiellement dans sa conclusion ainsi que l’aspect monographique de la recherche conduisent l’autrice à mettre l’accent davantage sur les parcours individuels que sur le caractère organisationnel des inégalités. Le récit biographique sert à montrer en finesse les interconnexions dans l’évolution des carrières féminines, mais il peut avoir des limites dans l’analyse des conséquences organisationnelles des dispositifs. Cependant, le pari de l’optimisme du titre et la structure de l’ouvrage ne réduisent point l’apport notable aux recherches sur la place des femmes dans les bastions masculins et les lieux de pouvoir au travail.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valerya Viera Giraldo, « Nathalie Lapeyre, Le nouvel âge des femmes au travail »Sociologie du travail [En ligne], Vol. 63 - n° 1 | Janvier-Mars 2021, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 22 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/sdt/38070 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.38070

Haut de page

Auteur

Valerya Viera Giraldo

Laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique (LISE)
UMR 3320, CNAM, CEET, 2, rue Conté, 75003 Paris, France
valeryavierag[at]gmail.com

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search