Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Sexualité, J. Weeks

Presses universitaires de Lyon, Lyon (2014). 310 p.
Mathieu Trachman
p. 111-113
Référence(s) :

Jeffrey Weeks, Sexualité, Presses universitaires de Lyon, Lyon, 2014, 310 p.

Texte intégral

1D’abord paru en 1986, ce livre de Jeffrey Weeks est un classique de la sociologie de la sexualité, dont la troisième édition est aujourd’hui traduite en français et accompagnée d’une préface inédite de l’auteur, ainsi que d’une longue postface de Rommel Mendès-Leite qui, au-delà de l’« introduction à l’œuvre de Jeffrey Weeks » qu’annonce son titre, analyse les enjeux épistémologiques et politiques de son travail.

2Comment aborder la sexualité en sociologue ? Si les études se sont multipliées depuis lors, la question n’avait rien d’évident au milieu des années 1980. J. Weeks définit son projet comme une tentative de « problématiser l’idée de sexualité et de montrer son émergence à partir d’une histoire complexe, ses liens étroits avec les relations de pouvoir, la manière dont son déploiement a consisté à soutenir et à normaliser certaines formes d’activités érotiques et à en marginaliser d’autres, enfin la crise des significations qui a résulté des diverses remises en cause qu’elle a générées » (p. 213). Si constituer la sexualité en objet pour les sciences humaines était un geste minoritaire, il n’était pas sans précédent, et on peut comparer le projet de J. Weeks aux entreprises qui le précèdent : celle de William Simon et John Gagnon qui élaborent au début des années 1970 une théorie des scripts sexuels dans laquelle ils analysent la sexualité comme un ensemble de pratiques et de significations permettant aux individus de donner une interprétation sexuelle à une situation ; celle de Michel Foucault qui montre à partir de 1976 comment l’émergence de la sexualité comme dispositif sous-tend des pratiques, des institutions favorisant des processus de pathologisation, et un nouveau rapport à soi.

3Comme J. Simon et W. Gagnon, J. Weeks constitue la sociologie de la sexualité contre la sexologie, insistant en particulier sur l’irréductibilité de la sexualité à des processus corporels ou naturels. Cependant, il n’aborde pas tout à fait la sexualité comme un ensemble de conduites, mais plutôt comme un assemblage de significations : son ouvrage comporte peu d’informations sur les pratiques sexuelles majoritaires ou minoritaires, mais beaucoup d’analyses portant sur les discours savants, politiques et moraux qui constituent ce que nous appelons « sexualité ». Aborder la sexualité comme un langage permet de la définir comme une pratique sociale « dont nous nous faisons les interprètes » (p. 104) ; la diversité de ces langages en fait « un concept intrinsèquement problématique » (p. 24), enjeu d’une lutte entre des discours pathologisants ou moralisants, des mouvements sociaux, et des travaux scientifiques dont la sociologie fait partie. Contrairement aux démarches psychanalytiques, l’approche proposée ici n’aborde pas la sexualité comme un principe présocial, mais comme le résultat de luttes pour donner une signification à certaines pratiques, qui aboutissent à la formation de cultures sexuelles historiquement contingentes. Si ces cultures sont relativement autonomes, elles s’articulent avec des rapports d’âge, de parenté, de « race », et peut-être plus que tout de genre : le sexuel renvoie toujours à du non-sexuel, et en particulier à des rapports de domination.

4Comme M. Foucault, J. Weeks écarte l’idée d’une répression de la sexualité pour analyser l’importance que l’Occident lui donne, en particulier en cherchant « la vérité de la subjectivité dans l’organisation des désirs sexuels » (p. 55). Il fait cependant l’hypothèse, à la suite d’Anthony Giddens, d’une « grande transition » affectant la sexualité et les rapports de genre, impulsée par les critiques du patriarcat, conduisant à une politisation de l’intimité, à une individualisation des choix érotiques, et à la circulation de « flux globaux » (p. 203), d’hommes, d’images, de récits et d’affects. En outre, plus que Foucault, Weeks valorise la psychanalyse comme discipline qui a mis en évidence l’absence de normes sexuelles, questionné de manière radicale la différence des sexes et sa biologisation, et saisi finalement, mieux que d’autres approches de la sexualité, une « subjectivité fissurée » (p. 110). Reconnaître ces ambivalences permet de penser la contingence de l’hétéronormativité, ceci malgré la naturalisation de l’hétérosexualité souvent à l’œuvre dans les discours post-freudiens.

