Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 63 - n° 1Comptes rendusVincent Tiberj, Les citoyens qui ...

Comptes rendus

Vincent Tiberj, Les citoyens qui viennent. Comment le renouvellement générationnel transforme la politique en France

Presses universitaires de France, Paris, 2017, 286 p.
Fanny Bugeja-Bloch
Référence(s) :

Vincent Tiberj, Les citoyens qui viennent. Comment le renouvellement générationnel transforme la politique en France, Presses universitaires de France, Paris, 2017, 286 p.

Texte intégral

CouvertureAfficher l’image
Crédits : PUF

1Cet ouvrage analyse les effets du renouvellement générationnel et des mutations dans les profils des « nouveaux citoyens » sur la politique en France depuis la fin des années 1960. En sciences politiques, les approches par cohorte se sont concentrées sur le phénomène des baby-boomers. Pourtant, Vincent Tiberj montre que le renouvellement récent des générations n’a pas eu moins d’effet sur le rapport à la politique que l’arrivée des baby-boomers. Selon lui, et c’est la thèse de son ouvrage, les « citoyens qui viennent », loin d’être « de simples remplaçants de ceux qui partent » (p. 26), ont au contraire leurs caractéristiques propres (accroissement des titres scolaires, baisse du sentiment religieux, variété des origines migratoires, etc.) et transforment la politique. Il dresse ainsi le portrait d’un nouveau « citoyen distant » et analyse successivement son rapport à l’offre politique, ses nouvelles formes de participation politique, ses valeurs ainsi que ses votes et sa proximité partisane.

2Pour ce faire, l’auteur s’appuie sur l’analyse secondaire de la quasi-totalité des sources disponibles depuis les années 1960, dont une présentation est synthétisée en annexe (p. 263). Il mobilise des enquêtes nationales et européennes répétées dans le temps (les Eurobaromètres, les enquêtes du Centre de recherches politiques et du Centre d’Études européennes de Sciences Po, les European Value Studies, European Elections Studies, European Social Surveys). La quantité des sources mobilisée est remarquable, le travail d’harmonisation pour rendre possible des analyses générationnelles considérable, et leur croisement est toujours pertinent.

3Avant d’entrer dans la démonstration empirique, le chapitre 1 pose les différences entre les notions de génération, cohorte et cycle de vie et leurs usages en sciences politiques. Il décortique avec pédagogie, graphiques à l’appui, les trois effets d’âge, de période et de cohorte. Il montre comment la religion n’est pas une affaire d’âge mais de génération. Il prend en outre le contre-pied des approches par les générations politiques. Plutôt que de se limiter à l’étude de générations sociales au sens de Karl Mannheim (1990), pour qui un contexte social partagé fait une génération, il préfère adopter une approche plus large, par cohorte, où il s’agit d’étudier, tels des groupes sociaux, les individus nés à une même période, avec leurs points communs et leurs différences.

« En se focalisant sur les conditions d’émergence de telles générations, on néglige les événements ou processus de “basse intensité”, graduels et diffus, qui peuvent tout autant imprimer leur marque sur les individus de manière plus ou moins consciente et générer des distinctions fortes entre cohortes » (p. 17).

4Il construit sa réflexion autour de la critique du schéma de Ronald Inglehart (1979) qui propose une analyse du changement social, culturel et politique à partir de la montée en puissance des valeurs post-matérialistes. Premièrement, explique Vincent Tiberj, la théorie de la disparition des valeurs matérialistes comme seul scénario d’une vision développementaliste n’est pas satisfaisante étant donnée la montée en puissance des inégalités. Deuxièmement, le système de valeur n’est pas structuré par la seule dimension des valeurs modernes versus post-modernes : la dimension socio-économique est tout aussi structurante. Troisièmement, la jeunesse n’est pas le moment du cycle de vie qui détermine pour toute une vie les attitudes, opinions et comportements politiques ; un événement politique les impacte quel que soit le moment du cycle de vie où il survient.

5À l’aide de graphiques cohortaux, le chapitre 2 décrit les profils sociologiques des générations des électeurs d’aujourd’hui et insiste sur les changements sociaux qui pèsent sur le rapport à la politique. L’élévation du niveau de diplôme, la banalisation du chômage et de la précarité de l’emploi, le déclin du syndicalisme, « l’émergence de la religion musulmane » (p. 39) et la part accrue d’athées et d’immigrés extra-européens ou de « populations noires » en font notamment partie. Ces transformations se sont toutefois accompagnées d’une réduction des inégalités de genre, ce qui donne une place nouvelle aux femmes dans la politique.

6L’enjeu est ensuite d’interroger le rôle de ces changements sociaux générationnels sur « la question de la compétence et de l’intérêt pour la politique » (chapitre 3) et le rapport à l’offre politique (chapitre 4). Vincent Tiberj fait « l’hypothèse qu’à travers l’analyse des cohortes, on peut dépasser l’alternative classique entre citoyen engagé et citoyen apathique et mettre en évidence un troisième type : le citoyen distant » (p. 71). Ce citoyen des cohortes récentes se définit par de fortes compétences politiques et une méfiance face aux normes et aux hommes politiques : « il ne voit pas son rôle de citoyen comme un devoir mais comme un droit » (p. 71). Il se distingue à la fois du citoyen des cohortes anciennes, qui est moins intéressé, moins compétent et a un « rapport de déférence » (p. 98) à la classe politique, et de celui de la génération du baby-boom, qui est mobilisé et critique. Sa démonstration repose sur la construction de modèles de régression emboîtés lui permettant de mettre en évidence des logiques cohortales propres. Il objective par exemple le rapport aux hommes politiques en analysant la fréquence des discussions politiques ou une échelle de confiance accordée aux hommes politiques. Les rapports à la politique et aux hommes politiques sont différenciés selon les cohortes en lien avec les contextes. Sans modifier les tendances lourdes (le rapport à la politique étant socialement situé), le renouvellement générationnel favorise une défiance politique qui s’accompagne d’un rapport critique ou distant à la politique et aux partis, de sorte que le multipartisme et la volatilité progressent.

7Le chapitre 5 porte sur les transformations des formes de participation. Alors que la participation politique par le vote était vécue sur le registre du devoir et s’imposait comme la forme dominante légitimée par la verticalité de l’action politique, elle est devenue systématique pour les élections à forts enjeux seulement (les présidentielles). D’autres formes d’actions variées (boycott, pétition, manifestation, occupation, etc.) se développent avec les baby-boomers et se démocratisent sous l’effet de nouveaux espaces de diffusion de l’information. À partir de modèles expliquant les rapports aux trois formes de mobilisation que sont la pétition, le boycott et la manifestation, l’auteur montre comment les nouvelles générations se caractérisent non pas par une mobilisation plus forte que celle des baby-boomers mais par une plus grande « acceptation du principe de la mobilisation » (p. 154), quels que soient leur position sur l’échiquier et leur rapport au monde politique. Si cette tendance s’accompagne d’une réduction des inégalités de genre dans toutes les formes de participation, les inégalités sociales persistent, de sorte que les plus précaires sont aussi les moins mobilisés.

8Dans le chapitre 6, l’auteur déconstruit l’idée selon laquelle les valeurs varient selon le cycle de vie pour montrer le rôle combiné des cohortes et des périodes. Si les nouvelles générations sont plus tolérantes que celles qui les précèdent, le contexte peut faire varier ces valeurs à court terme. Les cohortes se distinguent nettement sur le plan des valeurs culturelles mais pas sur celui des valeurs socio-économiques. Sur ce dernier point, bien que leurs conditions de vie les opposent, les cohortes « sont toutes traversées par des oppositions fortes entre tenants de la redistribution et libéraux économiques » (p. 191). Le contexte politique infuse sur les individus et détermine non seulement leurs valeurs mais encore leur vote (chapitre 7). En lien avec leurs valeurs, les cohortes ont aussi une identité politique et des votes propres. Le positionnement plus à gauche des cohortes récentes ne se réduit pas à un effet de composition, les écarts de position gauche/droite entre cohortes persistant à autres variables contrôlées.

9Finalement, par une démonstration très rigoureuse, cet ouvrage démontre avec force à quel point les cohortes, trop souvent délaissées, offrent une grille de lecture du rapport à la politique pertinente et aussi indispensable que toutes les variables socio-démographiques classiques. Écrit avant le mouvement des gilets jaunes, l’ouvrage avait décrit et annoncé les transformations des formes de mobilisation, la visibilité accrue des femmes, et la place centrale des valeurs économiques dans ces cohortes récentes, cette dernière validant de nouveau la pertinence de la critique adressée à Ronald Inglehart. Si l’âge, le sexe, la catégorie socio-professionnelle mais encore la cohorte de naissance sont des variables déterminantes du rapport au fait politique, le mouvement des gilets jaunes — « petits-moyens » de la France périurbaine ou rurale — montre combien la dimension spatiale constitue une autre clé de lecture centrale dans le contexte de métropolisation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fanny Bugeja-Bloch, « Vincent Tiberj, Les citoyens qui viennent. Comment le renouvellement générationnel transforme la politique en France »Sociologie du travail [En ligne], Vol. 63 - n° 1 | Janvier-Mars 2021, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 01 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/38186 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.38186

Haut de page

Auteur

Fanny Bugeja-Bloch

Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris, équipe Genre, travail, mobilités (CRESPPA-GTM)
UMR 7217 CNRS, Université Paris 8 et Université Paris-Ouest Nanterre La Défense
Université Paris-Nanterre, Bâtiment D - D321
200, avenue de la République, 92000 Nanterre, France
fanny.bugeja[at]gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search