Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 42 - n° 3Comptes rendusJack Goody, L’Orient en Occident

Comptes rendus

Jack Goody, L’Orient en Occident

Le Seuil, coll. « La librairie du xxe siècle » Paris, 1999.
Christian Henriot
p. 505-506
Référence(s) :

Jack Goody, L’Orient en Occident, Le Seuil, coll. « La librairie du xxe siècle » Paris, 1999.

Texte intégral

1L’ouvrage de Jack Goody s’inscrit dans une veine récente de l’historiographie anglo-saxonne qui, à partir d’une synthèse des travaux historiques récents sur l’Asie et à travers une démarche comparatiste, remet radicalement en cause la perspective « euro-péocentrique » de l’histoire du monde, de l’Europe et des autres civilisations. Celle du moins qui prévaut depuis deux siècles. Cette réflexion révisionniste a émergé aux États-Unis, où le milieu universitaire, bien qu’enclin aux effets de mode et parfois même à l’auto-flagellation, offre un terreau fertile aux avancées critiques les plus variées. La critique du discours historique dominant y est devenue un sujet de débat important, actif et stimulant. Rien de tel en Europe où la profession historique dans son ensemble s’en tient aux acquis et au sein de laquelle le débat évoqué plus haut n’a guère de résonance. On pourrait faire le même constat à propos de la communauté des spécialistes de l’Asie. Le lien entre sciences sociales et « aires culturelles » est encore trop ténu. Hormis quelques éclats de voix ponctuels, comme celui de Catherine Coquery-Vidrovitch (1999) dans la revue Vingtième siècle, la volonté de regarder « ailleurs » qu’en Europe, voire ailleurs qu’en France, et d’encourager des recherches dans ces directions est pour le moins défaillante. Quant à tenter de voir « autrement », à remettre en cause les cadres mentaux habituels, à moins d’une révolution intellectuelle, on n’en prend guère le chemin.

2Dans L’Orient en Occident, publié il y a 3 ans en anglais, Jack Goody pointe le doigt non seulement vers l’histoire, mais aussi vers les autres disciplines des sciences sociales, comme la sociologie et l’anthropologie, qui ont contribué à construire, chacune à leur manière, la nature « exceptionnelle » de l’Europe et à « primitiviser » les cultures non occidentales, notamment celles d’Asie. À la différence des auteurs américains qui, dans leurs ouvrages, tendent à brosser de grandes fresques dont la substance n’est pas toujours bien fondée, parfois avec une intention polémique légitime (Frank, 1998 ; Hodgson 1993 ; Blaut, 1993), Jack Goody procède par touches successives en reprenant les grands thèmes qui ont fondé la lecture ultrapositive de l’expérience historique européenne et celle, ultranégative, de l’expérience des civilisations asiatiques (en particulier l’Inde et la Chine). Ainsi aborde-t-il des éléments hautement conceptuels, comme la question de la rationalité, des questions très pratiques, comme le système de double comptabilité, ou des approches comparatistes essentielles comme la nature de la famille en Orient et en Occident, ou encore la place de l’Inde précoloniale dans le commerce asiatique.

3De ce croisement des regards et de cette confrontation des travaux, Jack Goody retire le constat du caractère imaginaire de l’« exceptionnalité » européenne. À l’issue d’une démonstration convaincante, cette « exceptionnalité » apparaît comme ce qu’elle est vraiment, un artefact issu de la reconstruction de leur histoire, et par voie de conséquence de celle du monde, par les Européens qui ont assis leur domination sur la planète aux xixe-xxe siècles. Or, rien ne fonde cette prétention. Jack Goody montre les impasses auxquelles ont abouti les travaux de grands anciens (Max Weber) et ceux d’historiens plus contemporains (par exemple Fernand Braudel). En s’appuyant sur une synthèse brillante d’une palette très large de travaux et de ses propres recherches, Jack Goody met en lumière la présence incontestable des mêmes éléments « porteurs » du développement dans les deux sphères culturelles. Il note les différences, mais souligne qu’elles sont une affaire de degré et non de nature. Enfin, Jack Goody place sa réflexion dans la très longue durée pour relativiser le « succès » de l’Occident au cours des deux cents dernières années ou le décollage amorcé après 1600.

4La spécificité des cultures, que l’auteur revendique pleinement, ne doit pas obscurcir les éléments distinctifs de l’histoire de cette partie de l’humanité, c’est-à-dire un héritage commun aux deux versants de l’Eurasie et des évolutions parallèles marquées par des cycles donnant l’avantage à l’un ou à l’autre – bien que massivement à l’avantage du versant asiatique – sans que cela représente des traits ou des avantages permanents, structurels. On ne trouve point chez Jack Goody de relativisme sentimental à la sauce post-moderniste américaine – l’« autre », le « subalterne », etc. – mais une démarche rigoureuse qui vise simplement à faire resurgir de la gangue des constructions idéologiques et « scientifiques » occidentales la place, le rôle, les apports et les qualités intrinsèques respectives de civilisations et de sociétés qui, en Asie, ont conservé à travers l’histoire la plus grande partie de leur potentiel économique et culturel. L’Europe moderne, à l’inverse, n’est pas « née » à la fin du Moyen Âge. Elle a ré-émergé de la longue phase de déclin qui a suivi l’effondrement de l’empire romain. Jack Goody fait aussi un sort aux approches fondées sur les mentalités, en soulignant les risques de confusion qu’elles entraînent à force d’abstraction. Il met l’accent sur un thème qui lui est cher, les processus cognitifs, qui permettent de mieux appréhender les processus qui ont permis à certaines civilisations, celles de l’écrit, de faire des avancées cumulatives dans le domaine des connaissances.

5On ne peut que se féliciter de la parution de cet ouvrage qui met à la disposition du public français l’une des meilleures réflexions critiques sur le rapport Orient-Occident et, plus largement, sur la manière dont l’histoire de ce rapport a été reconstruite en Occident.

Haut de page

Bibliographie

Blaut J.M., The Colonizer’s Model of the World. Geographical Diffusion and Eurocentric History, The Guilford Press, New York, 1993.

Coquery-Vidrovitch C., Plaidoyer pour l’histoire du monde dans l’université française, Vingtième siècle, revue d’histoire, 61 (1999) 111‑125.

Frank A.G., ReOrient History. Global Economy in the Asian Age, The University of California Press, Berkeley, 1998.

Hodgson M.G.S., Rethinking World History. Essays on Europe, Islam, and World History, Cambridge University Press, Cambridge, 1993.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Henriot, « Jack Goody, L’Orient en Occident », Sociologie du travail, Vol. 42 - n° 3 | 2000, 505-506.

Référence électronique

Christian Henriot, « Jack Goody, L’Orient en Occident », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 42 - n° 3 | Juillet-Septembre 2000, mis en ligne le 29 août 2000, consulté le 06 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/38323 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.38323

Haut de page

Auteur

Christian Henriot

Institut d’Asie orientale, Département d’histoire, Université de Lyon-2, 14, avenue Berthelot, 69363 Lyon cedex 07

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search