5La volonté de tirer les conséquences normatives de son approche sociologique est un autre trait qui distingue J. Weeks de M. Foucault. La dénonciation de la constitution de certaines pratiques sexuelles en pratiques perverses ne le conduit pas à faire l’éloge de la diversité, elle-même appréhendée comme un langage contemporain de la sexualité, mais à tenter de distinguer « ce qui est moral de ce qui est immoral » (p. 139). Poser cette question en sociologue, cela signifie, selon J. Weeks, refuser l’évaluation de la moralité des actes eux-mêmes et prendre en compte les relations sociales qui donnent sens à la sexualité. Tout en défendant une position libérale, J. Weeks ne s’appuie ni sur le critère du consentement, ni sur une politique foucaldienne des plaisirs, mais s’attache à tirer les conséquences morales de l’existence d’une diversité érotique et de l’intrication de la sexualité avec les relations de pouvoir. Cela conduit à la dénonciation des effets négatifs de la grande transition, lorsque les flux libérateurs deviennent des trafics favorisant l’exploitation et la marchandisation des individus (p. 164), mais également à la valorisation d’une réflexivité à l’égard d’une sexualité qui implique toujours plus qu’elle-même.

6Si la sociologie de la sexualité s’est constituée en laissant de côté toute ambition normative, ce n’est pas sur ce point que l’ouvrage suscite quelques réserves, mais sur son analyse des évolutions des conduites sexuelles, rabattues sur l’idée d’une « grande transition ». Alors qu’en 1986 les enquêtes sur les comportements sexuels faisaient largement défaut, l’épidémie de sida a favorisé la production de savoirs sur la sexualité, ethnographiques comme quantitatifs : ceux-ci sont intégrés à cette troisième édition, qui date de 2010. Le sens de ces évolutions est une question ouverte. Pour J. Weeks, « dans un monde de plus en plus globalisé, médiatisé et connecté, de nouveaux réseaux et de nouvelles communautés sont apparus dans le champ des questions sexuelles » (p. 136), et cet « hypermarché du choix » érotique (p. 224) produit des souffrances, ou du moins une individualisation de la sexualité. Cependant, la sociologie de la sexualité a également mis en évidence une certaine stabilité du répertoire sexuel, le maintien de conceptions relativement traditionnelles de la sexualité et, finalement, les contraintes qui délimitent l’espace des possibles sexuels. Les ethnographies du travail sexuel soulignent également les limites d’une approche de la sexualité en termes de marché ou de marchandisation, qui tend à occulter les arrangements intimes opérés par les individus pour justifier leurs pratiques, et à opposer une sexualité vénale et une autre pure de tout échange. La prolifération de flux sexuels (flux de populations, d’images, de savoirs) et la marchandisation soulignées par J. Weeks coexistent avec le maintien d’une hiérarchie sexuelle : les évolutions des conduites sexuelles ont peut-être un sens moins univoque et plus contradictoire que ne le laisse penser l’idée d’une « grande transition ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathieu Trachman, « Sexualité, J. Weeks », Sociologie du travail, Vol. 58 - n° 1 | 2016, 111-113.

Référence électronique

Mathieu Trachman, « Sexualité, J. Weeks », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 58 - n° 1 | Janvier-Mars 2016, mis en ligne le 20 janvier 2016, consulté le 12 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/383

Haut de page

Auteur

Mathieu Trachman

Institut national d’études démographiques (Ined)
133, boulevard Davout, 75980 Paris cedex 20, France
mathieu.trachman[at]ined.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals